Questions / Réponses https://www.sidesa.fr/questions-reponses Questions / Réponses fr-FR Copyright 2017, Sidesa Sat, 16 Dec 2017 04:17:12 +0100 720 Si un copropriétaire demande à être titulaire de son propre contrat d'eau, le service doit-il répondre favorablement? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/si-un-coproprietaire-demande-a-etre-titulaire-de-son-propre-contrat-d-eau-le-service-doit-il-repondre-favorablement <p style="text-align: justify;">En application de l&#39;<em>article 93 de la <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=0DDC9B5B4A81E732143BB9FCD0615979.tpdjo15v_3?cidTexte=JORFTEXT000000207538&amp;categorieLien=id" target="_blank">loi n&deg;2000-1208</a> Solidarit&eacute; et Renouvellement urbain (SRU)</em> du 13 d&eacute;cembre 2000, tout service de distribution d&#39;eau destin&eacute;e &agrave; la consommation humaine est tenu de proc&eacute;der &agrave; l&#39;individualisation des contrats de fourniture d&#39;eau &agrave; l&#39;int&eacute;rieur des immeubles collectifs &agrave; usage principal d&#39;habitation et des ensembles immobiliers de logements, d&egrave;s lors que le propri&eacute;taire en fait la demande.</p> <p style="text-align: justify;">La souscription d&#39;un contrat individuel avec le service public de distribution d&#39;eau s&#39;impose alors &agrave; tout occupant pour b&eacute;n&eacute;ficier de la fourniture d&#39;eau, ce contrat ne concernant pas la fourniture d&#39;eau chaude sanitaire.</p> <p style="text-align: justify;">L&rsquo;article 93 pr&eacute;cise que <em>&quot;le propri&eacute;taire qui a formul&eacute; la demande prend en charge les &eacute;tudes et les travaux n&eacute;cessaires &agrave; l&#39;individualisation des contrats de fourniture d&#39;eau, notamment la mise en conformit&eacute; des installations aux prescriptions du code de la sant&eacute; publique et la pose de compteurs d&#39;eau&quot;. </em>En outre, les conditions d&#39;organisation et d&#39;ex&eacute;cution du service public de distribution d&#39;eau doivent &ecirc;tre adapt&eacute;es pour pr&eacute;ciser les modalit&eacute;s de mise en &oelig;uvre de l&#39;individualisation des contrats de fourniture d&#39;eau, dans le respect de l&#39;&eacute;quilibre &eacute;conomique du service.</p> <p style="text-align: justify;">L&#39;<em><a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexteArticle.do;jsessionid=0DDC9B5B4A81E732143BB9FCD0615979.tpdjo15v_3?idArticle=LEGIARTI000006218878&amp;cidTexte=LEGITEXT000005634338&amp;dateTexte=20141205" target="_blank">article 1er</a> du <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000412558&amp;fastPos=2&amp;fastReqId=2002032884&amp;categorieLien=cid&amp;oldAction=rechTexte" target="_blank">d&eacute;cret n&deg;2003-408 du 28 avril 2003</a></em> relatif &agrave; l&#39;individualisation des contrats de fourniture d&#39;eau pr&eacute;voit que <em>&quot;l&#39;adaptation &agrave; laquelle la personne morale charg&eacute;e de l&#39;organisation du service public de distribution d&#39;eau doit proc&eacute;der porte notamment sur les prescriptions techniques que doivent respecter les installations de distribution d&#39;eau des immeubles collectifs d&#39;habitation et des ensembles immobiliers de logements, et qui sont n&eacute;cessaires pour proc&eacute;der &agrave; l&#39;individualisation des contrats de fourniture d&#39;eau, dans le respect des dispositions du code de la sant&eacute; publique. Ces prescriptions ne peuvent ni imposer la pose d&#39;un seul compteur par logement, ni exiger que les compteurs soient plac&eacute;s &agrave; l&#39;ext&eacute;rieur des logements&quot;. </em></p> <p style="text-align: justify;">Dans ce cadre, il convient de se r&eacute;f&eacute;rer aux conditions d&#39;ex&eacute;cution du service public de distribution d&#39;eau potable pour d&eacute;terminer les conditions d&#39;installation des compteurs d&#39;eau.</p> <p style="text-align: justify;"><u><em>Source</em></u><em> : <a href="http://www.senat.fr/questions/base/2014/qSEQ140913009.html" target="_blank">R&eacute;ponse minist&eacute;rielle, Question &eacute;crite n&deg;13009,&nbsp; JO S&eacute;nat du 2014, page 2592</a></em></p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/si-un-coproprietaire-demande-a-etre-titulaire-de-son-propre-contrat-d-eau-le-service-doit-il-repondre-favorablement Fri, 05 Dec 2014 18:05:00 +0100 Si les conseils municipaux sont enregistrés faut-il obligatoirement un procès-verbal de séance? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/si-les-conseils-municipaux-sont-enregistres-faut-il-obligatoirement-un-proces-verbal-de-seance <p style="text-align: justify;">Non. En revanche, ce document devra &ecirc;tre communicable <em>(<a href="http://www.senat.fr/questions/base/2005/qSEQ050215811.html" target="_blank">R&eacute;ponse minist&eacute;rielle, QE n&deg;15811, JO S&eacute;nat du 24/03/2005</a>, page 862) </em>et ne dispense pas de l&rsquo;obligation d&rsquo;affichage sous huitaine d&#39;un compte rendu (par d&eacute;finition &eacute;crit) de s&eacute;ance<em> (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=093B10F64911E05005EDC2B5618E9786.tpdila08v_3?idArticle=LEGIARTI000006389885&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20150415&amp;categorieLien=id&amp;oldAction=" target="_blank">art.L.2121-25</a> et <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;idArticle=LEGIARTI000006395746" target="_blank">R.2121-11</a> du CGCT).</em></p> <p style="text-align: justify;">Le conseil municipal est ma&icirc;tre de la r&eacute;daction de ses proc&egrave;s-verbaux. Ainsi, aucune &nbsp;disposition l&eacute;gislative ou r&eacute;glementaire ne pr&eacute;cise de mentions obligatoires. Ainsi, le r&egrave;glement int&eacute;rieur peut pr&eacute;voir que les d&eacute;bats seront enregistr&eacute;s sur cassette audio, qui constituent des documents administratifs communicables <em>(TA Paris, 10 avril 1998, Danet c/ Commune d&rsquo;Elancourt, n&deg;966334).</em></p> <p style="text-align: justify;">Cette souplesse a &eacute;t&eacute; reconnue par le Conseil d&#39;&Eacute;tat, qui a consid&eacute;r&eacute; que <em>&quot;sous r&eacute;serve de la mention des motifs pour lesquels des conseillers municipaux n&#39;auraient pas donn&eacute; leur signature &raquo;, conform&eacute;ment aux dispositions de l&#39;article L.2121-23 du CGCT, les conseils municipaux sont ma&icirc;tres de la r&eacute;daction de leurs proc&egrave;s-verbaux&quot; (CE, 3 mars 1905, Sieur Papot). </em>Ceci explique les disparit&eacute;s qui peuvent &ecirc;tre constat&eacute;es entre communes en ce qui concerne le contenu des documents retra&ccedil;ant les d&eacute;lib&eacute;rations des conseils municipaux.</p> <p style="text-align: justify;">Dans le silence de la loi, et pour limiter les &eacute;ventuelles contestations, le proc&egrave;s-verbal doit cependant contenir les &eacute;l&eacute;ments n&eacute;cessaires tant &agrave; l&#39;information du public qu&#39;&agrave; celle du pr&eacute;fet charg&eacute; du contr&ocirc;le de l&eacute;galit&eacute; sur les d&eacute;cisions prises par le conseil municipal, voire &agrave; l&#39;examen par le juge administratif en cas de contestation <em>(<a href="http://www.senat.fr/questions/base/2012/qSEQ120801623.html" target="_blank">R&eacute;ponse minist&eacute;rielle, QE n&deg;01623, JO S&eacute;nat du 31/10/2013, page 3166</a>).</em></p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/si-les-conseils-municipaux-sont-enregistres-faut-il-obligatoirement-un-proces-verbal-de-seance Wed, 15 Apr 2015 14:11:00 +0200 Le pouvoir adjudicateur peut-il attribuer des notes négatives? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/marches-publics/candidatures-et-offres/le-pouvoir-adjudicateur-peut-il-attribuer-des-notes-negatives <p style="text-align: justify;">Non.</p> <p style="text-align: justify;">Le pouvoir adjudicateur ne peut recourir &agrave; une m&eacute;thode de notation conduisant &agrave; l&#39;attribution, pour un ou plusieurs crit&egrave;res, de notes n&eacute;gatives car cela est susceptible de fausser la pond&eacute;ration des crit&egrave;res initialement d&eacute;finie <em>(<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000026793241&amp;fastReqId=110730535&amp;fastPos=1" target="_blank">CE, 18 d&eacute;cembre 2012, D&eacute;partement de la Guadeloupe, n&deg;362532</a>).</em></p> <p style="text-align: justify;">L&#39;utilisation d&#39;une telle m&eacute;thode ne l&egrave;se cependant pas le candidat qui, quelle que soit la m&eacute;thode de notation retenue, n&#39;aurait pas pu se voir attribuer le march&eacute;.</p> <p style="text-align: justify;">Le candidat &eacute;vinc&eacute; requ&eacute;rant ne peut donc pas, dans cette hypoth&egrave;se, obtenir l&#39;annulation de la proc&eacute;dure.</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/marches-publics/candidatures-et-offres/le-pouvoir-adjudicateur-peut-il-attribuer-des-notes-negatives Thu, 10 Jan 2013 12:25:00 +0100 Un garagiste souhaite ajouter une station de lavage à son activité actuelle. A quelle(s) autorisation(s) et procédure(s) est-il soumis ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-collectif/un-garagiste-souhaite-ajouter-une-station-de-lavage-a-son-activite-actuelle-a-quelles-autorisations-et-procedures-est-il-soumis <p style="text-align: justify;">Le garagiste doit demander au maire de la commune concern&eacute;e (en coop&eacute;ration avec le service d&#39;assainissement collectif), une autorisation au titre de l&#39;article <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006686521&amp;cidTexte=LEGITEXT000006072665&amp;dateTexte=20100408&amp;oldAction=rechCodeArticle" name="article L1331-10 CSP" target="_blank" title="article L1331-10 CSP">L.1331-10</a> du Code de la sant&eacute; publique.</p> <p style="text-align: justify;">Le pr&eacute;sident du Syndicat comp&eacute;tent ne d&eacute;livre pas cette autorisation, sauf cas o&ugrave; les pouvoirs de police en mati&egrave;re d&#39;assainissement lui ont &eacute;t&eacute; transf&eacute;r&eacute;es (ce transfert n&#39;est possible que pour les EPCI &agrave; fiscalit&eacute; propre donc en sont exclus les syndicats intercommunaux).</p> <p style="text-align: justify;">Cette autorisation est prise sous forme d&#39;arr&ecirc;t&eacute; du maire et pr&eacute;voit la signature d&#39;une convention de d&eacute;versement des eaux us&eacute;es, qui pr&eacute;cise les caract&eacute;ristiques des effluents accept&eacute;s dans le r&eacute;seau.<br /> &nbsp;<br /> Les caract&eacute;ristiques techniques minimales sont en principe mentionn&eacute;es dans le r&egrave;glement du service d&#39;assainissement collectif. En tout &eacute;tat de cause, ces mentions sont compl&eacute;t&eacute;es dans la convention par le service d&#39;assainissement collectif.<br /> &nbsp;<br /> NB: Si la commune qui re&ccedil;oit la premi&egrave;re le d&eacute;versement des effluents (celle comp&eacute;tente pour d&eacute;livrer l&#39;autorisation) n&#39;est pas la m&ecirc;me que celle qui est charg&eacute;e du transport et/ou de l&#39;&eacute;puration des eaux us&eacute;es, la commune comp&eacute;tente pour d&eacute;livrer l&#39;autorisation devra demander avis aux communes concern&eacute;es, qui ont un d&eacute;lai de 4 mois pour r&eacute;pondre. Le silence au terme de ce d&eacute;lai vaut avis favorable au d&eacute;versement.<br /> &nbsp;<br /> &nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-collectif/un-garagiste-souhaite-ajouter-une-station-de-lavage-a-son-activite-actuelle-a-quelles-autorisations-et-procedures-est-il-soumis Wed, 23 Dec 2009 11:28:00 +0100 Des fonctionnaires peuvent-ils être recrutés par une collectivité gérant exclusivement un SPIC? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/des-fonctionnaires-peuvent-ils-etre-recrutes-par-une-collectivite-gerant-exclusivement-un-spic <p>Oui, mais &agrave; certaines conditions.</p> <p><strong>Le principe</strong> est le suivant : l&rsquo;ensemble des personnels des services publics &agrave; caract&egrave;re industriel et commercial (au nombre desquels les services d&#39;eau et d&#39;assainissement) est soumis au droit priv&eacute; (recrutement, carri&egrave;re, discipline, responsabilit&eacute; du service, application des conventions collectives, etc.)<em> (Conseil d&rsquo;Etat, Section, 8 mars 1957, Jalenques de Labeau).</em><br /> <br /> Ce principe conna&icirc;t cependant des <strong>exceptions</strong> dans les cas suivants :</p> <ol> <li>Lorsque la loi y d&eacute;roge express&eacute;ment ;</li> <li>Le directeur du SPIC et&nbsp; comptable (si le comptable a la qualit&eacute; de comptable public) sont soumis au droit public et peuvent donc &ecirc;tre soit des fonctionnaires, soit des agents contractuels de droit public.&nbsp; Le &laquo; directeur &raquo; s&rsquo;entend de la personne qui exerce le plus haut emploi de direction (<em>Tribunal des Conflits, 15 novembre 2004, Pons c/ Office Municipal tourisme Carcassonne)</em> ;</li> <li>Les fonctionnaires territoriaux conservent le b&eacute;n&eacute;fice de leur statut lorsqu&rsquo;ils sont affect&eacute;s &agrave; un SPIC d&eacute;pourvu de personnalit&eacute; morale distincte de celle de la collectivit&eacute; &agrave; laquelle ils sont rattach&eacute;s <em>(Conseil d&rsquo;Etat, Avis, 3 juin 1986).</em></li> </ol> <p>Une r&eacute;ponse minist&eacute;rielle aborde la question de l&rsquo;affiliation &agrave; la CNRACL des fonctionnaires d&rsquo;Etablissements Publics de Coop&eacute;ration Intercommunale (au nombre desquels les syndicats de communes) exer&ccedil;ant en tout ou partie un SPIC <em>(<a href="http://www.senat.fr/questions/base/2007/qSEQ070801473.html" target="_blank">R&eacute;ponse minist&eacute;rielle, Question n&deg;1473, JO S&eacute;nat du 25 octobre 2007</a>)</em>.</p> <p>Il rappelle que l&rsquo;article 2 du <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000794118&amp;fastPos=1&amp;fastReqId=608795047&amp;categorieLien=cid&amp;oldAction=rechTexte" target="_blank">d&eacute;cret n&deg;2007-173</a> du 07 f&eacute;vrier 2007 pr&eacute;voir express&eacute;ment que les fonctionnaires des EPCI. Le minist&egrave;re conclut ainsi que <em>&laquo; les fonctionnaires des syndicats de communes qui assurent la gestion des services d&#39;eau et d&#39;assainissement doivent &ecirc;tre obligatoirement affili&eacute;s &agrave; la CNRACL &raquo;.</em></p> <p>Cela signifie donc que la CNRACL ne peut refuser d&rsquo;affilier a minima le directeur et le comptable public (fonctionnaires et non agents contractuels de droit public) exer&ccedil;ant leurs fonctions (en tout ou partie) dans un EPCI.<br /> <br /> <strong>Mais quid de la situation des personnes fonctionnaires qui ont &eacute;t&eacute; effectivement recrut&eacute;es par un EPCI g&eacute;rant exclusivement un SPIC (autres que le directeur et le comptable public) ?</strong></p> <p>Le Conseil d&rsquo;Etat l&#39;avis pr&eacute;cit&eacute; du 3 juin 1986 a reconnu que les fonctionnaires conservaient le b&eacute;n&eacute;fice de leur statut m&ecirc;me si, &agrave; tort ou &agrave; raison, ils &eacute;taient affect&eacute;s &agrave; une r&eacute;gie industrielle et commerciale. Cette position a &eacute;t&eacute; r&eacute;affirm&eacute;e par le minist&egrave;re de la fonction publique, de la r&eacute;forme de l&rsquo;&eacute;tat et de l&rsquo;am&eacute;nagement du territoire lors d&rsquo;une r&eacute;ponse &agrave; une question &eacute;crite <em>(<a href="http://www.senat.fr/questions/base/2002/qSEQ020701426.html" target="_blank">R&eacute;ponse minist&eacute;rielle, Question n&deg;01426, JO du S&eacute;nat le 11 septembre 2003, page 2794</a>).</em></p> <p>Sur cette base juridique, il semble que l&rsquo;on puisse maintenir le statut des fonctionnaires recrut&eacute;s dans une collectivit&eacute; g&eacute;rant exclusivement un/des SPIC par voie de mutation (et donc radi&eacute;s de leur collectivit&eacute; d&#39;origine sans possibilit&eacute; de la r&eacute;int&eacute;grer).</p> <p>En revanche, tout recrutement ult&eacute;rieur de fonctionnaire devra se faire par le biais du d&eacute;tachement, de la disponibilit&eacute; ou de la mise &agrave; disposition.</p> <p>Il en r&eacute;sulte que les fonctionnaires d&eacute;j&agrave; recrut&eacute;s conservent leur statut mais qu&rsquo;il conviendra pour les recrutements ult&eacute;rieurs de :</p> <ul> <li>Soit de recruter via des contrats de droit priv&eacute; des personnes qui ne sont pas fonctionnaires ;</li> <li>Soit de recruter des personnes fonctionnaires, mais uniquement par vois de d&eacute;tachement, mise en disponibilit&eacute; ou mise &agrave; disposition, &agrave; l&rsquo;exclusion de la mutation : le fonctionnaire ainsi recrut&eacute; garde un lien avec la collectivit&eacute; d&rsquo;origine et peut, au terme du d&eacute;tachement/mise &agrave; disposition/mise en disponibilit&eacute; la r&eacute;int&eacute;grer.</li> </ul> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/des-fonctionnaires-peuvent-ils-etre-recrutes-par-une-collectivite-gerant-exclusivement-un-spic Wed, 05 Mar 2014 00:00:00 +0100 Quelle obligation d'information de l'acquéreur pèse sur le notaire concernant l'existence de cavités souterraines? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/quelle-obligation-d-information-de-l-acquereur-pese-sur-le-notaire-concernant-l-existence-de-cavites-souterraines <p>Une obligation d&#39;information de l&#39;acqu&eacute;reur ou du locataire s&#39;impose au vendeur ou au bailleur de tout bien immobilier situ&eacute; dans une zone couverte par un plan de pr&eacute;vention des risques (PPR). Dans ce cas, la transmission par les notaires des informations relatives aux risques li&eacute;s &agrave; l&#39;effondrement des cavit&eacute;s souterraines est obligatoire.</p> <p>En revanche, en l&#39;absence de Plan de Pr&eacute;vention des Risques Naturels (PPRN) relatif au risque &laquo; cavit&eacute;s souterraines &raquo;, il n&#39;existe pas &agrave; ce jour d&#39;obligation l&eacute;gale de transmission par les notaires d&#39;informations relatives &agrave; l&#39;existence de cavit&eacute;s affectant la commune dans laquelle est situ&eacute; le bien immobilier, objet de la transaction. Cependant, il ne faut pas oublier que la loi du 13 ao&ucirc;t 2004 de modernisation de la s&eacute;curit&eacute; civile fait du citoyen un acteur de sa propre s&eacute;curit&eacute;, notamment vis-&agrave;-vis des risques naturels.</p> <p>Il lui incombe ainsi la responsabilit&eacute; de s&#39;informer sur la nature des risques auxquels sa personne et ses biens (ou ceux d&#39;autrui) sont soumis.</p> <p>Dans un souci d&#39;am&eacute;lioration de l&#39;information et de la pr&eacute;vention, une &eacute;tude d&#39;opportunit&eacute; sera r&eacute;alis&eacute;e quant &agrave; l&#39;extension de l&#39;obligation de transmission par les notaires, de l&#39;information aux zones non couvertes par un PPRN &laquo; cavit&eacute;s souterraines &raquo;.</p> <p><em><u>Source</u> : <a href="http://www.senat.fr/questions/base/2014/qSEQ140511823.html" target="_blank">R&eacute;ponse minist&eacute;rielle, Question &eacute;crite n&deg;11823, JO S&eacute;nat du 28 ao&ucirc;t 2014, page 1990</a></em></p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/quelle-obligation-d-information-de-l-acquereur-pese-sur-le-notaire-concernant-l-existence-de-cavites-souterraines Fri, 12 Sep 2014 12:10:00 +0200 Le délai de réception des offres doit-il être prolongé en cas de grève du service postal? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/marches-publics/publicite-et-mise-en-concurrence/le-delai-de-reception-des-offres-doit-il-etre-prolonge-en-cas-de-greve-du-service-postal <p style="text-align: justify;">Non.</p> <p style="text-align: justify;">L&#39;acheteur public n&#39;a pas l&#39;obligation de prolonger le d&eacute;lai de r&eacute;ception des offres en cas de d&eacute;faillance du service postal.</p> <p style="text-align: justify;">En outre, tout pli arriv&eacute; hors des date et heure limite de r&eacute;ception doit &ecirc;tre renvoy&eacute; &agrave; son auteur sans &ecirc;tre ouvert.</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/marches-publics/publicite-et-mise-en-concurrence/le-delai-de-reception-des-offres-doit-il-etre-prolonge-en-cas-de-greve-du-service-postal Wed, 16 Mar 2011 00:00:00 +0100 Le constructeur d'une installation d'ANC peut-il s'exonérer ou réduire sa responsabilité du fait du dysfonctionnement de l'installation au motif que les travaux ont fait l'objet d'un contrôle du SPANC? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-non-collectif/le-constructeur-d-une-installation-d-anc-peut-il-s-exonerer-ou-reduire-sa-responsabilite-du-fait-du-dysfonctionnement-de-l-installation-au-motif-que-les-travaux-ont-fait-l-objet-d-un-controle-du-spanc <p style="text-align: justify;">Non, d&egrave;s lors que le SPANC n&#39;&eacute;tait pas ma&icirc;tre d&#39;ouvrage des travaux et que le rapport de&nbsp; contr&ocirc;le du SPANC mentionnait les r&eacute;serves quant &agrave; la r&eacute;alisation de ceux-ci.</p> <p style="text-align: justify;">La Cour d&#39;Appel de Poitiers rappelle en effet que le fait que le SPANC exerce une mission de contr&ocirc;le ne lui conf&egrave;re pas en elle-m&ecirc;me la qualit&eacute; de constructeur <em>(CA Poitiers, 28 septembre 2012, n&deg;11/00719).</em></p> <p style="text-align: justify;">En outre, cette mission de contr&ocirc;le n&#39;a pas le caract&egrave;re contractuel mais un caract&egrave;re r&eacute;glementaire. Ainsi, la responsabilti&eacute; du SPANC ne peut &ecirc;tre recherch&eacute;e, lorsqu&#39;il n&#39;est pas ma&icirc;tre d&#39;ouvrage des travaux, sur le fondement de la responsabilti&eacute; des constructeurs au sens des articles 1792 et suivants du Code Civil.</p> <p style="text-align: justify;">En outre, en l&#39;esp&egrave;ce, le SPANC a rendu un avis mentionnant des r&eacute;serves sur la r&eacute;alisation des travaux et prescrivait des travaux suppl&eacute;mentaires.</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-non-collectif/le-constructeur-d-une-installation-d-anc-peut-il-s-exonerer-ou-reduire-sa-responsabilite-du-fait-du-dysfonctionnement-de-l-installation-au-motif-que-les-travaux-ont-fait-l-objet-d-un-controle-du-spanc Mon, 30 Sep 2013 15:54:00 +0200 Le bailleur d’un local commercial a-t-il l’obligation de fournir un point d’eau potable ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/le-bailleur-dun-local-commercial-a-t-il-lobligation-de-fournir-un-point-deau-potable <p>Le Code de commerce ne d&eacute;finit pas les obligations des parties (preneur et bailleur) quant &agrave; l&rsquo;ex&eacute;cution du contrat. Le contrat de bail commercial est donc soumis au droit commun (art.1714 et suivants du Code Civil).</p> <p>L&rsquo;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000020459127&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070721&amp;dateTexte=20140512&amp;oldAction=rechCodeArticle&amp;fastReqId=2090636214&amp;nbResultRech=1" target="_blank">article 1719</a> du Code Civil dispose que le bailleur <em>&quot;est oblig&eacute;, sans qu&rsquo;il soit besoin d&rsquo;aucune stipulation particuli&egrave;re de &hellip; entretenir [la chose lou&eacute;e] en &eacute;tat de servir &agrave; l&rsquo;usage pour lequel elle a &eacute;t&eacute; lou&eacute;e&quot;. </em>Ces obligations sont d&eacute;velopp&eacute;es dans les <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do;jsessionid=1AC0FD35005062B556F6D3961DE691B1.tpdjo14v_2?idSectionTA=LEGISCTA000006150285&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070721&amp;dateTexte=20140512" target="_blank">articles 1720 &agrave; 1727</a> du Code Civil.</p> <p>Le bailleur est notamment tenu &agrave; une &laquo; obligation de d&eacute;livrance &raquo; qui consiste &agrave; remettre au preneur la disposition de la chose lou&eacute;e dans tous ses &eacute;l&eacute;ments, y compris l&rsquo;acc&egrave;s &agrave; la chose et &agrave; ses accessoires (ex. : cave pour acc&eacute;der &agrave; la chaudi&egrave;re, dysfonctionnement d&rsquo;une climatisation dans un commerce de boucherie situ&eacute; dans le Sud de la France) et de livrer des biens conformes &agrave; l&rsquo;usage auquel ils sont destin&eacute;s.&nbsp; Manque notamment &agrave; son obligation de d&eacute;livrance le bailleur qui d&eacute;livre des locaux dans lequel des inondations sont intervenues en raison du diam&egrave;tre insuffisant des descentes d&rsquo;eaux pluviales et des ch&eacute;neaux.</p> <p>Les r&egrave;gles applicables aux baux d&#39;habitation et imposant au bailleur de d&eacute;livrer un logement d&eacute;cent &agrave; son locataire doivent s&#39;appliquer dans un bail exclusivement commercial, d&egrave;s lors qu&#39;elles concernent la situation effective du locataire. Ainsi, si le locataire utilise effectivement une partie des biens &agrave; usage d&#39;habitation principale, cette circonstance suffit &agrave; rendre les r&egrave;gles relatives &agrave; la d&eacute;livrance d&#39;un logement d&eacute;cent obligatoires pour le bailleur de locaux commerciaux (<em>Cass. 3e civ., 14 oct. 2009).</em></p> <p>L&rsquo;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexteArticle.do;jsessionid=1AC0FD35005062B556F6D3961DE691B1.tpdjo14v_2?idArticle=LEGIARTI000028806579&amp;cidTexte=LEGITEXT000006069108&amp;dateTexte=20140512" target="_blank">article 6</a> de la loi n&deg;89-462 du 06 juillet 1989 dispose que &quot;le bailleur est tenu de remettre au locataire un logement d&eacute;cent ne laissant pas appara&icirc;tre de risques manifestes pouvant porter atteinte &agrave; la s&eacute;curit&eacute; physique ou &agrave; la sant&eacute; et dot&eacute; des &eacute;l&eacute;ments le rendant conforme &agrave; l&rsquo;usage d&rsquo;habitation&quot;.</p> <p>Le <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000217471&amp;fastPos=1&amp;fastReqId=280155620&amp;categorieLien=cid&amp;oldAction=rechTexte" target="_blank">d&eacute;cret n&deg;2002-120</a> du 30 janvier 2002 pr&eacute;cise les caract&eacute;ristiques de la notion de &quot;logement d&eacute;cent&quot;.</p> <p>L&rsquo;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexteArticle.do;jsessionid=1AC0FD35005062B556F6D3961DE691B1.tpdjo14v_2?idArticle=LEGIARTI000006207820&amp;cidTexte=LEGITEXT000005632175&amp;dateTexte=20140512" target="_blank">article 3</a> de ce d&eacute;cret pr&eacute;voit ainsi que : <em>&quot;Le logement comporte les &eacute;l&eacute;ments d&rsquo;&eacute;quipement et de confort suivants : &hellip;<br /> 2. Une installation d&rsquo;alimentation en eau potable assurant &agrave; l&rsquo;int&eacute;rieur du logement la distribution avec une pression et un d&eacute;bit suffisants pour l&rsquo;utilisation normale de ses locataires<br /> 3. Des installations d&rsquo;&eacute;vacuation des eaux m&eacute;nag&egrave;res et des eaux vannes emp&ecirc;chant le refoulement des odeurs et des effluents munies de siphon&quot;.</em></p> <p>Par cons&eacute;quent, en fonction du type de commerce exerc&eacute; et de l&rsquo;utilisation r&eacute;elle du local commercial, l&rsquo;alimentation en eau potable -et, partant, l&rsquo;assainissement- seront obligatoires.</p> <p>Il convient de rappeler que, lorsque le commer&ccedil;ant a des employ&eacute;s, le Code du travail oblige l&rsquo;employeur &agrave; mettre &agrave; la disposition des salari&eacute;s <em>&quot;les moyens d&rsquo;assurer leur propret&eacute; individuelle, notamment des vestiaires, lavabos, cabinets d&rsquo;aisances et, le cas &eacute;ch&eacute;ant, des douches&quot; </em>(<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=1AC0FD35005062B556F6D3961DE691B1.tpdjo14v_2?idArticle=LEGIARTI000018532006&amp;cidTexte=LEGITEXT000006072050&amp;dateTexte=20140512" target="_blank">art.R.4228-1</a> ; Sur les lavabos et douches : <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do?idSectionTA=LEGISCTA000018531992&amp;cidTexte=LEGITEXT000006072050&amp;dateTexte=20140512" target="_blank">art.R.4228-7 &agrave; R.4228-9</a> ; Sur les cabinets d&rsquo;aisance : <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do?idSectionTA=LEGISCTA000018531984&amp;cidTexte=LEGITEXT000006072050&amp;dateTexte=20140512" target="_blank">art.R.4228-10 &agrave; R.4228-15</a>).</p> <p>Le bailleur d&rsquo;un local commercial a donc in fine l&rsquo;obligation de fournir au moins un point d&rsquo;eau potable et un WC. Si ce n&rsquo;est pas le cas au moment de la d&eacute;livrance de la chose, le preneur pourra contraindre le bailleur &agrave; r&eacute;aliser les travaux ou les r&eacute;aliser lui-m&ecirc;me et demander des dommages et int&eacute;r&ecirc;ts au bailleur sur le fondement de son manquement &agrave; l&rsquo;obligation de d&eacute;livrance.<br /> <br /> &nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/le-bailleur-dun-local-commercial-a-t-il-lobligation-de-fournir-un-point-deau-potable Mon, 12 May 2014 00:00:00 +0200 Est-il possible d’installer des toilettes sèches dans les zones d’assainissement collectif? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-collectif/est-il-possible-dinstaller-des-toilettes-seches-dans-les-zones-dassainissement-collectif <p style="text-align: justify;">D&egrave;s lors que les prescriptions techniques sont respect&eacute;es, et notamment la gestion des sous-produits, ce type d&#39;installation est autoris&eacute;, y compris dans les zones d&#39;assainissement collectif.</p> <p style="text-align: justify;"><a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006895886&amp;cidTexte=LEGITEXT000006074096&amp;dateTexte=20141020" target="_blank">L&#39;article R.111-3</a> du code de la construction et de l&#39;habitation pr&eacute;cise en effet que &laquo;<em> le logement doit &ecirc;tre pourvu d&#39;un cabinet d&#39;aisances int&eacute;rieur au logement et ne communiquant pas directement avec les cuisines et les salles de s&eacute;jour &raquo;</em>, sans en pr&eacute;ciser la nature (<em><a href="http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-73941QE.htm" target="_blank">R&eacute;ponse minist&eacute;rielle, Question &eacute;crite n&deg;73941, JOAN du 19 avril 2011, page 3959</a>).</em></p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-collectif/est-il-possible-dinstaller-des-toilettes-seches-dans-les-zones-dassainissement-collectif Mon, 20 Oct 2014 00:00:00 +0200 Est-il possible d’évincer un membre du bureau du syndicat mixte au motif de ses absences répétées? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/est-il-possible-devincer-un-membre-du-bureau-du-syndicat-mixte-au-motif-de-ses-absences-repetees <p>Non.</p> <p>L&rsquo;<a href="http://legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000027469155&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20140418" target="_blank">article L.5211-1</a> du CGCT dispose que : <em>&quot;Les dispositions du chapitre Ier du titre II du livre Ier de la deuxi&egrave;me partie relatives au fonctionnement du conseil municipal</em> [art.L.2121-1 &agrave; L.2121-40] <em>sont applicables au fonctionnement de l&#39;organe d&eacute;lib&eacute;rant des &eacute;tablissements publics de coop&eacute;ration intercommunale, en tant qu&#39;elles ne sont pas contraires aux dispositions du pr&eacute;sent titre&quot;.</em></p> <p><a href="http://legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;idArticle=LEGIARTI000006392809&amp;dateTexte=&amp;categorieLien=cid" target="_blank">L&rsquo;article L.5211-10</a> du CGCT, applicable &agrave; tous les EPCI, dispose que : <em>&quot;le bureau de l&rsquo;EPCI est compos&eacute; du pr&eacute;sident, d&rsquo;un ou plusieurs vice-pr&eacute;sidents et, &eacute;ventuellement, d&rsquo;un ou plusieurs autres membres&quot;.</em></p> <p>Le statut des conseillers municipaux s&rsquo;applique donc au d&eacute;l&eacute;gu&eacute; du syndicat mixte.<br /> <br /> Or, aucune disposition l&eacute;gislative ou r&eacute;glementaire ne pr&eacute;voit la possibilit&eacute; de prononcer la d&eacute;mission d&#39;office d&#39;un conseiller municipal/d&eacute;l&eacute;gu&eacute; syndical qui ne participe pas aux s&eacute;ances et ne remplit donc pas son mandat &eacute;lectif, en sa qualit&eacute; de membre de l&rsquo;assembl&eacute;e d&eacute;lib&eacute;rante/membre d&rsquo;une commission/membre du bureau, au motif d&rsquo;absences r&eacute;p&eacute;t&eacute;es.</p> <p>Seul le refus, <em>&quot;sans excuse valable&quot;</em>, du d&eacute;l&eacute;gu&eacute; syndical/conseiller municipal de <em>&quot;remplir une des fonctions qui lui sont d&eacute;volues par les lois&quot;</em> peut &ecirc;tre d&eacute;clar&eacute;e d&eacute;missionnaire par le tribunal administratif (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006389860&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633" target="_blank">art.L.2121-5</a> du CGCT).</p> <p>Or, l&rsquo;absence r&eacute;p&eacute;t&eacute;e aux s&eacute;ances n&rsquo;est pas consid&eacute;r&eacute;e comme un <em>&quot;refus d&rsquo;exercer une fonction d&eacute;volue par la loi&quot; (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000007695962&amp;fastReqId=217587928&amp;fastPos=1" target="_blank">Conseil d&#39;Etat, 6 novembre 1985, Mairie de Viry-Ch&acirc;tillon, n&deg;68842</a>).</em></p> <p>L&#39;absence d&#39;un &eacute;lu ne remet pas en cause son mandat &eacute;lectif, les conditions de son &eacute;ligibilit&eacute; s&rsquo;appr&eacute;ciant au jour du scrutin. L&rsquo;&eacute;lu absent, m&ecirc;me durablement, garde la facult&eacute; de donner un pouvoir &eacute;crit de voter en son nom &agrave; un de ses coll&egrave;gues, en vertu de l&#39;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;idArticle=LEGIARTI000006389878&amp;dateTexte=&amp;categorieLien=cid" target="_blank">article L.2121-20</a> du CGCT, ce pouvoir &eacute;tant valable pour trois s&eacute;ances cons&eacute;cutives, sauf cas de maladie d&ucirc;ment constat&eacute;e, et ceci sans limitation pendant la dur&eacute;e du mandat.</p> <p>La facult&eacute; du pr&eacute;fet de d&eacute;clarer d&eacute;missionnaire d&rsquo;office un conseiller municipal qui avait manqu&eacute; &agrave; trois s&eacute;ances cons&eacute;cutives a &eacute;t&eacute; abrog&eacute;e par la loi n&deg;82-213 du 02 mars 1982 et n&rsquo;existe plus d&eacute;sormais que dans le droit&nbsp; local ces d&eacute;partements de la Moselle, du Bas-Rhin et du Haut-Rhin <em>(<a href="http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-49316QE.htm" target="_blank">R&eacute;ponse minist&eacute;rielle, Question &eacute;crite n&deg;49316, JOAN du 11 ao&ucirc;t 2009, page 7932</a>).</em></p> <p>En revanche, en cas d&#39;absence durable de certains &eacute;lus aux r&eacute;unions, le pr&eacute;sident peut demander au conseiller en cause de pr&eacute;senter sa d&eacute;mission, ce dernier d&eacute;cidant librement de donner suite ou non &agrave; cette demande.<br /> Les r&egrave;gles de fonctionnement du bureau &eacute;tant fix&eacute;es par le r&egrave;glement int&eacute;rieur de l&rsquo;EPCI<strong>*</strong>, il est donc possible d&rsquo;indiquer dans le r&egrave;glement int&eacute;rieur que <em>&laquo; En cas d&rsquo;absence persistante et injustifi&eacute;e aux r&eacute;unions du Bureau, le Pr&eacute;sident se r&eacute;serve le droit de demander au membre du Bureau de pr&eacute;senter sa d&eacute;mission &raquo;.</em></p> <p><em><strong>*</strong>sauf lorsqu&rsquo;il agit par d&eacute;l&eacute;gation de l&rsquo;assembl&eacute;e d&eacute;lib&eacute;rante, auquel cas il est soumis aux dispositions du CGCT relatives aux convocations, &agrave; l&#39;ordre et &agrave; la tenue des s&eacute;ances, aux d&eacute;lib&eacute;rations du conseil municipal (par renvoi de l&rsquo;article L.5211-1 du CGCT) sont alors applicables au bureau comme elles le sont &agrave; l&#39;assembl&eacute;e d&eacute;lib&eacute;rante elle-m&ecirc;me&nbsp; (<a href="http://questions.assemblee-nationale.fr/q11/11-5558QE.htm" target="_blank">R&eacute;ponse minist&eacute;rielle, Question &eacute;crite n&deg;5558, JOAN du 29 d&eacute;cembre 1997, page 4916</a>).</em><br /> &nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/est-il-possible-devincer-un-membre-du-bureau-du-syndicat-mixte-au-motif-de-ses-absences-repetees Tue, 04 Nov 2014 11:17:00 +0100 Peut-on fixer la durée de validité des offres à 6 mois ou plus ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/marches-publics/candidatures-et-offres/peut-on-fixer-la-duree-de-validite-des-offres-a-6-mois-ou-plus <p style="text-align: justify;">Oui.</p> <p style="text-align: justify;">Le d&eacute;lai de validit&eacute; des offres est fix&eacute; par la collectivit&eacute; en fonction du temps qu&rsquo;elle estime n&eacute;cessaire pour prendre sa d&eacute;cision. Les entreprises sont li&eacute;es par l&rsquo;offre qu&rsquo;ils ont remise pendant le d&eacute;lai de validit&eacute; fix&eacute; par la collectivit&eacute;.</p> <p style="text-align: justify;">D&egrave;s lors que ce d&eacute;lai est expir&eacute;, les entreprises peuvent retirer leur offre.</p> <p style="text-align: justify;">En l&rsquo;absence de disposition r&eacute;glementaire, le d&eacute;lai de validit&eacute; des offres est laiss&eacute; &agrave; l&rsquo;appr&eacute;ciation de la collectivit&eacute;, qui peut donc en fixer librement la dur&eacute;e.</p> <p style="text-align: justify;">Par cons&eacute;quent, il est possible de fixer un d&eacute;lai de validit&eacute; des offres &agrave; 6 mois voire plus.</p> <p style="text-align: justify;"><br /> &nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;<br /> &nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/marches-publics/candidatures-et-offres/peut-on-fixer-la-duree-de-validite-des-offres-a-6-mois-ou-plus Thu, 14 Jan 2010 13:24:00 +0100 La mise en place d’un filtre pour les eaux de graisse d’une salle polyvalente est-elle obligatoire? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-collectif/la-mise-en-place-dun-filtre-pour-les-eaux-de-graisse-dune-salle-polyvalente-est-elle-obligatoire <p style="text-align: justify;">Oui, indirectement, voire directement.</p> <p style="text-align: justify;">Aucun texte l&eacute;gislatif ou r&eacute;glementaire n&rsquo;impose directement et en tant que tel un pr&eacute;traitement des d&eacute;chets graisseux contenus dans les eaux us&eacute;es d&rsquo;immeubles dans lesquels sont exerc&eacute;es certaines activit&eacute;s (restaurants, industries agroalimentaires, boucherie, charcuterie, garages, ateliers de m&eacute;canique, etc.).</p> <p style="text-align: justify;">Cependant, des dispositions g&eacute;n&eacute;rales ou sp&eacute;ciales imposent plus ou moins explicitement de traiter ces graisses avant rejet des eaux us&eacute;es qui les contiennent dans le r&eacute;seau public d&rsquo;assainissement.</p> <p style="text-align: justify;">Il existe deux cat&eacute;gories de r&egrave;gles : des r&egrave;gles g&eacute;n&eacute;rales (I) et des r&egrave;gles sp&eacute;ciales (II), qu&rsquo;il convient d&rsquo;examiner successivement pour d&eacute;terminer la port&eacute;e de cette obligation.</p> <p style="text-align: justify;"><strong>I - Les r&egrave;gles g&eacute;n&eacute;rales : une obligation de pr&eacute;traitement implicite</strong></p> <p style="text-align: justify;">L&rsquo;<em><a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=C480CEEE73A0992C09616DCBAE737A1B.tpdila11v_1?idArticle=LEGIARTI000006909904&amp;cidTexte=LEGITEXT000006072665&amp;dateTexte=20160104" target="_blank">article R.1331-2</a> du Code de la sant&eacute; publique</em> pr&eacute;voit que : <em>&quot;Il est interdit d&#39;introduire dans les syst&egrave;mes de collecte des eaux us&eacute;es : a)Directement ou par l&#39;interm&eacute;diaire de canalisations d&#39;immeubles, toute mati&egrave;re solide, liquide ou gazeuse susceptible d&#39;&ecirc;tre la cause, soit d&#39;un danger pour le personnel d&#39;exploitation ou pour les habitants.&quot;</em></p> <p style="text-align: justify;">Or, le d&eacute;versement de graisses dans le syst&egrave;me d&rsquo;assainissement est notamment source de d&eacute;gradation et dysfonctionnement des ouvrages de traitement des eaux us&eacute;es.</p> <p style="text-align: justify;">Cet article implique donc implicitement un traitement pr&eacute;alable des graisses.</p> <p style="text-align: justify;">Le<em> R&egrave;glement Sanitaire D&eacute;partemental (cf. art.29-2) </em>reprend cette disposition et pr&eacute;cise en outre que <em>&quot;les effluents par leur quantit&eacute; et leur temp&eacute;rature ne doivent pas &ecirc;tre susceptibles de porter l&rsquo;eau des &eacute;gouts &agrave; une temp&eacute;rature sup&eacute;rieure &agrave; 30 &deg;C&quot;.</em> Le rejet de graisses dans le r&eacute;seau public pourrait &ecirc;tre susceptible d&#39;avoir une incidence sur la port&eacute;e voire le maintien d&#39;une temp&eacute;rature sup&eacute;rieure &agrave; 30&deg;C.</p> <p style="text-align: justify;">L&rsquo;<em><a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006072665&amp;idArticle=LEGIARTI000006686518&amp;dateTexte=&amp;categorieLien=cid" target="_blank">article L.1331-10</a> du Code de la Sant&eacute; Publique </em>dispose que <em>&quot;Tout d&eacute;versement d&#39;eaux us&eacute;es autres que domestiques dans le r&eacute;seau public de collecte doit &ecirc;tre pr&eacute;alablement autoris&eacute; par le maire ou, lorsque la comp&eacute;tence en mati&egrave;re de collecte &agrave; l&#39;endroit du d&eacute;versement a &eacute;t&eacute; transf&eacute;r&eacute;e &agrave; un &eacute;tablissement public de coop&eacute;ration intercommunale ou &agrave; un syndicat mixte, par le pr&eacute;sident de l&#39;&eacute;tablissement public ou du syndicat mixte, apr&egrave;s avis d&eacute;livr&eacute; par la personne publique en charge du transport et de l&#39;&eacute;puration des eaux us&eacute;es ainsi que du traitement des boues en aval, si cette collectivit&eacute; est diff&eacute;rente (&hellip;)&quot;.</em> Il conviendra donc dans ce cas de se r&eacute;f&eacute;rer aux r&egrave;gles sp&eacute;ciales pr&eacute;vues dans l&rsquo;autorisation de d&eacute;versement (cf. infra).<br /> <br /> <strong>II - Les r&egrave;gles sp&eacute;ciales : une obligation de pr&eacute;traitement explicite</strong></p> <p style="text-align: justify;">Il s&rsquo;agit des r&egrave;gles propres au service public concern&eacute; (R&egrave;glement du Service), voire &agrave; l&rsquo;&eacute;tablissement concern&eacute; par le rejet (Autorisation de d&eacute;versement).</p> <p style="text-align: justify;">Le R&egrave;glement du Service public d&rsquo;assainissement collectif peut contenir des prescriptions sp&eacute;cifiques relatives &agrave; une obligation positive de traitement des graisses, et imposer explicitement la mise en place d&rsquo;un bac d&eacute;graisseur (<em><a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=C480CEEE73A0992C09616DCBAE737A1B.tpdila11v_1?idArticle=LEGIARTI000020533836&amp;cidTexte=LEGITEXT000006072665&amp;dateTexte=20160104" target="_blank">art.L.1331-1</a> du CSP</em> : <em>&quot;La commune peut fixer des prescriptions techniques pour la r&eacute;alisation des raccordements des immeubles au r&eacute;seau public de collecte des eaux us&eacute;es et des eaux pluviales.&quot;</em>). Ce r&egrave;glement de service reprend souvent le texte de l&rsquo;<em><a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=C480CEEE73A0992C09616DCBAE737A1B.tpdila11v_1?idArticle=LEGIARTI000006909904&amp;cidTexte=LEGITEXT000006072665&amp;dateTexte=20160104" target="_blank">article R.1331-2</a> du CSP</em> mentionn&eacute; ci-dessus.</p> <p style="text-align: justify;">L&rsquo;autorisation de d&eacute;versement, lorsqu&rsquo;elle existe (<em><a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=C480CEEE73A0992C09616DCBAE737A1B.tpdila11v_1?idArticle=LEGIARTI000023245101&amp;cidTexte=LEGITEXT000006072665&amp;dateTexte=20160104" target="_blank">art.L.1331-10</a> du Code de la Sant&eacute; Publique</em>), d&eacute;finit notamment les caract&eacute;ristiques que doivent pr&eacute;senter les eaux us&eacute;es pour &ecirc;tre d&eacute;vers&eacute;es dans le r&eacute;seau public, et les prescriptions techniques pour y parvenir, notamment la mise en place d&rsquo;un bac &agrave; graisse.</p> <p style="text-align: justify;">Il en r&eacute;sulte que, r&egrave;gles explicites ou non, les graisses ne peuvent &ecirc;tre rejet&eacute;es dans le r&eacute;seau sans pr&eacute;traitement, car le propri&eacute;taire de l&rsquo;immeuble rejetant ces graisses pourrait voir sa responsabilit&eacute; &ecirc;tre engag&eacute;e en cas de dysfonctionnement de l&rsquo;ouvrage de traitement de la collectivit&eacute; gestionnaire du service public de l&rsquo;assainissement collectif.</p> <p style="text-align: justify;">&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-collectif/la-mise-en-place-dun-filtre-pour-les-eaux-de-graisse-dune-salle-polyvalente-est-elle-obligatoire Wed, 11 Dec 2013 17:02:00 +0100 La CCSPL doit-elle être consultée pour la passation d'un avenant dont l'objet est d'intégrer à la DSP une convention type pour le dépotage de matières de vidange dans une STEP ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/concessions/la-ccspl-doit-elle-etre-consultee-pour-la-passation-d-un-avenant-dont-l-objet-est-d-integrer-a-la-dsp-une-convention-type-pour-le-depotage-de-matieres-de-vidange-dans-une-step <p style="text-align: justify;">L&rsquo;<em><a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=738AECC0B86199D091600B536A7193D0.tpdjo05v_3?idArticle=LEGIARTI000006389220&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20140515&amp;categorieLien=id&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">article L.1411-4</a> du CGCT </em>dispose que <em>&quot;Les assembl&eacute;es d&eacute;lib&eacute;rantes des collectivit&eacute;s territoriales, de leurs groupements et de leurs &eacute;tablissements publics se prononcent sur le principe de toute d&eacute;l&eacute;gation de service public local apr&egrave;s avoir recueilli l&#39;avis de la commission consultative des services publics locaux pr&eacute;vue &agrave; l&#39;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000022494722&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20140515&amp;fastPos=1&amp;fastReqId=769621139&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">article L.1413-1</a>. Elles statuent au vu d&#39;un rapport pr&eacute;sentant le document contenant les caract&eacute;ristiques des prestations que doit assurer le d&eacute;l&eacute;gataire&quot;.</em></p> <p style="text-align: justify;">L&rsquo;<em><a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000022494722&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20140515&amp;fastPos=1&amp;fastReqId=769621139&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">article L.1413-1</a> du CGCT</em> pr&eacute;voit que cette CCSPL est consult&eacute;e sur :</p> <p style="text-align: justify;"><em>&quot;1&deg;Tout projet de d&eacute;l&eacute;gation de service public, avant que l&#39;assembl&eacute;e d&eacute;lib&eacute;rante ou l&#39;organe d&eacute;lib&eacute;rant se prononce dans les conditions pr&eacute;vues par l&#39;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=738AECC0B86199D091600B536A7193D0.tpdjo05v_3?idArticle=LEGIARTI000006389220&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20140515&amp;categorieLien=id&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">article L.1411-4</a> ; </em></p> <p style="text-align: justify;"><em>2&deg;Tout projet de cr&eacute;ation d&#39;une r&eacute;gie dot&eacute;e de l&#39;autonomie financi&egrave;re, avant la d&eacute;cision portant cr&eacute;ation de la r&eacute;gie ; </em></p> <p style="text-align: justify;"><em>3&deg;Tout projet de partenariat avant que l&#39;assembl&eacute;e d&eacute;lib&eacute;rante ou l&#39;organe d&eacute;lib&eacute;rant ne se prononce dans les conditions pr&eacute;vues &agrave; l&#39;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000019265325&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20140515&amp;oldAction=rechCodeArticle&amp;fastReqId=1312364206&amp;nbResultRech=1" target="_blank">article L.1414-2</a> ;</em></p> <p style="text-align: justify;"><em>4&deg;Tout projet de participation du service de l&#39;eau ou de l&#39;assainissement &agrave; un programme de recherche et de d&eacute;veloppement, avant la d&eacute;cision d&#39;y engager le service&quot;.</em></p> <p style="text-align: justify;">La CCSPL peut &eacute;galement &ecirc;tre amen&eacute;e &agrave; se prononcer sur toute proposition relative &agrave; l&rsquo;am&eacute;lioration des services publics locaux, sur initiative de la majorit&eacute; de ses membres<em> (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000022494722&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20140515&amp;fastPos=1&amp;fastReqId=769621139&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">art.L.1413-1</a> du CGCT).</em></p> <p style="text-align: justify;">Il en r&eacute;sulte que la passation d&rsquo;un avenant dont l&rsquo;objet est d&rsquo;int&eacute;grer au contrat une convention-type pour le d&eacute;potage de mati&egrave;res de vidange dans une station d&rsquo;&eacute;puration ne rel&egrave;ve pas des cas de consultation obligatoire de la CCSPL.</p> <p style="text-align: justify;"><strong>NB :</strong> La CCSPL doit &ecirc;tre distingu&eacute;e de la <a href="https://www.sidesa.fr/fr/gestion-administrative/delegation-de-service-public/289-la-commission-de-delegation-de-service-public" target="_blank">CDSP</a>. Si la CCSPL ne doit pas &ecirc;tre consult&eacute;e sur les projets d&rsquo;<a href="https://www.sidesa.fr/fr/gestion-administrative/delegation-de-service-public/973-les-avenants" target="_blank">avenants au contrat de DSP</a>, la CDSP doit &ecirc;tre consult&eacute;e sur tout projet d&rsquo;avenant <em>&quot;entra&icirc;nant une augmentation du montant global sup&eacute;rieure &agrave; 5%&quot;</em> <em>(<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006389226&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20140515" target="_blank">art.L.1411-6 </a>du CGCT).</em></p> <p style="text-align: justify;">Il convient &eacute;galement de rappeler que si l&rsquo;avenant modifie substantiellement l&rsquo;un des &eacute;l&eacute;ments essentiels du contrat (dur&eacute;e et volume des investissements mis &agrave; la charge du d&eacute;l&eacute;gtaire notamment), il s&rsquo;agit d&rsquo;un nouveau contrat qui ne peut &ecirc;tre qualifi&eacute; d&rsquo;avenant et qui doit, en cons&eacute;quence, respecter les obligations l&eacute;gales du publicit&eacute; et de mise en concurrence<em>.</em><br /> &nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/concessions/la-ccspl-doit-elle-etre-consultee-pour-la-passation-d-un-avenant-dont-l-objet-est-d-integrer-a-la-dsp-une-convention-type-pour-le-depotage-de-matieres-de-vidange-dans-une-step Thu, 15 May 2014 14:37:00 +0200 Un EPCI peut-il faire varier le prix de l'eau d'une commune à une autre au motif que le système d'assainissement de l'une est plus onéreux que celui de l'autre? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/un-epci-peut-il-faire-varier-le-prix-de-l-eau-d-une-commune-a-une-autre-au-motif-que-le-systeme-d-assainissement-de-l-une-est-plus-onereux-que-celui-de-l-autre <p style="text-align: justify;">Oui, avec pr&eacute;caution, d&egrave;s lors que la diff&eacute;rence de traitement institu&eacute;e ainsi entre les usagers du service est objectivement justifi&eacute;e par les co&ucirc;ts d&#39;exploitation du service, dans la mesure o&ugrave; s&#39;agit d&#39;une d&eacute;rogation au principe de l&#39;&eacute;galit&eacute; de traitement des usagers.</p> <p style="text-align: justify;">La jurisprudence admet <strong>par exception</strong> des d&eacute;rogations au principe d&#39;&eacute;galit&eacute; de traitement, notamment lorsqu&#39;il existe entre les usagers des diff&eacute;rences de situation appr&eacute;ciables ou que l&#39;int&eacute;r&ecirc;t g&eacute;n&eacute;ral (en rapport avec l&#39;exploitation du service en cause) impose cette mesure.</p> <p style="text-align: justify;">A titre d&#39;exemple, il est possible (et non obligatoire) d&#39;instaurer une diff&eacute;rence de tarification pour les usagers d&#39;une partie du territoire lorsque cette diff&eacute;rence est justifi&eacute;e par le co&ucirc;t d&#39;extension du r&eacute;seau d&#39;eau potable (<em><a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000007892933&amp;fastReqId=1172753989&amp;fastPos=1" target="_blank">CE, 16 juillet 1996, Association Narbonne Libert&eacute;s, n&deg;130363 et 130450</a>).</em></p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/un-epci-peut-il-faire-varier-le-prix-de-l-eau-d-une-commune-a-une-autre-au-motif-que-le-systeme-d-assainissement-de-l-une-est-plus-onereux-que-celui-de-l-autre Thu, 20 Nov 2014 00:00:00 +0100 Les toilettes sèches sont-elles soumises à la délivrance préalable d’un agrément, à l’instar des filières innovantes ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-non-collectif/les-toilettes-seches-sont-elles-soumises-a-la-delivrance-prealable-dun-agrement-a-linstar-des-filieres-innovantes <p style="text-align: justify;">Non.</p> <p style="text-align: justify;">Les toilettes s&egrave;ches ne sont pas soumises &agrave; agr&eacute;ment, contrairement aux fili&egrave;res de traitement innovantes (dites &laquo; fili&egrave;res agr&eacute;&eacute;es &raquo;).</p> <p style="text-align: justify;">Les toilettes s&egrave;ches sont a priori autoris&eacute;es (<em>art. 17 de l&rsquo;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000025743299&amp;dateTexte=&amp;categorieLien=id" target="_blank">arr&ecirc;t&eacute; du 7 septembre 2009</a></em> relatif aux prescriptions techniques) mais &agrave; certaines conditions :</p> <ul> <li style="text-align: justify;">Ne pas g&eacute;n&eacute;rer de nuisances pour le voisinage ;</li> <li style="text-align: justify;">Ne pas rejeter de liquide sur la parcelle ;</li> <li style="text-align: justify;">Ne pas provoquer de pollution des eaux superficielles ou souterraines.</li> </ul> <p style="text-align: justify;">Il appartient donc au SPANC, lors du contr&ocirc;le de conception puis des contr&ocirc;les p&eacute;riodiques de bon fonctionnement, de s&rsquo;assurer que ces conditions sont r&eacute;unies. Les points &agrave; contr&ocirc;ler a minima pour les toilettes s&egrave;ches sont indiqu&eacute;s dans&nbsp; l&rsquo;<em>annexe III de l&rsquo;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=5C6D0E4A4E1814068B07470059AE0220.tpdjo04v_1?cidTexte=JORFTEXT000025835036&amp;dateTexte=20130626" target="_blank">arr&ecirc;t&eacute; du 27 avril 2012</a> </em>relatif aux modalit&eacute;s d&#39;ex&eacute;cution de la mission de contr&ocirc;le des installations d&#39;assainissement non collectif :</p> <ul> <li style="text-align: justify;">Adaptation de l&#39;installation retenue au type d&#39;usage, aux contraintes sanitaires et environnementales, aux exigences et &agrave; la sensibilit&eacute; du milieu, aux caract&eacute;ristiques du terrain et &agrave; l&#39;immeuble desservi ;</li> <li style="text-align: justify;">V&eacute;rification de l&#39;&eacute;tanch&eacute;it&eacute; de la cuve recevant les f&egrave;ces et/ou les urines ;</li> <li style="text-align: justify;">Respect des r&egrave;gles d&#39;&eacute;pandage et de valorisation des d&eacute;chets des toilettes s&egrave;ches ;</li> <li style="text-align: justify;">Absence de nuisance pour le voisinage et de pollution visible ;</li> <li style="text-align: justify;">V&eacute;rification de la pr&eacute;sence d&#39;une installation de traitement des eaux m&eacute;nag&egrave;res.<br /> &nbsp;</li> </ul> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-non-collectif/les-toilettes-seches-sont-elles-soumises-a-la-delivrance-prealable-dun-agrement-a-linstar-des-filieres-innovantes Wed, 26 Jun 2013 00:00:00 +0200 L’interdiction de rejeter des éléments solides dans le réseau d’eaux usées concerne-t-elle les lingettes ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-collectif/linterdiction-de-rejeter-des-elements-solides-dans-le-reseau-deaux-usees-concerne-t-elle-les-lingettes <p style="text-align: justify;">Oui.</p> <p style="text-align: justify;">Ces lingettes destin&eacute;es &agrave; tout nettoyer et vendues comme des produits biod&eacute;gradables sont consid&eacute;r&eacute;es comme des &eacute;l&eacute;ments solides au sens de l&rsquo;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006909904&amp;cidTexte=LEGITEXT000006072665&amp;dateTexte=20130429&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">article R.1331-2</a> du Code de la Sant&eacute; Publique.</p> <p style="text-align: justify;">Or, cet article (souvent repris dans le RSD et le r&egrave;glement du service) pr&eacute;voit que :</p> <p style="text-align: justify;"><em>&laquo; Il est interdit d&#39;introduire dans les syst&egrave;mes de collecte des eaux us&eacute;es : a) Directement ou par l&#39;interm&eacute;diaire de canalisations d&#39;immeubles, toute mati&egrave;re solide, liquide ou gazeuse susceptible d&#39;&ecirc;tre la cause, soit d&#39;un danger pour le personnel d&#39;exploitation ou pour les habitants des immeubles raccord&eacute;s au syst&egrave;me de collecte, soit d&#39;une d&eacute;gradation des ouvrages d&#39;assainissement et de traitement, soit d&#39;une g&ecirc;ne dans leur fonctionnement ; b) Des d&eacute;chets solides, y compris apr&egrave;s broyage &raquo;.</em></p> <p style="text-align: justify;">Le temps de transit dans le r&eacute;seau avant arriv&eacute;e &agrave; l&rsquo;usine de traitement n&#39;est pas suffisant pour assurer leur biod&eacute;gradabilit&eacute;, ce qui qui engendre des dysfonctionnements des &eacute;quipements &eacute;lectrom&eacute;caniques en station d&rsquo;&eacute;puration ou en postes de rel&egrave;vement.</p> <p style="text-align: justify;">Le nombre d&rsquo;interventions curatives pour pannes ou d&eacute;bordements a &eacute;t&eacute; multipli&eacute; par trois depuis l&rsquo;apparition de ces produits dans les r&eacute;seaux.</p> <p style="text-align: justify;">La FNCCR a re&ccedil;u le 12 avril 2012 d&rsquo;un repr&eacute;sentant de l&rsquo;AFISE (Association Fran&ccedil;aise des Industries de la D&eacute;tergence, de l&rsquo;Entretien et des produits hygi&egrave;ne industrielle) et de Group&rsquo;Hygi&egrave;ne (Groupement Fran&ccedil;ais des Fabricants de Produits &agrave; usage unique pour l&rsquo;hygi&egrave;ne, la sant&eacute; et l&rsquo;essuyage) afin de leur pr&eacute;senter cette probl&eacute;matique.</p> <p style="text-align: justify;">Il est indispensable qu&rsquo;une communication adapt&eacute;e et non &eacute;quivoque soit faite aupr&egrave;s des usagers de ces produits sur la port&eacute;e de leur caract&egrave;re &laquo; biod&eacute;gradable &raquo;, les cons&eacute;quences de leur utilisation pour le r&eacute;seau d&rsquo;assainissement (et partant, pour le co&ucirc;t du service qui leur est factur&eacute;) et sur l&rsquo;interdiction de jeter ces lingettes dans le r&eacute;seau.</p> <p style="text-align: justify;">De m&ecirc;me, il serait souhaitable que la composition et la structure m&ecirc;me de ces produits soient modifi&eacute;es afin d&rsquo;acc&eacute;l&eacute;rer leur d&eacute;gradation apr&egrave;s usage.</p> <p style="text-align: justify;">Suite &agrave; cette rencontre, les f&eacute;d&eacute;rations professionnelles concern&eacute;es devraient faire des propositions, apr&egrave;s d&eacute;cision de leur conseil d&rsquo;administration.</p> <p style="text-align: justify;"><strong>T&eacute;l&eacute;chargements</strong></p> <hr /> <p style="text-align: justify;"><em><img alt="" height="16" src="https://www.sidesa.fr/upload/images/icones/icon_external.gif" width="14" /> <a href="http://questions.assemblee-nationale.fr/q12/12-71482QE.htm" target="_blank">R&eacute;ponse minist&eacute;rielle, Question n&deg;71482, JOAN du 13 d&eacute;cembre 2005, page 11525</a></em></p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-collectif/linterdiction-de-rejeter-des-elements-solides-dans-le-reseau-deaux-usees-concerne-t-elle-les-lingettes Mon, 29 Apr 2013 16:10:00 +0200 Les membres de l'assemblée délibérante sont-ils tenus à une obligation de discrétion et de confidentialité concernant les projets de délibérations qui leur sont soumis? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/les-membres-de-l-assemblee-deliberante-sont-ils-tenus-a-une-obligation-de-discretion-et-de-confidentialite-concernant-les-projets-de-deliberations-qui-leur-sont-soumis <p>In fine, oui. En effet, aucun texte ne dispose express&eacute;ment que les &eacute;lus ont une obligation de discr&eacute;tion sur les affaires dont ils ont &agrave; conna&icirc;tre, contrairement aux fonctionnaires (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexteArticle.do;jsessionid=D76971F29AA1A6E7AABC0BE76ECA8B17.tpdjo11v_2?idArticle=LEGIARTI000006366539&amp;cidTexte=LEGITEXT000006068812&amp;dateTexte=20140524" target="_blank">art. 26 de la loi n&deg;83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires</a>).</p> <p>Cependant, les r&egrave;gles de la responsabilit&eacute; personnelle civile et p&eacute;nale sanctionnent un manque de discr&eacute;tion lorsque celui-ci constitue une infraction ou porte pr&eacute;judice &agrave; autrui.</p> <p>Engage par exemple sa responsabilit&eacute; p&eacute;nale l&#39;&eacute;lu qui divulgue des informations sur les march&eacute;s en violation du principe de la libert&eacute; d&#39;acc&egrave;s et de l&#39;&eacute;galit&eacute; des candidats dans les march&eacute;s publics et les d&eacute;l&eacute;gations de service public (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000028311959&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070719&amp;dateTexte=20140524&amp;oldAction=rechCodeArticle&amp;fastReqId=329905727&amp;nbResultRech=1" target="_blank">art.432-14</a> du Code p&eacute;nal : 2 ans d&#39;emprisonnement et 200 000 &euro; d&#39;amende).</p> <p>Dans le cas o&ugrave; cette divulgation permet &agrave; l&#39;&eacute;lu en cause de tirer ou conserver un avantage (<em>&quot;prendre, recevoir ou conserver, directement ou indirectement, un int&eacute;r&ecirc;t quelconque dans une entreprise ou dans une op&eacute;ration dont il a, au moment de l&#39;acte, en tout ou partie, la charge d&#39;assurer la surveillance, l&#39;administration, la liquidation ou le paiement&quot;</em>), lil peut &eacute;galement &ecirc;tre condamn&eacute; pour &quot;prise ill&eacute;gale d&#39;int&eacute;r&ecirc;t&quot; (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006418522&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070719" target="_blank">art.432-12</a> du Code p&eacute;nal : 5 ans d&#39;emprisonnement et 500 000 &euro; d&#39;amende).</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/les-membres-de-l-assemblee-deliberante-sont-ils-tenus-a-une-obligation-de-discretion-et-de-confidentialite-concernant-les-projets-de-deliberations-qui-leur-sont-soumis Sat, 24 May 2014 07:32:00 +0200 Quel est l’acte de procédure qui doit être retenu pour apprécier le respect du délai de validité des offres ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/marches-publics/candidatures-et-offres/quel-est-lacte-de-procedure-qui-doit-etre-retenu-pour-apprecier-le-respect-du-delai-de-validite-des-offres <p style="text-align: justify;">Pendant le d&eacute;lai de validit&eacute; des offres (en g&eacute;n&eacute;ral 90 ou 120 jours), l&rsquo;entreprise s&rsquo;engage &agrave; ne pas modifier ni &agrave; retirer son offre&nbsp; <em>(CE, 9 juin 1926, Bourdouil ; CE, 21 mars 1962, Soci&eacute;t&eacute; nationale des chantiers de reconstruction).</em></p> <p style="text-align: justify;">Le Conseil d&rsquo;Etat consid&egrave;re que le d&eacute;lai de validit&eacute; des offres est appr&eacute;ci&eacute; au regard de l&rsquo;attribution des offres (d&eacute;cision de la CAO)&nbsp;&nbsp;<em>(CE, 21&nbsp;mars&nbsp;2007, Commune de&nbsp;Lens, n&deg; 279535).</em></p> <p style="text-align: justify;">Si la CAO a d&eacute;cid&eacute; de l&rsquo;attribution du march&eacute; avant le terme du d&eacute;lai de validit&eacute; des offres : le pouvoir adjudicateur peut poursuivre la proc&eacute;dure, et le titulaire du march&eacute; ne pourra plus retirer unilat&eacute;ralement son offre.</p> <p style="text-align: justify;">En revanche, si la CAO n&rsquo;a pas attribu&eacute; le march&eacute; au terme de ce d&eacute;lai, le pouvoir adjudicateur doit obtenir l&rsquo;accord de l&rsquo;ensemble des candidats pour proroger le d&eacute;lai de validit&eacute;. A d&eacute;faut d&rsquo;accord de ceux-ci, il doit d&eacute;clarer la proc&eacute;dure sans suite et lancer une nouvelle proc&eacute;dure.</p> <p style="text-align: justify;">Remarque : Pour ce qui concerne les MAPA, pour lesquels la r&eacute;union de la CAO n&rsquo;est pas requise, la d&eacute;cision d&rsquo;attribution du march&eacute; n&rsquo;a alors pas de date certaine et la solution de l&rsquo;arr&ecirc;t &laquo; Commune de Lens &raquo; ne permet pas, &agrave; ce jour, de r&eacute;pondre &hellip;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/marches-publics/candidatures-et-offres/quel-est-lacte-de-procedure-qui-doit-etre-retenu-pour-apprecier-le-respect-du-delai-de-validite-des-offres Thu, 14 Jan 2010 13:14:00 +0100 Existe-t-il une réglementation imposant un point d’eau sur les lagunages pour des questions d’hygiène du personnel notamment? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-collectif/existe-t-il-une-reglementation-imposant-un-point-deau-sur-les-lagunages-pour-des-questions-dhygiene-du-personnel-notamment <p style="text-align: justify;">Si les collectivit&eacute;s publiques (pour leurs agents) ne sont pas soumises au Code du travail, cela est except&eacute; la quatri&egrave;me partie (l&eacute;gislative &amp; r&eacute;glementaire) de celui-ci relative &agrave; la sant&eacute; et la s&eacute;curit&eacute; au travail.</p> <p style="text-align: justify;">L&rsquo;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=4A36044AD34A32805893278484F67331.tpdjo17v_1?idArticle=LEGIARTI000006903140&amp;cidTexte=LEGITEXT000006072050&amp;dateTexte=20120601" target="_blank">article L.4111-1</a> dudit code dispose en effet que :&nbsp; <em>&quot;Sous r&eacute;serve des exceptions pr&eacute;vues &agrave; l&#39;article L. 4111-4, les dispositions de la pr&eacute;sente partie sont applicables aux employeurs de droit priv&eacute; ainsi qu&#39;aux travailleurs.</em> <em>Elles sont &eacute;galement applicables :</em> <em>1&deg; Aux &eacute;tablissements publics &agrave; caract&egrave;re industriel et commercial ;</em> <em>2&deg; Aux &eacute;tablissements publics administratifs lorsqu&#39;ils emploient du personnel dans les conditions du droit priv&eacute; ;</em> <em>3&deg; Aux &eacute;tablissements de sant&eacute;, sociaux et m&eacute;dico-sociaux mentionn&eacute;s &agrave; l&#39;article 2 de la loi n&deg; 86-33 du 9 janvier 1986 portant dispositions statutaires relatives &agrave; la fonction publique hospitali&egrave;re.&quot;</em></p> <p style="text-align: justify;">La partie r&eacute;glementaire du code du travail pr&eacute;voit (art. R.4228-1) que <em>&quot;l&rsquo;employeur met &agrave; la disposition des travailleurs les moyens d&rsquo;assurer leur propret&eacute; individuelle, notamment des vestiaires, des lavabos, des cabinets d&rsquo;aisance et, le cas &eacute;ch&eacute;ant, des douches&quot;.</em></p> <p style="text-align: justify;">Pour ce qui concerne le &laquo; point d&rsquo;eau &raquo; auquel vous faites r&eacute;f&eacute;rence (robinet + lavabo), l&rsquo;article ci-dessus mentionn&eacute; en impose la pr&eacute;sence.</p> <p style="text-align: justify;">Les caract&eacute;ristiques des lavabos sont indiqu&eacute;es &agrave; l&rsquo;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=4A36044AD34A32805893278484F67331.tpdjo17v_1?idArticle=LEGIARTI000018531990&amp;cidTexte=LEGITEXT000006072050&amp;dateTexte=20120601" target="_blank">article R.4228-7</a> du Code du travail : <em>&quot;Les lavabos sont &agrave; eau potable. L&#39;eau est &agrave; temp&eacute;rature r&eacute;glable et est distribu&eacute;e &agrave; raison d&#39;un lavabo pour dix travailleurs au plus. Des moyens de nettoyage et de s&eacute;chage ou d&#39;essuyage appropri&eacute;s sont mis &agrave; la disposition des travailleurs. Ils sont entretenus ou chang&eacute;s chaque fois que cela est n&eacute;cessaire.&quot;</em></p> <p style="text-align: justify;">Les vestiaires collectifs et les lavabos sont install&eacute;s dans un local sp&eacute;cial de surface convenable, isol&eacute; des locaux de travail et de stockage et plac&eacute; &agrave; proximit&eacute; du passage des travailleurs. Lorsque les vestiaires et les lavabos sont install&eacute;s dans des locaux s&eacute;par&eacute;s, la communication entre ceux-ci doit pouvoir s&#39;effectuer sans traverser les locaux de travail ou de stockage et sans passer par l&#39;ext&eacute;rieur (art. R.4228-2).</p> <p style="text-align: justify;">Le sol et les parois des locaux affect&eacute;s aux vestiaires collectifs et lavabos sont tels qu&#39;ils permettent un nettoyage efficace.&nbsp; Ces locaux sont tenus en &eacute;tat constant de propret&eacute; (art. R.4228-3).</p> <p style="text-align: justify;">Les locaux affect&eacute;s aux vestiaires collectifs et lavabos sont a&eacute;r&eacute;s conform&eacute;ment aux r&egrave;gles d&#39;a&eacute;ration et d&#39;assainissement du chapitre II et convenablement chauff&eacute;s (art. R.4228-4)<br /> Dans les &eacute;tablissements employant un personnel mixte, des installations s&eacute;par&eacute;es sont pr&eacute;vues pour les travailleurs masculins et f&eacute;minins (art. R.4228-5).</p> <p style="text-align: justify;"><strong>Pour ce qui concerne les douches</strong>, l&rsquo;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=4A36044AD34A32805893278484F67331.tpdjo17v_1?idArticle=LEGIARTI000018531988&amp;cidTexte=LEGITEXT000006072050&amp;dateTexte=20120601&amp;categorieLien=id" target="_blank">article R.4228-8</a> pr&eacute;voit que : <em>&quot;Dans les &eacute;tablissements o&ugrave; sont r&eacute;alis&eacute;s certains travaux insalubres et salissants, des douches sont mises &agrave; la disposition des travailleurs. La liste de ces travaux ainsi que les conditions de mises &agrave; disposition des douches sont fix&eacute;es par arr&ecirc;t&eacute; des ministres charg&eacute;s du travail ou de l&#39;agriculture et, en tant que de besoin, par le ministre charg&eacute; de la sant&eacute;.&quot;</em><br /> <br /> L&rsquo;arr&ecirc;t&eacute; auquel l&rsquo;article R.4228-8 fait r&eacute;f&eacute;rence est l&rsquo;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=B4C632D82766E4110154794B167E886F.tpdjo03v_1?cidTexte=LEGITEXT000006072419&amp;dateTexte=20120607" target="_blank">arr&ecirc;t&eacute; du 27 juillet 1947</a> fixant les conditions dans lesquelles les douches doivent &ecirc;tre mises &agrave; la disposition du personnel effectuant des travaux insalubres ou salissants<em> (cf. travaux en Annexe).</em></p> <p style="text-align: justify;">La question est cependant de savoir si cela doit &ecirc;tre fait dans tous les lieux de travail quels qu&rsquo;ils soient, m&ecirc;me ceux qui a priori ne s&rsquo;y pr&ecirc;tent pas, comme par exemple le lagunage o&ugrave; il n&rsquo;y a en g&eacute;n&eacute;ral aucun local en &quot;dur&quot; pour abriter le lavabo et/ou la douche.<br /> <br /> C&rsquo;est la raison pour laquelle le code du travail pr&eacute;voit que :&nbsp; <em>&quot;Si pour des raisons tenant &agrave; la disposition des lieux, le chef d&rsquo;&eacute;tablissement ne peut am&eacute;nager les vestiaires, lavabos, les douches, dans les conditions fix&eacute;es par les texte, il peut demander une dispense de certaines de ses obligations aupr&egrave;s de l&rsquo;inspecteur du travail, apr&egrave;s avis du m&eacute;decin du travail, du CHSCT ou, &agrave; d&eacute;faut, des d&eacute;l&eacute;gu&eacute;s du personnel, et &agrave; condition que les mesures n&eacute;cessaires soient prises pour assurer des conditions d&rsquo;hygi&egrave;ne correspondant dans la mesure du possible &agrave; celles que pr&eacute;voient les textes&quot; </em>(<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do;jsessionid=1828DC1F2F5CEBF1F95D424B870C5FF9.tpdjo17v_3?idSectionTA=LEGISCTA000018531970&amp;cidTexte=LEGITEXT000006072050&amp;dateTexte=20120601" target="_blank">art. R.4228-16 &agrave; 18</a>).</p> <p style="text-align: justify;">La mise &agrave; disposition des salari&eacute;s d&rsquo;installations sanitaires doit &ecirc;tre assur&eacute;s de fa&ccedil;on permanente ; si ces installations ne sont pas situ&eacute;es dans les locaux appartenant &agrave; l&rsquo;entreprise ou lou&eacute;s par elle, leur utilisation doit &ecirc;tre garantie par un engagement non pr&eacute;caire <em>(CAA Bordeaux, 2 d&eacute;cembre 2004).</em><br /> <br /> Ainsi, il faut a minima un cabinet d&rsquo;aisances, un lavabo voire une douche <em>(cf. liste des travaux concern&eacute;s) </em>dans un des endroits dans lesquels travaille l&rsquo;agent et sous les conditions pr&eacute;c&eacute;demment cit&eacute;es.</p> <p style="text-align: justify;">&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-collectif/existe-t-il-une-reglementation-imposant-un-point-deau-sur-les-lagunages-pour-des-questions-dhygiene-du-personnel-notamment Fri, 08 Jun 2012 16:11:00 +0200 La responsabilité du maire peut-elle être engagée en cas de non mise en conformité des installations d’ANC par les propriétaires privés ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-non-collectif/la-responsabilite-du-maire-peut-elle-etre-engagee-en-cas-de-non-mise-en-conformite-des-installations-danc-par-les-proprietaires-prives <p style="text-align: justify;">La responsabilit&eacute; du maire peut-elle &ecirc;tre engag&eacute;e en cas de non mise en conformit&eacute; des installations d&rsquo;ANC par les propri&eacute;taires priv&eacute;s ?Non, sauf &agrave; ce que cette non-conformit&eacute; entra&icirc;ne une pollution et que le maire n&rsquo;utilise pas son pouvoir de police pour la faire cesser.</p> <p style="text-align: justify;">En effet, en cas de pollution, le maire a l&rsquo;obligation de mettre en &oelig;uvre toutes les mesures utiles pour contraindre les propri&eacute;taires priv&eacute;s &agrave; proc&eacute;der aux travaux de mise en conformit&eacute; de leur installation d&rsquo;ANC.</p> <p style="text-align: justify;">Le maire doit ainsi prendre les mesures coercitives pour &quot;<em>pr&eacute;venir et faire cesser les pollutions de toute nature&quot;</em>&nbsp;<em>(art.<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006390149&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20130416&amp;fastPos=2&amp;fastReqId=2119085047&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">L.2212-1 </a>et <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=56226EEDF80A8DB35FD9209E05CA21CD.tpdjo07v_2?idArticle=LEGIARTI000019983190&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20130416&amp;categorieLien=id" target="_blank">L.2212-2</a> du CGCT).</em></p> <p style="text-align: justify;">La carence du maire constitue une faute engageant la responsabilit&eacute; de la commune <em>(<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000027094714&amp;fastReqId=334944666&amp;fastPos=1" target="_blank">CAA Douai, 5 f&eacute;vrier 2013, n&deg;12DA00229</a>).</em></p> <p style="text-align: justify;">De m&ecirc;me, la responsabilit&eacute; de l&#39;EPCI - auquel la comp&eacute;tence assainissement non collectif a &eacute;t&eacute; transf&eacute;r&eacute;e - peut &ecirc;tre engag&eacute;e pour carence, en sus de celle du maire (qui conserve son pouvoir de police g&eacute;n&eacute;rale et doit l&#39;utiliser) <em>(<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000022363783&amp;fastReqId=1862778173&amp;fastPos=1" target="_blank">CAA Lyon, 10 juin 2010, n&deg;08LY0062</a> : &quot;en se bornant &agrave; pr&eacute;venir la communaut&eacute; d&#39;agglom&eacute;ration de cet &eacute;tat de fait et &agrave; l&#39;inciter &agrave; effectuer les travaux n&eacute;cessaires pour y rem&eacute;dier, sans faire usage des pouvoirs de police de la salubrit&eacute; qu&#39;il d&eacute;tient de l&#39;article L. 2212-2 du code g&eacute;n&eacute;ral des collectivit&eacute;s territoriales, pour notamment interdire les rejets ou mettre en place un approvisionnement en eau alternatif, le maire (...) a commis une faute de nature &agrave; engager la responsabilit&eacute; de la commune ; que, de son c&ocirc;t&eacute;, la communaut&eacute; d&#39;agglom&eacute;ration (...), devenue comp&eacute;tente en mati&egrave;re d&#39;assainissement &agrave; la suite du transfert intervenu (...), en mettant plusieurs ann&eacute;es avant de r&eacute;aliser le r&eacute;seau d&#39;assainissement de nature &agrave; rem&eacute;dier aux d&eacute;versements polluants a &eacute;galement commis une faute de nature &agrave; engager sa responsabilit&eacute; ; que, par suite, les requ&eacute;rants sont fond&eacute;s &agrave; rechercher la responsabilit&eacute; solidaire de la commune (...) et la communaut&eacute; d&#39;agglom&eacute;ration &agrave; r&eacute;parer leurs pr&eacute;judices en lien avec cette pollution&quot;).</em><br /> &nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-non-collectif/la-responsabilite-du-maire-peut-elle-etre-engagee-en-cas-de-non-mise-en-conformite-des-installations-danc-par-les-proprietaires-prives Tue, 16 Apr 2013 00:00:00 +0200 Lorsqu’un syndicat exerce la compétence eau sur une partie des communes membres et que celle-ci est exercée, pour les autres communes membres, par un autre EPCI, les délégués de celles-ci peuvent-ils prendre part au vote concernant l’eau ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/lorsquun-syndicat-exerce-la-competence-eau-sur-une-partie-des-communes-membres-et-que-celle-ci-est-exercee-pour-les-autres-communes-membres-par-un-autre-epci-les-delegues-de-celles-ci-peuvent-ils-prendre-part-au-vote-concernant-leau <p>Non.</p> <p>Lorsqu&#39;un syndicat n&#39;exerce ses comp&eacute;tences qu&#39;envers une partie des communes qu&#39;il associe, le syndicat est qualifi&eacute; de syndicat &laquo; &agrave; la carte &raquo;. Le syndicat exerce alors chacune de ses comp&eacute;tences dans les limites du territoire des communes lui ayant transf&eacute;r&eacute; les comp&eacute;tences en cause.</p> <p>L&#39;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;idArticle=LEGIARTI000006392988&amp;dateTexte=&amp;categorieLien=cid" target="_blank">article L.5212-16</a> du CGCT d&eacute;termine les r&egrave;gles particuli&egrave;res applicables en pareil cas qu&#39;il s&#39;agisse des r&egrave;gles sp&eacute;cifiques de fonctionnement, de repr&eacute;sentation des communes, de participation au vote, du transfert et de la reprise de comp&eacute;tences, de fixation des contributions communales.</p> <p>S&#39;agissant de la participation des d&eacute;l&eacute;gu&eacute;s au comit&eacute; syndical, l&#39;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;idArticle=LEGIARTI000006392988&amp;dateTexte=&amp;categorieLien=cid" target="_blank">article L.5212-16</a> susmentionn&eacute; pr&eacute;voit que tous les d&eacute;l&eacute;gu&eacute;s prennent part au vote pour les affaires pr&eacute;sentant un int&eacute;r&ecirc;t commun &agrave; toutes les communes et notamment pour l&#39;&eacute;lection du pr&eacute;sident et des membres du bureau, le vote du budget, l&#39;approbation du compte administratif et les d&eacute;cisions relatives aux modifications des conditions initiales de composition, de foncctionnement et de dur&eacute;e du syndicat.</p> <p>Dans le cas contraire, ne prennent part au vote que les d&eacute;l&eacute;gu&eacute;s repr&eacute;sentant les communes concern&eacute;es par l&#39;affaire mise en d&eacute;lib&eacute;ration.</p> <p>Le pr&eacute;sident prend, quant &agrave; lui, part &agrave; tous les votes <em>(cf. <a href="http://questions.assemblee-nationale.fr/pdf/q14/14-12991QE.pdf" target="_blank">R&eacute;ponse minist&eacute;rielle, Question &eacute;crite n&deg;12991, JOAN du 26 mars 2013, page 3363</a>).</em></p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/lorsquun-syndicat-exerce-la-competence-eau-sur-une-partie-des-communes-membres-et-que-celle-ci-est-exercee-pour-les-autres-communes-membres-par-un-autre-epci-les-delegues-de-celles-ci-peuvent-ils-prendre-part-au-vote-concernant-leau Tue, 13 May 2014 08:17:00 +0200 Les forages d’eau à usage agricole sont-ils soumis à la redevance prélèvement sur la ressource en eau? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/les-forages-deau-a-usage-agricole-sont-ils-soumis-a-la-redevance-prelevement-sur-la-ressource-en-eau <p>En principe, oui, l&rsquo;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000025075995&amp;cidTexte=LEGITEXT000006074220&amp;dateTexte=20141031&amp;oldAction=rechCodeArticle&amp;fastReqId=679829015&amp;nbResultRech=1" target="_blank">article L.213-10-9 </a>du Code de l&rsquo;environnement disposant que<em> </em>la redevance pour pr&eacute;l&egrave;vement sur la ressource en eau est due<em> &quot;par toute personne dont les activit&eacute;s entra&icirc;nent un pr&eacute;l&egrave;vement sur la ressource en eau &raquo; </em>(voir &eacute;galement<em> </em><a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=6C433939E2C00C6B7709DF3989C7105D.tpdjo15v_1?idArticle=LEGIARTI000023785834&amp;cidTexte=LEGITEXT000006074220&amp;dateTexte=20141031&amp;categorieLien=id&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">art.R. 213-48-14</a> et <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=6C433939E2C00C6B7709DF3989C7105D.tpdjo15v_1?idArticle=LEGIARTI000025210590&amp;cidTexte=LEGITEXT000006074220&amp;dateTexte=20141031&amp;categorieLien=id&amp;oldAction=rechCodeArticle&amp;nbResultRech=" target="_blank">art.D. 213-48-14-1</a> du Code de l&rsquo;environnement).</p> <p>Cependant, ce principe conna&icirc;t des exceptions en fonction :</p> <ul> <li>de l&rsquo;activit&eacute; exerc&eacute;e (II de l&rsquo;art.L.213-10-9) ;</li> <li>du nombre de m&egrave;tres cubes annuellement pr&eacute;lev&eacute;s (IV de l&rsquo;art.L.213-10-9).</li> </ul> <p>De plus, le montant de la redevance varie en fonction :</p> <ul> <li>d&rsquo;une part, des usages auxquels donnent lieu les pr&eacute;l&egrave;vements (V et VI de l&rsquo;art.L.213-10-9) et selon la localisation de la ressource en eau (dans ou hors Zone de R&eacute;partition des Eaux &quot;ZRE&quot;);</li> <li>d&rsquo;autre part, de l&rsquo;existence ou non d&rsquo;un dispositif de comptage de l&rsquo;eau pr&eacute;lev&eacute;e (III de l&rsquo;article L.213-10-9).</li> </ul> <p>Ainsi, <strong>activit&eacute;s suivantes ne sont pas soumises </strong>&agrave; cette redevance (II de l&rsquo;art.L.213-10-9) :</p> <ol> <li>Les pr&eacute;l&egrave;vements effectu&eacute;s en mer ;</li> <li>Les exhaures de mines dont l&#39;activit&eacute; a cess&eacute; ainsi que les pr&eacute;l&egrave;vements rendus n&eacute;cessaires par l&#39;ex&eacute;cution de travaux souterrains et les pr&eacute;l&egrave;vements effectu&eacute;s lors d&#39;un drainage r&eacute;alis&eacute; en vue de maintenir &agrave; sec des b&acirc;timents ou des ouvrages, ou de rabattre une nappe phr&eacute;atique conform&eacute;ment &agrave; une prescription administrative ;</li> <li>Les pr&eacute;l&egrave;vements li&eacute;s &agrave; l&#39;aquaculture ;</li> <li>Les pr&eacute;l&egrave;vements li&eacute;s &agrave; la g&eacute;othermie ;</li> <li>Les pr&eacute;l&egrave;vements effectu&eacute;s hors de la p&eacute;riode d&#39;&eacute;tiage, pour des ouvrages destin&eacute;s &agrave; la r&eacute;alimentation des milieux naturels ;</li> <li>Les pr&eacute;l&egrave;vements li&eacute;s &agrave; la lutte antigel pour les cultures p&eacute;rennes.</li> </ol> <p>La redevance n&#39;est <strong>pas due lorsque le volume pr&eacute;lev&eacute; est inf&eacute;rieur</strong> :</p> <ul> <li>&agrave; 10 000 m3/an pour les pr&eacute;l&egrave;vements dans des ressources de cat&eacute;gorie 1 (hors ZRE : V de l&#39;art.L.213-10-9) ;</li> <li>&agrave; 7 000 m3/an pour les pr&eacute;l&egrave;vements dans des ressources de cat&eacute;gorie 2 (en ZRE : V de l&#39;art.L.213-10-9).</li> </ul> <p>Elle est <strong>assise sur le volume d&#39;eau pr&eacute;lev&eacute; au cours d&#39;une ann&eacute;e</strong> et son <strong>assiette varie selon que la personne dispose ou non d&#39;un dispositif de comptage de l&#39;eau pr&eacute;lev&eacute;e</strong>.</p> <p>Ainsi, lorsqu&#39;une personne dispose d&#39;un forage pour son alimentation en eau, elle est tenue de mettre en place un dispositif de comptage de l&#39;eau pr&eacute;lev&eacute;e. L&#39;assiette de la redevance est alors major&eacute;e par le volume d&#39;eau ainsi pr&eacute;lev&eacute;. Lorsque le redevable ne proc&egrave;de pas &agrave; la mesure de ses pr&eacute;l&egrave;vements, la redevance est assise sur un volume forfaitaire calcul&eacute; en prenant en compte le caract&egrave;re av&eacute;r&eacute; ou non de l&#39;impossibilit&eacute; de la mesure et des grandeurs caract&eacute;ristiques de l&#39;activit&eacute; en cause d&eacute;termin&eacute;es &agrave; partir de campagnes g&eacute;n&eacute;rales de mesure ou d&#39;&eacute;tudes fond&eacute;es sur des &eacute;chantillons repr&eacute;sentatifs.</p> <p>L&#39;agence de l&#39;eau est fond&eacute;e &agrave; faire une estimation forfaitaire de la redevance, en prenant en compte la surface irrigu&eacute;e et le type de culture, lorsque la d&eacute;claration de l&#39;entreprise qui a effectu&eacute; des pr&eacute;l&egrave;vements en eau pour les besoins de son exploitation agricole est incompl&egrave;te<em> (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000025908802&amp;fastReqId=725401522&amp;fastPos=1" target="_blank">CE, 21 mai 2012, Agence de l&#39;eau Adour-Garonne, </a></em><em><a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000025908802&amp;fastReqId=725401522&amp;fastPos=1" target="_blank"><em>n&deg;328460</em></a>)</em>.</p> <p>&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/les-forages-deau-a-usage-agricole-sont-ils-soumis-a-la-redevance-prelevement-sur-la-ressource-en-eau Fri, 31 Oct 2014 00:00:00 +0100 La collectivité délégante peut-elle exiger du délégataire un remboursement anticipé des provisions pour renouvellement non utilisées? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/concessions/la-collectivite-delegante-peut-elle-exiger-du-delegataire-un-remboursement-anticipe-des-provisions-pour-renouvellement-non-utilisees <p style="text-align: justify;">Non.</p> <p style="text-align: justify;">Les provisions (et leurs produits financiers) constitu&eacute;es par le d&eacute;l&eacute;gataire et non utilis&eacute;es doivent &ecirc;tre restitu&eacute;es &agrave; la collectivit&eacute; d&eacute;l&eacute;gante <u>au terme du contrat</u>.</p> <p style="text-align: justify;">Cependant, cette obligation ne saurait octroyer &agrave; la collectivit&eacute; d&eacute;l&eacute;gante le droit d&#39;exiger un remboursement anticip&eacute; du solde de ces provisions pour renouvellement non utilis&eacute;es sur la base d&#39;une <em>&quot;projection du solde des provisions&quot; </em>au terme du contrat.</p> <p style="text-align: justify;">Cette d&eacute;cision unilat&eacute;rale de la collectivit&eacute; et le titre ex&eacute;cutoire &eacute;mis en application de celle-ci portent atteinte &agrave; l&#39;exigence de loyaut&eacute; des relations contractuelles<em> </em>et doivent &ecirc;tre annul&eacute;s<em> (TA Lille, 20 f&eacute;vrier 2013, Soci&eacute;t&eacute; des Eaux du Nord).</em></p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/concessions/la-collectivite-delegante-peut-elle-exiger-du-delegataire-un-remboursement-anticipe-des-provisions-pour-renouvellement-non-utilisees Thu, 04 Jul 2013 00:00:00 +0200 L'existence de fait d'un dispositif d'assainissement non collectif sur une parcelle au profit d'une parcelle voisine vaut-elle servitude? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-non-collectif/l-existence-de-fait-d-un-dispositif-d-assainissement-non-collectif-sur-une-parcelle-au-profit-d-une-parcelle-voisine-vaut-elle-servitude <p style="text-align: justify;">Non.</p> <p style="text-align: justify;">Les juges du fond l&#39;ont rappel&eacute; dans un arr&ecirc;t de la Cour d&#39;Appel de Riom du 13 f&eacute;vrier 2012 <em>(<a href="https://www.sidesa.fr/upload/files/pdf/assainissementnoncollectif/travaux/120213.CA_Riom_10-02284.pdf" target="_blank">CA Riom, 13 f&eacute;vrier 2012, n&deg;10/02284</a>) </em>: une servitude d&#39;assainissement des eaux us&eacute;es &eacute;tant discontinue, elle ne peut &ecirc;tre &eacute;tablie que par titre authentique.</p> <p style="text-align: justify;">Il en r&eacute;sulte&nbsp;que ni&nbsp;l&#39;implantation d&#39;un dispositif d&#39;ANC, ni la mention de l&#39;existence&nbsp;de ce dispositif&nbsp;dans le certificat d&#39;urbanisme, ni un document recognitif de cette &quot;servitude&quot; par le propri&eacute;taire du fonds servant ne permettent d&#39;&eacute;tablir valablement l&#39;existence d&#39;une servitude.</p> <p style="text-align: justify;">Dans ce cas d&#39;esp&egrave;ce, le propri&eacute;taire du fonds dominant est condamn&eacute; &agrave; ex&eacute;cuter tous les travaux n&eacute;cessaires &agrave; l&#39;enl&egrave;vement de l&#39;int&eacute;gralit&eacute; du&nbsp;dispositif d&#39;ANC, sous astreinte de 100&nbsp;&euro; par jour de retard.</p> <p style="text-align: justify;">En sus, le propri&eacute;taire du fonds servant n&#39;ayant pu mettre en oeuvre&nbsp;son permis de construire sur la parcelle encombr&eacute;e par le dispositif d&#39;ANC, le propri&eacute;taire du fonds dominant est condamn&eacute; au paiement de 10 000&nbsp;&euro; de dommages et int&eacute;r&ecirc;ts.</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-non-collectif/l-existence-de-fait-d-un-dispositif-d-assainissement-non-collectif-sur-une-parcelle-au-profit-d-une-parcelle-voisine-vaut-elle-servitude Mon, 15 Apr 2013 09:52:00 +0200 Existe-t-il une réglementation concernant les distances et hauteur à respecter en limite de propriété pour la pose d'une ventilation secondaire? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-non-collectif/existe-t-il-une-reglementation-concernant-les-distances-et-hauteur-a-respecter-en-limite-de-propriete-pour-la-pose-d-une-ventilation-secondaire <p style="text-align: justify;">Il n&rsquo;existe aucune r&eacute;glementation expresse concernant les distances et hauteur &agrave; respecter en limite de propri&eacute;t&eacute; pour la pose d&rsquo;une ventilation secondaire.</p> <p style="text-align: justify;">Les seules dispositions l&eacute;gislatives et r&eacute;glementaires qui trouveraient &agrave; s&rsquo;appliquer sont celles relatives aux troubles anormaux de voisinage (notion &eacute;tablie par la jurisprudence civile en application de l&rsquo;<em><a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006428859&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070721&amp;dateTexte=20120828&amp;fastPos=2&amp;fastReqId=1931164702&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">article 544</a> du Code civil</em>), notamment ceux li&eacute;s aux nuisances olfactives.</p> <p style="text-align: justify;">Ainsi, afin d&rsquo;&eacute;viter les litiges sur ce fondement, il est conseill&eacute; aux propri&eacute;taires de ne pas implanter ces ventilations secondaires dans des conditions pouvant conduire &agrave; des nuisances &laquo; anormales &raquo; pour les voisins, c&rsquo;est-&agrave;-dire que ces nuisances exc&egrave;dent les inconv&eacute;nients normaux du voisinage.<br /> &nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-non-collectif/existe-t-il-une-reglementation-concernant-les-distances-et-hauteur-a-respecter-en-limite-de-propriete-pour-la-pose-d-une-ventilation-secondaire Tue, 28 Aug 2012 00:00:00 +0200 Un bassin tampon enterré et recouvert de terre végétale enherbée est construit sur une parcelle attenante à l’ancienne station d'épuration, des reculs d’implantation doivent-ils être respectés vis-à-vis des tiers ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-collectif/un-bassin-tampon-enterre-et-recouvert-de-terre-vegetale-enherbee-est-construit-sur-une-parcelle-attenante-a-lancienne-station-d-epuration-des-reculs-dimplantation-doivent-ils-etre-respectes-vis-a-vis-des-tiers <p>L&rsquo;article 13 de l&rsquo;arr&ecirc;t&eacute; du 22 juin 2007 dispose que : <em>&laquo; Les stations d&#39;&eacute;puration sont con&ccedil;ues et implant&eacute;es de mani&egrave;re &agrave; pr&eacute;server les habitants et les &eacute;tablissements recevant du public des nuisances de voisinage et des risques sanitaires. Cette implantation doit tenir compte des extensions pr&eacute;visibles des ouvrages d&#39;&eacute;puration, ainsi que des nouvelles zones d&#39;habitations ou d&#39;activit&eacute;s pr&eacute;vues dans les documents d&#39;urbanisme en vigueur au moment de la construction ou de l&#39;extension de chaque station d&#39;&eacute;puration.<br /> Sans pr&eacute;judice des dispositions fix&eacute;es par les r&eacute;glementations de port&eacute;e nationale ou locale (p&eacute;rim&egrave;tres de protection des captages d&#39;eau destin&eacute;e &agrave; la consommation humaine, r&egrave;glements d&#39;urbanisme, r&egrave;glements communaux ou intercommunaux d&#39;assainissement), les ouvrages doivent &ecirc;tre implant&eacute;s &agrave; une distance des captages d&#39;eau publics ou priv&eacute;s et puits d&eacute;clar&eacute;s comme utilis&eacute;s pour l&#39;alimentation humaine telle que le risque de contamination soit exclu.<br /> Les stations d&#39;&eacute;puration ne doivent pas &ecirc;tre implant&eacute;es dans des zones inondables, sauf en cas d&#39;impossibilit&eacute; technique. Cette impossibilit&eacute; doit &ecirc;tre &eacute;tablie par la commune ainsi que la compatibilit&eacute; du projet avec le maintien de la qualit&eacute; des eaux et sa conformit&eacute; &agrave; la r&eacute;glementation relative aux zones inondables, notamment en veillant &agrave; maintenir la station d&#39;&eacute;puration hors d&#39;eau et &agrave; en permettre son fonctionnement normal. &raquo;</em></p> <p>Il n&rsquo;existe donc pas a priori de r&egrave;gle g&eacute;n&eacute;rale d&rsquo;implantation des STEP au regard des habitations qui soit exprimable en m&egrave;tres, sauf &agrave; ce que certains documents sp&eacute;cifiques la pr&eacute;voient express&eacute;ment.</p> <p>Il convient donc de v&eacute;rifier cette prescription &eacute;ventuelle dans les documents suivants :</p> <ul> <li>Documents d&rsquo;urbanisme,</li> <li>Plans de pr&eacute;vention des risques (notamment inondation),</li> <li>P&eacute;rim&egrave;tres de protection des captages,</li> <li>Puits et forages priv&eacute;s d&rsquo;eau situ&eacute;s &agrave; proximit&eacute; du bassin tampon et ayant fait l&rsquo;objet d&rsquo;une d&eacute;claration en mairie.</li> </ul> <p>A d&eacute;faut d&rsquo;interdiction ou d&rsquo;obligations techniques de distance pr&eacute;vues par les documents ci-dessus mentionn&eacute;s, le bassin recevant les eaux us&eacute;es devra en tout &eacute;tat de cause &ecirc;tre implant&eacute; <em>&laquo; de mani&egrave;re &agrave; pr&eacute;server les habitants &hellip; des nuisances de voisinage et des risques sanitaires &raquo;.</em></p> <p>Cela n&eacute;cessite donc une appr&eacute;ciation &laquo; in concreto &raquo; de ces nuisances et risques &eacute;ventuels au regard des caract&eacute;ristiques du bassin, de la distance par rapport &agrave; l&rsquo;habitation concern&eacute;e, &hellip;</p> <p>&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-collectif/un-bassin-tampon-enterre-et-recouvert-de-terre-vegetale-enherbee-est-construit-sur-une-parcelle-attenante-a-lancienne-station-d-epuration-des-reculs-dimplantation-doivent-ils-etre-respectes-vis-a-vis-des-tiers Thu, 19 Aug 2010 16:45:00 +0200 Le compte d'exploitation prévisionnel est-il un document contractuel à valeur obligatoire? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/concessions/le-compte-d-exploitation-previsionnel-est-il-un-document-contractuel-a-valeur-obligatoire <p style="text-align: justify;">Non, sauf clause expresse le la convention de d&eacute;l&eacute;gation de service public lui conf&eacute;rant un caract&egrave;re imp&eacute;ratif.</p> <p style="text-align: justify;">La Cour Administrative d&#39;Appel de Lyon a consid&eacute;r&eacute; que si l&#39;article d&#39;une convention d&#39;une DSP<em> &quot;mentionne au nombre des documents annex&eacute;s &agrave; la convention le compte d&#39;exploitation pr&eacute;visionnel dont la commune se pr&eacute;vaut, ce document, en raison de sa nature m&ecirc;me, ne pr&eacute;sente qu&#39;un caract&egrave;re indicatif&quot; (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000019902495&amp;fastReqId=1421988615&amp;fastPos=1" target="_blank">CAA Lyon, 27 novembre 2008,Commune de Grenoble, n&deg;05LY01772</a>).</em></p> <p style="text-align: justify;">De ce fait, le compte pr&eacute;visionnel d&#39;exploitation ne saurait<em> &quot;en l&#39;absence de toute disposition contractuelle en ce sens, r&eacute;v&eacute;ler la volont&eacute; des parties de conf&eacute;rer aux chiffres qu&#39;il contient une valeur imp&eacute;rative&quot; </em>et le fait que le montant annuel n&#39;a pas &eacute;t&eacute; atteint n&#39;ouvre aucun droit au reversement de la part non utilis&eacute;e des provisions pour renouvellement au profit de la collectivit&eacute; d&eacute;l&eacute;gante<em> (<a href="https://www.sidesa.fr/upload/files/pdf/gestionadministrative/delegationdeservicepublic/120124._TA_Grenoble_DSP.pdf" target="_blank">TA Grenoble, 24 janvier 2012, Soci&eacute;t&eacute; Lyonnaise des Eaux France, n&deg;0802257</a>).</em></p> <p style="text-align: justify;">&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/concessions/le-compte-d-exploitation-previsionnel-est-il-un-document-contractuel-a-valeur-obligatoire Tue, 27 Nov 2012 00:00:00 +0100 Un délégué titulaire empêché d’assister à une séance peut-il donner pouvoir à un autre membre du comité syndical plutôt que de se faire remplacer par son suppléant ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/un-delegue-titulaire-empeche-dassister-a-une-seance-peut-il-donner-pouvoir-a-un-autre-membre-du-comite-syndical-plutot-que-de-se-faire-remplacer-par-son-suppleant <p style="text-align: justify;">Juridiquement, rien ne l&rsquo;interdit express&eacute;ment mais cela priverait d&rsquo;int&eacute;r&ecirc;t la mise en place de d&eacute;l&eacute;gu&eacute;s suppl&eacute;ants.</p> <p style="text-align: justify;">La d&eacute;signation d&#39;un ou plusieurs suppl&eacute;ants, appel&eacute;s &agrave; si&eacute;ger avec voix d&eacute;lib&eacute;rative &agrave; l&#39;organe d&eacute;lib&eacute;rant d&#39;un syndicat de communes ou du syndicat mixte peut &ecirc;tre pr&eacute;vue, en application du code g&eacute;n&eacute;ral des collectivit&eacute;s territoriales, par la d&eacute;cision d&#39;institution ou une d&eacute;cision modificative des statuts du syndicat.</p> <p style="text-align: justify;">Une telle disposition, lorsqu&#39;elle figure dans les statuts, traduit la volont&eacute; des collectivit&eacute;s membres du syndicat d&#39;assurer la repr&eacute;sentation des collectivit&eacute;s membres&nbsp;par un suppl&eacute;ant en cas d&#39;emp&ecirc;chement d&#39;un d&eacute;l&eacute;gu&eacute; titulaire de participer &agrave; une s&eacute;ance du comit&eacute; syndical.</p> <p style="text-align: justify;">Cette mesure permet aux collectivit&eacute;s membres du syndicat&nbsp;de maintenir le nombre de leurs repr&eacute;sentants physiquement pr&eacute;sents lors des d&eacute;lib&eacute;rations.</p> <p style="text-align: justify;">Bien qu&#39;aucune disposition l&eacute;gislative n&#39;apporte de pr&eacute;cision sur les relations qui doivent s&#39;&eacute;tablir entre les d&eacute;l&eacute;gu&eacute;s titulaires et leurs suppl&eacute;ants, il appara&icirc;t n&eacute;cessaire, dans le respect des statuts de l&#39;&eacute;tablissement et dans le souci d&#39;une bonne administration, d&#39;informer le suppl&eacute;ant en temps opportun de l&#39;absence du titulaire qu&#39;il doit remplacer au sein&nbsp;du comit&eacute; syndical.&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">D&egrave;s lors que les statuts&nbsp;du syndicat&nbsp;ont institu&eacute; des suppl&eacute;ants, le r&ocirc;le que les collectivit&eacute;s membres ont voulu leur confier ne peut &ecirc;tre m&eacute;connu par les titulaires.</p> <p style="text-align: justify;">C&#39;est pourquoi, bien qu&#39;aucune disposition n&#39;interdise express&eacute;ment &agrave; un titulaire emp&ecirc;ch&eacute; d&#39;assister &agrave; une s&eacute;ance de donner une procuration de vote &agrave; un autre membre du comit&eacute; syndical sans faire appel &agrave; un suppl&eacute;ant, la pr&eacute;&eacute;minence doit &ecirc;tre accord&eacute;e aux suppl&eacute;ants pour repr&eacute;senter leur commune<em> (<a href="http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-59290QE.htm" target="_blank">R&eacute;ponse minist&eacute;rielle, Question &eacute;crite n&deg;59290, JOAN du 1er d&eacute;cembre 2009, page 11478</a>).</em></p> <p style="text-align: justify;">Ce n&#39;est donc bien que si le titulaire et le suppl&eacute;ant sont emp&ecirc;ch&eacute;s que le titulaire pourrait donner mandat &agrave; un autre membre du comit&eacute; de son choix <em>(<a href="http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-22673QE.htm" target="_blank">R&eacute;ponse minist&eacute;rielle, Question &eacute;crite n&deg;22673, JOAN du 19 ao&ucirc;t 2008, page 7230</a>). </em></p> <p style="text-align: justify;">En outre, il convient de rappeler que les pouvoirs ne sont pas pris en compte dans le calcul du quorum, contrairement &agrave; la pr&eacute;sence physique des suppl&eacute;ants.</p> <p style="text-align: justify;">&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/un-delegue-titulaire-empeche-dassister-a-une-seance-peut-il-donner-pouvoir-a-un-autre-membre-du-comite-syndical-plutot-que-de-se-faire-remplacer-par-son-suppleant Wed, 16 Apr 2014 10:39:00 +0200 Est-il possible de regrouper les procédures de DSP eau et assainissement en une seule? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/concessions/est-il-possible-de-regrouper-les-procedures-de-dsp-eau-et-assainissement-en-une-seule <p style="text-align: justify;">Non.</p> <p style="text-align: justify;">En effet, l&rsquo;eau et l&rsquo;assainissement constituent deux services publics distincts.</p> <p style="text-align: justify;">Une r&eacute;ponse minist&eacute;rielle pr&eacute;cise le caract&egrave;re autonome de chaque service public et la n&eacute;cessit&eacute; de transparence dans leur gestion.</p> <p style="text-align: justify;">Ainsi, le minist&egrave;re de l&#39;Int&eacute;rieur r&eacute;pondait en 1993 :<em> &laquo; La jurisprudence a toujours consid&eacute;r&eacute; que chaque service public distinct devait faire l&#39;objet d&#39;une convention propre, et qu&#39;&eacute;tait contraire aux r&egrave;gles de la gestion d&eacute;l&eacute;gu&eacute;e l&#39;exploitation sous une m&ecirc;me convention de deux ou plusieurs services publics diff&eacute;rents. Il s&#39;agit l&agrave; d&#39;une r&egrave;gle de saine gestion et de transparence destin&eacute;e &agrave; &eacute;viter qu&#39;une activit&eacute; d&eacute;ficitaire dans un service public soit financ&eacute;e par les usagers d&#39;un autre service &raquo;</em><em> (Q<a href="http://questions.assemblee-nationale.fr/q10/10-1671QE.htm" target="_blank">uestion n&deg;1671, JOAN du 02/08/1993, page 2352</a>).</em></p> <p style="text-align: justify;">Une seconde r&eacute;ponse minist&eacute;rielle en date du 27 novembre 2012 a confirm&eacute; cette analyse <em>(Q<a href="http://questions.assemblee-nationale.fr/q14/14-3541QE.htm" target="_blank">uestion n&deg;3541, JOAN du 27 novembre 2012, page 7002</a>).</em></p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/concessions/est-il-possible-de-regrouper-les-procedures-de-dsp-eau-et-assainissement-en-une-seule Wed, 16 May 2012 14:20:00 +0200 Une station d’épuration peut-elle être implantée en zone inondable ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-collectif/une-station-depuration-peut-elle-etre-implantee-en-zone-inondable <p style="text-align: justify;">Non, sauf d&eacute;rogation dans deux cas particuliers d&ucirc;ment justifi&eacute;s.</p> <p style="text-align: justify;">Cette implantation est interdite par l&#39;<em>article 6 de l&#39;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/eli/arrete/2015/7/21/DEVL1429608A/jo" target="_blank">arr&ecirc;t&eacute; du 21 juillet 2015</a></em> relatif&nbsp;relatif aux syst&egrave;mes d&#39;assainissement collectif et aux installations d&#39;assainissement non collectif, &agrave; l&#39;exception des installations d&#39;assainissement non collectif recevant une charge brute de pollution organique inf&eacute;rieure ou &eacute;gale &agrave; 1,2 kg/j de DBO5 <em>(&quot;​Les stations de traitement des eaux us&eacute;es ne sont pas implant&eacute;es dans des zones inondables et sur des zones humides&quot;).&nbsp;</em></p> <p style="text-align: justify;">La seule d&eacute;rogation possible tient :</p> <ul> <li style="text-align: justify;"><strong>soit</strong> &agrave; une &quot;&#39;impossibilit&eacute; technique av&eacute;r&eacute;e&quot; (L&#39;impossibilit&eacute; technique&nbsp;&agrave; ne pas construire en zone inondable ne peut s&#39;entendre seulement d&#39;une impossibilit&eacute; au sens &eacute;conomique et financier. De m&ecirc;me, l&#39;urgence &agrave; remplacer la station d&#39;&eacute;puration ne saurait &agrave; elle seule justifier qu&#39;une autre solution technique n&#39;aurait pas pu &ecirc;tre trouv&eacute;e <em>(<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000031648797&amp;fastReqId=153511440&amp;fastPos=1" target="_blank">CAA Marseille, 15 d&eacute;cembre 2015, n&deg;14MA02797</a>)</em> ;</li> <li style="text-align: justify;"><strong>soit</strong> &agrave; des &quot;co&ucirc;ts excessifs&quot; (&agrave; diff&eacute;rencier d&#39;un &quot;moindre co&ucirc;t&quot; par rapport &agrave; d&#39;autres solutions et de la crainte de ne pas obtenir certaines subventions en raison d&#39;un d&eacute;lai de&nbsp;r&eacute;alisation trop long :&nbsp;<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000031648797&amp;fastReqId=153511440&amp;fastPos=1" target="_blank"><em>CAA&nbsp;Marseille, 15 d&eacute;cembre 2015, n&deg;14MA02797</em></a>).</li> </ul> <p style="text-align: justify;">Dans l&#39;un ou l&#39;autre cas, l&#39;implantation en zone inondable doit &ecirc;tre en&nbsp;coh&eacute;rence avec les dispositions d&#39;un &eacute;ventuel plan de pr&eacute;vention des risques inondation. A d&eacute;faut du&#39;ne telle coh&eacute;rence, la d&eacute;rogation est impossible.</p> <p style="text-align: justify;">Ces difficult&eacute;s (<em>&quot;impossibilit&eacute; technique av&eacute;r&eacute;e&quot; </em>ou<em> &quot;co&ucirc;ts excessifs&quot;</em>) doivent &ecirc;tre&nbsp;justifi&eacute;es par le ma&icirc;tre d&#39;ouvrage, tout comme la compatibilit&eacute; du projet avec le maintien de la qualit&eacute; des eaux et sa conformit&eacute; &agrave; la r&eacute;glementation relative aux zones&nbsp;inondables, notamment en veillant &agrave; :</p> <ol> <li style="text-align: justify;">Maintenir la station hors d&#39;eau au minimum pour une crue de p&eacute;riode de retour quinquennale ;</li> <li style="text-align: justify;">Maintenir les installations &eacute;lectriques hors d&#39;eau au minimum pour une crue de p&eacute;riode de retour&nbsp;centennale&nbsp;;</li> <li style="text-align: justify;">Permettre son fonctionnement normal le plus rapidement possible apr&egrave;s la d&eacute;crue.</li> </ol> <p style="text-align: justify;">&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-collectif/une-station-depuration-peut-elle-etre-implantee-en-zone-inondable Wed, 13 Jan 2010 16:17:00 +0100 Si un bureau d’études présente une filière comme agréée, doit-il présenter la marque et le modèle? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-non-collectif/si-un-bureau-detudes-presente-une-filiere-comme-agreee-doit-il-presenter-la-marque-et-le-modele <p style="text-align: justify;">Pas forc&eacute;ment.</p> <p style="text-align: justify;">Le bureau d&rsquo;&eacute;tudes peut se contenter de dire que des fili&egrave;res agr&eacute;&eacute;es existent. Il peut &eacute;galement indiquer pr&eacute;cis&eacute;ment le type de fili&egrave;re, voire la marque et le mod&egrave;le.</p> <p style="text-align: justify;">En tout &eacute;tat de cause, le SPANC ne doit pas donner l&rsquo;information sur le type de fili&egrave;re ni sur la marque, ni sur le mod&egrave;le. Le SPANC peut en revanche avertir les propri&eacute;taires sur l&rsquo;entretien, le co&ucirc;t et la fr&eacute;quence des vidanges et le probl&egrave;me de l&rsquo;intermittence afin d&rsquo;&eacute;viter toute responsabilit&eacute;.</p> <p style="text-align: justify;">En outre, il convient de noter que les agr&eacute;ments sont r&eacute;guli&egrave;rement d&eacute;livr&eacute;s donc que le SPANC n&rsquo;a pas toujours l&rsquo;information int&eacute;grale &agrave; l&rsquo;instant de la demande d&rsquo;information du propri&eacute;taire.</p> <p style="text-align: justify;">Par cons&eacute;quent, par mesure de s&eacute;curit&eacute; et pour des questions de responsabilit&eacute;, le SPANC se contentera de renvoyer le propri&eacute;taire sur le <a href="http://www.assainissement-non-collectif.developpement-durable.gouv.fr/" target="_blank">site interminist&eacute;riel de l&rsquo;assainissement non collectif</a>.</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-non-collectif/si-un-bureau-detudes-presente-une-filiere-comme-agreee-doit-il-presenter-la-marque-et-le-modele Thu, 28 Jun 2012 00:00:00 +0200 Un forage à usage domestique pour l’alimentation d’une construction projetée peut-il être situé sur la propriété privée d'un tiers ou faut-il nécessairement que le forage soit situé dans l'emprise du projet? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/un-forage-a-usage-domestique-pour-lalimentation-dune-construction-projetee-peut-il-etre-situe-sur-la-propriete-privee-d-un-tiers-ou-faut-il-necessairement-que-le-forage-soit-situe-dans-l-emprise-du-projet <p style="text-align: justify;">Le r&egrave;glement du plan local d&#39;urbanisme peut pr&eacute;voir qu&#39;une zone sera aliment&eacute;e en eau potable soit par le r&eacute;seau d&#39;eau soit par un forage &agrave; usage domestique.</p> <p style="text-align: justify;">Toutefois, selon l&#39;article L. 2224-9 du code g&eacute;n&eacute;ral des collectivit&eacute;s territoriales, la construction d&#39;un forage &agrave; usage domestique doit faire l&#39;objet d&#39;une d&eacute;claration aupr&egrave;s du maire de la commune concern&eacute;e.</p> <p style="text-align: justify;">Cette d&eacute;claration doit notamment comporter des informations sur la localisation pr&eacute;cise de l&#39;ouvrage et sur ses principales caract&eacute;ristiques. Il n&#39;est pas pr&eacute;vu que le forage se situe n&eacute;cessairement dans l&#39;emprise du projet de construction.</p> <p style="text-align: justify;">Par ailleurs, il est tout &agrave; fait possible &agrave; deux particuliers de s&#39;engager contractuellement pour que le forage n&eacute;cessaire &agrave; l&#39;alimentation en eau du projet de l&#39;un d&#39;entre eux soit situ&eacute; sur le terrain d&#39;emprise de l&#39;autre contractant.</p> <p style="text-align: justify;">Toutefois, cela ne dispense pas du respect de la r&eacute;glementation existante en matii&egrave;re d&#39;assainissement et d&#39;alimentation en eau applicable, notamment en mati&egrave;re d&#39;autorisation de construire.</p> <p style="text-align: justify;">Il appartient en effet &agrave; l&#39;autorit&eacute; qui d&eacute;livre l&#39;autorisation de construire d&#39;appr&eacute;cier si le recours &agrave; un forage ext&eacute;rieur au terrain d&#39;assiette est susceptible ou non de fonder un refus d&#39;autorisation ou des prescriptions particuli&egrave;res sur le fondement de l&#39;article R. 111-2 du code de l&#39;urbanisme, relatif au respect de la salubrit&eacute; et de la s&eacute;curit&eacute; publique. Cette appr&eacute;ciation ne pourra se faire qu&#39;au vu du projet et des circonstances locales<em> (<a href="http://questions.assemblee-nationale.fr/q14/14-3011QE.htm" target="_blank">R&eacute;ponse minist&eacute;rielle, Question n&deg;3011, JOAN du 20 novembre 2012, page 6769</a>).</em></p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/un-forage-a-usage-domestique-pour-lalimentation-dune-construction-projetee-peut-il-etre-situe-sur-la-propriete-privee-d-un-tiers-ou-faut-il-necessairement-que-le-forage-soit-situe-dans-l-emprise-du-projet Tue, 22 Jan 2013 11:22:00 +0100 Le propriétaire d’un terrain est-il propriétaire de l’eau située sous ce terrain? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/le-proprietaire-dun-terrain-est-il-proprietaire-de-leau-situee-sous-ce-terrain <p style="text-align: justify;">Les eaux souterraines sont constitu&eacute;es de toutes les eaux se trouvant sous la surface du sol en contact direct avec le sol ou le sous-sol et qui transitent plus ou moins rapidement (jour, mois, ann&eacute;e, si&egrave;cle, mill&eacute;naire) dans les fissures et les pores en milieu satur&eacute; ou non (eaux de source et les eaux des nappes souterraines).</p> <p style="text-align: justify;">Les eaux souterraines rel&egrave;vent du r&eacute;gime de l&rsquo;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006428953&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070721&amp;dateTexte=20110519&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">article 552</a> du Code civil&nbsp; aux termes duquel <em>&quot;la propri&eacute;t&eacute; du sol emporte la propri&eacute;t&eacute; du dessus et du dessous&quot;</em>.</p> <p style="text-align: justify;">Le propri&eacute;taire du terrain a donc le droit de disposer librement des eaux de source et des nappes souterraines. <u><strong>Mais</strong></u> ce principe conna&icirc;t une exception et trois limitations.</p> <p style="text-align: justify;"><u><strong>L&#39;exception</strong></u><strong> :</strong></p> <p style="text-align: justify;">Lorsque les eaux souterraines sont des eaux de source <u><strong>et</strong></u> que celles-ci forment un cours d&rsquo;eau courante &agrave; la sortie du fonds du propri&eacute;taire de l&rsquo;immeuble, les eaux souterraines ne peuvent faire l&rsquo;objet d&rsquo;une appropriation (art. 643 du Code Civil :<em> &quot;si, d&egrave;s la sortie du fonds d&rsquo;o&ugrave; elles surgissent, les eaux de source forment un cours d&rsquo;eau offrant le caract&egrave;re d&rsquo;eaux publiques et courantes, le propri&eacute;taire ne peut les d&eacute;tourner de leur cours naturel au pr&eacute;judice des usagers inf&eacute;rieurs&quot;</em>. Pour que l&rsquo;article 643 soit applicable, il faut qu&rsquo;il s&rsquo;agisse d&rsquo;une source d&rsquo;un d&eacute;bit suffisant pour former un v&eacute;ritable ruisseau et pouvant &ecirc;tre consid&eacute;r&eacute;, d&egrave;s son point d&rsquo;&eacute;mergence, comme la t&ecirc;te d&rsquo;un cours d&rsquo;eau, les eaux ayant, dans le cas le caract&egrave;re d&rsquo;eaux courantes et publiques, ces eaux cessant d&rsquo;&ecirc;tre la propri&eacute;t&eacute; unique et priv&eacute;e du propri&eacute;taire du fonds d&rsquo;&eacute;mergence, alors que le sources ordinaires (celles ne donnant pas naissance &agrave; un cours d&rsquo;eau) restent plac&eacute;es sous le r&eacute;gime de l&rsquo;appropriation individuelle <em>(Cass., Civ., 11 f&eacute;vrier 1903 ; Nancy, 30 octobre 1954).</em></p> <p style="text-align: justify;"><u><strong>Les limitations</strong></u><strong> : </strong></p> <p style="text-align: justify;">Le droit de propri&eacute;t&eacute; sur les eaux souterraines mentionn&eacute; ci-dessus (qui ne sont pas des eaux de source formant un cours d&rsquo;eau) peut &ecirc;tre limit&eacute; dans les cas suivants :</p> <ol> <li style="text-align: justify;">D&eacute;claration de sondages (art. 131 &agrave; 133 du Code minier) ;</li> <li style="text-align: justify;">Autorisation ou d&eacute;claration (code de l&rsquo;environnement) ;</li> <li style="text-align: justify;">D&eacute;claration d&rsquo;utilit&eacute; publique pour les captages entrepris dans un but d&rsquo;int&eacute;r&ecirc;t g&eacute;n&eacute;ral par la collectivit&eacute;.</li> </ol> <p style="text-align: justify;">Les eaux courantes sont des<em> &quot;choses communes&quot;</em> qui n&rsquo;appartiennent &agrave; personne et dont l&rsquo;usage est commun &agrave; tous (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=D8C25176D08EBC2C684EDD660CBDA157.tpdjo05v_2?idArticle=LEGIARTI000006430610&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070721&amp;dateTexte=20120911&amp;categorieLien=id" target="_blank">art. 714</a> du Code civil). Ces &quot;choses communes&quot; diff&egrave;rent des <em>&quot;res nullius&quot; </em>(<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006430604&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070721&amp;dateTexte=20120911&amp;fastPos=2&amp;fastReqId=1402411640&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">art. 713</a> du Code civil) ou <em>&quot;biens sans ma&icirc;tre&quot; </em>; qui sont des meubles qui n&rsquo;ont pas de propri&eacute;taire mais sont susceptibles d&rsquo;en avoir un alors que les choses communes sont insusceptibles d&rsquo;appropriation.<br /> <br /> Par cons&eacute;quent :</p> <ul> <li style="text-align: justify;">Si les eaux souterraines capt&eacute;es sur un terrain sont des eaux de source et sortent en eau courante (ruisseau) dans les limites du terrain, l&rsquo;article 552 du Code civil ne s&rsquo;applique pas et ces eaux sont des <em>&quot;choses communes&quot;</em> ;</li> <li style="text-align: justify;">Si les eaux souterraines capt&eacute;es sur un terrain sont des eaux de source et ne sortent pas en eau courante (ruisseau) dans les limites du terrain, l&rsquo;article 552 du Code civil s&rsquo;applique et le propri&eacute;taire du terrain peut se pr&eacute;valoir d&#39;un droit de propri&eacute;t&eacute; sur ces eaux.<br /> <br /> &nbsp;</li> </ul> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/le-proprietaire-dun-terrain-est-il-proprietaire-de-leau-situee-sous-ce-terrain Mon, 17 Sep 2012 14:56:00 +0200 Quel est le régime juridique des eaux souterraines? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/milieux-aquatiques/quel-est-le-regime-juridique-des-eaux-souterraines <p style="text-align: justify;">Les eaux souterraines sont constitu&eacute;es de toutes les eaux se trouvant sous la surface du sol en contact direct avec le sol ou le sous-sol et qui transitent plus ou moins rapidement (jour, mois, ann&eacute;e, si&egrave;cle, mill&eacute;naire) dans les fissures et les pores en milieu satur&eacute; ou non (eaux de source et les eaux des nappes souterraines).</p> <p style="text-align: justify;"><a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006428953&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070721&amp;dateTexte=20110519&amp;oldAction=rechCodeArticle" name="article 552 code civil" target="_blank" title="article 552 code civil">L&#39;article 552 </a>du Code civil dispose que <em>&quot;la propri&eacute;t&eacute; du sol emporte la propri&eacute;t&eacute; du dessus et du dessous&quot;.</em></p> <p style="text-align: justify;">Le propri&eacute;taire du terrain a donc le droit de disposer librement des eaux de source et des nappes souterraines d&egrave;s lors que celles-ci ne forment pas de cours d&#39;eau courante &agrave; la sortie de son terrain.</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/milieux-aquatiques/quel-est-le-regime-juridique-des-eaux-souterraines Thu, 05 May 2011 15:20:00 +0200 Un projet de déviation de route nationale est mis en œuvre par le département. Or, ces travaux de voirie nécessitent le déplacement de canalisations appartenant au syndicat ? Qui doit payer ce déplacement ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/un-projet-de-deviation-de-route-nationale-est-mis-en-oeuvre-par-le-departement-or-ces-travaux-de-voirie-necessitent-le-deplacement-de-canalisations-appartenant-au-syndicat-qui-doit-payer-ce-deplacement <p style="text-align: justify;">Si les travaux sont accomplis dans l&rsquo;int&eacute;r&ecirc;t du domaine public routier, ce qui semble &ecirc;tre le cas pour la d&eacute;viation d&rsquo;une route nationale, il convient de consid&eacute;rer deux hypoth&egrave;ses :</p> <ul> <li style="text-align: justify;">soit il s&rsquo;agit d&rsquo;une simple &laquo; transformation &raquo; de le voirie (conversion d&rsquo;une portion de route national en autoroute, &eacute;largissement d&rsquo;une route), dans ce cas c&rsquo;est le b&eacute;n&eacute;ficiaire de la permission d&rsquo;utiliser la voirie pour y faire passer son r&eacute;seau (syndicat d&rsquo;eau) qui supporte le co&ucirc;t de d&eacute;placement des canalisations ;</li> <li style="text-align: justify;">soit il s&rsquo;agit de la &laquo; cr&eacute;ation &raquo; d&rsquo;une voie nouvelle : le co&ucirc;t du d&eacute;placement des canalisations est alors support&eacute; par le ma&icirc;tre d&rsquo;ouvrage des travaux de voirie (l&rsquo;Etat ou le d&eacute;partement si la voie lui a &eacute;t&eacute; transf&eacute;r&eacute;e).</li> </ul> <p style="text-align: justify;"><em>(Cette distinction de r&eacute;gime entre &laquo; cr&eacute;ation &raquo; et &laquo; transformation &raquo; est notamment issue d&rsquo;un arr&ecirc;t du Conseil d&rsquo;Etat en date du 2 juin 1995).</em></p> <p style="text-align: justify;">Or, la modification de l&rsquo;emprise d&rsquo;une voie existante (c&rsquo;est-&agrave;-dire de son trac&eacute;) est consid&eacute;r&eacute;e comme une cr&eacute;ation de voie nouvelle. Par cons&eacute;quent, la d&eacute;viation d&rsquo;une route constitue une &laquo; cr&eacute;ation &raquo; d&rsquo;une voie nouvelle.<br /> <br /> Il en r&eacute;sulte que le d&eacute;placement des canalisations ne saurait &ecirc;tre &agrave; la charge de la commune ou du syndicat d&rsquo;eau propri&eacute;taire mais &agrave; la charge du ma&icirc;tre d&rsquo;ouvrage.</p> <p>&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/un-projet-de-deviation-de-route-nationale-est-mis-en-oeuvre-par-le-departement-or-ces-travaux-de-voirie-necessitent-le-deplacement-de-canalisations-appartenant-au-syndicat-qui-doit-payer-ce-deplacement Wed, 13 Jan 2010 00:00:00 +0100 Jusqu'où peut aller la négociation du prix dans le cadre d'une procédure de DSP? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/concessions/jusqu-ou-peut-aller-la-negociation-du-prix-dans-le-cadre-d-une-procedure-de-dsp <p style="text-align: justify;">La n&eacute;gociation tarifaire est largement entendue et admise, la limite tenant &agrave; que que la baisse de prix r&eacute;v&egrave;le en fait la pr&eacute;sentation d&#39;une &quot;nouvelle offre&quot;.</p> <p style="text-align: justify;">Est consid&eacute;r&eacute;e comme une &quot;nouvelle offre&quot; une offre qui pr&eacute;sente des prestations non identiques &agrave; l&#39;offre initiale.</p> <p style="text-align: justify;">Ainsi, si la baisse tarifaire concerne une offre pr&eacute;sentant les m&ecirc;mes caract&eacute;ristiques que l&#39;offre initiale, le juge conclut &agrave; la l&eacute;galit&eacute; de l&#39;offre pr&eacute;sentant une baisse tarifaire, m&ecirc;me importante<em> (TA Pau, 17 octobre 2005, n&deg; 0501995</em> : baisse tarifaire de 20 %). Le juge consid&egrave;re en effet que la baisse tarifaire est li&eacute;e &agrave; la seule n&eacute;gociation du prix (en l&#39;esp&egrave;ce la diminution du prix porait sur la marge b&eacute;n&eacute;ficiaire et les frais de si&egrave;ge du candidat sans emporter de changement dans les prestations).</p> <p style="text-align: justify;">En revanche, si la baisse tarifaire est fond&eacute;e sur une modification des prestations, alors le juge conclut &agrave; la remise d&#39;une nouvelle offre, ill&eacute;gale si elle est le fait d&#39;un seul des candidats <em>(TA Bordeaux, 26 septembre 2005, Soci&eacute;t&eacute; Agur, n&deg; 0503373).</em></p> <p style="text-align: justify;"><em>&nbsp;</em></p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/concessions/jusqu-ou-peut-aller-la-negociation-du-prix-dans-le-cadre-d-une-procedure-de-dsp Tue, 15 Nov 2011 00:00:00 +0100 Est-il possible d’arrêter une procédure de DSP en cours et de choisir un autre mode de gestion ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/concessions/est-il-possible-darreter-une-procedure-de-dsp-en-cours-et-de-choisir-un-autre-mode-de-gestion <p style="text-align: justify;">Oui.</p> <p style="text-align: justify;">La d&eacute;cision de d&eacute;l&eacute;guer &agrave; un tiers l&rsquo;exploitation d&rsquo;un service public et d&rsquo;organiser une proc&eacute;dure de publicit&eacute; et de mise en concurrence &agrave; cette fin n&rsquo;est pas irr&eacute;versible. Les &eacute;lus (assembl&eacute;e d&eacute;lib&eacute;rante) sont libres de revenir sur leur choix en cours de proc&eacute;dure.</p> <p style="text-align: justify;">Ainsi, l&rsquo;assembl&eacute;e d&eacute;lib&eacute;rante peut, en cours de proc&eacute;dure de d&eacute;l&eacute;gation de service public, d&eacute;cider de recourir &agrave; un autre mode de gestion.</p> <p style="text-align: justify;">Cette d&eacute;cision, qui fait l&rsquo;objet d&rsquo;une d&eacute;lib&eacute;ration, doit &ecirc;tre justifi&eacute;e par un motif d&rsquo;int&eacute;r&ecirc;t g&eacute;n&eacute;ral (absence, insuffisance de candidatures ou d&rsquo;offres, offre inadapt&eacute;e, co&ucirc;t &hellip;).</p> <p style="text-align: justify;"><br /> (<em>CAA Bordeaux 1er juin 2006, Commune de Balma, Dpt&nbsp; de la Haute-Garonne, req. N&deg; 02BX01545 </em>: Rien n&rsquo;interdit &agrave; une personne publique de mener parall&egrave;lement &agrave; la proc&eacute;dure de DSP des pourparlers avec le pr&eacute;tendant &agrave; un autre mode de gestion et donc de mettre fin, par d&eacute;lib&eacute;ration, &agrave; la proc&eacute;dure de d&eacute;l&eacute;gation. Mais un motif d&rsquo;int&eacute;r&ecirc;t g&eacute;n&eacute;ral doit justifier cette d&eacute;cision. En l&rsquo;esp&egrave;ce, il n&rsquo;est pas consid&eacute;r&eacute; que le nombre de quatre offres soit insuffisant).</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/concessions/est-il-possible-darreter-une-procedure-de-dsp-en-cours-et-de-choisir-un-autre-mode-de-gestion Wed, 13 Jan 2010 00:00:00 +0100 Est-il obligatoire de mentionner l'instance chargée des voies de recours dans l'AAPC? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/marches-publics/publicite-et-mise-en-concurrence/est-il-obligatoire-de-mentionner-l-instance-chargee-des-voies-de-recours-dans-l-aapc <p style="text-align: justify;">Cela d&eacute;pend de la proc&eacute;dure de march&eacute; appliqu&eacute;e.</p> <p style="text-align: justify;">En effet, seuls les march&eacute;s qui entrent dans le champ d&rsquo;application des obligations de publicit&eacute; au niveau communautaire entra&icirc;nent l&rsquo;obligation de mentionner les voies et d&eacute;lais de recours dans l&rsquo;AAPC.</p> <p style="text-align: justify;">Par cons&eacute;quent, il n&rsquo;existe aucune obligation de ce type (ni voies et d&eacute;lais de recours, ni instances charg&eacute;es des recours, ni service en mesure d&rsquo;informer des voies et d&eacute;lais de recours) pour les march&eacute;s pass&eacute;s selon la proc&eacute;dure adapt&eacute;e.</p> <p style="text-align: justify;">D&rsquo;ailleurs, le mod&egrave;le d&rsquo;AAPC, dont l&rsquo;utilisation est prescrite par les textes, contient une section VI.IV <em>&laquo; Proc&eacute;dures de recours &raquo;</em> compos&eacute;e de trois sous rubriques :<br /> <em>&quot;VI.IV.1 pour indiquer l&rsquo;instance charg&eacute;e des proc&eacute;dures de recours ;<br /> VI.IV.2 pour informer sur les d&eacute;lais d&rsquo;introduction des recours ;<br /> VI.IV.3 pour indiquer le service aupr&egrave;s duquel des renseignements peuvent &ecirc;tre obtenus concernant l&rsquo;introduction des recours.&quot;</em></p> <p style="text-align: justify;">Le mod&egrave;le d&rsquo;avis d&rsquo;appel public &agrave; la concurrence pr&eacute;cise que le pouvoir adjudicateur peut se contenter de ne remplir que l&rsquo;une des deux rubriques relatives aux informations sur les d&eacute;lais d&rsquo;information des recours ou au service aupr&egrave;s duquel on peut se renseigner <em>(<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000018006627&amp;fastReqId=811335148&amp;fastPos=1" target="_blank">CE, 15 juin 2007, ministre de la D&eacute;fense, n&deg;300097</a>). </em></p> <p style="text-align: justify;">Il faut toutefois que l&rsquo;une de ces deux sous rubriques soit inform&eacute;e <em>(<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000018259766&amp;fastReqId=978973159&amp;fastPos=1" target="_blank">CE, 8 f&eacute;vrier 2008, commune de Toulouse, n&deg;303748</a>)</em>. En effet, la seule indication, au titre de la rubrique VI.IV.1, de l&rsquo;instance charg&eacute;e des proc&eacute;dures de recours ne dispense pas le pouvoir adjudicateur de remplir au moins l&rsquo;une des deux rubriques VI.IV.2 et VI.IV.3.</p> <p style="text-align: justify;">Le pouvoir adjudicateur n&rsquo;est pas tenu de <em>&laquo; renseigner dans l&rsquo;avis de march&eacute;, la rubrique VI.IV.2 relative au d&eacute;lai d&rsquo;introduction des recours, d&egrave;s lors qu&rsquo;ils ont pr&eacute;cis&eacute;, au titre de la rubrique VI.IV.3, les coordonn&eacute;es du service aupr&egrave;s duquel ces renseignements peuvent &ecirc;tre obtenus &raquo; (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000020377616&amp;fastReqId=830557234&amp;fastPos=1" target="_blank">CE, 6 mars 2009, Commune de Savigny-sur-Orge, n&deg;315138</a>).</em></p> <p style="text-align: justify;"><br /> &nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/marches-publics/publicite-et-mise-en-concurrence/est-il-obligatoire-de-mentionner-l-instance-chargee-des-voies-de-recours-dans-l-aapc Tue, 14 May 2013 12:05:00 +0200 Un agriculteur à la suite de travaux a endommagé une canalisation d'eau potable sur son terrain, il n'y a pas de convention de servitude de passage. Qui doit payer les réparations, la commune ou le particulier ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/un-agriculteur-a-la-suite-de-travaux-a-endommage-une-canalisation-d-eau-potable-sur-son-terrain-il-n-y-a-pas-de-convention-de-servitude-de-passage-qui-doit-payer-les-reparations-la-commune-ou-le-particulier <p style="text-align: justify;">Cette canalisation alimente le village voisin et appartient &agrave; cette m&ecirc;me commune.</p> <p style="text-align: justify;">Juridiquement, aucune servitude de passage de canalisation n&#39;existe. En effet, l&#39;existence de celle-ci est subordonn&eacute;e &agrave; l&#39;&eacute;tablissement d&#39;une convention publi&eacute;e aux hypoth&egrave;ques ou &agrave; un arr&ecirc;t&eacute; pr&eacute;fectoral pour la servitude pr&eacute;vue &agrave; l&#39;<em>article L.152-1 du code rural.</em></p> <p style="text-align: justify;">L&rsquo;occupation sans titre d&#39;un terrain priv&eacute; par un ouvrage public (en l&rsquo;esp&egrave;ce la canalisation) constitue une voie de fait. <em>(Cour de cassation, 3e Chambre civ., 21 f&eacute;vrier 2007, n&deg; 06-10.071).</em> L&rsquo;agriculteur pourra donc exiger de la commune le d&eacute;placement de la canalisation et des dommages et int&eacute;r&ecirc;ts pour l&rsquo;atteinte port&eacute;e &agrave; son droit de propri&eacute;t&eacute;.</p> <p style="text-align: justify;">En outre, si la casse a entra&icirc;n&eacute; des dommages &agrave; l&rsquo;&eacute;gard des tiers (c&rsquo;est-&agrave;-dire les personnes autres que la commune propri&eacute;taire de la canalisation), l&rsquo;agriculteur est responsable. Mais il pourra demander &agrave; la commune le remboursement des dommages et int&eacute;r&ecirc;ts qu&rsquo;il aurait &eacute;ventuellement &eacute;t&eacute; condamn&eacute; &agrave; payer aux tiers.</p> <p style="text-align: justify;">&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/un-agriculteur-a-la-suite-de-travaux-a-endommage-une-canalisation-d-eau-potable-sur-son-terrain-il-n-y-a-pas-de-convention-de-servitude-de-passage-qui-doit-payer-les-reparations-la-commune-ou-le-particulier Wed, 13 Jan 2010 21:25:00 +0100 L’inscription d’une question à l’ordre du jour d’une séance du comité syndical contraint-elle le président à mettre la question en débat ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/linscription-dune-question-a-lordre-du-jour-dune-seance-du-comite-syndical-contraint-elle-le-president-a-mettre-la-question-en-debat <p style="text-align: justify;">Non.</p> <p style="text-align: justify;">L&rsquo;ordre du jour est &eacute;tabli par le Pr&eacute;sident et joint &agrave; la convocation des d&eacute;l&eacute;gu&eacute;s syndicaux.</p> <p style="text-align: justify;">Le Pr&eacute;sident ne peut, lors de la r&eacute;union, s&rsquo;&eacute;carter de cet ordre du jour et y ajouter des questions non initialement pr&eacute;vues, en application du droit &agrave; l&rsquo;information des membres de l&rsquo;assembl&eacute;e d&eacute;lib&eacute;rante <em>(</em><a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006389870&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20131106" target="_blank"><em>art.L.2121-13</em></a><em> du CGCT, applicable aux EPCI en application de l&#39;</em><a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000024040219&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20131106" target="_blank"><em>article L.5211-1</em></a><em> du CGCT).</em></p> <p style="text-align: justify;">Cependant, le Pr&eacute;sident est libre, dans le cadre de cet ordre du jour, de choisir les questions mises au d&eacute;bat, et de l&rsquo;ordre dans lequel elles sont d&eacute;battues.</p> <p style="text-align: justify;">Par cons&eacute;quent, une question pr&eacute;vue &agrave; l&#39;ordre du jour peut ne pas &ecirc;tre abord&eacute;e.</p> <p style="text-align: justify;">Lors des s&eacute;ances, les membres de l&rsquo;assembl&eacute;e d&eacute;lib&eacute;rante peuvent demander l&rsquo;inscription d&rsquo;une question &agrave; l&rsquo;ordre du jour, mais cette question ne pourra &ecirc;tre trait&eacute;e que lors d&rsquo;une s&eacute;ance ult&eacute;rieure, ayant fait l&rsquo;objet d&rsquo;une convocation en bonne et due forme.</p> <p style="text-align: justify;">&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/linscription-dune-question-a-lordre-du-jour-dune-seance-du-comite-syndical-contraint-elle-le-president-a-mettre-la-question-en-debat Wed, 06 Nov 2013 13:59:00 +0100 Est-il possible d'interdire la construction d'habitations à proximité d'un château d'eau? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/est-il-possible-d-interdire-la-construction-d-habitations-a-proximite-d-un-chateau-d-eau <p style="text-align: justify;">Il n&#39;existe pas de texte sp&eacute;cifique cr&eacute;ant de servitudes l&eacute;gales telles que l&#39;interdiction de construction d&#39;habitations dans un tel cas.<br /> Un tel outil serait en effet inutile dans la mesure o&ugrave; la comp&eacute;tence en mati&egrave;re d&#39;urbanisme permet &agrave; la collectivit&eacute; comp&eacute;tente de rem&eacute;dier &agrave; ces questions.<br /> &nbsp;<br /> Un s&eacute;nateur a r&eacute;cemment pos&eacute; une question du m&ecirc;me ordre quant &agrave; la possibilit&eacute; d&#39;interdire la constructions d&#39;habitations &agrave; proximit&eacute; d&#39;une STEP pr&eacute;sentant des nuisances olfactives. Le ministre de l&#39;Int&eacute;rieur a r&eacute;pondu qu&#39;il n&#39;existait pas de dispositions l&eacute;gislatives ou r&eacute;glementaires imposant des zones non constructibles autour de STEP. Il revient en effet aux commune set groupements comp&eacute;tents en mati&egrave;re d&#39;urbanisme d&#39;appr&eacute;cier au cas par cas la n&eacute;cessit&eacute; de pr&eacute;voir des zones non constructibles autour des STEP (<em>R&eacute;ponse minist&eacute;rielle, Q n&deg; 18180, JO S&eacute;nat, 17 novembre 2005).</em><br /> &nbsp;<br /> Par cons&eacute;quent, seule la collectivit&eacute; comp&eacute;tente en mati&egrave;re d&#39;urbanisme peut d&eacute;cider de rendre inconstructibles les zones proches du ch&acirc;teau d&#39;eau.<br /> &nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/est-il-possible-d-interdire-la-construction-d-habitations-a-proximite-d-un-chateau-d-eau Wed, 13 Jan 2010 21:03:00 +0100 Que faire lorsque le bureau d’études et le SPANC ne sont pas d’accord sur la nature du sol? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-non-collectif/que-faire-lorsque-le-bureau-detudes-et-le-spanc-ne-sont-pas-daccord-sur-la-nature-du-sol <p style="text-align: justify;">Le SPANC doit mettre un avis d&eacute;favorable renvoyer le projet au bureau d&rsquo;&eacute;tudes.</p> <p style="text-align: justify;">C&rsquo;est la diff&eacute;rence entre le concepteur et le contr&ocirc;leur, tout comme entre le constructeur et le garagiste. Le SPANC ne doit pas faire de pr&eacute;conisations techniques, c&rsquo;est au seul bureau d&rsquo;&eacute;tudes qui peut le faire car l&rsquo;enjeu est alors celui de la responsabilit&eacute; du bureau d&rsquo;&eacute;tudes.</p> <p style="text-align: justify;">Si le SPANC fait des prescriptions techniques, le SPANC risque de voir &ecirc;tre &eacute;cart&eacute;e, en cas de litige, la responsabilit&eacute; du bureau d&rsquo;&eacute;tudes qu&rsquo;il souhaite engager.</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-non-collectif/que-faire-lorsque-le-bureau-detudes-et-le-spanc-ne-sont-pas-daccord-sur-la-nature-du-sol Thu, 28 Jun 2012 18:38:00 +0200 Le quorum doit-il nécessairement être atteint à l'ouverture de la séance? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/le-quorum-doit-il-necessairement-etre-atteint-a-l-ouverture-de-la-seance <p style="text-align: justify;">Non.</p> <p style="text-align: justify;">Le quorum n&eacute;cessite la pr&eacute;sence physique de la majorit&eacute; des membres de l&#39;assembl&eacute;e d&eacute;lib&eacute;rante.</p> <p style="text-align: justify;">En application de l&#39;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=FB0075E095AA9407CB0FAF1EEBF8A300.tpdjo03v_1?idArticle=LEGIARTI000006389875&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20120912&amp;categorieLien=id" target="_blank">article L.2121-17</a> du CGCT, il suffit qu&#39;il soit atteint <strong>au moment de la mise en discussion de la d&eacute;lib&eacute;ration</strong> <em>(TA Lyon, 3 mai 2012, Mme Kocenda, n&deg;1002803).</em></p> <p style="text-align: justify;">Il faut donc&nbsp;tenir compte, pour l&#39;appr&eacute;ciation du quorum, des &eacute;ventuels d&eacute;parts des conseillers/d&eacute;l&eacute;gu&eacute;s en cours de s&eacute;ance, et s&#39;assurer avant chaque vote que le quorum est toujours atteint.</p> <p style="text-align: justify;">Le Maire/le Pr&eacute;sident doit se retirer au moment du vote du compte administratif&nbsp;(art.L..2121-14&nbsp;du CGCT). Par cons&eacute;quent, il n&#39;est pas comptabilis&eacute; dans le calcul du quorum. Il en r&eacute;sulte qu&#39;un conseiller/d&eacute;l&eacute;gu&eacute; emp^rch ou absent ne peut donner pouvoir au maire/pr&eacute;sident lors du vote du compte administratif, sous peine de nullit&eacute; de son approbation.</p> <p style="text-align: justify;">&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/le-quorum-doit-il-necessairement-etre-atteint-a-l-ouverture-de-la-seance Wed, 12 Sep 2012 18:08:00 +0200 Que doit mentionner le procès-verbal de la réunion de l'assemblée délibérante? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/que-doit-mentionner-le-proces-verbal-de-la-reunion-de-l-assemblee-deliberante <p style="text-align: justify;">Il faut distinguer le &quot;compte-rendu&quot; de s&eacute;ance, du &quot;proc&egrave;s-verbal&quot; et de la &quot;d&eacute;lib&eacute;ration&quot; qui sont trois actes distincts.<br /> <br /> <u><strong>Le proc&egrave;s-verbal</strong></u></p> <p style="text-align: justify;">Le PV de la r&eacute;union de l&rsquo;assembl&eacute;e d&eacute;lib&eacute;rante est a priori un document &eacute;crit, r&eacute;dig&eacute; par le secr&eacute;taire de s&eacute;ance tout au long du d&eacute;roulement de la s&eacute;ance et qui relate les d&eacute;cisions prises par le conseil municipal.</p> <p style="text-align: justify;">Cependant,&nbsp;le r&egrave;glement int&eacute;rieur peut pr&eacute;voir que les d&eacute;bats seront enregistr&eacute;s sur cassette audio, qui constituent des documents administratifs communicables <em>(TA Paris, 10 avril 1998, Danet c/ Commune d&rsquo;Elancourt, n&deg;966334 ;&nbsp;</em><i><a href="http://www.senat.fr/questions/base/2005/qSEQ050215811.html" target="_blank">R&eacute;ponse minist&eacute;rielle, QE n&deg;15811, JO S&eacute;nat du 24/03/2005</a>).</i></p> <p style="text-align: justify;">Aucune disposition du code g&eacute;n&eacute;ral des collectivit&eacute;s territoriales (CGCT) n&#39;impose une forme sp&eacute;cifique pour la r&eacute;daction du proc&egrave;s-verbal, le Conseil d&#39;Etat consid&eacute;rant que <em>&quot;les conseils municipaux sont ma&icirc;tres de la r&eacute;daction de leurs proc&egrave;s-verbaux&quot; (CE, 3 mars 1905, Papot).</em></p> <p style="text-align: justify;">N&eacute;anmoins, ce document rev&ecirc;t une importance certaine puisqu&#39;il a pour fonction d&#39;aider &agrave; la r&eacute;daction ult&eacute;rieure des d&eacute;lib&eacute;rations prises par l&#39;assembl&eacute;e d&eacute;lib&eacute;rante.</p> <p style="text-align: justify;">Si aucun formalisme n&#39;est impos&eacute;, il appara&icirc;t cependant essentiel que le proc&egrave;s-verbal comporte plusieurs mentions : le jour et l&#39;heure de la s&eacute;ance, la pr&eacute;sidence, les conseillers pr&eacute;sents et le quorum, la d&eacute;signation du secr&eacute;taire de s&eacute;ance, l&#39;ordre du jour, les opinions exprim&eacute;es sur chaque point indiqu&eacute; dans l&#39;ordre du jour, les votes et d&eacute;cisions prises par le conseil.</p> <p style="text-align: justify;">Le proc&egrave;s-verbal est obligatoire et l&#39;assembl&eacute;e ne peut s&#39;exon&eacute;rer de sa tenue : son caract&egrave;re obligatoire est consacr&eacute; par l&#39;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=093B10F64911E05005EDC2B5618E9786.tpdila08v_3?idArticle=LEGIARTI000006389887&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20150415&amp;categorieLien=id&amp;oldAction=&amp;nbResultRech=" target="_blank">article L.2121-26 </a>du CGCT, qui dispose que <em>&quot;toute personne physique ou morale a le droit de demander communication sur place et de prendre copie totale ou partielle des proc&egrave;s-verbaux du conseil municipal&quot;.</em></p> <p style="text-align: justify;">Le proc&egrave;s-verbal doit refl&eacute;ter fid&egrave;lement, &agrave; partir de notes prises en cours de s&eacute;ance, les d&eacute;bats qui ont eu lieu pendant la r&eacute;union du conseil municipal.</p> <p style="text-align: justify;"><u>NB</u> : Rien ne s&#39;oppose &agrave; ce que le proc&egrave;s-verbal fasse office de compte-rendu.<br /> <br /> <u><strong>Le compte-rendu de s&eacute;ance</strong></u></p> <p style="text-align: justify;">En application des <em>articles <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=093B10F64911E05005EDC2B5618E9786.tpdila08v_3?idArticle=LEGIARTI000006389885&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20150415&amp;categorieLien=id&amp;oldAction=&amp;nbResultRech=" target="_blank">L.2121-25</a> et <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;idArticle=LEGIARTI000006395746" target="_blank">R.2121-11</a> du CGCT</em>, un compte rendu de s&eacute;ance doit &ecirc;tre affich&eacute; dans la huitaine, par extraits, &agrave; la porte de la mairie.</p> <p style="text-align: justify;">Aucun texte ne r&eacute;glemente le contenu du compte-rendu de s&eacute;ance. La r&eacute;daction des extraits doit permettre aux administr&eacute;s de saisir le sens et la port&eacute;e r&eacute;elle des d&eacute;lib&eacute;rations prises.</p> <p style="text-align: justify;">Concr&egrave;tement, le compte-rendu de s&eacute;ance peut &ecirc;tre moins d&eacute;taill&eacute; que le proc&egrave;s-verbal.</p> <p style="text-align: justify;"><u>NB</u> : Rien ne s&#39;oppose &agrave; ce que le proc&egrave;s-verbal fasse office de compte-rendu.<br /> <br /> <u><strong>La d&eacute;lib&eacute;ration</strong></u><br /> Si le l&eacute;gislateur n&#39;a pas impos&eacute; de formalisme pour la r&eacute;daction de la d&eacute;lib&eacute;ration, celle-ci doit toutefois comporter certains &eacute;l&eacute;ments.</p> <p style="text-align: justify;">La <em>r&eacute;ponse minist&eacute;rielle n&deg;111047 du Journal Officiel de l&#39;Assembl&eacute;e Nationale du 27 f&eacute;vrier 2007 </em>indique les mentions obligatoires qui doivent figurer sur la d&eacute;lib&eacute;ration, &agrave; savoir : le jour et l&#39;heure de la s&eacute;ance, le nom du pr&eacute;sident de s&eacute;ance, les noms des conseillers pr&eacute;sents et repr&eacute;sent&eacute;s, l&#39;affaire d&eacute;battue, le r&eacute;sultat du vote et la d&eacute;cision prise &agrave; la suite du r&eacute;sultat.</p> <p style="text-align: justify;">D&#39;autres mentions peuvent figurer sur la d&eacute;lib&eacute;ration mais elles ne sont pas obligatoires <em>(expos&eacute; du maire, d&#39;un adjoint ou d&#39;un conseiller municipal, expos&eacute; des motifs et arguments &eacute;mis en s&eacute;ance &hellip;).</em></p> <p style="text-align: justify;">Toutes les d&eacute;lib&eacute;rations, ainsi que la convocation du conseil municipal comportant l&#39;ordre du jour, doivent &ecirc;tre transcrites sur le registre des d&eacute;lib&eacute;rations, par ordre de date, conform&eacute;ment &agrave; l<em>&#39;article L.2121-23 du CGCT</em>. Les d&eacute;lib&eacute;rations port&eacute;es au registre doivent &ecirc;tre sign&eacute;es par tous les membres pr&eacute;sents &agrave; la s&eacute;ance (<em>art.L.2121-23, al. 2 du CGCT</em>).</p> <p style="text-align: justify;">Par cette signature les conseillers attestent que le texte de la d&eacute;lib&eacute;ration port&eacute;e au registre est bien conforme &agrave; la d&eacute;lib&eacute;ration effectivement prise par le conseil municipal. Seuls les conseillers pr&eacute;sents pendant la s&eacute;ance sont appel&eacute;s &agrave; signer et en cas de d&eacute;faut de signature de l&#39;un des membres pr&eacute;sents, la mention doit &ecirc;tre faite de la cause qui l&#39;a emp&ecirc;ch&eacute;.</p> <p style="text-align: justify;">La d&eacute;lib&eacute;ration peut reprendre partiellement ou int&eacute;gralement le proc&egrave;s-verbal de s&eacute;ance. La transcription compl&egrave;te du proc&egrave;s-verbal est possible mais pas obligatoire.</p> <p style="text-align: justify;">Le code n&#39;impose aucun d&eacute;lai pour op&eacute;rer cette transcription.</p> <p>&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/que-doit-mentionner-le-proces-verbal-de-la-reunion-de-l-assemblee-deliberante Mon, 13 Aug 2012 10:09:00 +0200 Le non-respect d’une servitude de droit privé affecte-t-il la légalité d’un permis de construire? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/le-non-respect-dune-servitude-de-droit-prive-affecte-t-il-la-legalite-dun-permis-de-construire <p style="text-align: justify;">Non.</p> <p style="text-align: justify;">Les autorisations d&#39;urbanisme sont d&eacute;livr&eacute;es sur la base des r&egrave;gles d&#39;urbanisme et sous r&eacute;serve des droits des tiers. Par cons&eacute;quent, les r&egrave;gles de droit priv&eacute;, telles que la servitude l&eacute;gale d&#39;&eacute;coulement des eaux ou les servitudes conventionnelles ne sont pas prises en compte pour d&eacute;livrer le permis de construire.</p> <p style="text-align: justify;">Un permis de construire n&#39;est donc pas ill&eacute;gale du seul fait qu&#39;il&nbsp;m&eacute;conna&icirc;t une servitude de droit priv&eacute; ou une tradition locale (cf. Code des usage slocaux) si celle-ci n&#39;a pas &eacute;t&eacute; prise en compte dans les documents d&#39;urbanisme locaux.</p> <p style="text-align: justify;">En revanche, il appartient aux personnes concern&eacute;es de v&eacute;rifier si le permis d&eacute;livr&eacute; n&#39;emp&ecirc;che pas l&#39;exercice ou l&#39;utilisation d&#39;une servitude de droit priv&eacute; et, &eacute;ventuellement, de diligenter une action judiciaire fond&eacute;e sur la violation du droit des biens.<br /> <br /> &nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/le-non-respect-dune-servitude-de-droit-prive-affecte-t-il-la-legalite-dun-permis-de-construire Tue, 22 Jan 2013 00:00:00 +0100 Le rejet de leur offre doit-il être notifié aux candidats à une DSP? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/concessions/le-rejet-de-leur-offre-doit-il-etre-notifie-aux-candidats-a-une-dsp <p style="text-align: justify;">Aucune disposition l&eacute;gislative ni r&eacute;glementaire n&#39;impose en mati&egrave;re de d&eacute;l&eacute;gation de service public que la personne publique d&eacute;l&eacute;gante notifie aux candidats le rejet de leur offre et le respect d&#39;un d&eacute;lai pendant lequel la signature de la convention serait suspendue <em>(<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000029147034&amp;fastReqId=1019678929&amp;fastPos=1" target="_blank">CAA Versailles, 12 juin 2014, Soci&eacute;t&eacute; EGS, n&deg;13VE00527</a>).</em></p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/concessions/le-rejet-de-leur-offre-doit-il-etre-notifie-aux-candidats-a-une-dsp Thu, 11 Dec 2014 09:21:00 +0100 La délibération dont l'objet n'a pas été inscrit à l'ordre du jour est-elle valable? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/la-deliberation-dont-l-objet-n-a-pas-ete-inscrit-a-l-ordre-du-jour-est-elle-valable <p style="text-align: justify;">La convocation des conseillers municipaux aux s&eacute;ances de l&#39;assembl&eacute;e d&eacute;lib&eacute;rante doit obligatoirement indiquer les questions &agrave; l&#39;ordre du jour (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006391203&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20120413&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">art. L.2541-2</a>, alin&eacute;a 3, du code g&eacute;n&eacute;ral des collectivit&eacute;s territoriales).</p> <p style="text-align: justify;">Le mair/pr&eacute;sident est ma&icirc;tre de l&#39;ordre du jour et d&eacute;termine celui-ci dans la convocation adress&eacute;e aux conseillers municipaux/d&eacute;l&eacute;gu&eacute;s.</p> <p style="text-align: justify;">En raison de ces dispositions, l&#39;assembl&eacute;e d&eacute;lib&eacute;rante ne saurait, en aucun cas, discuter ou d&eacute;cider d&#39;une question importante qui n&#39;aurait pas &eacute;t&eacute;, au pr&eacute;alable, inscrite &agrave; l&#39;ordre du jour port&eacute; sur la convocation<em> (Conseil d&#39;Etat, 29 septembre 1982, Demoiselles Richert).</em> Les d&eacute;lib&eacute;rations portant sur des questions non inscrites &agrave; l&#39;ordre du jour sont donc irr&eacute;guli&egrave;res.</p> <p style="text-align: justify;">Cependant, il est permis de penser que cette r&egrave;gle n&#39;interdit pas au conseil municipal de d&eacute;lib&eacute;rer sur un certain nombre de questions dans le point &quot;divers&quot;, &agrave; l&#39;exclusion de toute affaire importante, bien entendu, dans ce point &quot;divers&quot;.</p> <p style="text-align: justify;">En effet, les &quot;questions diverses&quot; ne doivent porter que sur des &eacute;l&eacute;ments mineurs. S&rsquo;il en &eacute;tait autrement, il y aurait d&eacute;tournement de proc&eacute;dure sanctionnable par le juge administratif. Par exemple, le projet d&rsquo;un plan d&rsquo;occupation des sols <em>(Conseil d&#39;Etat, 29 septembre 1982, Richert)</em>, ou bien les situations concernant des agents <em>(Conseil d&#39;Etat, 7 d&eacute;cembre 1983, Stradella)</em> ne peuvent pas faire l&rsquo;objet de d&eacute;lib&eacute;ration sous la rubrique &quot;questions diverses&quot;.</p> <p style="text-align: justify;">En cons&eacute;quence, lors d&#39;une s&eacute;ance, le conseil municipal ne peut d&eacute;lib&eacute;rer valablement que sur les questions figurant &agrave; l&#39;ordre du jour de cette s&eacute;ance, ordre du jour mentionn&eacute; sur la convocation.</p> <p>&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/la-deliberation-dont-l-objet-n-a-pas-ete-inscrit-a-l-ordre-du-jour-est-elle-valable Fri, 13 Apr 2012 06:54:00 +0200 Le débat d'orientations budgétaires doit-il porter sur l'évolution du taux d'endettement? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/le-debat-d-orientations-budgetaires-doit-il-porter-sur-l-evolution-du-taux-d-endettement <p style="text-align: justify;">Toute assembl&eacute;e d&eacute;lib&eacute;rante d&#39;une commue de plus de 3500 habitants doit effectuer un D&eacute;bat d&#39;Orientations Budg&eacute;taires (DOB).</p> <p style="text-align: justify;">Ce d&eacute;bat doit &ecirc;tre pr&eacute;c&eacute;d&eacute; d&#39;une information des membres de l&#39;assembl&eacute;e d&eacute;lib&eacute;rante, information qui doit notamment porter sur le niveau d&#39;endettement de la collectivit&eacute; et son &eacute;volution <em>(<u>Source</u> :&nbsp;R&eacute;ponse minist&eacute;rielle, Question n&deg;113040, JOAN, 25 octobre 2011).</em></p> <p style="text-align: justify;">La loi NOTRe a en outre introduit l&#39;obligation pour le Maire/Pr&eacute;sident de pr&eacute;senter &agrave; l&#39;assembl&eacute;e un Rapport sur les&nbsp;Orientations Budg&eacute;taires (ROB) dans lequel doivent notamment figurer les &eacute;l&eacute;ments suivants : engagements pluriannuels envisag&eacute;s, structure et&nbsp;gestion de la dett<em>e.</em></p> <p style="text-align: justify;"><em><a href="https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/le-debat-d-orientations-budgetaires-doit-il-porter-sur-l-evolution-du-taux-d-endettement" target="_blank">En savoir plus sur le DOB et le ROB</a>&nbsp;</em></p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/le-debat-d-orientations-budgetaires-doit-il-porter-sur-l-evolution-du-taux-d-endettement Tue, 10 Apr 2012 14:27:00 +0200 L'entreprise qui a conclu un marché dont elle connaissait l'illégalité peut-elle solliciter une indemnisation? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/marches-publics/execution/l-entreprise-qui-a-conclu-un-marche-dont-elle-connaissait-l-illegalite-peut-elle-solliciter-une-indemnisation <p style="text-align: justify;">Non.</p> <p style="text-align: justify;">En principe, le titulaire d&#39;un march&eacute; a droit &agrave; l&#39;indemnisation des d&eacute;penses expos&eacute;es et des gains dont il a &eacute;t&eacute; priv&eacute; du fait de la nullit&eacute; du contrat r&eacute;sultant d&#39;une faute de l&#39;administration, sous r&eacute;serve du partage &eacute;ventuel de responsabilit&eacute; d&eacute;coulant des propres fautes du titulaire du march&eacute;.</p> <p style="text-align: justify;">Cependant, si le titulaire du march&eacute;, au regard de son exp&eacute;rience, ne pouvait ignorer l&#39;ill&eacute;galit&eacute; du march&eacute; qu&#39;il a conclu (en l&#39;esp&egrave;ce l&#39;incapacit&eacute; du syndicat intercommunal de conclure le contrat faute d&#39;en avoir re&ccedil;u comp&eacute;tence par les communes concern&eacute;es), il a commis une faute grave.</p> <p style="text-align: justify;">Si cette faute constitue la cause directe de la perte du b&eacute;n&eacute;fice attendu du contrat, l&#39;entreprise titulaire du march&eacute; est par cons&eacute;quent infond&eacute;e &agrave; solliciter l&#39;indemnisation de ce pr&eacute;judice<em>&nbsp;(<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000024815359&amp;fastReqId=2038460213&amp;fastPos=1" target="_blank">CE, 18 novembre 2011, n&deg;342642</a>).</em></p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/marches-publics/execution/l-entreprise-qui-a-conclu-un-marche-dont-elle-connaissait-l-illegalite-peut-elle-solliciter-une-indemnisation Thu, 08 Dec 2011 09:29:00 +0100 Un candidat à un marché public n’a pas indiqué les prix dans son offre ? Est-il possible de régulariser cette omission ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/marches-publics/candidatures-et-offres/un-candidat-a-un-marche-public-na-pas-indique-les-prix-dans-son-offre-est-il-possible-de-regulariser-cette-omission <p style="text-align: justify;">Oui, sous r&eacute;serve que la date limite de d&eacute;p&ocirc;t des offres ne soit pas atteinte.</p> <p style="text-align: justify;"><em><a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006204304&amp;cidTexte=LEGITEXT000005627819&amp;dateTexte=20100928&amp;fastPos=1&amp;fastReqId=1162987657&amp;oldAction=rechCodeArticle" name="article 12 code marchés publics" target="_blank" title="article 12 code marchés publics">L&#39;article 12</a> du code des march&eacute;s publics</em> pr&eacute;cise que les pi&egrave;ces constitutives du march&eacute; <strong>pass&eacute; selon une proc&eacute;dure formalis&eacute;e </strong>sont d&rsquo;une part l&rsquo;acte d&#39;engagement et d&rsquo;autre part les cahiers des charges.</p> <p style="text-align: justify;">Les mentions vis&eacute;es au 1&deg; (identification des parties), 3&deg; (d&eacute;finition de l&rsquo;objet du march&eacute;) et 6&deg;&nbsp; (prix ou modalit&eacute;s de d&eacute;termination du prix) de l&#39;article 12 du code des march&eacute;s publics doivent &ecirc;tre consid&eacute;r&eacute;es comme substantielles. L&#39;omission de l&#39;une d&#39;entre elles entra&icirc;ne la nullit&eacute; du contrat.</p> <p style="text-align: justify;">La signature du march&eacute; est une formalit&eacute; substantielle. Ainsi, aucune r&eacute;gularisation de ce d&eacute;faut de signature n&#39;est possible apr&egrave;s la date limite de d&eacute;p&ocirc;t des offres <em>(CE, 3 novembre 1997, Pr&eacute;fet de la Marne).</em></p> <p style="text-align: justify;">Le prix &eacute;tant lui aussi une mention substantielle du march&eacute;, aucune r&eacute;gularisation de ce d&eacute;faut d&rsquo;indication n&#39;est possible apr&egrave;s la date limite de d&eacute;p&ocirc;t des offres.</p> <p style="text-align: justify;">Si cette date limite n&#39;est pas encore atteinte, vous pouvez demander au candidat d&#39;indiquer le prix de son offre.<br /> (<u>Remarque</u> : La collectivit&eacute; n&#39;est jamais tenue de demander une r&eacute;gularisation au candidat. <em>CE, 10 d&eacute;cembre 1993, Soci&eacute;t&eacute; Lopez Entreprise).</em></p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/marches-publics/candidatures-et-offres/un-candidat-a-un-marche-public-na-pas-indique-les-prix-dans-son-offre-est-il-possible-de-regulariser-cette-omission Thu, 14 Jan 2010 14:18:00 +0100 En cas d'erreur matérielle sur une délibération, est-il nécessaire d'adopter une délibération rectificative? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/en-cas-d-erreur-materielle-sur-une-deliberation-est-il-necessaire-d-adopter-une-deliberation-rectificative <p style="text-align: justify;">L&#39;erreur mat&eacute;rielle (par exemple l&#39;erreur dans la retranscription du montant d&#39;un march&eacute; public) peut-&ecirc;tre rectifi&eacute;e selon deux modes, avec une s&eacute;curit&eacute; juridique diff&eacute;rente :</p> <ol> <li style="text-align: justify;">La d&eacute;lib&eacute;ration initiale comportant l&#39;erreur mat&eacute;rielle peut &ecirc;tre rectifi&eacute;e sous la signature du Pr&eacute;sident, cette d&eacute;lib&eacute;ration corrig&eacute;e est alors &agrave; nouveau d&eacute;pos&eacute;e en Pr&eacute;fecture (solution pratique mais pas juridiquement s&eacute;curis&eacute;e &agrave; 100%) ;</li> <li style="text-align: justify;">La d&eacute;lib&eacute;ration initiale fait l&#39;objet d&#39;une d&eacute;li&eacute;baton rectificative par il&#39;assembl&eacute;e d&eacute;lib&eacute;rante (garantie de bonne information des membres de l&#39;assembl&eacute;e et juridiquement absolument s&eacute;curis&eacute;e).</li> </ol> <p>&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/en-cas-d-erreur-materielle-sur-une-deliberation-est-il-necessaire-d-adopter-une-deliberation-rectificative Mon, 02 Apr 2012 11:33:00 +0200 La création de noues d’infiltration d’eaux pluviales est-elle autorisée dans les PPR des captages d’eau potable? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/la-creation-de-noues-dinfiltration-deaux-pluviales-est-elle-autorisee-dans-les-ppr-des-captages-deau-potable <p style="text-align: justify;">L&rsquo;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006686390&amp;cidTexte=LEGITEXT000006072665" target="_blank">article L.1321-2</a> du Code de la Sant&eacute; Publique dispose que <em>&laquo; En vue d&#39;assurer la protection de la qualit&eacute; des eaux, l&#39;acte portant d&eacute;claration d&#39;utilit&eacute; publique des travaux de pr&eacute;l&egrave;vement d&#39;eau destin&eacute;e &agrave; l&#39;alimentation des collectivit&eacute;s humaines (&hellip;) d&eacute;termine autour du point de pr&eacute;l&egrave;vement un p&eacute;rim&egrave;tre de protection imm&eacute;diate (&hellip;), un p&eacute;rim&egrave;tre de protection rapproch&eacute;e &agrave; l&#39;int&eacute;rieur duquel peuvent &ecirc;tre interdits ou r&eacute;glement&eacute;s toutes sortes d&#39;installations, travaux, activit&eacute;s, d&eacute;p&ocirc;ts, ouvrages, am&eacute;nagement ou occupation des sols de nature &agrave; nuire directement ou indirectement &agrave; la qualit&eacute; des eaux &raquo;.</em></p> <p style="text-align: justify;">Les activit&eacute;s r&eacute;glement&eacute;es ou interdites dans ce p&eacute;rim&egrave;tre sont donc mentionn&eacute;es dans l&rsquo;arr&ecirc;t&eacute; pr&eacute;fectoral concern&eacute;, auquel il convient de se r&eacute;f&eacute;rer pour savoir si, en l&rsquo;esp&egrave;ce, une noue d&rsquo;infiltration des eaux pluviales est compatible avec les prescriptions de l&rsquo;arr&ecirc;t&eacute; pr&eacute;fectoral (nature des eaux rejet&eacute;es, conditions de rejet, lieu de rejet, etc.).</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/la-creation-de-noues-dinfiltration-deaux-pluviales-est-elle-autorisee-dans-les-ppr-des-captages-deau-potable Thu, 16 Apr 2015 17:52:00 +0200 La majorité requise pour l’adoption des délibérations du comité syndical est-elle la majorité des suffrages ou la majorité des suffrages exprimés? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/la-majorite-requise-pour-ladoption-des-deliberations-du-comite-syndical-est-elle-la-majorite-des-suffrages-ou-la-majorite-des-suffrages-exprimes <p style="text-align: justify;">Sous r&eacute;serve que le quorum soit atteint (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=7B61F67CE22C8BDC098B80702E4D538A.tpdjo17v_1?idArticle=LEGIARTI000006389875&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20120402" target="_blank">art.L.2121.17</a> du CGCT), l&rsquo;adoption des d&eacute;lib&eacute;rations su comit&eacute; syndical se fait<em> &laquo; &agrave; la majorit&eacute; absolue des suffrages exprim&eacute;s &raquo; </em>(<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=7B61F67CE22C8BDC098B80702E4D538A.tpdjo17v_1?idArticle=LEGIARTI000006389878&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20120402" target="_blank">art.L.2121-20</a> alin&eacute;a 2 du CGCT).</p> <p style="text-align: justify;">La majorit&eacute; absolue se d&eacute;finit comme plus de la moiti&eacute; des voix et non la moiti&eacute; plus une.<br /> <br /> Ne sont pris en compte pour le calcul de cette majorit&eacute; absolue que les suffrages exprim&eacute;s. Les suffrages<em> &laquo; exprim&eacute;s &raquo;</em> sont ceux qui manifestent une prise de position effective, claire et non &eacute;quivoque, sur l&rsquo;objet du vote (&laquo; oui &raquo; ou &laquo; non &raquo; ; &laquo; pour &raquo; ou &laquo; contre &raquo;).<br /> Ainsi, les abstentions, bulletins nuls, bulletins blancs ne sont pas des suffrages valablement exprim&eacute;s.<br /> <br /> Par cons&eacute;quent, si sur 24 membres de l&rsquo;assembl&eacute;e d&eacute;lib&eacute;rante pr&eacute;sents :</p> <ul> <li style="text-align: justify;">5 ont vot&eacute; &laquo; pour &raquo;,</li> <li style="text-align: justify;">2 ont vot&eacute; &laquo; contre &raquo;,</li> <li style="text-align: justify;">et 17 se sont abstenus,</li> </ul> <p style="text-align: justify;">alors les suffrages exprim&eacute;s s&rsquo;&eacute;l&egrave;vent &agrave; 7.</p> <p style="text-align: justify;">La majorit&eacute; absolue est donc atteinte avec 4 voix pour ou 4 voix contre.</p> <p style="text-align: justify;">Or, en l&rsquo;esp&egrave;ce il y a eu 2 voix &laquo; contre &raquo; et 5 &laquo; pour &raquo;. La d&eacute;lib&eacute;ration est donc adopt&eacute;e &agrave; la majorit&eacute; absolue des suffrages exprim&eacute;s.<br /> &nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/la-majorite-requise-pour-ladoption-des-deliberations-du-comite-syndical-est-elle-la-majorite-des-suffrages-ou-la-majorite-des-suffrages-exprimes Mon, 02 Apr 2012 11:27:00 +0200 Est-il possible de mettre en place un tarif spécifique de l’eau potable quand la consommation de celle-ci vise à remplir une piscine? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/est-il-possible-de-mettre-en-place-un-tarif-specifique-de-leau-potable-quand-la-consommation-de-celle-ci-vise-a-remplir-une-piscine <p style="text-align: justify;">Oui.</p> <p style="text-align: justify;">L&rsquo;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000024025788&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20120717&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">article L.2224-12-4</a> du Code G&eacute;n&eacute;ral des collectivit&eacute;s territoriales pose le principe d&rsquo;une &quot;tarification de l&rsquo;eau en fonction du volume r&eacute;ellement consomm&eacute; par l&rsquo;abonn&eacute;&quot;.</p> <p style="text-align: justify;">Le montant de la facture d&rsquo;eau est fond&eacute; :</p> <ul> <li style="text-align: justify;">Soit sur la base d&rsquo;un tarif uniforme au m&egrave;tre cube ;</li> <li style="text-align: justify;">Soit sur la base d&rsquo;un tarif progressif.</li> </ul> <p style="text-align: justify;">Ce principe conna&icirc;t cependant deux exceptions :</p> <ol> <li style="text-align: justify;">lorsque la ressource en eau est abondante et qu&#39;un nombre limit&eacute; d&#39;usagers est raccord&eacute; au r&eacute;seau, le repr&eacute;sentant de l&#39;&Eacute;tat dans le d&eacute;partement peut, dans des conditions pr&eacute;vues par d&eacute;cret en Conseil d&#39;&Eacute;tat, &agrave; la demande du maire ou du pr&eacute;sident du groupement de collectivit&eacute;s territoriales comp&eacute;tent pour assurer la distribution d&#39;eau, autoriser une tarification ne comportant pas de terme proportionnel au volume d&#39;eau consomm&eacute; ;</li> <li style="text-align: justify;">un tarif d&eacute;gressif peut &ecirc;tre si plus de 70% du pr&eacute;l&egrave;vement d&rsquo;eau ne fait pas l&rsquo;objet de r&egrave;gles de r&eacute;partition des eaux en application de l&rsquo;article L.211-2 du Code de l&rsquo;environnement.</li> </ol> <p style="text-align: justify;">En outre, le principe de l&rsquo;&eacute;galit&eacute; des usagers devant le service public permet de fixer un tarif de l&rsquo;eau diff&eacute;rent pour des situations diff&eacute;rentes. Un tarif d&eacute;gressif peut ainsi &ecirc;tre institu&eacute; en consid&eacute;ration des situations diff&eacute;rentes dans lesquelles les abonn&eacute;s se trouvent au regard du service, d&egrave;s lors que la diff&eacute;rence de tarification est en rapport avec le fonctionnement m&ecirc;me du service<em> (TA Toulouse, 10 juillet 1997,St&eacute; MAJ Blanchisserie de PANTIN C/ Ville de Toulouse, Cie g&eacute;n&eacute;rale des eaux).</em></p> <p style="text-align: justify;">Ainsi, il a &eacute;t&eacute; jug&eacute; que les usagers disposant d&rsquo;une piscine priv&eacute;e, dont les besoins en eau sont diff&eacute;rents de ceux des autres usagers, peuvent &ecirc;tre soumis au paiement d&rsquo;une cotisation annuelle de consommation d&rsquo;eau pour le remplissage d&rsquo;une piscine priv&eacute;e <em>(<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000007791040&amp;fastReqId=2136689326&amp;fastPos=1" target="_blank">CE, 14 janvier 1991, Bachelet, n&deg;73746</a>).</em></p> <p>&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/est-il-possible-de-mettre-en-place-un-tarif-specifique-de-leau-potable-quand-la-consommation-de-celle-ci-vise-a-remplir-une-piscine Wed, 18 Jul 2012 00:00:00 +0200 Est-il possible de réaliser un épandage sur la partie de terrain inconstructible concernée par la suspicion de cavité souterraine? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-non-collectif/est-il-possible-de-realiser-un-epandage-sur-la-partie-de-terrain-inconstructible-concernee-par-la-suspicion-de-cavite-souterraine <p style="text-align: justify;"><strong>S&#39;il s&#39;agit d&#39;une construction future :</strong></p> <p style="text-align: justify;">La zone &eacute;tant inconstructible (pour suspicion de cavit&eacute; souterraine ou tout autre motif), la construction est impossible ; et a fortiori tout assainissement non collectif.&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">Le CU devra &ecirc;tre n&eacute;gatif et le permis de construire ne pourra pas &ecirc;tre d&eacute;livr&eacute;.<br /> &nbsp;<br /> <strong>Si la maison existe d&eacute;j&agrave; :</strong></p> <p style="text-align: justify;">Dans ce cas, le fait que la zone o&ugrave; se trouve la maison existante est inconstructible (pour suspicion de cavit&eacute; souterraine ou tout autre motif) ne fait pas obstacle &agrave; la mise en place d&#39;un assainissement non collectif.</p> <p style="text-align: justify;">En effet, la r&eacute;alisation de travaux d&#39;assainissement non collectif ne n&eacute;cessite pas de permis de construire. L&#39;imp&eacute;ratif d&#39;assainissement d&#39;eaux us&eacute;es passe, dans ce cas, avant les r&egrave;gles d&#39;urbanisme.</p> <p style="text-align: justify;">Il est donc possible, lorsque la maison existe d&eacute;j&agrave;, de r&eacute;aliser un syst&egrave;me d&#39;ANC sur une parcelle inconstructible et sur une parcelle sur laquelle existe une suspicion de cavit&eacute; souterraine. La seule limite est qu&#39;un puits filtrant ne pourra pas &ecirc;tre r&eacute;alis&eacute; dans cette zone de suspicion de cavit&eacute; souterraine (risque de pollution accru).<br /> &nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-non-collectif/est-il-possible-de-realiser-un-epandage-sur-la-partie-de-terrain-inconstructible-concernee-par-la-suspicion-de-cavite-souterraine Thu, 14 Jan 2010 00:00:00 +0100 Le budget doit-il être voté au scrutin secret? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/le-budget-doit-il-etre-vote-au-scrutin-secret <p style="text-align: justify;">Non, sauf si ce mode de scrutin est demand&eacute; par le tiers des membres pr&eacute;sents<em> (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000024040151&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20111021&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">art.&nbsp;L.2121-21 du CGCT</a>).</em></p> <p style="text-align: justify;">Le maire/pr&eacute;sident est tenu de faire droit &agrave; cette demande et ne peut la refuser, alors m&ecirc;me qu&#39;en d&eacute;but de s&eacute;ance la majorit&eacute; des membres de l&#39;assembl&eacute;e aurait d&eacute;cid&eacute; de ne pas recourir &agrave; ce mode de scrutin pour d&eacute;lib&eacute;rer sur le budget <em>(<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000007715299&amp;fastReqId=2086767437&amp;fastPos=1" target="_blank">CE, 21 novembre 1986, Commune d&#39;Orcet, n&deg;70670</a>).</em></p> <p>&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/le-budget-doit-il-etre-vote-au-scrutin-secret Fri, 21 Oct 2011 10:23:00 +0200 Deux communes ayant conclu une convention d’entente peuvent-elles conclure une DSP ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/concessions/deux-communes-ayant-conclu-une-convention-dentente-peuvent-elles-conclure-une-dsp <p style="text-align: justify;">Non.</p> <p style="text-align: justify;">D&#39;une part, il convient de rappeler les termes de la <a href="http://www.senat.fr/questions/base/2012/qSEQ120902106.html" target="_blank">r&eacute;ponse faite le 31 octobre 2013 &agrave; la question n&deg;0210</a>6 qui portait sur la possibilit&eacute; pour une communaut&eacute; d&#39;agglom&eacute;ration, qui avait d&eacute;l&eacute;gu&eacute; la gestion de son r&eacute;seau d&#39;assainissement &agrave; un op&eacute;rateur priv&eacute;, de conclure une entente avec une commune ext&eacute;rieure : <em>&laquo; La d&eacute;l&eacute;gation d&#39;un service public &agrave; un op&eacute;rateur priv&eacute; exclut le recours &agrave; tout mode de coop&eacute;ration intercommunale, telle que l&#39;entente intercommunale, sur ces m&ecirc;mes missions&quot;.</em></p> <p style="text-align: justify;">Donc, sur une m&ecirc;me mission, une commune ne peut recourir &agrave; la fois &agrave; une d&eacute;l&eacute;gation de service public et &agrave; la fois &agrave; une entente intercommunale.</p> <p style="text-align: justify;">D&#39;autre part, il convient &eacute;galement de rappeler la d&eacute;finition de la d&eacute;l&eacute;gation de service public. En application des dispositions de l&#39;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;idArticle=LEGIARTI000006389206&amp;dateTexte=&amp;categorieLien=cid" target="_blank">article L.1411-1</a> du code g&eacute;n&eacute;ral des collectivit&eacute;s territoriales (CGCT) : <em>&laquo; Une d&eacute;l&eacute;gation de service public est un contrat par lequel une personne morale de droit public confie la gestion d&#39;un service public dont elle a la responsabilit&eacute; &agrave; un d&eacute;l&eacute;gataire public ou priv&eacute;, dont la r&eacute;mun&eacute;ration est substantiellement li&eacute;e aux r&eacute;sultats de l&#39;exploitation du service &raquo;. </em></p> <p style="text-align: justify;">Or, l&#39;entente intercommunale n&#39;a pas de personnalit&eacute; morale. Elle ne peut donc &ecirc;tre consid&eacute;r&eacute;e comme responsable d&#39;un service public dont elle pourrait d&eacute;cider d&#39;un mode de gestion d&eacute;l&eacute;gu&eacute;. Il n&#39;est donc pas possible pour deux communes de conclure une convention d&#39;entente au sens de l&#39;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;idArticle=LEGIARTI000006393269&amp;dateTexte=&amp;categorieLien=cid" target="_blank">article L.5221-2</a> du CGCT puis, sur ce fondement, de passer une d&eacute;l&eacute;gation de service public.</p> <p style="text-align: justify;">En revanche, celles-ci peuvent se regrouper au sein d&#39;un Etablissement Public de Coop&eacute;ration Intercommunale (EPCI) qui pourra d&eacute;cider d&#39;exploiter via une concession, le service public pour lequel ses membres lui auront transf&eacute;r&eacute; la comp&eacute;tence.</p> <p style="text-align: justify;"><u><em>Source</em></u><em> : <a href="http://www.senat.fr/questions/base/2014/qSEQ140511489.html" target="_blank">R&eacute;ponse minist&eacute;rielle, Question &eacute;crite n&deg; 11489, JO S&eacute;nat du 05/06/2014, page 1327</a></em><br /> &nbsp;<br /> &nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/concessions/deux-communes-ayant-conclu-une-convention-dentente-peuvent-elles-conclure-une-dsp Mon, 16 Jun 2014 15:36:00 +0200 Le compte-rendu des séances de l'assemblée délibérante doit-il faire l'objet d'un affichage? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/le-compte-rendu-des-seances-de-l-assemblee-deliberante-doit-il-faire-l-objet-d-un-affichage <p style="text-align: justify;">Oui, dans les 8 jours qui suivent la r&eacute;union de l&#39;assembl&eacute;e d&eacute;lib&eacute;rante (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006389885&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20111021&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">art.&nbsp;L.2121-25 </a>du CGCT). L&#39;affichage doit &ecirc;tre fait &agrave; la porte ou &agrave; l&#39;ext&eacute;rieur du si&egrave;ge de la collectivit&eacute; ou dans un lieu accessible aux seuls horaires d&#39;ouverture des services de la collectivit&eacute;<em> (TA Paris, 26 avril 2000, Viale, n&deg;97-12067/4).</em> La publication du compte-rendu sur le site Internet de la collectivit&eacute; ne r&eacute;pond pas aux obligations l&eacute;gales <em>(R&eacute;ponse minist&eacute;rielle, Question n&deg;13285, JO S&eacute;nat du 2 septembre 2004).</em></p> <p style="text-align: justify;">Cette obligation ne porte pas sur l&#39;int&eacute;gralit&eacute; du compte-rendu, il peut se limiter &agrave; des extraits choisis par le maire/pr&eacute;sident. En effet, l&#39;objectif de l&#39;affichage est d&#39;informer le public sur le sens et la port&eacute;e des d&eacute;lib&eacute;rations adopt&eacute;es.</p> <p style="text-align: justify;">Le d&eacute;faut ou le retard d&#39;affichage, de m&ecirc;me que le manque de pr&eacute;cision des extraits affich&eacute;s n&#39;entache pas d&#39;ill&eacute;galit&eacute; les d&eacute;lib&eacute;rations adopt&eacute;es<em> (<u>D&eacute;faut</u> : <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000007640030&amp;fastReqId=254546020&amp;fastPos=2" target="_blank">CE, 29 octobre 1969, Commune de Labeuvri&egrave;re, n&deg;72791</a> et <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000007688477&amp;fastReqId=1013402411&amp;fastPos=13" target="_blank">CE, 29 juin 1979, Ministre de l&#39;Int&eacute;rieur c/ Malardel, n&deg;05536</a>; <u>Retard</u> : <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000007878544&amp;fastReqId=1486672881&amp;fastPos=1" target="_blank">CE, 24 mai 1995, Ville de Meudon, n&deg;150360</a>; <u>Manque de pr&eacute;cision</u> : CE, 29 d&eacute;cembre 1999, Commune de Port-Saint-Louis-du-Rh&ocirc;ne, n&deg;158492).</em></p> <p style="text-align: justify;">&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/le-compte-rendu-des-seances-de-l-assemblee-deliberante-doit-il-faire-l-objet-d-un-affichage Fri, 21 Oct 2011 09:46:00 +0200 Le délai de convocation des membres de l'assemblée délibérante peut-il être réduit en cas d'urgence? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/le-delai-de-convocation-des-membres-de-l-assemblee-deliberante-peut-il-etre-reduit-en-cas-d-urgence <p style="text-align: justify;">Oui.</p> <p style="text-align: justify;">Le principe est le suivant :</p> <ul> <li style="text-align: justify;">Dans les communes de moins de 3500 habitants (et les EPCI ne comprenant <u>aucune</u> commune de 3500 habitants et plus), le d&eacute;lai de convocation des membres de l&#39;assembl&eacute;e d&eacute;lib&eacute;rante est d&#39;au moins 3 jours francs<em> (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006389867&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20110809&amp;fastPos=1&amp;fastReqId=415258994&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">art.L.2121-11</a> du CGCT) </em>;</li> <li style="text-align: justify;">Dans les communes de 3500 habitants et plus&nbsp; (et les EPCI&nbsp;comptant au moins une&nbsp;commune de 3500 habitants et plus), le d&eacute;lai de convocation des membres de l&#39;assembl&eacute;e d&eacute;lib&eacute;rante est d&#39;au moins&nbsp;5 jours francs<em> (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=033D9E0DF6B7DD03372F411D2366A002.tpdjo03v_1?idArticle=LEGIARTI000006389868&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20110809&amp;categorieLien=id" target="_blank">art.L.2121-12</a> du CGCT).</em></li> </ul> <p style="text-align: justify;">N&eacute;anmoins, en cas d&#39;urgence, le d&eacute;lai peut &ecirc;tre&nbsp;r&eacute;duit&nbsp;par le maire/pr&eacute;sident, <strong>sans pouvoir &ecirc;tre toutefois inf&eacute;rieur &agrave;&nbsp;1 jour franc</strong>.</p> <p style="text-align: justify;">Le maire/pr&eacute;sident rend compte d&egrave;s l&#39;ouverture de la s&eacute;ance au conseil municipal des motifs ayant justifi&eacute;&nbsp;l&#39;abr&eacute;gement du d&eacute;lai de convocation.</p> <p style="text-align: justify;">L&#39;assembl&eacute;e d&eacute;lib&eacute;rante doit alors se prononcer sur l&#39;urgence et peut d&eacute;cider le renvoi de la discussion, pour tout ou partie, &agrave; l&#39;ordre du jour d&#39;une s&eacute;ance ult&eacute;rieure.</p> <p style="text-align: justify;">Ont &eacute;t&eacute; reconnues comme situations d&#39;urgence justifiant la r&eacute;duction du d&eacute;lai de convocation :</p> <ul> <li style="text-align: justify;">vote du budget devant intervenir avant la date impos&eacute;e par le respect du d&eacute;lai l&eacute;gal de principe de convocation ;</li> <li style="text-align: justify;">proximit&eacute; des &eacute;lections r&eacute;gionales ;</li> <li style="text-align: justify;">proximit&eacute; du d&eacute;lai d&#39;appel d&#39;un jugement notifi&eacute; &agrave; la commune.</li> </ul> <p style="text-align: justify;"><em>(<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000023885714&amp;fastReqId=1259602517&amp;fastPos=1" name="CAA Versailles, 3 mars 2011, Commune de Nozay, n°09VE03950" target="_blank" title="CAA Versailles, 3 mars 2011, Commune de Nozay, n°09VE03950">CAA Versailles, 3 mars 2011, Commune de Nozay, n&deg;09VE03950</a> : &quot;Le r&egrave;glement int&eacute;rieur de la commune ... ne peut l&eacute;galement permettre, m&ecirc;me en cas d&#39;urgence et d&#39;accord de l&#39;ensemble des conseillers pr&eacute;sents, l&#39;ajout d&#39;un point &agrave; l&#39;ordre du jour lors de l&#39;ouverture de la s&eacute;ance du conseil municipal&quot;).</em></p> <p style="text-align: justify;">&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/le-delai-de-convocation-des-membres-de-l-assemblee-deliberante-peut-il-etre-reduit-en-cas-d-urgence Tue, 09 Aug 2011 15:42:00 +0200 L’avis du CTP ou de la CCSPL doit-il être effectivement rendu avant que l’assemblée délibère sur le choix du mode de gestion ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/concessions/lavis-du-ctp-ou-de-la-ccspl-doit-il-etre-effectivement-rendu-avant-que-lassemblee-delibere-sur-le-choix-du-mode-de-gestion <p style="text-align: justify;"><a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=72404FE69B0A1A1990D197D0FC8DF470.tpdjo15v_2?idArticle=LEGIARTI000006389220&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20101012" name="article L1411-4 CGCT" target="_blank" title="article L1411-4 CGCT">L&#39;article L.1411-4</a> du CGCT&nbsp;impose &agrave; la collectivit&eacute;&nbsp;de&nbsp;<em>&quot;recueillir l&#39;avis&quot;</em> du Comit&eacute; Technique Paritaire ou de la Commission Consultative des Services Publics&nbsp;Locaux <strong>pr&eacute;alablement</strong> &agrave; la d&eacute;cision de l&#39;assembl&eacute;e d&eacute;lib&eacute;rante portant sur le choix du mode de gestion (en l&#39;occurrence la DSP).</p> <p style="text-align: justify;">C&#39;est la&nbsp;consultation&nbsp;qui est obligatoire et non l&#39;avis.</p> <p style="text-align: justify;">Ainsi, la collectivit&eacute; peut d&eacute;lib&eacute;rer sur le principe de la DSP sans avoir re&ccedil;u l&#39;avis du CTP ou de la CCSPL, <strong>d&egrave;s lors</strong> qu&#39;elle l&#39;a pr&eacute;alablement sollicit&eacute;.</p> <p style="text-align: justify;">De plus, quand un avis est rendu par le CTP ou la CCSPL, il ne s&#39;impose pas &agrave; la collectivit&eacute; d&eacute;l&eacute;gante <em>(<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000023494624&amp;fastReqId=109323807&amp;fastPos=1" target="_blank">CE, 27 janvier 2011, Commune de Ramatuelle, n&deg;338285</a>).</em></p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/concessions/lavis-du-ctp-ou-de-la-ccspl-doit-il-etre-effectivement-rendu-avant-que-lassemblee-delibere-sur-le-choix-du-mode-de-gestion Tue, 12 Oct 2010 00:00:00 +0200 Dans le cadre de la procédure d’autorisation d’utilisation de l’eau en vue de la consommation humaine, le préfet est-il lié par l'avis du commissaire-enquêteur ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/dans-le-cadre-de-la-procedure-dautorisation-dutilisation-de-leau-en-vue-de-la-consommation-humaine-le-prefet-est-il-lie-par-l-avis-du-commissaire-enqueteur <p style="text-align: justify;">Non.</p> <p style="text-align: justify;">Le pr&eacute;fet n&#39;est pas li&eacute; par l&#39;avis &eacute;mis par le commissaire-enqu&ecirc;teur dans son rapport au terme de l&#39;enqu&ecirc;te publique (TA Bordeaux, 12 mai 1999, Bercheny), ni par celui du l&#39;assembl&eacute;e d&eacute;lib&eacute;rante (TA Rouen, 30 ao&ucirc;t 1999) (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006074220&amp;idArticle=LEGIARTI000006835004&amp;dateTexte=&amp;categorieLien=cid" target="_blank">art.R.123-19 </a>du Code de l&#39;environnement).</p> <p style="text-align: justify;">De m&ecirc;me, l&#39;avis du commissaire enqu&ecirc;teur ne s&#39;impose pas &agrave; l&#39;assembl&eacute;e d&eacute;lib&eacute;rante <em>(<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000021879975&amp;fastReqId=2077651345&amp;fastPos=1" target="_blank">CAA Nancy, 11 f&eacute;vrier 2010, n&deg;09NC00474</a>).</em></p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/dans-le-cadre-de-la-procedure-dautorisation-dutilisation-de-leau-en-vue-de-la-consommation-humaine-le-prefet-est-il-lie-par-l-avis-du-commissaire-enqueteur Fri, 13 Feb 2015 12:25:00 +0100 Qui peut assister aux séances de l’assemblée délibérante du syndicat ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/qui-peut-assister-aux-seances-de-lassemblee-deliberante-du-syndicat <p style="text-align: justify;">Toute personne.</p> <p style="text-align: justify;">Les s&eacute;ances des conseils municipaux sont publiques.</p> <p style="text-align: justify;">N&eacute;anmoins, sur la demande de trois membres ou du maire, le conseil municipal peut d&eacute;cider, sans d&eacute;bat, &agrave; la majorit&eacute; absolue des membres pr&eacute;sents ou repr&eacute;sent&eacute;s, qu&#39;il se r&eacute;unit &agrave; huis clos <em>(<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006389876&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20100927&amp;oldAction=rechCodeArticle" name="article L2121-18 CGCT" target="_blank" title="article L2121-18 CGCT">art.L.2121-18 </a>du CGCT).</em></p> <p style="text-align: justify;">Le conseil municipal est seul juge de l&#39;opportunit&eacute; de si&eacute;ger &agrave; huis clos <em>(CE 19 juin 1959, Binet).</em> La d&eacute;cision de tenir une s&eacute;ance &agrave; huis clos doit &ecirc;tre prise par un vote public du conseil municipal <em>(CE, 04&nbsp;mars 1994, Regoin).</em><br /> &nbsp;<br /> Le maire a seul la police de l&#39;assembl&eacute;e. ll peut faire expulser de l&#39;auditoire ou arr&ecirc;ter tout individu qui trouble l&#39;ordre<em> (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006389874&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20100927&amp;oldAction=rechCodeArticle" name="article L2121-16 CGCT" target="_blank" title="article L2121-16 CGCT">art. L.2121-16 </a>du CGCT).</em></p> <p style="text-align: justify;">C&#39;est au maire seul qu&#39;il appartient de prendre les mesures destin&eacute;es &agrave; emp&ecirc;cher que soit troubl&eacute; le d&eacute;roulement des s&eacute;ances du conseil municipal <em>(CE 14 d&eacute;c. 1992).</em></p> <p style="text-align: justify;">Il peut m&ecirc;me expulser un conseiller municipal qui perturbe le d&eacute;roulement de la s&eacute;ance <em>(R&eacute;ponse minist&eacute;rielle, Question &eacute;crite n&deg;35472,&nbsp;JOAN&nbsp;du&nbsp;06 mai 1996, page&nbsp;2486). </em></p> <p style="text-align: justify;">Il en est de m&ecirc;me lorsque des personnes &eacute;trang&egrave;res au conseil ont activement particip&eacute; &agrave; la discussion et ne se sont retir&eacute;es qu&#39;apr&egrave;s le vote de la d&eacute;lib&eacute;ration <em>(TA Besan&ccedil;on, 15 avril&nbsp;1999, Abbe).</em></p> <p style="text-align: justify;">Il peut aussi interdire l&#39;acc&egrave;s &agrave; un groupe de personnes dont le comportement est susceptible de troubler le d&eacute;roulement de la s&eacute;ance <em>(CAA Nancy, 18 novembre&nbsp;2004, X&hellip; c/ Commune de Troyes).</em><br /> &nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/qui-peut-assister-aux-seances-de-lassemblee-deliberante-du-syndicat Wed, 13 Jan 2010 22:11:00 +0100 Est-il possible de convoquer les membres du conseil municipal autrement que par un courrier envoyé à leur domicile (notamment par le dépôt de la convocation dans une case qui leur est réservée à la mairie) ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/est-il-possible-de-convoquer-les-membres-du-conseil-municipal-autrement-que-par-un-courrier-envoye-a-leur-domicile-notamment-par-le-depot-de-la-convocation-dans-une-case-qui-leur-est-reservee-a-la-mairie <p style="text-align: justify;">Non, sauf si le conseiller municipal a fait le choix d&rsquo;une autre adresse.</p> <p style="text-align: justify;">Le Conseil d&#39;&Eacute;tat a consid&eacute;r&eacute; que la m&eacute;connaissance de ces r&egrave;gles est de nature &agrave; entacher d&#39;ill&eacute;galit&eacute; les d&eacute;lib&eacute;rations prises par le conseil municipal alors m&ecirc;me que les conseillers municipaux auraient &eacute;t&eacute; pr&eacute;sents ou repr&eacute;sent&eacute;s lors de la s&eacute;ance <em>(<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000018005801&amp;fastReqId=464813272&amp;fastPos=1" name="conseil d'état 9 mars 2007" target="_blank" title="conseil d'état 9 mars 2007">CE, 9 mars 2007, req. N&deg; 290687</a>).</em></p> <p style="text-align: justify;"><em>R&eacute;ponse minist&eacute;rielle, Question n&deg; 01713, JO S&eacute;nat 25 octobre 2007 </em></p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/est-il-possible-de-convoquer-les-membres-du-conseil-municipal-autrement-que-par-un-courrier-envoye-a-leur-domicile-notamment-par-le-depot-de-la-convocation-dans-une-case-qui-leur-est-reservee-a-la-mairie Wed, 13 Jan 2010 21:56:00 +0100 A quelles formalités de publication est soumis l’arrêté préfectoral instaurant la servitude d'utilité publique pour les périmètres de protection des captages (art.L.1321-2 CSP) ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/a-quelles-formalites-de-publication-est-soumis-larrete-prefectoral-instaurant-la-servitude-d-utilite-publique-pour-les-perimetres-de-protection-des-captages-artl1321-2-csp <p style="text-align: justify;">La publication au Service de Publicit&eacute; Fonci&egrave;re (SPF) est express&eacute;ment exclue depuis 2004&nbsp; (cf. <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000022494740&amp;cidTexte=LEGITEXT000006072665&amp;dateTexte=20131017&amp;fastPos=4&amp;fastReqId=1581964492&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">art.L.1321-2 du CSP</a> : <em>&quot;Les servitudes aff&eacute;rentes aux p&eacute;rim&egrave;tres de protection ne font pas l&#39;objet d&#39;une publication aux hypoth&egrave;ques. Un d&eacute;cret en Conseil d&#39;&Eacute;tat pr&eacute;cise les mesures de publicit&eacute; de l&#39;acte portant d&eacute;claration d&#39;utilit&eacute; publique pr&eacute;vu au premier alin&eacute;a, et notamment les conditions dans lesquelles les propri&eacute;taires sont individuellement inform&eacute;s des servitudes portant sur leurs terrains.&quot;</em>)</p> <p style="text-align: justify;">La publication de l&rsquo;arr&ecirc;t&eacute; pr&eacute;fectoral est organis&eacute;e par le d&eacute;cret n&deg;2007-1581 du 7 novembre du 2007 :</p> <ol> <li style="text-align: justify;">L&rsquo;arr&ecirc;t&eacute; pr&eacute;fectoral est publi&eacute; au recueil des actes administratifs de l&rsquo;Etat dans le D&eacute;partement (formalit&eacute; r&eacute;alis&eacute;e par l&rsquo;Etat) (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006909490&amp;cidTexte=LEGITEXT000006072665&amp;dateTexte=20131017&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">art.R.1321-1 CSP</a>) ;</li> <li style="text-align: justify;">L&rsquo;arr&ecirc;t&eacute; pr&eacute;fectoral est affich&eacute; &agrave; la mairie de chacune des communes int&eacute;ress&eacute;es pendant au moins deux mois (formalit&eacute; r&eacute;alis&eacute;e par chaque commune) (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006909490&amp;cidTexte=LEGITEXT000006072665&amp;dateTexte=20131017&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">art.R.1321-1 CSP</a>) ;</li> <li style="text-align: justify;">Une mention de cet affichage en mairie est ins&eacute;r&eacute;e en caract&egrave;res apparents dans deux journaux locaux (formalit&eacute; r&eacute;alis&eacute;e par chaque commune concern&eacute;e) (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006909490&amp;cidTexte=LEGITEXT000006072665&amp;dateTexte=20131017&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">art.R.1321-1 CSP</a>) ;</li> <li style="text-align: justify;">L&rsquo;arr&ecirc;t&eacute; pr&eacute;fectoral est notifi&eacute; par LRAR &agrave; chaque propri&eacute;taire int&eacute;ress&eacute; (Formalit&eacute; r&eacute;alis&eacute;e par le b&eacute;n&eacute;ficiaire de la servitude) Lorsque l&#39;identit&eacute; ou l&#39;adresse d&#39;un propri&eacute;taire est inconnue, la notification est faite au maire de la commune sur le territoire de laquelle est situ&eacute;e la propri&eacute;t&eacute; soumise &agrave; servitudes, qui en assure l&#39;affichage et, le cas &eacute;ch&eacute;ant, la communique &agrave; l&#39;occupant des lieux) (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006909490&amp;cidTexte=LEGITEXT000006072665&amp;dateTexte=20131017&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">art.R.1321-1 CSP</a>) ;</li> <li style="text-align: justify;">Les servitudes aff&eacute;rentes aux p&eacute;rim&egrave;tres de protection sont annex&eacute;es au PLU (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=AF334757E8B3FE8794EE27A7CFBFB7CD.tpdjo08v_2?idArticle=LEGIARTI000006909492&amp;cidTexte=LEGITEXT000006072665&amp;dateTexte=20131017&amp;categorieLien=id&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">art. R.1321-13-2</a> du CSP ; <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006814805&amp;cidTexte=LEGITEXT000006074075&amp;dateTexte=20131017&amp;fastPos=6&amp;fastReqId=1204514225&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">art.L.126-1</a>, <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006817285&amp;cidTexte=LEGITEXT000006074075&amp;dateTexte=20131017&amp;fastPos=5&amp;fastReqId=963111852&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">art.R-126-1</a> et suivants du Code de l&rsquo;Urbanisme) (formalit&eacute; r&eacute;alis&eacute;e par les collectivit&eacute;s comp&eacute;tentes en urbanisme).</li> </ol> <p style="text-align: justify;"><u><strong>NB :</strong></u> Les maires des communes concern&eacute;es conservent l&#39;acte portant d&eacute;claration d&#39;utilit&eacute; publique et d&eacute;livrent &agrave; toute personne qui le demande les informations sur les servitudes qui y sont rattach&eacute;es (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006909490&amp;cidTexte=LEGITEXT000006072665&amp;dateTexte=20131017&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">art.R.1321-1 CSP</a>).</p> <p style="text-align: justify;">&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/a-quelles-formalites-de-publication-est-soumis-larrete-prefectoral-instaurant-la-servitude-d-utilite-publique-pour-les-perimetres-de-protection-des-captages-artl1321-2-csp Thu, 17 Oct 2013 16:45:00 +0200 Le comité syndical peut-il valablement délibérer alors que le quorum n’est pas atteint ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/le-comite-syndical-peut-il-valablement-deliberer-alors-que-le-quorum-nest-pas-atteint <p style="text-align: justify;">Non, sauf exception.</p> <p style="text-align: justify;"><a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000017844725&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20100927&amp;oldAction=rechCodeArticle" name="article L2121-7 CGCT" target="_blank" title="article L2121-7 CGCT">L&rsquo;article L.2121-7</a> du CGCT (applicable aux EPCI en vertu de <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006392784&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20100927&amp;oldAction=rechCodeArticle" name="article L5211-1 CGCT" target="_blank" title="article L5211-1 CGCT">l&rsquo;article L.5211-1</a> du CGCT)&deg; dispose que :<br /> <em>&laquo; Le conseil municipal ne d&eacute;lib&egrave;re valablement que lorsque la majorit&eacute; de ses membres en exercice est pr&eacute;sente.<br /> Si, apr&egrave;s une premi&egrave;re convocation r&eacute;guli&egrave;rement faite selon les dispositions des articles L. 2121-10 &agrave; L. 2121-12, ce quorum n&#39;est pas atteint, le conseil municipal est &agrave; nouveau convoqu&eacute; &agrave; trois jours au moins d&#39;intervalle. Il d&eacute;lib&egrave;re alors valablement sans condition de quorum. &raquo;</em></p> <p style="text-align: justify;">Par cons&eacute;quent, le comit&eacute; syndical peut valablement d&eacute;lib&eacute;rer si :</p> <ol> <li style="text-align: justify;">&nbsp;il a proc&eacute;d&eacute; &agrave; une seconde convocation des membres ;</li> <li style="text-align: justify;">la date de la seconde convocation est espac&eacute;e d&rsquo;au moins trois jours par rapport &agrave; la premi&egrave;re ;</li> <li style="text-align: justify;">si l&rsquo;ordre du jour de la premi&egrave;re et de la seconde convocations est identique <em>(Conseil d&rsquo;Etat, 20 janvier 1937, Crochet).</em></li> </ol> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/le-comite-syndical-peut-il-valablement-deliberer-alors-que-le-quorum-nest-pas-atteint Wed, 13 Jan 2010 22:06:00 +0100 L’eau consommée par un agriculteur pour les besoins de son exploitation peut-elle faire l’objet d’une facturation forfaitaire ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/leau-consommee-par-un-agriculteur-pour-les-besoins-de-son-exploitation-peut-elle-faire-lobjet-dune-facturation-forfaitaire <p style="text-align: justify;">Non, sauf exceptions pr&eacute;vues et strictement encadr&eacute;es par la loi.</p> <p style="text-align: justify;">La loi sur l&rsquo;eau et les milieux aquatiques du 30 d&eacute;cembre 2006 a pos&eacute; le principe d&#39;une tarification de l&#39;eau en fonction du volume d&#39;eau consomm&eacute; par l&#39;abonn&eacute; (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=C42D1D325D96BCC1D4C969903506DE9E.tpdjo07v_1?idArticle=LEGIARTI000006390375&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20100927" name="article L2224-12-4 CGCT" target="_blank" title="article L2224-12-4 CGCT">art. L.2224-12-4 I</a> du CGCT).<br /> Il en r&eacute;sulte qu&#39;en principe la tarification forfaitaire est interdite pour tout abonn&eacute;.<br /> &nbsp;<br /> N&eacute;anmoins, une exception &agrave; ce principe est &eacute;tablie par l&#39;alin&eacute;a 3 du I de <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=C42D1D325D96BCC1D4C969903506DE9E.tpdjo07v_1?idArticle=LEGIARTI000006390375&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20100927" name="article L2224-12-4 CGCT" target="_blank" title="article L2224-12-4 CGCT">l&#39;article L. 2224-12-4</a> du CGCT et permet le recours &agrave; une tarification ind&eacute;pendante du volume consomm&eacute; aux conditions cumulatives suivantes :</p> <ol> <li style="text-align: justify;">l&#39;autorisation de la tarification forfaitaire est d&eacute;cid&eacute;e par le pr&eacute;fet ...</li> <li style="text-align: justify;">... sur demande du maire ou pr&eacute;sident de la collectivit&eacute; comp&eacute;tente ...</li> <li style="text-align: justify;">... dans les conditions pr&eacute;vues par d&eacute;cret en Conseil d&#39;Etat<em> (cf. d&eacute;cret n&deg; 2007-1339 du 11 septembre 2007, art. 2 codifi&eacute; &agrave; <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006396203&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20100927&amp;oldAction=rechCodeArticle" name="article R2224-20 CGCT" target="_blank" title="article R2224-20 CGCT">l&#39;article R.2224-20 </a>du CGCT) ...</em></li> <li style="text-align: justify;">... si la ressource en eau est suffisamment abondante ...</li> <li style="text-align: justify;">... et si le nombre d&#39;abonn&eacute;s est suffisamment faible&nbsp;<br /> &nbsp;</li> </ol> <p style="text-align: justify;">Les conditions pr&eacute;vues par d&eacute;cret en Conseil d&#39;Etat sont les suivantes : la population de la collectivit&eacute; doit &ecirc;tre inf&eacute;rieure &agrave; 1000 habitants et la ressource en eau doit &ecirc;tre naturellement abondante dans le sous-bassin ou dans la nappe d&#39;eau souterraine utilis&eacute;s par le service d&#39;eau potable.&nbsp;<br /> &nbsp;<br /> Le II de <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=C42D1D325D96BCC1D4C969903506DE9E.tpdjo07v_1?idArticle=LEGIARTI000006390375&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20100927" name="article L2224-12-4 CGCT" target="_blank" title="article L2224-12-4 CGCT">l&#39;article L. 2224-12-4</a> du CGCT pr&eacute;voit une possibilit&eacute; de tarification incitative en vue d&#39;&eacute;conomiser les ressources dans les zones de r&eacute;partition des eaux.<br /> &nbsp;<br /> Le III de <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=C42D1D325D96BCC1D4C969903506DE9E.tpdjo07v_1?idArticle=LEGIARTI000006390375&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20100927" name="article L2224-12-4 CGCT" target="_blank" title="article L2224-12-4 CGCT">l&#39;article L. 2224-12-4</a>&nbsp;du CGCT pr&eacute;voit, &agrave; compter du 1er janvier 2010, la possibilit&eacute; de tarifications progressives ou d&eacute;gressives.<br /> La d&eacute;gressivit&eacute; ne peut pas &ecirc;tre mise en place dans les zones de r&eacute;partition des eaux et dans le cas o&ugrave; le pr&eacute;l&egrave;vement ainsi r&eacute;alis&eacute; ne permettrait pas d&#39;atteindre les objectifs de quantit&eacute; de seaux fix&eacute;s par le SDAGE ou le SAGE.<br /> &nbsp;<br /> Il en r&eacute;sulte qu&#39;hors le premier cas cit&eacute; ci-dessus, l&#39;agriculteur doit lorsqu&#39;il est raccord&eacute; au r&eacute;seau d&#39;eau potable, disposer d&#39;un compteur et les redevances d&#39;eau (consommation et redevances Agence de l&#39;Eau) et d&#39;assainissement seront factur&eacute;es sur la base du relev&eacute; de ce compteur.</p> <p style="text-align: justify;">[NB : les abreuvoirs, branchements pr&eacute;s, irrigation sont exon&eacute;r&eacute;s du paiement de la redevance pollution. <em>cf. <a href="http://www.eau-artois-picardie.fr/IMG/pdf/circulaire_redevances_150208.pdf" name="circulaire 15 février 2008" target="_blank" title="circulaire 15 février 2008">circulaire du 15 f&eacute;vrier 2008 </a>relative &agrave; l&#39;application des redevances pr&eacute;vues aux <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006833059&amp;cidTexte=LEGITEXT000006074220&amp;dateTexte=20100927&amp;oldAction=rechCodeArticle" name="article L213-10-1 code environnement" target="_blank" title="article L213-10-1 code environnement">articles L.213-10-1</a> et suivants du code de l&#39;environnement</em>]<br /> &nbsp;<br /> Qu&rsquo;en est-il lorsque le compteur utilis&eacute; pour les besoins de l&#39;habitation de l&#39;agriculteur sert &eacute;galement &agrave; son activit&eacute; d&#39;exploitant agricole ?<br /> Le principe de tarification sur la base de consommation s&#39;applique.</p> <p style="text-align: justify;">L&#39;agriculteur doit donc, afin d&#39;&eacute;viter le paiement de redevances applicables &agrave; la consommation domestique sur la part de sa consommation destin&eacute;e &agrave; ses activit&eacute;s d&#39;exploitant agricole, proc&eacute;der :</p> <ul> <li style="text-align: justify;">soit &agrave; la mise en place d&#39;un d&eacute;compteur,</li> <li style="text-align: justify;">soit &agrave; la mise en place d&#39;un second branchement d&#39;eau et d&#39;un second compteur pour les seuls besoins de son activit&eacute; agricole.</li> </ul> <p style="text-align: justify;">La mise en place d&#39;un second branchement n&#39;est pas obligatoire, un compteur divisionnaire suffit.</p> <p style="text-align: justify;">En effet, l&#39;article 3.3 de la circulaire du 15 f&eacute;vrier 2008 dispose que pour les &eacute;levages <em>&quot;dont le branchement au r&eacute;seau de distribution d&#39;eau dessert le b&acirc;timent d&#39;habitation ainsi que les b&acirc;timents d&#39;&eacute;levage, le volume d&#39;eau utilis&eacute; pour l&#39;&eacute;levage n&#39;est pas pris en compte pour le calcul de la pollution de l&#39;eau d&#39;origine domestique s&#39;il fait l&#39;objet d&#39;un comptage sp&eacute;cifique. Il n&#39;est donc pas n&eacute;cessaire dans ce cas de disposer d&#39;un branchement et d&#39;un abonnement individualis&eacute;. Lors du relev&eacute; du compteur principal, l&#39;&eacute;leveur devra indiquer &agrave; l&#39;exploitant le relev&eacute; du compteur divisionnaire permettant d&#39;individualiser la consommation d&#39;eau des b&acirc;timents d&#39;&eacute;levage, ces donn&eacute;es pouvant faire l&#39;objet d&#39;un contr&ocirc;le par un organisme mandat&eacute; par l&#39;agence&quot;.</em><br /> &nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/leau-consommee-par-un-agriculteur-pour-les-besoins-de-son-exploitation-peut-elle-faire-lobjet-dune-facturation-forfaitaire Thu, 14 Jan 2010 00:00:00 +0100 Tous les périmètres de protection éloignés des captages sont ils concernés par la définition de la "zone à enjeu sanitaire"? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-non-collectif/tous-les-perimetres-de-protection-eloignes-des-captages-sont-ils-concernes-par-la-definition-de-la-zone-a-enjeu-sanitaire <p style="text-align: justify;">Tous les p&eacute;rim&egrave;tres de protection &eacute;loign&eacute;s des captages sont ils concern&eacute;s par la d&eacute;finition de la &quot;zone &agrave; enjeu sanitaire&quot;?</p> <p style="text-align: justify;">L&#39;<em>article 2 de l&#39;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=04D2F44C20942D47CEBAD52C3BB988CA.tpdjo04v_2?cidTexte=LEGITEXT000025880015&amp;dateTexte=20120701" target="_blank">arr&ecirc;t&eacute; du 27 avril 2012</a></em> d&eacute;finit en effet comme zone &quot;&agrave; enjeu sanitaire&quot; les<em> &quot;zones des p&eacute;rim&egrave;tres de protection rapproch&eacute;e </em>[PPR]<em> ou &eacute;loign&eacute;e </em>[PPE] <em>d&#39;un captage public utilis&eacute; pour la consommation humaine <u><strong>dont</strong></u> l&#39;arr&ecirc;t&eacute; pr&eacute;fectoral de d&eacute;claration d&#39;utilit&eacute; publiqie pr&eacute;voit des prescriptions sp&eacute;cifiques relatives &agrave; l&#39;assainissement non collectif&quot;.</em></p> <p style="text-align: justify;">Par cons&eacute;quent, seuls les PPR et les PPE pour lesquels l&#39;arr&ecirc;t&eacute; de DUP pr&eacute;voit express&eacute;ment des prescriptions techniques en ANC peuvent relever de la d&eacute;finition de la zone &agrave; enjeu sanitaire.</p> <p>&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-non-collectif/tous-les-perimetres-de-protection-eloignes-des-captages-sont-ils-concernes-par-la-definition-de-la-zone-a-enjeu-sanitaire Tue, 26 Jun 2012 00:00:00 +0200 Où peut-on trouver la liste des zones à enjeux (sanitaire ou environnemental)? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-non-collectif/ou-peut-on-trouver-la-liste-des-zones-a-enjeux-sanitaire-ou-environnemental <p style="text-align: justify;">Il convient de se rapprocher de l&#39;AESN pour conna&icirc;tre le contenu du SDAGE et du ou des SAGE mais aussi de l&#39;ARS, de la DDT, de mairies pour conna&icirc;tre les arr&ecirc;t&eacute;s pr&eacute;fectoraux de DUP de captages, de zones &agrave; proximit&eacute; d&#39;une baignade (profil de baignade), de zones d&eacute;finies par arr&ecirc;t&eacute; du maire ou du pr&eacute;fet dans laquelle l&#39;assainissement non collectif a un impact sanitaire sensible <em>(cf. art. 2 et annexe II de l&#39;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=F2E5A4228CD59D523679EB1129CFA85C.tpdjo04v_2?cidTexte=JORFTEXT000025835036&amp;dateTexte=20120701" target="_blank">arr&ecirc;t&eacute; du 27 avril 2012</a>).</em></p> <p style="text-align: justify;">&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-non-collectif/ou-peut-on-trouver-la-liste-des-zones-a-enjeux-sanitaire-ou-environnemental Tue, 26 Jun 2012 00:00:00 +0200 Comment l'installation d'antennes-relais sur des ouvrages publics peut-elle être organisée entre élus et opérateurs? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/comment-l-installation-d-antennes-relais-sur-des-ouvrages-publics-peut-elle-etre-organisee-entre-elus-et-operateurs <p style="text-align: justify;">La r&eacute;glementation fran&ccedil;aise impose un niveau global maximum d&#39;exposition du public aux champs &eacute;lectromagn&eacute;tiques (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000226401&amp;fastPos=1&amp;fastReqId=1173296034&amp;categorieLien=cid&amp;oldAction=rechTexte" target="_blank">d&eacute;cret n&deg; 2002-775</a> du 3 mai 2002).</p> <p style="text-align: justify;">Ces valeurs limites d&#39;exposition du public sont bas&eacute;es sur une recommandation de l&#39;Union europ&eacute;enne (recommandation n&deg; 519/1999/CE du 12 juillet 1999 relative &agrave; la limitation de l&#39;exposition du public aux ondes &eacute;lectromagn&eacute;tiques (de 0 &agrave; 300 GHz) et sur les lignes directrices de la Commission internationale de protection contre les radiations non ionisantes (ICNIRP). Elles ont pour objectif d&#39;apporter aux populations <em>&quot;un niveau &eacute;lev&eacute; de protection de la sant&eacute; contre les expositions aux champs &eacute;lectromagn&eacute;tiques&quot;. </em></p> <p style="text-align: justify;">Il est &agrave; noter que l&#39;ICNIRP et la Commission europ&eacute;enne proc&egrave;dent &agrave; un r&eacute;examen r&eacute;gulier de la base scientifique, et donc du bien-fond&eacute;, des valeurs limites d&#39;exposition.</p> <p style="text-align: justify;">Dans son avis de 2009, l&#39;Agence nationale de s&eacute;curit&eacute; sanitaire, de l&#39;alimentation, de l&#39;environnement et du travail (ANSES) n&#39;a pas recommand&eacute; de modification de ces valeurs r&eacute;glementaires qui sont en vigueur dans la plupart des &Eacute;tats membres de l&#39;Organisation mondiale de la sant&eacute; (OMS).</p> <p style="text-align: justify;">Le Comit&eacute; Scientifique sur les risques &eacute;mergents et nouveaux (SCENIHR), comit&eacute; ind&eacute;pendant plac&eacute; aupr&egrave;s de la Commission europ&eacute;enne, a, par ailleurs, rendu en 2009 un rapport relatif aux effets sanitaires li&eacute;s aux champs &eacute;lectromagn&eacute;tiques. Les conclusions de ce rapport ne remettent pas en cause les valeurs limites d&#39;exposition propos&eacute;es par la recommandation europ&eacute;enne susmentionn&eacute;e.</p> <p style="text-align: justify;">Le Conseil d&#39;&Eacute;tat consid&egrave;re qu&#39;en l&#39;&eacute;tat des connaissances scientifiques, le d&eacute;cret n&deg;2002-775 du 3 mai 2002 n&#39;est pas entach&eacute; d&#39;erreur manifeste dans l&#39;appr&eacute;ciation des risques auxquels le public est soumis.</p> <p style="text-align: justify;">Les travaux du comit&eacute; op&eacute;rationnel (COMOP) rel&egrave;vent de l&#39;orientation relative &agrave; un suivi raisonn&eacute; des seuils d&#39;exposition, d&eacute;finie par le Gouvernement. Cette orientation pr&eacute;cise <em>&quot;qu&#39;en l&#39;&eacute;tat actuel des connaissances, une r&eacute;vision des seuils r&eacute;glementaires n&#39;est pas justifi&eacute;e d&#39;un point de vue sanitaire&quot;.</em></p> <p style="text-align: justify;">La recommandation qui figure dans le rapport d&#39;&eacute;tape remis le 30 ao&ucirc;t 2011 aux ministres en charge du d&eacute;veloppement durable et de l&#39;&eacute;conomie num&eacute;rique et &agrave; laquelle il est fait r&eacute;f&eacute;rence consiste non pas &agrave; fixer une valeur limite d&#39;exposition &agrave; 0,6 V/m mais &agrave; envisager une r&eacute;duction de l&#39;exposition globale du public aux antennes relais de t&eacute;l&eacute;phonie mobile, d&egrave;s lors que celle-ci peut &ecirc;tre op&eacute;r&eacute;e sans d&eacute;gradation de la couverture ou de la qualit&eacute; de service, et &agrave; des co&ucirc;ts &eacute;conomiquement acceptables.</p> <p style="text-align: justify;">Les travaux du COMOP attachent, en effet, moins d&#39;importance aux valeurs cibles d&#39;exposition du public qui sont test&eacute;es, dont la valeur de 0,6 V/m, qu&#39;aux conclusions auxquelles ces exp&eacute;rimentations permettent d&#39;aboutir.</p> <p style="text-align: justify;">S&#39;agissant de l&#39;am&eacute;lioration de la concertation et de l&#39;information locales dans le cadre de l&#39;implantation d&#39;antennes relais, des exp&eacute;rimentations ont lieu &agrave; ce jour avec neuf villes pilotes. En effet, une des missions du COMOP et du comit&eacute; qui lui succ&egrave;de consiste en la d&eacute;finition et l&#39;exp&eacute;rimentation de nouvelles proc&eacute;dures de concertation et d&#39;information locales pour accompagner les projets d&#39;implantation d&#39;antennes relais. Une bo&icirc;te &agrave; outils destin&eacute;e &agrave; favoriser l&#39;information du public a &eacute;t&eacute; &eacute;labor&eacute;e. Elle prend en compte les diff&eacute;rents avis exprim&eacute;s et comporte des outils optionnels (plaquettes d&#39;information, cahier d&#39;acteurs dans lequel chacun peut faire part de ses positions...) que le maire peut choisir de mettre en &oelig;uvre en fonction de la situation locale. Conform&eacute;ment aux recommandations du rapport d&#39;&eacute;tape pr&eacute;cit&eacute; et aux engagements du Gouvernement, l&#39;opportunit&eacute; de nouvelles dispositions l&eacute;gislatives ou r&eacute;glementaires sera &eacute;tudi&eacute;e &agrave; l&#39;ach&egrave;vement de ces exp&eacute;rimentations. Par ailleurs, dans l&#39;attente de ces conclusions, les maires peuvent s&#39;appuyer sur l&#39;article L. 34-9-2 du code des postes et des communications &eacute;lectroniques qui oblige d&#39;ores et d&eacute;j&agrave; <em>&quot;toute personne qui exploite, sur le territoire d&#39;une commune, une ou plusieurs installations radio&eacute;lectriques, &agrave; transmettre au maire de cette commune, sur sa demande, un dossier &eacute;tablissant l&#39;&eacute;tat des lieux de cette ou de ces installations&quot;.</em></p> <p style="text-align: justify;"><em>(R&eacute;ponse minist&eacute;rielle, Question n&deg;22313, JO S&eacute;nat 29 mars 2012, page 793)</em></p> <p style="text-align: justify;">&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/comment-l-installation-d-antennes-relais-sur-des-ouvrages-publics-peut-elle-etre-organisee-entre-elus-et-operateurs Wed, 11 Apr 2012 14:54:00 +0200 Qu'est-ce qu'un branchement pénétrant? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-collectif/qu-est-ce-qu-un-branchement-penetrant <p style="text-align: justify;">L&#39;habitation est reli&eacute;e via une canalisaiton priv&eacute;e au collecteur d&#39;eaux us&eacute;es situ&eacute; sous la voie publique.</p> <p style="text-align: justify;">Ce collecteur est une canalisation d&#39;un diam&egrave;tre plus important qui recueille toutes les eaux us&eacute;es issues de toutes les canalisations priv&eacute;es qui y sont raccord&eacute;es (via les &quot;branchements&quot;).</p> <p style="text-align: justify;">Le branchement est dit &quot;p&eacute;n&eacute;trant&quot; lorsqu&#39;une canalisation priv&eacute;e p&eacute;n&egrave;tre dans le collecteur, cr&eacute;ant ainsi un obstacle &agrave; la progression des eaux us&eacute;es dans le collecteur, ce qui, in fine, peut amener &agrave; boucher ce collecteur.</p> <p style="text-align: justify;"><img alt="" height="127" src="https://www.sidesa.fr/upload/images/images/130330._Bcht_penetrant.PNG" width="372" /></p> <p style="text-align: justify;">Le fraisage permet de supprimer cette anomalie sans avoir &agrave; r&eacute;aliser une tranch&eacute;e.</p> <p style="text-align: justify;">&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-collectif/qu-est-ce-qu-un-branchement-penetrant Sat, 30 Mar 2013 13:54:00 +0100 Une commune sur le territoire de laquelle est située une entreprise d’embouteillage d’eau est-elle habilitée à percevoir une surtaxe sur les eaux concernées ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/une-commune-sur-le-territoire-de-laquelle-est-situee-une-entreprise-dembouteillage-deau-est-elle-habilitee-a-percevoir-une-surtaxe-sur-les-eaux-concernees <p style="text-align: justify;">L&rsquo;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000020548896&amp;cidTexte=LEGITEXT000006069577&amp;dateTexte=20120405&amp;fastPos=1&amp;fastReqId=707410657&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">article 1582</a> du code g&eacute;n&eacute;ral des imp&ocirc;ts pr&eacute;cise que la surtaxe sur les eaux min&eacute;rales peut &ecirc;tre per&ccedil;ue par les communes sur le territoire desquelles sont situ&eacute;es des sources d&rsquo;eaux min&eacute;rales.</p> <p style="text-align: justify;">La commune d&rsquo;accueil d&rsquo;une entreprise d&rsquo;embouteillage d&rsquo;eau de source ou d&rsquo;eau min&eacute;rale ne peut donc percevoir cette surtaxe <u><strong>seulement si</strong></u> ces sources sont situ&eacute;es sur son territoire.</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/une-commune-sur-le-territoire-de-laquelle-est-situee-une-entreprise-dembouteillage-deau-est-elle-habilitee-a-percevoir-une-surtaxe-sur-les-eaux-concernees Thu, 05 Apr 2012 00:00:00 +0200 Comment garantir l'accès à l'eau potable en période de sécheresse? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/comment-garantir-l-acces-a-l-eau-potable-en-periode-de-secheresse <p style="text-align: justify;">Le pr&eacute;fet peut prendre des mesures de limitation ou de suspension de l&#39;usage de l&#39;eau.</p> <p style="text-align: justify;">En outre, les communes disposent de leviers pour limiter le risque de p&eacute;nurie (sch&eacute;mas directeurs d&#39;alimentation en eau potable, am&eacute;lioration du rendement du r&eacute;seau, interconnexions, etc.).</p> <p style="text-align: justify;">Enfin, la valorisation, le recyclage et les &eacute;conomies d&#39;eau sont encourag&eacute;s.</p> <p style="text-align: justify;"><em>(R&eacute;ponse minist&eacute;rielle, Question n&deg;115169, JOAN, 27 septembre 2011, page 10347)</em></p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/comment-garantir-l-acces-a-l-eau-potable-en-periode-de-secheresse Tue, 10 Apr 2012 15:03:00 +0200 Les rejets d’eaux pluviales en mer sont-ils soumis à autorisation ou à déclaration en application de la nomenclature eau ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eaux-pluviales/les-rejets-deaux-pluviales-en-mer-sont-ils-soumis-a-autorisation-ou-a-declaration-en-application-de-la-nomenclature-eau <p style="text-align: justify;">Tout d&eacute;pend si le rejet a lieu en mer (au large) ou au sol (au pied d&#39;une falaise ou sur une plage).</p> <p style="text-align: justify;">Les proc&eacute;dures de d&eacute;claration et d&#39;autorisation pour les Installations, Ouvrages, Travaux et Activit&eacute;s (IOTA) aupr&egrave;s des services de la police de l&#39;eau et des milieux aquatiques ont &eacute;t&eacute; introduites par la loi sur l&#39;eau du 3 janvier 1992.</p> <p style="text-align: justify;">La liste des IOTA soumis &agrave; d&eacute;claration ou &agrave; demande d&#39;autorisation aupr&egrave;s des services de l&#39;&Eacute;tat est d&eacute;finie dans une nomenclature <em>(<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000029185270&amp;cidTexte=LEGITEXT000006074220&amp;dateTexte=20150210" target="_blank">art.R.214-1</a> du Code de l&rsquo;environnement).</em></p> <p style="text-align: justify;">La rubrique 2.1.5.0 de la nomenclature IOTA est relative aux rejets d&#39;eaux pluviales <em>&laquo; 2.1.5.0 Rejet d&rsquo;eaux pluviales dans les eaux douces superficielles ou sur le sol ou dans le sous-sol, la surface totale du projet, augment&eacute;e de la surface correspondant &agrave; la partie du bassin versant naturel dont les &eacute;coulements sont intercept&eacute;s par le projet, &eacute;tant :<br /> &nbsp;&nbsp;&nbsp; 1. sup&eacute;rieure ou &eacute;gale &agrave; 20 ha =&gt; IOTA soumis &agrave; autorisation (A)<br /> &nbsp;&nbsp;&nbsp; 2. sup&eacute;rieure &agrave; 1 ha, mais inf&eacute;rieure &agrave; 20 ha =&gt; IOTA soumis &agrave; d&eacute;claration (D) &raquo;.</em></p> <p style="text-align: justify;">Ainsi, tout ma&icirc;tre d&rsquo;ouvrage, public ou priv&eacute;, dont le projet d&rsquo;am&eacute;nagement d&eacute;passe les seuils ci-dessus doit &eacute;tablir un dossier Loi sur l&rsquo;Eau&nbsp;&agrave; destination des services de l&rsquo;Etat.</p> <p style="text-align: justify;">Outre les r&eacute;seaux pluviaux, cette rubrique concerne &eacute;galement les rejets pluviaux g&eacute;n&eacute;r&eacute;s par les routes et autoroutes<em> (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000007461155&amp;fastReqId=117188757&amp;fastPos=1" target="_blank">CAA Lyon, 3 f&eacute;vrier 1998, Pr&eacute;fet Ain et SAPRR, n&deg;95LY01414-</a></em><em><a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000007461155&amp;fastReqId=117188757&amp;fastPos=1" target="_blank"><em>95LY01479</em></a>)</em> ou par les lignes ferroviaires (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000017988291&amp;fastReqId=1101433185&amp;fastPos=1" target="_blank"><em>CAA Versailles, 28 juin 2007, Association Val de l&#39;&eacute;tang qualit&eacute; de vie et a., </em></a><em><a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000017988291&amp;fastReqId=1101433185&amp;fastPos=1" target="_blank"><em>n&deg;04VE03342</em></a>).</em></p> <p style="text-align: justify;">Les rejets &quot;dans les eaux douces superficielles&quot;&nbsp;concernent les rejets dans les cours d&#39;eau et les plans d&#39;eau (mares, &eacute;tangs,&hellip;).</p> <p style="text-align: justify;">Les rejets &laquo; sur le sol ou dans le sous-sol &raquo; concernent les rejets dans des foss&eacute;s, thalwegs secs ou dans tout ouvrage d&#39;infiltration des eaux pluviales (ces derni&egrave;res rejoignant indirectement les eaux souterraines).</p> <p style="text-align: justify;">La <strong>rubrique 2.1.5.0 ne concerne donc ni les rejets en mer (s&rsquo;ils ont lieu au large</strong>), ni les rejets dans les syst&egrave;mes d&#39;assainissement (canalisations enterr&eacute;es, foss&eacute;s b&eacute;tonn&eacute;s).</p> <p style="text-align: justify;"><strong>En revanche, si les rejets d&rsquo;eaux pluviales sont r&eacute;alis&eacute;s en pied de falaise ou sur la plage, ils sont consid&eacute;r&eacute;s comme situ&eacute;s sur le sol et sont donc soumis &agrave; la rubrique 2.1.5.0.</strong></p> <p style="text-align: justify;">Si les rejets ont lieu dans un ouvrage portuaire, l&#39;autorit&eacute; gestionnaire doit au pr&eacute;alable donner son accord. S&#39;ils ont lieu en port ou dans la mer ils sont soumis &agrave; la rubrique 2230 avec les seuils R1/R2 ou N1/N2 d&eacute;finis dans l&#39;<em><a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000423497" target="_blank">arr&ecirc;t&eacute; minist&eacute;riel du 9 aout 2006</a>.</em></p> <p style="text-align: justify;"><u>NB</u> : La rubrique ne saurait l&eacute;galement fonder un rejet m&eacute;langeant des eaux pluviales et des eaux us&eacute;es filtr&eacute;es <em>(<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000017999774&amp;fastReqId=1722275939&amp;fastPos=1" target="_blank">CAA Nancy, 8 novembre 2007, Commune de Neuflize, n&deg;06NC00995</a>).</em><br /> <br /> &nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eaux-pluviales/les-rejets-deaux-pluviales-en-mer-sont-ils-soumis-a-autorisation-ou-a-declaration-en-application-de-la-nomenclature-eau Tue, 10 Feb 2015 00:00:00 +0100 Un agriculteur est-il en droit de solliciter une participation financière des propriétaires de terrains sous lesquels passe un réseau d'eau potable qu'il a financé et dont ils bénéficient? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/un-agriculteur-est-il-en-droit-de-solliciter-une-participation-financiere-des-proprietaires-de-terrains-sous-lesquels-passe-un-reseau-d-eau-potable-qu-il-a-finance-et-dont-ils-beneficient <p style="text-align: justify;">Non.</p> <p style="text-align: justify;">Aucune contribution ne peut &ecirc;tre demand&eacute;e par l&#39;exploitant agricole aux propri&eacute;taires des terrains qu&#39;il aura contribu&eacute; &agrave; desservir.</p> <p style="text-align: justify;"><em>(R&eacute;ponse minist&eacute;rielle, Question n&deg;99830, JOAN, 28 octobre 2011, page 11069)</em></p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/un-agriculteur-est-il-en-droit-de-solliciter-une-participation-financiere-des-proprietaires-de-terrains-sous-lesquels-passe-un-reseau-d-eau-potable-qu-il-a-finance-et-dont-ils-beneficient Tue, 10 Apr 2012 14:55:00 +0200 Un technicien peut-il rendre un avis défavorable sur l'exécution au regard des dispositions du guide d'utilisation ou sur le seul fondement des prescriptions techniques contenues dans l'agrément? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-non-collectif/un-technicien-peut-il-rendre-un-avis-defavorable-sur-l-execution-au-regard-des-dispositions-du-guide-d-utilisation-ou-sur-le-seul-fondement-des-prescriptions-techniques-contenues-dans-l-agrement <p style="text-align: justify;">Les instructions d&#39;installation et d&#39;utilisation r&eacute;f&eacute;renc&eacute;es doivent &ecirc;tre suivies scrupuleusement par l&#39;installateur pour que le dispositif puisse fonctionner correctement et atteindre les performances &eacute;puratoires fix&eacute;es par l&#39;arr&ecirc;t&eacute;.</p> <p style="text-align: justify;">Si un agent du service public d&#39;ANC constate que le dispositif mis en place ne respecte pas les conditions de pose prescrites dans le guide d&#39;utilisation et d&#39;installation, il doit rendre un avis d&eacute;favorable &agrave; l&#39;ex&eacute;cution des travaux.</p> <p style="text-align: justify;"><em>(R&eacute;ponse minist&eacute;rielle, Question n&deg;113092, JOAN, 30 ao&ucirc;t 2011, page 9399)</em></p> <p style="text-align: justify;">&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-non-collectif/un-technicien-peut-il-rendre-un-avis-defavorable-sur-l-execution-au-regard-des-dispositions-du-guide-d-utilisation-ou-sur-le-seul-fondement-des-prescriptions-techniques-contenues-dans-l-agrement Tue, 10 Apr 2012 00:00:00 +0200 Qui doit prendre en charge les dépenses d’investissement lorsque les travaux d’approvisionnement des points d’eau destinés à la lutte incendie portent sur le réseau public d’adduction d’eau potable? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/defense-incendie/qui-doit-prendre-en-charge-les-depenses-dinvestissement-lorsque-les-travaux-dapprovisionnement-des-points-deau-destines-a-la-lutte-incendie-portent-sur-le-reseau-public-dadduction-deau-potable <p style="text-align: justify;">L&rsquo;<em><a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000024026488&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20110909&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">article L.2225-3</a> du CGCT</em>, cr&eacute;&eacute; par la <em>loi n&deg;2011-525 du 17 mai 2011</em>, pr&eacute;voit que ces d&eacute;penses sont &agrave; la charge financi&egrave;re du service public de d&eacute;fense ext&eacute;rieure contre l&rsquo;incendie : <em>&quot;Lorsque l&#39;approvisionnement des points d&#39;eau vis&eacute;s aux <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;idArticle=LEGIARTI000024026484&amp;dateTexte=&amp;categorieLien=cid" target="_blank">articles L.2225-1 et L.2225-2</a> fait appel &agrave; un r&eacute;seau de transport ou de distribution d&#39;eau, les investissements aff&eacute;rents demand&eacute;s &agrave; la personne publique ou priv&eacute;e responsable de ce r&eacute;seau sont pris en charge par le service public de d&eacute;fense ext&eacute;rieure contre l&#39;incendie&quot;.</em></p> <p style="text-align: justify;">Or, la comp&eacute;tence du service de d&eacute;fense ext&eacute;rieure est en principe communale, sauf transfert de celle-ci &agrave; un EPCI &agrave; fiscalit&eacute; propre<em>.</em></p> <p style="text-align: justify;">Par cons&eacute;quent, ces investissements sont &agrave; la charge de la seule collectivit&eacute; ayant cette comp&eacute;tence et la charge de ces investissements ne saurait peser sur les usagers du service de d&#39;adduction d&#39;eau potable.</p> <p style="text-align: justify;">Il en r&eacute;sulte que le commune (ou de l&#39;EPCI &agrave; fiscalit&eacute; propre) comp&eacute;tent en mati&egrave;re d&#39;incendie est responsable en cas de mauvais entretien des installations (&quot;hydrants&quot;).</p> <p style="text-align: justify;">L&#39;expos&eacute; des motifs de l&#39;amendement d&eacute;pos&eacute; par Charles REVET, S&eacute;nateur et Pr&eacute;sident du SIDESA, pr&eacute;cisait clairement que : <em>&quot;le service de d&eacute;fense ext&eacute;rieure contre l&#39;incendie ne doit pas &ecirc;tre confondu avec le service d&#39;eau potable. Ainsi, les investissements n&eacute;cessaires pour alimenter en eau les poteaux et bouches d&#39;incendie ne sont pas pay&eacute;s par les abonn&eacute;s du service d&#39;eau potable mais par el budget de la d&eacute;fense ext&eacute;rieure contre l&#39;incendie&quot;.</em></p> <p style="text-align: justify;">Un d&eacute;cret en Conseil d&#39;Etat pr&eacute;cisera les conditions d&#39;application la prise en charge des investissements <em>(<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=24216ED48431E3DF7097A460AB5997C6.tpdila16v_1?idArticle=LEGIARTI000024026490&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20160120&amp;categorieLien=id&amp;oldAction=rechCodeArticle&amp;nbResultRech=" target="_blank">art.L.2225-4</a>&nbsp;du CGCT).</em></p> <p>&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/defense-incendie/qui-doit-prendre-en-charge-les-depenses-dinvestissement-lorsque-les-travaux-dapprovisionnement-des-points-deau-destines-a-la-lutte-incendie-portent-sur-le-reseau-public-dadduction-deau-potable Fri, 09 Sep 2011 15:17:00 +0200 Quelle est la hauteur de la clôture qui doit, en application de l’arrêté de DUP, être dressée autour du captage dans le périmètre de protection immédiat ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/quelle-est-la-hauteur-de-la-cloture-qui-doit-en-application-de-larrete-de-dup-etre-dressee-autour-du-captage-dans-le-perimetre-de-protection-immediat <p style="text-align: justify;">Aucune disposition l&eacute;gale ou r&eacute;glementaire n&rsquo;impose une hauteur sp&eacute;cifique.</p> <p style="text-align: justify;">Ainsi, <strong>sauf &agrave; ce que cette hauteur soit express&eacute;ment pr&eacute;cis&eacute;e dans l&rsquo;arr&ecirc;t&eacute; de DUP</strong>, la hauteur de la cl&ocirc;ture est &laquo; &agrave; l&rsquo;appr&eacute;ciation &raquo; de la collectivit&eacute;. Cependant, cette appr&eacute;ciation est tr&egrave;s relative au regard des risques encourus en cas de hauteur insuffisante.<br /> Une&nbsp;recommandation de l&rsquo;ARS&nbsp;pr&eacute;voit une hauteur de deux m&egrave;tres, la cl&ocirc;ture devant, pour une protection suffisante,&nbsp;emp&ecirc;cher toute&nbsp;introduction&nbsp;sur&nbsp;l&#39;ouvrage et donc&nbsp;d&eacute;passer la &laquo; hauteur d&rsquo;homme &raquo;.</p> <p style="text-align: justify;">Si la cl&ocirc;ture est insuffisante, le risque est, en cas de pollution, que la responsabilit&eacute; civile voire p&eacute;nale du syndicat soit engag&eacute;e mais aussi que le pr&eacute;sident (en sa qualit&eacute; de repr&eacute;sentant de la collectivit&eacute;) soit condamn&eacute; &agrave; un an d&rsquo;emprisonnement.</p> <p style="text-align: justify;">De plus, le syndicat encourt une peine de 75 000 &euro; d&#39;amende&nbsp; en application des articles <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000020631495&amp;cidTexte=LEGITEXT000006072665&amp;dateTexte=20101116&amp;oldAction=rechCodeArticle" name="article L1324-3 CSP" target="_blank" title="article L1324-3 CSP">L.1324-3 (4&deg;)</a> du code de la sant&eacute; publique et <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=91DDA547B6C344C621E02812D4DC336D.tpdjo08v_3?idArticle=LEGIARTI000006417334&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070719&amp;dateTexte=20101116" name="article 131-8 code penal" target="_blank" title="article 131-8 code penal">131-8</a> du code p&eacute;nal.</p> <p style="text-align: justify;">En outre,&nbsp; la <strong>responsabilit&eacute; p&eacute;nale personnelle </strong>du pr&eacute;sident peut en outre&nbsp; &ecirc;tre engag&eacute;e pour &laquo; mise en danger d&eacute;lib&eacute;r&eacute;e de la personne d&rsquo;autrui &raquo; en cas de survenance d&rsquo;un &eacute;v&eacute;nement constituant une infraction (empoisonnement, homicide involontaire&hellip;).</p> <p style="text-align: justify;">Toute constatation par les services de l&rsquo;ARS de l&rsquo;insuffisance de la cl&ocirc;ture expose le syndicat &agrave; ce risque cons&eacute;quent<br /> &nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/quelle-est-la-hauteur-de-la-cloture-qui-doit-en-application-de-larrete-de-dup-etre-dressee-autour-du-captage-dans-le-perimetre-de-protection-immediat Tue, 16 Nov 2010 00:00:00 +0100 Le maire peut-il ester en justice au nom de la commune? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/le-maire-peut-il-ester-en-justice-au-nom-de-la-commune <p style="text-align: justify;">Oui, &agrave; condition d&#39;avoir re&ccedil;u une d&eacute;l&eacute;gation expresse du conseil municipal.</p> <p style="text-align: justify;">L&#39;existence de la d&eacute;lib&eacute;ration habilitant le maire &agrave; agir en justice est syst&eacute;matiquement v&eacute;rifi&eacute;e par le juge, m&ecirc;me en l&#39;absence de toute contestation sur ce point.</p> <p style="text-align: justify;"><em>(R&eacute;ponse minist&eacute;rielle, Question n&deg;91543, JOAN 22 f&eacute;vrier 2011, page 1816)</em></p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/le-maire-peut-il-ester-en-justice-au-nom-de-la-commune Tue, 10 Apr 2012 13:39:00 +0200 Est-il possible d'installer des antennes de radiotéléphonie sur des châteaux d'eau situés dans un périmètre de protection? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/est-il-possible-d-installer-des-antennes-de-radiotelephonie-sur-des-chateaux-d-eau-situes-dans-un-perimetre-de-protection <p style="text-align: justify;">Oui, &agrave; condition qu&#39;il ne s&#39;agisse pas du p&eacute;rim&egrave;tre de protection imm&eacute;diat,&nbsp;sur lequel <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006909488&amp;cidTexte=LEGITEXT000006072665&amp;dateTexte=20101026&amp;oldAction=rechCodeArticle" name="article R1321-13 CSP" target="_blank" title="article R1321-13 CSP">l&#39;article R.1321-13</a>&nbsp; du Code de la Sante Publique interdit&nbsp;<em>&nbsp;&quot;Tous les travaux, installations, activit&eacute;s, d&eacute;p&ocirc;ts, ouvrages, am&eacute;nagement ou occupation des sols y sont interdits, en dehors de ceux qui sont explicitement autoris&eacute;s dans l&#39;acte d&eacute;claratif d&#39;utilit&eacute; publique&quot;.</em></p> <p style="text-align: justify;">Or, ces&nbsp; antennes de radiot&eacute;l&eacute;phonie comportent des risques de pollution lors des travaux d&rsquo;installation, de d&eacute;versements accidentels de produits contaminants sur le sol ou dans la cuve, du fait de la d&eacute;gradation des dispositifs de protection, de la&nbsp;circulation des personnels pour les travaux d&rsquo;entretien des installations.</p> <p style="text-align: justify;">Sur les r&eacute;servoirs situ&eacute;s en-dehors du p&eacute;rim&egrave;tre de protection imm&eacute;diat, ces installations sont possibles <strong>sous r&eacute;serve </strong>du respect des recommandations de la circulaire du 6 janvier 1998, &agrave; savoir :</p> <ul> <li style="text-align: justify;">installation du b&acirc;timent d&rsquo;exploitation &agrave; l&rsquo;ext&eacute;rieur du ch&acirc;teau d&rsquo;eau ;</li> <li style="text-align: justify;">installation de tous les &eacute;quipements (antennes, c&acirc;bles,&hellip;) &agrave; l&rsquo;ext&eacute;rieur des ouvrages ;</li> <li style="text-align: justify;">acc&egrave;s r&eacute;glement&eacute; pour les personnels charg&eacute;s de la maintenance de l&rsquo;installation ;</li> <li style="text-align: justify;">signature d&rsquo;une convention entre les parties prenantes.</li> </ul> <p style="text-align: justify;"><strong>NB : </strong>Il existe un risque de fragilisation des ouvrages li&eacute;e aux cons&eacute;quences de l&#39;implantation des antennes sur des r&eacute;servoirs (fissurations, infiltrations r&eacute;sultantes, sources de pollution de l&rsquo;eau, vieillissement pr&eacute;matur&eacute; des ouvrages).<br /> &nbsp;</p> <p style="text-align: justify;"><strong>T&eacute;l&eacute;chargements</strong></p> <hr /> <p style="text-align: justify;"><em><img alt="" height="16" src="https://www.sidesa.fr/upload/images/icones/icon_pdf.gif" width="16" />&nbsp;<a href="https://www.sidesa.fr/upload/files/pdf/faqeaupotable/cir_janv_1998.pdf" name="circulaire 6 janvier 1998" target="_blank" title="circulaire 6 janvier 1998">Circulaire DGS/VS4 n&deg; 98-05 du 6 janvier 1998</a> relative aux recommandations du Conseil sup&eacute;rieur d&#39;hygi&egrave;ne publique de France vis-&agrave;-vis de l&#39;installation d&#39;antennes sur les r&eacute;servoirs a&eacute;riens</em></p> <p style="text-align: justify;">&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/est-il-possible-d-installer-des-antennes-de-radiotelephonie-sur-des-chateaux-d-eau-situes-dans-un-perimetre-de-protection Tue, 26 Oct 2010 09:34:00 +0200 Une collectivité peut-elle mettre à disposition d’une entreprise privée, sans indemnité, un emplacement sur un château d’eau ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/une-collectivite-peut-elle-mettre-a-disposition-dune-entreprise-privee-sans-indemnite-un-emplacement-sur-un-chateau-deau <p style="text-align: justify;">Non, sauf d&eacute;rogations.</p> <p style="text-align: justify;">Le principe est &eacute;nonc&eacute; &agrave; <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000020629497&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070299&amp;dateTexte=20100520&amp;oldAction=rechCodeArticle" name="article L2125-1 code propriété personnes publiques" target="_blank" title="article L2125-1 code propriété personnes publiques">l&rsquo;article L.2125-1</a> du Code g&eacute;n&eacute;ral de propri&eacute;t&eacute; des personnes publiques : <em>&laquo; Toute occupation ou utilisation du domaine public d&#39;une personne publique mentionn&eacute;e &agrave; l&#39;article L.1 donne lieu au paiement d&#39;une redevance sauf lorsque l&#39;occupation ou l&#39;utilisation concerne l&#39;installation par l&#39;Etat des &eacute;quipements visant &agrave; am&eacute;liorer la s&eacute;curit&eacute; routi&egrave;re. &raquo;</em></p> <p style="text-align: justify;">Quelques d&eacute;rogations sont pr&eacute;vues &agrave; l&rsquo;alin&eacute;a 2 du m&ecirc;me article au nombre desquelles la suivante : <em>&laquo; Par d&eacute;rogation aux dispositions de l&#39;alin&eacute;a pr&eacute;c&eacute;dent, l&#39;autorisation d&#39;occupation ou d&#39;utilisation du domaine public peut &ecirc;tre d&eacute;livr&eacute;e gratuitement :<br /> 1&deg; (&hellip;) lorsque l&#39;occupation ou l&#39;utilisation est la condition naturelle et forc&eacute;e de l&#39;ex&eacute;cution de travaux ou de la pr&eacute;sence d&#39;un ouvrage, int&eacute;ressant un service public qui b&eacute;n&eacute;ficie gratuitement &agrave; tous &raquo;.</em></p> <p style="text-align: justify;">Or, la d&eacute;rogation pr&eacute;vue au 1&deg; est une possibilit&eacute; <em>(&laquo; peut &raquo;) </em>et non une obligation.<br /> &nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/une-collectivite-peut-elle-mettre-a-disposition-dune-entreprise-privee-sans-indemnite-un-emplacement-sur-un-chateau-deau Thu, 20 May 2010 14:51:00 +0200 La mise hors service d'une canalisation en amiante-ciment entraîne-t-elle une obligation d'enlèvement ou de déclaration? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/la-mise-hors-service-d-une-canalisation-en-amiante-ciment-entraine-t-elle-une-obligation-d-enlevement-ou-de-declaration <p style="text-align: justify;">Le fait qu&#39;une canalisation soit mise hors service <strong>n&#39;entra&icirc;ne pas </strong>une obligation d&#39;enl&egrave;vement.<br /> &nbsp;<br /> N&eacute;anmoins, <strong>si la canalisation est en amiante-ciment</strong>, une personne doit la &quot;garder en m&eacute;moire&quot; (en g&eacute;n&eacute;ral le propri&eacute;taire du terrain sur laquelle elle se trouve ou l&#39;exploitant de la canalisation) dans le but d&#39;informer en cas de travaux &eacute;ventuels.</p> <p style="text-align: justify;"><br /> En effet, la canalisation amiante-ciment constitue une source de pollution. Si une telle information n&#39;&eacute;tait pas conserv&eacute;e et que des travaux entra&icirc;naient un dommage, le propri&eacute;taire du terrain pourrait en &ecirc;tre d&eacute;clar&eacute; responsable.<br /> Il n&#39;existe pas de formalisme, ni &quot;d&#39;autorit&eacute;&quot; &agrave; informer en l&#39;esp&egrave;ce. Une trace sur des plans suffit.<br /> &nbsp;<br /> Pour ce qui concerne la collectivit&eacute;, une solution plus complexe (et plus on&eacute;reuse)&nbsp; pourrait s&#39;av&eacute;rer n&eacute;cessaire dans l&#39;hypoth&egrave;se o&ugrave; ladite canalisation se trouverait sur un terrain priv&eacute; et que cette canalisation n&#39;aurait pas fait l&#39;objet de l&#39;instauration d&#39;une servitude en bonne et due forme.</p> <p style="text-align: justify;"><br /> Dans ce cas, la collectivit&eacute; serait dans l&#39;obligation d&#39;&ocirc;ter la canalisation, le propri&eacute;taire &eacute;tant &quot;juridiquement ignorant&quot; de l&#39;existence de cette canalisation (pas de servitude) ne pouvant &ecirc;tre dans l&#39;obligation de &quot;garder la m&eacute;moire&quot; ni de supporter les cons&eacute;quences de &#39;existence de la canalisation.<br /> Les canalisations en amiante-ciment doivent &ecirc;tre mises sur palette, film&eacute;es et stock&eacute;es dans une d&eacute;charge de classe 2.<br /> &nbsp;<br /> Donc, la r&eacute;ponse finale d&eacute;pend du terrain sur lequel se trouve la canalisation en cause :</p> <ul> <li style="text-align: justify;">soit sur le domaine public ou le domaine priv&eacute;&nbsp;de la collectivit&eacute;&nbsp;: seule obligation de &quot;garder en m&eacute;moire&quot; la canalisation;</li> <li style="text-align: justify;">soit sur un terrain priv&eacute; d&#39;un particulier : obligation de prudence d&#39;enlever la canalisation.</li> </ul> <p>&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/la-mise-hors-service-d-une-canalisation-en-amiante-ciment-entraine-t-elle-une-obligation-d-enlevement-ou-de-declaration Thu, 28 Jan 2010 16:46:00 +0100 Que faire lorsque le président refuse d'exécuter une délibération? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/que-faire-lorsque-le-president-refuse-d-executer-une-deliberation <p style="text-align: justify;">Le maire est charg&eacute; d&#39;ex&eacute;cuter les d&eacute;cisions du conseil municipal<em> (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006389951&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20101111" name="article L2122-21 CGCT" target="_blank" title="article L2122-21 CGCT">art.L.2122-21</a> du CGCT) </em>mais la loi ne fixe aucun d&eacute;lai au maire pour proc&eacute;der &agrave; l&#39;ex&eacute;cution de ces d&eacute;lib&eacute;rations.</p> <p style="text-align: justify;">Le refus du maire d&#39;ex&eacute;cuter une d&eacute;lib&eacute;ration constitue une d&eacute;cision (implicite ou explicite), prise en violation d&#39;une obligation l&eacute;gale, qui peut faire l&#39;objet d&#39;un recours pour exc&egrave;s de pouvoir par toute personne ayant int&eacute;r&ecirc;t &agrave; agir ainsi qu&#39;au pr&eacute;fet <em>(<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006390093&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20101111" name="article L2131-8 CGCT" target="_blank" title="article L2131-8 CGCT">art.L.2131-8</a> du CGCT).</em></p> <p style="text-align: justify;">En outre, en mati&egrave;re&nbsp;contractuelle, l&#39;indemnisation du pr&eacute;judice caus&eacute; par l&#39;inex&eacute;cution&nbsp;d&#39;une d&eacute;lib&eacute;ration&nbsp;peut &ecirc;tre r&eacute;clam&eacute;e par l&#39;int&eacute;ress&eacute;.</p> <p style="text-align: justify;">Par ailleurs, la possibilit&eacute; de contester la l&eacute;galit&eacute; d&#39;une d&eacute;cision administrative est reconnue &agrave; tout citoyen<em> (CE, 17 f&eacute;vrier 1950 Dame Lamotte).</em> De m&ecirc;me, tout contribuable communal a la possibilit&eacute; d&#39;intenter un recours au nom de la commune ainsi que le pr&eacute;cisent les <em>articles <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006390093&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20101111" name="article L2132-5 CGCT" target="_blank" title="article L2132-5 CGCT">L.2132-5</a> et suivants du CGCT</em>.</p> <p style="text-align: justify;">Enfin,&nbsp;la responsabilit&eacute; personnelle du maire pourrait &ecirc;tre mise en cause s&#39;il appara&icirc;t que sa d&eacute;cision de ne pas ex&eacute;cuter la d&eacute;lib&eacute;ration est prise dans son int&eacute;r&ecirc;t personnel &agrave; l&#39;exclusion de tout int&eacute;r&ecirc;t communal, la faute personnelle pouvant &ecirc;tre &eacute;ventuellement constat&eacute;e par le juge administratif, notamment en cas de pr&eacute;judice subi par la commune <em>(<u>Source</u> :&nbsp;R&eacute;ponse minist&eacute;rielle,&nbsp;JOAN du 25 mai 2004).</em></p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/que-faire-lorsque-le-president-refuse-d-executer-une-deliberation Thu, 11 Nov 2010 00:00:00 +0100 Quels sont les recours existants si les usagers ne présentent pas de justificatif de vidange, s'ils la font eux-mêmes ou la font réaliser par un agriculteur non agréé? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-non-collectif/quels-sont-les-recours-existants-si-les-usagers-ne-presentent-pas-de-justificatif-de-vidange-s-ils-la-font-eux-memes-ou-la-font-realiser-par-un-agriculteur-non-agree <p style="text-align: justify;">Il n&#39;y a gu&egrave;re que les dispositions du Code de la Sant&eacute; Publique, en l&#39;occurrence l&#39;article L.1131-8 en articulation avec l&#39;article L.1331-1.</p> <p style="text-align: justify;">L&#39;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000020533836&amp;cidTexte=LEGITEXT000006072665&amp;dateTexte=20121023&amp;fastPos=3&amp;fastReqId=559966327&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">article L.1331-1</a> dispose notamment que : <em>&quot; (...) le propri&eacute;taire fait r&eacute;guli&egrave;rement assurer l&rsquo;entretien et la vidange par une personne agr&eacute;&eacute;e par le repr&eacute;sentant de l&rsquo;&Eacute;tat dans le d&eacute;partement, afin d&rsquo;en garantir le bon fonctionnement&quot;.</em></p> <p style="text-align: justify;">Or, l&#39;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=F4A998F74E275DFD5B89ACAA1C0959AF.tpdjo09v_3?idArticle=LEGIARTI000024026842&amp;cidTexte=LEGITEXT000006072665&amp;dateTexte=20121023&amp;categorieLien=id" target="_blank">article L.1331-8</a> dispose quant &agrave; lui que <em>&quot;Tant que le propri&eacute;taire ne s&rsquo;est pas conform&eacute; aux obligations pr&eacute;vues aux articles L. 1331-1 &agrave; L. 1331-7, il est astreint au paiement ...d&rsquo;une somme au moins &eacute;quivalente &agrave; la redevance qu&rsquo;il aurait pay&eacute;e au service public d&rsquo;assainissement si son immeuble avait &eacute;t&eacute; raccord&eacute; au r&eacute;seau ou &eacute;quip&eacute; d&rsquo;une installation d&rsquo;assainissement autonome r&eacute;glementaire, et qui peut &ecirc;tre major&eacute;e dans une proportion fix&eacute;e par le conseil municipal dans la limite de 100 %</em>.&quot;</p> <p style="text-align: justify;">&nbsp;</p> <p>&nbsp;</p> <p>&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-non-collectif/quels-sont-les-recours-existants-si-les-usagers-ne-presentent-pas-de-justificatif-de-vidange-s-ils-la-font-eux-memes-ou-la-font-realiser-par-un-agriculteur-non-agree Wed, 24 Oct 2012 00:00:00 +0200 Une commune disposant de sources non exploitées peut-elle vendre de l’eau brute à des communes voisines ou le fait que l’eau fasse partie du patrimoine collectif interdit la commercialisation de l’eau brute puisée dans les sources ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/une-commune-disposant-de-sources-non-exploitees-peut-elle-vendre-de-leau-brute-a-des-communes-voisines-ou-le-fait-que-leau-fasse-partie-du-patrimoine-collectif-interdit-la-commercialisation-de-leau-brute-puisee-dans-les-sources <p style="text-align: justify;">Oui, d&egrave;s lors que cette eau n&rsquo;est pas n&eacute;cessaire &agrave; l&rsquo;alimentation en eau potable de sa population.<br /> <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006832978&amp;cidTexte=LEGITEXT000006074220&amp;dateTexte=20100411&amp;fastPos=6&amp;fastReqId=61610059&amp;oldAction=rechCodeArticle" name="article 210-1 code environnement" target="_blank" title="article 210-1 code environnement">L&#39;article L. 210-1</a> du code de l&#39;environnement dispose que l&#39;eau fait partie du <em>&laquo; patrimoine commun de la nation &raquo;. </em><br /> <br /> Le fait que l&#39;eau soit consid&eacute;r&eacute;e comme patrimoine commun de la nation ne s&#39;oppose toutefois pas &agrave; ce qu&#39;une commune puisse commercialiser l&#39;eau de sources qui seraient situ&eacute;es sur son domaine priv&eacute;. Elle peut proc&eacute;der &agrave; la vente au profit d&#39;une autre collectivit&eacute; publique, de l&#39;eau brute issue d&#39;une source faisant partie de son domaine priv&eacute;, sous r&eacute;serve, que cette eau ne soit pas n&eacute;cessaire &agrave; l&#39;alimentation en eau potable de sa population.<br /> <br /> La jurisprudence administrative pose le principe selon lequel le contrat de fourniture d&#39;eau entre personnes publiques ne fait na&icirc;tre entre les cocontractants que des rapports de droit priv&eacute; et ce, d&egrave;s lors qu&#39;il ne contient aucune des caract&eacute;ristiques propres au contrat administratif <em>(<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000008197691&amp;fastReqId=764242945&amp;fastPos=1" name="conseil d'état 15 septembre 2004" target="_blank" title="conseil d'état 15 septembre 2004">CE, 15 septembre 2004, n&deg; 230901, ministre de l&#39;am&eacute;nagement du territoire et de l&#39;environnement c/Syndicat intercommunal de distribution d&#39;eau du Nord - SIDEN </a>; <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000018002959&amp;fastReqId=1179371035&amp;fastPos=1" name="CAA Marseille 9 juillet 2007" target="_blank" title="CAA Marseille 9 juillet 2007">CAA de Marseille, 9 juillet 2007, n&deg; 04MA02198, Commune d&#39;Alet-les-Bains</a>).</em></p> <p>&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/une-commune-disposant-de-sources-non-exploitees-peut-elle-vendre-de-leau-brute-a-des-communes-voisines-ou-le-fait-que-leau-fasse-partie-du-patrimoine-collectif-interdit-la-commercialisation-de-leau-brute-puisee-dans-les-sources Thu, 14 Jan 2010 12:06:00 +0100 Une commune a besoin de faire étendre le réseau d'eau potable afin d'alimenter une bâche en vue de la lutte incendie. La commune peut-elle exiger du syndicat qu'il finance l'extension du réseau? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/defense-incendie/une-commune-a-besoin-de-faire-etendre-le-reseau-d-eau-potable-afin-d-alimenter-une-bache-en-vue-de-la-lutte-incendie-la-commune-peut-elle-exiger-du-syndicat-qu-il-finance-l-extension-du-reseau <p style="text-align: justify;"><em>&laquo; Les d&eacute;penses de personnel et de mat&eacute;riel relatives aux services d&#39;incendie et de secours &raquo; </em>constituent&nbsp; des d&eacute;penses obligatoires pour la commune selon l&#39;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000020629839&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20100411&amp;oldAction=rechCodeArticle" name="article L2321-2 CGCT" target="_blank" title="article L2321-2 CGCT">article L. 2321-2</a>, 7&deg;, du CGCT. Elles englobent la fourniture, la pose (ou la construction), l&#39;entretien et le renouvellement des &eacute;quipements ou ouvrages destin&eacute;s &agrave; fournir l&#39;eau pour la lutte contre l&#39;incendie.<br /> &nbsp;<br /> Ces d&eacute;penses sont assum&eacute;es par le budget g&eacute;n&eacute;ral de la commune, y compris dans les situations o&ugrave; la comp&eacute;tence en mati&egrave;re d&#39;eau potable a &eacute;t&eacute; transf&eacute;r&eacute;e &agrave; une structure intercommunale ou confi&eacute;e &agrave; un d&eacute;l&eacute;gataire de service public.</p> <p style="text-align: justify;">Lorsqu&#39;il existe une gestion d&eacute;l&eacute;gu&eacute;e du service de l&#39;eau, les travaux relatifs aux bornes incendie peuvent &ecirc;tre confi&eacute;s par le maire au d&eacute;l&eacute;gataire, notamment lorsqu&#39;il s&#39;agit d&#39;un r&eacute;seau commun &agrave; l&#39;adduction d&#39;eau et &agrave; l&#39;incendie. Mais, dans tous les cas de figure, ce qui rel&egrave;ve de la comp&eacute;tence du service de distribution de l&#39;eau et de son budget annexe doit &ecirc;tre clairement distingu&eacute; de ce qui rel&egrave;ve de la comp&eacute;tence du maire et du budget communal au titre de la lutte contre l&#39;incendie.<br /> <br /> Ces d&eacute;penses de lutte contre l&#39;incendie ne peuvent en particulier donner lieu &agrave; la perception de la redevance pour service rendu aux usagers du r&eacute;seau de distribution de l&#39;eau, puisque la lutte contre l&#39;incendie constitue une activit&eacute; de police au b&eacute;n&eacute;fice de l&#39;ensemble de la population. Comme le rappelle la circulaire interminist&eacute;rielle du 10 d&eacute;cembre 1951 l&#39;adaptation des r&eacute;seaux de distribution d&#39;eau potable ne constitue pas toujours la solution la plus ad&eacute;quate et l&#39;eau peut alors provenir d&#39;une autre source (points d&#39;eau naturels, r&eacute;serves artificielles).</p> <p style="text-align: justify;">Il en r&eacute;sulte que la commune ne peut exiger du syndicat comp&eacute;tent en mati&egrave;re d&#39;eau potable qu&#39;il finance l&#39;extension du r&eacute;seau pour les besoins de la lutte incendie. Seule la commune, sur son budget g&eacute;n&eacute;ral, pourra financer cette extension. Le r&eacute;seau ainsi &eacute;tendu, m&ecirc;me s&#39;il est financ&eacute; par la commune, sera r&eacute;alis&eacute; par le syndicat (le cas &eacute;ch&eacute;ant par le d&eacute;l&eacute;gataire). Cette extension sera propri&eacute;t&eacute; du syndicat d&#39;eau potable .<br /> &nbsp;<br /> Cette situation rappelle la logique qui pr&eacute;vaut en cas de non instauration de la PVR. Quand la commune d&eacute;livre un permis de construire, elle s&#39;engage &agrave; ce que les r&eacute;seaux existent. Si elle n&#39;a pas instaur&eacute; la PVR, la commune devra payer les r&eacute;seaux. Cette d&eacute;cision purement communale ne peut contraindre le&nbsp; syndicat comp&eacute;tent en mati&egrave;re d&#39;eau potable &agrave; financer l&#39;extension. La commune devra verser elle-m&ecirc;me les fonds au syndicat, lequel se chargera (le cas &eacute;ch&eacute;ant via son d&eacute;l&eacute;gataire) de la r&eacute;alisation de l&#39;extension.<br /> &nbsp;<br /> Il est parfois possible d&#39;associer extension pour les besoins en alimentation en eau et pour l&#39;incendie. Le syndicat d&#39;eau ne pouvant prendre en charge la part due &agrave; l&#39;incendie, les dossiers sont constitu&eacute;s comme s&#39;il ne s&#39;agissait que d&#39;alimentation en eau potable.<br /> &nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/defense-incendie/une-commune-a-besoin-de-faire-etendre-le-reseau-d-eau-potable-afin-d-alimenter-une-bache-en-vue-de-la-lutte-incendie-la-commune-peut-elle-exiger-du-syndicat-qu-il-finance-l-extension-du-reseau Thu, 14 Jan 2010 12:04:00 +0100 Afin de faciliter le fonctionnement d'un syndicat, quelles délégations le comité syndical peut-il attribuer au bureau et au Président ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/afin-de-faciliter-le-fonctionnement-d-un-syndicat-quelles-delegations-le-comite-syndical-peut-il-attribuer-au-bureau-et-au-president <p style="text-align: justify;">En vertu de <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006392811&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20100927&amp;oldAction=rechCodeArticle" name="article L5211-10 CGCT" target="_blank" title="article L5211-10 CGCT">l&#39;article L.5211-10</a> du CGCT, le comit&eacute; syndical peut d&eacute;l&eacute;guer au bureau certaines de ses comp&eacute;tences, &agrave; l&#39;exclusion :<br /> <em>&quot;1&deg; Du vote du budget, de l&#39;institution et de la fixation des taux ou tarifs des taxes ou redevances ;<br /> 2&deg; De l&#39;approbation du compte administratif ;<br /> 3&deg; Des dispositions &agrave; caract&egrave;re budg&eacute;taire prises par un &eacute;tablissement public de coop&eacute;ration intercommunale &agrave; la suite d&#39;une mise en demeure intervenue en application de l&#39;article L. 1612-15 ;<br /> 4&deg; Des d&eacute;cisions relatives aux modifications des conditions initiales de composition, de fonctionnement et de dur&eacute;e de l&#39;&eacute;tablissement public de coop&eacute;ration intercommunale ;<br /> 5&deg; De l&#39;adh&eacute;sion de l&#39;&eacute;tablissement &agrave; un &eacute;tablissement public ;<br /> 6&deg; De la d&eacute;l&eacute;gation de la gestion d&#39;un service public ;<br /> 7&deg; Des dispositions portant orientation en mati&egrave;re d&#39;am&eacute;nagement de l&#39;espace communautaire, d&#39;&eacute;quilibre social de l&#39;habitat sur le territoire communautaire et de politique de la ville.&quot;</em></p> <p style="text-align: justify;">Par cons&eacute;quent, le comit&eacute; syndical peut d&eacute;l&eacute;guer au bureau la comp&eacute;tence passation des march&eacute;s publics &agrave; proc&eacute;dure adapt&eacute;e, &agrave; charge pour le pr&eacute;sident de rendre compte de l&#39;exercice de cette comp&eacute;tence &agrave; l&#39;organe d&eacute;lib&eacute;rant.</p> <p style="text-align: justify;">NB : En vertu de <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006392784&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20100927&amp;oldAction=rechCodeArticle" name="article L5211-1 CGCT" target="_blank" title="article L5211-1 CGCT">l&rsquo;article L.5211-1</a> du CGCT, <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000021479390&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20100927&amp;oldAction=rechCodeArticle" name="article L2122-22 CGCT" target="_blank" title="article L2122-22 CGCT">l&rsquo;article L.2122-22 </a>pr&eacute;voyant la d&eacute;l&eacute;gation de comp&eacute;tences du conseil municipal au maire est applicable au pr&eacute;sident des EPCI en ce que ses dispositions ne sont pas contraires aux dispositions sp&eacute;cifiquement pr&eacute;vues pour les EPCI. Cet article pr&eacute;voit une liste limitative et exhaustive des attributions que le conseil municipal peut attribuer au maire.</p> <p style="text-align: justify;">Or, l&rsquo;article <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006392811&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20100927&amp;oldAction=rechCodeArticle" name="article L5211-10 CGCT" target="_blank" title="article L5211-10 CGCT">l&rsquo;article L.5211-10</a>, applicable aux EPCI, pr&eacute;voit une possibilit&eacute; de d&eacute;l&eacute;gation de l&rsquo;assembl&eacute;e d&eacute;lib&eacute;rante de ses comp&eacute;tences au pr&eacute;sident et au bureau, &agrave; l&rsquo;exclusion de certaines d&rsquo;entre elles.</p> <p style="text-align: justify;">Il en r&eacute;sulte donc une &laquo; contrari&eacute;t&eacute; &raquo; entre les deux articles. En cons&eacute;quence, et selon un avis du Conseil d&rsquo;Etat en date du 17 d&eacute;cembre 2003 <em>(CE<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000008188105&amp;fastReqId=1859894483&amp;fastPos=1" name="avis conseil état 17 décembre 2003 préfet du nord" target="_blank" title="avis conseil état 17 décembre 2003 préfet du nord">, avis, 17 d&eacute;cembre 2003, Pr&eacute;fet du Nord, req. n&deg; 258616</a>),</em> les dispositions de <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006392811&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20100927&amp;oldAction=rechCodeArticle" name="article L5211-10 CGCT" target="_blank" title="article L5211-10 CGCT">l&rsquo;article L.5211-10</a> du CGCT sont seules applicables aux d&eacute;l&eacute;gations consenties par l&rsquo;organe d&eacute;lib&eacute;rant &agrave; leur pr&eacute;sident ou &agrave; leur bureau.<br /> &nbsp;<br /> &nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;<br /> &nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/afin-de-faciliter-le-fonctionnement-d-un-syndicat-quelles-delegations-le-comite-syndical-peut-il-attribuer-au-bureau-et-au-president Wed, 13 Jan 2010 22:35:00 +0100 En cas de conflit entre le président d’un EPCI et l’organe délibérant, est-il possible à ce dernier de mettre fin aux fonctions du président ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/en-cas-de-conflit-entre-le-president-dun-epci-et-lorgane-deliberant-est-il-possible-a-ce-dernier-de-mettre-fin-aux-fonctions-du-president <p style="text-align: justify;">Except&eacute; l&rsquo;hypoth&egrave;se d&rsquo;une d&eacute;mission du pr&eacute;sident, aucune disposition l&eacute;gislative ne permet la destitution du pr&eacute;sident de l&rsquo;EPCI par l&rsquo;organe d&eacute;lib&eacute;rant.</p> <p style="text-align: justify;">Hors cas de d&eacute;mission, le pr&eacute;sident remplit donc sa fonction jusqu&rsquo;au renouvellement de l&rsquo;organe d&eacute;lib&eacute;rant.</p> <p style="text-align: justify;">Les conflits entre les deux autorit&eacute;s doivent, selon le ministre de l&rsquo;Int&eacute;rieur, &ecirc;tre r&eacute;gl&eacute;s &laquo; dans le respect des r&egrave;gles fondamentales de la d&eacute;mocratie &raquo;.&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/en-cas-de-conflit-entre-le-president-dun-epci-et-lorgane-deliberant-est-il-possible-a-ce-dernier-de-mettre-fin-aux-fonctions-du-president Wed, 13 Jan 2010 22:33:00 +0100 Une canalisation d'eau est située sous une voie privée mais il est impossible de déterminer à qui appartient ladite voie. Qui est responsable de l'entretien et du remplacement de cette canalisation? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/une-canalisation-d-eau-est-situee-sous-une-voie-privee-mais-il-est-impossible-de-determiner-a-qui-appartient-ladite-voie-qui-est-responsable-de-l-entretien-et-du-remplacement-de-cette-canalisation <p style="text-align: justify;"><a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006428953&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070721&amp;dateTexte=20100411&amp;oldAction=rechCodeArticle" name="article 552 code civil" target="_blank" title="article 552 code civil">L&#39;article 552</a> du Code civil &eacute;nonce le principe selon lequel <em>&laquo; la propri&eacute;t&eacute; du sol emporte la propri&eacute;t&eacute; du dessus et du dessous &raquo;.</em></p> <p style="text-align: justify;">Cependant, s&#39;agissant d&#39;une conduite d&#39;eau potable, la r&egrave;gle pos&eacute;e par le Code civil vaut sous r&eacute;serve de l&#39;existence de servitudes de passage de canalisations publiques &eacute;tablies conform&eacute;ment aux dispositions du Code rural (art. <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006582143&amp;cidTexte=LEGITEXT000006071367&amp;dateTexte=20100411&amp;oldAction=rechCodeArticle" name="article L152-1 code rural" target="_blank" title="article L152-1 code rural">L.152-1</a> et <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006587590&amp;cidTexte=LEGITEXT000006071367&amp;dateTexte=20100411&amp;oldAction=rechCodeArticle" name="article R152-1 code rural" target="_blank" title="article R152-1 code rural">R.152-1</a> et suivants) ; lorsque de telles servitudes d&#39;utilit&eacute; publique ont &eacute;t&eacute; institu&eacute;es, les canalisations implant&eacute;es sur les fonds priv&eacute;s font en effet parties du r&eacute;seau public d&#39;eau et sont plac&eacute;s sous la responsabilit&eacute; du service public.</p> <p style="text-align: justify;">La jurisprudence administrative consid&egrave;re par ailleurs :</p> <ol> <li style="text-align: justify;">que lorsqu&#39;une conduite d&#39;eau implant&eacute;e en terrain priv&eacute; vise &agrave; desservir une seule habitation, elle constitue un branchement priv&eacute;,</li> <li style="text-align: justify;">qu&#39;en revanche, lorsqu&#39;une conduite situ&eacute;e en domaine priv&eacute; permet d&#39;alimenter plusieurs habitations, la partie de cette conduite commune &agrave; la desserte des diff&eacute;rentes propri&eacute;t&eacute;s fait partie du r&eacute;seau public.</li> </ol> <p style="text-align: justify;">L&#39;implantation d&#39;une conduite d&#39;eau sous une voie priv&eacute;e ne pr&eacute;juge donc pas automatiquement du caract&egrave;re priv&eacute; de l&#39;ouvrage. Aussi, il convient de d&eacute;terminer la qualification publique ou priv&eacute;e de cette conduite au vu des &eacute;l&eacute;ments qui pr&eacute;c&egrave;de, en recherchant :</p> <ul> <li style="text-align: justify;">si une servitude autorisant l&#39;&eacute;tablissement d&#39;une canalisation publique en domaine priv&eacute; a &eacute;t&eacute; institu&eacute;e en bonne et due forme par la collectivit&eacute; publique,</li> <li style="text-align: justify;">ou, en l&#39;absence d&#39;une telle servitude, si la conduite d&#39;eau implant&eacute;e sous la voie priv&eacute;e vise &agrave; desservir une ou plusieurs habitations.</li> </ul> <p style="text-align: justify;">Dans l&#39;hypoth&egrave;se o&ugrave; elle ne dessert qu&#39;une seule propri&eacute;t&eacute;, la conduite constitue un &eacute;quipement propre, c&#39;est-&agrave;-dire un ouvrage priv&eacute; sur lequel le service public n&#39;a pas &agrave; intervenir ; le branchement est exclusivement plac&eacute; sous la responsabilit&eacute; du propri&eacute;taire du terrain qu&#39;il dessert.</p> <p style="text-align: justify;">En revanche, dans le cas o&ugrave; la conduite alimente plusieurs propri&eacute;t&eacute;s priv&eacute;es, la partie de la conduite commune aux diff&eacute;rentes habitations, fait partie du r&eacute;seau public et se trouve plac&eacute;e sous la responsabilit&eacute; du service public de l&#39;eau potable qui est tenu de proc&eacute;der aux travaux (r&eacute;paration, renouvellement) n&eacute;cessaires.</p> <p style="text-align: justify;">Ne peuvent en effet &ecirc;tre regard&eacute;s comme des <em>&quot;&eacute;quipements propres&quot; </em>ceux qui sont destin&eacute;s &agrave; d&#39;autres usagers ou qui doivent &ecirc;tre partag&eacute;s avec eux. C&rsquo;est par exemple le cas pour une conduite d&#39;&eacute;vacuation d&#39;eaux us&eacute;es, sous la voie communale, capable de recevoir d&#39;autres branchements<em> (CAA Bordeaux, 29 juillet 1993, Commune Manduel), </em>de m&ecirc;me pour les canalisations d&#39;eau potable et d&#39;eaux us&eacute;es exc&eacute;dant par leurs caract&eacute;ristiques les seuls besoins du lotissement <em>(TA Nice, 5 f&eacute;vrier 1998, n&deg;952002 et 952004, Vandemeulebroucke c/ Commune Draguignan)</em>, pour des canalisations d&#39;assainissement et d&#39;eau surdimensionn&eacute;es par rapport au nombre de lots du lotissement, implant&eacute;es pour partie sur le domaine public et pour partie sur le terrain du lotissement concern&eacute;, devant &ecirc;tre int&eacute;gr&eacute;e au domaine public de la commune et, en outre, desservant aussi un autre lotissement<em> (CAA Marseille, 11 avril 2002, n&deg;98MA876, Commune Draguignan c/ Vandemeulebroucke).&nbsp;</em></p> <p style="text-align: justify;">Une r&eacute;ponse minist&eacute;rielle en date du 27 mai 2014 rappelle que <em>&laquo; Les ouvrages d&#39;adduction publique en eau potable constituent des ouvrages publics, y compris les branchements qui am&egrave;nent l&#39;eau aux immeubles des particuliers, c&#39;est-&agrave;-dire jusqu&#39;au compteur. <strong>Qu&#39;ils soient effectu&eacute;s sous la voie publique ou implant&eacute;s dans un immeuble priv&eacute;, ils sont en effet consid&eacute;r&eacute;s comme une d&eacute;pendance de la conduite principale &agrave; laquelle ils sont reli&eacute;s et font partie de l&#39;ensemble des ouvrages publics que comporte un service public de distribution d&#39;eau, peu importe qu&#39;ils soient ex&eacute;cut&eacute;s dans le cadre d&#39;une concession, d&#39;une r&eacute;gie ou par les propri&eacute;taires riverains eux-m&ecirc;mes pour le compte d&#39;une collectivit&eacute;</strong> &raquo; (cf. <a href="http://questions.assemblee-nationale.fr/q14/14-45213QE.htm" target="_blank">Question &eacute;crite n&deg;45213, JOAN du 27 mai 2014, page 4279</a>).</em></p> <div>&nbsp;</div> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/une-canalisation-d-eau-est-situee-sous-une-voie-privee-mais-il-est-impossible-de-determiner-a-qui-appartient-ladite-voie-qui-est-responsable-de-l-entretien-et-du-remplacement-de-cette-canalisation Wed, 13 Jan 2010 21:22:00 +0100 La compétence Défense Extérieure Contre l’Incendie peut-elle être transférée à un syndicat de communes? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/defense-incendie/la-competence-defense-exterieure-contre-lincendie-peut-elle-etre-transferee-a-un-syndicat-de-communes <p style="text-align: justify;">Oui. En revanche, le pouvoir de police sp&eacute;ciale DECI ne peut &ecirc;tre transf&eacute;r&eacute; qu&#39;au pr&eacute;sident d&#39;un EPCI &agrave; fiscalit&eacute; propre.</p> <p style="text-align: justify;">La loi permet le transfert facultatif de la DECI aux &eacute;tablissements&nbsp;publics de coop&eacute;ration intercommunale (EPCI).&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">La DECI est transf&eacute;r&eacute;e en totalit&eacute; (service public et pouvoir de police) par&nbsp;la loi aux m&eacute;tropoles pour lesquelles s&rsquo;appliquent les articles L.5217-1 (5&deg;)-e et L.5217-2 du&nbsp;CGCT. Il en est de m&ecirc;me pour la m&eacute;tropole du Grand Lyon (articles&nbsp;L.3641-1 et L.3642-2-I-8 du CGCT).</p> <p style="text-align: justify;">Le service public de DECI est plac&eacute; sous l&rsquo;autorit&eacute; du maire, agissant en application du pouvoir de police sp&eacute;ciale qui lui est conf&eacute;r&eacute; par le nouvel article L.2213-32 du CGCT.</p> <p style="text-align: justify;">Le fait qu&#39;il s&#39;agisse d&#39;un pouvoir de police sp&eacute;ciale rend possible son transfert du maire vers le pr&eacute;sident de l&#39;EPCI comp&eacute;tent, mais seulement si celui-ci est un EPCI est &agrave; fiscalit&eacute; propre et que le service public de la DECI lui est transf&eacute;r&eacute;.</p> <p style="text-align: justify;">Ainsi, la commune et le maire peuvent transf&eacute;rer l&rsquo;int&eacute;gralit&eacute; du domaine de la DECI (service public et pouvoir de police) &agrave; un EPCI &agrave; fiscalit&eacute; propre, s&rsquo;ils le souhaitent.</p> <p style="text-align: justify;"><strong>Si la comp&eacute;tence DECI est transf&eacute;r&eacute;e &agrave; un syndicat de communes ayant d&eacute;j&agrave; la comp&eacute;tence eau potable</strong> (en application de l<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;idArticle=LEGIARTI000006392836&amp;dateTexte=&amp;categorieLien=cid" target="_blank">&#39;article L.5211-17</a> du CGCT), toutes les communes du syndicat de communes ne sont pas absolument pas contraintes de transf&eacute;rer la comp&eacute;tence DECI au Syndicat (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006392988&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20150429" target="_blank">art.L.5212-16</a> du CGCT : <em>&quot;</em><em>Une commune peut adh&eacute;rer &agrave; un syndicat pour une partie seulement des comp&eacute;tences exerc&eacute;es par celui-ci&quot;</em>).</p> <p style="text-align: justify;">En tout &eacute;tat de cause, il faudra absolument distinguer juridiquement, budg&eacute;tairement et comptablement :</p> <p style="text-align: justify;">- le Service Public Administratif (SPA) de DECI, financ&eacute; par l&#39;imp&ocirc;t, lev&eacute; par les communes qui ont transf&eacute;r&eacute; la comp&eacute;tence au Syndicat et revers&eacute;es au Syndicat via des contributions, dont le mode de calcul est d&eacute;termin&eacute; par d&eacute;lib&eacute;ration du Syndicat <em>(exemples de crit&egrave;res de calcul : r&eacute;partition des charges de la DECI entre les communes au prorata du nombre d&rsquo;habitants ; r&eacute;partition en fonction du nombre de poteaux d&rsquo;incendie dans chaque commune ; ou autres crit&egrave;res &agrave; d&eacute;finir).</em></p> <p style="text-align: justify;">- le Service Public &agrave; Caract&egrave;re Industriel et Commercial (SPIC) de l&#39;Eau Potable, financ&eacute; par les redevances des usagers du service.</p> <p style="text-align: justify;">En pratique, l&rsquo;int&eacute;r&ecirc;t de la prise de comp&eacute;tence DECI pour un syndicat d&rsquo;eau potable est surtout important dans le cas d&rsquo;un <strong>syndicat en r&eacute;gie</strong> qui pourra r&eacute;aliser les interventions relatives &agrave; la DECI avec les moyens de la r&eacute;gie. L&rsquo;int&eacute;r&ecirc;t est moindre pour un syndicat d&rsquo;eau potable en DSP. En effet, si le syndicat n&rsquo;a pas lui-m&ecirc;me les moyens de r&eacute;aliser les interventions de DECI, il ne peut les confier directement au d&eacute;l&eacute;gataire du service d&rsquo;eau potable dont le contrat concerne exclusivement un service public totalement distinct de la DECI. Le syndicat devra donc faire appel &agrave; un ou plusieurs prestataires pour les interventions de DECI, voire proc&eacute;der &agrave; la d&eacute;l&eacute;gation du service public de la DECI suivant une proc&eacute;dure de DSP distincte de celle de l&#39;eau potable.</p> <p style="text-align: justify;">De plus, si le syndicat de communes n&#39;a pas la comp&eacute;tence eau potable et DECI pour toutes les communes de son territoire, il s&#39;agira d&#39;un syndicat &quot;&agrave; la carte&quot; et il faudra veiller &agrave; respecter les conditions de vote propres &agrave; cette situation (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006392988&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20150429" target="_blank">art.L.5212-16</a> du CGCT : <em>&quot;Par d&eacute;rogation aux dispositions du premier alin&eacute;a de l&#39;article L. 5211-1, s&#39;appliquent les r&egrave;gles suivantes : 1&deg; Tous les d&eacute;l&eacute;gu&eacute;s prennent part au vote pour les affaires pr&eacute;sentant un int&eacute;r&ecirc;t commun &agrave; toutes les communes et notamment pour l&#39;&eacute;lection du pr&eacute;sident et des membres du bureau, le vote du budget, l&#39;approbation du compte administratif et les d&eacute;cisions relatives aux modifications des conditions initiales de composition, de fonctionnement et de dur&eacute;e du syndicat ; <strong>dans le cas contraire, ne prennent part au vote que les d&eacute;l&eacute;gu&eacute;s repr&eacute;sentant les communes concern&eacute;es par l&#39;affaire mise en d&eacute;lib&eacute;ration&quot;).</strong></em></p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/defense-incendie/la-competence-defense-exterieure-contre-lincendie-peut-elle-etre-transferee-a-un-syndicat-de-communes Tue, 28 Apr 2015 16:17:00 +0200 Est-il possible de demander remboursement aux personnes privées des dépenses engagées lors d’opérations de secours dans le cadre d’incendies? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/defense-incendie/est-il-possible-de-demander-remboursement-aux-personnes-privees-des-depenses-engagees-lors-doperations-de-secours-dans-le-cadre-dincendies <p style="text-align: justify;">Non.</p> <p style="text-align: justify;">Les principes de la r&eacute;partition des d&eacute;penses rattach&eacute;es aux op&eacute;rations de secours, telles qu&#39;elles sont d&eacute;finies &agrave; l&#39;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006389321&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20150428" target="_blank">article L.1424-2</a> du CGCT sont fix&eacute;s par l&#39;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do;jsessionid=EBDC2D04129B944E2AB0F266EB9D1418.tpdila21v_3?idSectionTA=LEGISCTA000025507097&amp;cidTexte=LEGITEXT000025503132&amp;dateTexte=20150428" target="_blank">article L.742-11</a> du code de la s&eacute;curit&eacute; int&eacute;rieure.<br /> Au sein du d&eacute;partement, elles sont assum&eacute;es par le Service D&eacute;partemental d&#39;Incendie et de Secours (SDIS), tandis que l&#39;Etat prend &agrave; sa charge l&#39;engagement des moyens publics et priv&eacute;s ext&eacute;rieurs au d&eacute;partement mobilis&eacute;s par le pr&eacute;fet.</p> <p style="text-align: justify;">La commune, quant &agrave; elle, au titre de ses comp&eacute;tences, acquitte les frais relatifs aux besoins imm&eacute;diats des populations. Le secours apport&eacute; au citoyen est fond&eacute; sur le principe g&eacute;n&eacute;ral de gratuit&eacute; qui assure l&#39;&eacute;galit&eacute; d&#39;acc&egrave;s aux secours au titre de la solidarit&eacute; nationale. Peu d&#39;exceptions ont &eacute;t&eacute; apport&eacute;es &agrave; ce dispositif. Ainsi, en vertu de l&#39;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;idArticle=LEGIARTI000020629407&amp;dateTexte=" target="_blank">article L.2331-4</a> du CGCT, seules les communes peuvent exiger, des int&eacute;ress&eacute;s ou de leurs ayants droit, le remboursement des frais qu&#39;elles engagent &agrave; l&#39;occasion d&#39;op&eacute;rations de secours cons&eacute;cutives &agrave; la pratique d&#39;une activit&eacute; sportive ou de loisirs, sous r&eacute;serve d&#39;informer le public par un affichage appropri&eacute; des dispositions qu&#39;elles ont arr&ecirc;t&eacute;es<em> (<a href="http://questions.assemblee-nationale.fr/q14/14-38416QE.htm" target="_blank">R&eacute;ponse minist&eacute;rielle, Question &eacute;crite n&deg;38416, JOAN du 20 mai 2014, page 4081</a>).</em></p> <p style="text-align: justify;">Les comp&eacute;tences et les missions de service public du SDIS sont fix&eacute;es &agrave; l&rsquo;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006389321&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20150428" target="_blank">article L.1424-2</a> du CGCT Entrent notamment dans ses missions les secours d&rsquo;urgence. L&rsquo;<a href="http://legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006389426&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20150428" target="_blank">article L.1424-42</a> du CGCT pose le principe de la gratuit&eacute; des interventions du SDIS lorsqu&rsquo;elles se rattachent &agrave; ses missions de service public, en pr&eacute;voyant que ce service <em>&laquo; n&rsquo;est tenu de proc&eacute;der qu&rsquo;aux seules interventions qui se rattachent directement &agrave; ses missions de service public d&eacute;finies &agrave; l&rsquo;</em><em><a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006389321&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20150428" target="_blank">article L.1424-2</a>. S&rsquo;il a proc&eacute;d&eacute; &agrave; des interventions ne se rattachant pas directement &agrave; l&rsquo;exercice de ses missions, il peut demander aux personnes b&eacute;n&eacute;ficiaires une participation aux frais... &raquo;. </em>Il s&rsquo;agit notamment des interventions effectu&eacute;es par les SDIS<em> &quot; sur le r&eacute;seau routier et autoroutier conc&eacute;d&eacute; font l&rsquo;objet d&rsquo;une prise en charge par les soci&eacute;t&eacute;s concessionnaires d&rsquo;ouvrages routiers ou autoroutiers. Les conditions de cette prise en charge sont d&eacute;termin&eacute;es par une convention entre les SDIS et les soci&eacute;t&eacute;s concessionnaires d&rsquo;ouvrages routiers et autoroutiers, selon des modalit&eacute;s fix&eacute;es par arr&ecirc;t&eacute; conjoint du ministre de l&rsquo;int&eacute;rieur et du ministre charg&eacute; des finances [</em>arr&ecirc;t&eacute; du 7 juillet 2004] <em>&quot;.</em></p> <p style="text-align: justify;">Le principe de gratuit&eacute; n&rsquo;est donc pas un principe absolu, la loi peut y apporter des exceptions.</p> <p style="text-align: justify;">Lorsque le SDIS intervient dans le cadre l&eacute;gal de ses missions de service public et faute de disposition particuli&egrave;re l&rsquo;autorisant &agrave; facturer ses interventions, il ne peut rien r&eacute;clamer aux usagers du service public, m&ecirc;me sur le fondement de l&rsquo;article 1382 du code civil. Il ne peut pas, par exemple, r&eacute;clamer le remboursement &agrave; un incendiaire des frais d&rsquo;intervention expos&eacute;s pour &eacute;teindre un incendie qu&rsquo;il avait volontairement allum&eacute; <em>(<a href="http:// http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriJudi.do?oldAction=rechExpJuriJudi&amp;idTexte=JURITEXT000017931483&amp;fastReqId=1760929619&amp;fastPos=1" target="_blank">Cass.,2&egrave; Civ., 22 novembre 2007, n&deg;06-17995</a>).</em><br /> &nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/defense-incendie/est-il-possible-de-demander-remboursement-aux-personnes-privees-des-depenses-engagees-lors-doperations-de-secours-dans-le-cadre-dincendies Tue, 28 Apr 2015 15:24:00 +0200 Quelle est la responsabilité du syndicat d’eau lorsque la défense incendie est assurée via le réseau d'eau potable ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/defense-incendie/quelle-est-la-responsabilite-du-syndicat-deau-lorsque-la-defense-incendie-est-assuree-via-le-reseau-d-eau-potable <p style="text-align: justify;">Le transfert &agrave; un syndicat intercommunal de la comp&eacute;tence de distribution d&rsquo;eau potable ne modifie en rien les pouvoirs du maire et les obligations de la commune en ce qui concerne la d&eacute;fense contre l&rsquo;incendie. A ce titre, le maire exerce un pouvoir de police qui ne peut &ecirc;tre transf&eacute;r&eacute; et la mise en place des dispositifs de lutte contre l&#39;incendie n&#39;est pas d&eacute;tachable de ce pouvoir. En la mati&egrave;re, le maire d&eacute;tient donc seul le pouvoir de d&eacute;cider des solutions &agrave; mettre en &oelig;uvre dans sa commune, compte tenu des facteurs de risques qu&rsquo;il conna&icirc;t et des moyens dont il dispose.<br /> &nbsp;<br /> Seule la responsabilit&eacute; de la commune (ou de l&rsquo;EPCI comp&eacute;tent en mati&egrave;re de &laquo; service incendie et de secours &raquo;) peut donc &ecirc;tre engag&eacute;e.</p> <p style="text-align: justify;">La responsabilit&eacute; de la commune a &eacute;t&eacute; retenue pour faute lourde dans les cas suivants :</p> <ul> <li style="text-align: justify;">retard dans la livraison d&#39;eau sur le bornes incendie<em> (CE, 15/10/1964, ville de Pointe &agrave; Pitre c/ consorts Boulogne et sieur Fran&ccedil;ois),</em></li> <li style="text-align: justify;">inadaptation du r&eacute;seau de distribution d&#39;eau au mat&eacute;riel de lutte contre l&#39;incendie <em>(CE, 15/07/1960, Ville de Millau)</em></li> <li style="text-align: justify;">alimentation insuffisante des bornes incendie<em> (CE, 02/12/1960, Strohmaier et cie Le Ph&eacute;nix),</em></li> <li style="text-align: justify;">insuffisance de la pression et du d&eacute;bit d&#39;eau aux bouches incendie <em>(CE, 22/06/1983, Commune de Raches).</em><br /> &nbsp;</li> </ul> <p style="text-align: justify;"><strong>Cependant, si la commune est jug&eacute;e responsable, peut-elle exercer une action r&eacute;cursoire contre le syndicat d&#39;eau qui fournit l&#39;eau aux bornes incendie?</strong></p> <p style="text-align: justify;">En cas de transfert de la comp&eacute;tence&nbsp; &quot;eau potable&quot; &agrave; un EPCI, la commune &eacute;ventuellement condamn&eacute;e au paiement de dommages et int&eacute;r&ecirc;ts peut exercer ensuite une action r&eacute;cursoire contre l&#39;EPCI en charge de la comp&eacute;tence eau potable.</p> <p style="text-align: justify;">En cas de gestion d&eacute;l&eacute;gu&eacute;e du service d&#39;eau, la responsabilit&eacute; du fermier ne pourra &ecirc;tre engag&eacute;e s&#39;agissant de la lutte incendie <em>(CAA Nancy, 07/11/1991 :</em> L&#39;insuffisance pression aux bouches incendie constitue une faute dans l&#39;organisation des services incendie. Seule la responsabilit&eacute; de la collectivit&eacute; en charge de la comp&eacute;tence incendie peut &ecirc;tre engag&eacute;e ).<br /> &nbsp;<br /> <strong>Le fait que le syndicat &eacute;crive &agrave; la commune pour l&#39;informer que le r&eacute;seau n&#39;est pas suffisant pour assurer le d&eacute;bit n&eacute;cessaire &agrave; la lutte incendie, d&eacute;gage-t-il le syndicat de toute responsabilit&eacute;?</strong></p> <p style="text-align: justify;">En soi, cela ne garantit pas que le syndicat d&#39;eau ne se verra pas mis en cause par la commune. Cependant, cela prouve que l&#39;organisation du service, supposant un d&eacute;bit suffisant aux bouches incendie (quel que soit le mode de fourniture) n&#39;a pas &eacute;t&eacute; correctement r&eacute;alis&eacute;e. La commune &eacute;tant inform&eacute;e de cet &eacute;tat de fait, il est tr&egrave;s probable que cela diminue ou exon&egrave;re le syndicat de toute responsabilit&eacute;.</p> <p style="text-align: justify;">&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/defense-incendie/quelle-est-la-responsabilite-du-syndicat-deau-lorsque-la-defense-incendie-est-assuree-via-le-reseau-d-eau-potable Wed, 13 Jan 2010 23:04:00 +0100 La commune peut-elle exiger du syndicat d'eau l'extension du réseau d'eau potable pour la défense incendie ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/defense-incendie/la-commune-peut-elle-exiger-du-syndicat-d-eau-l-extension-du-reseau-d-eau-potable-pour-la-defense-incendie <p style="text-align: justify;">Selon <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000022293008&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20100927&amp;oldAction=rechCodeArticle" name="article L2321-2 CGCT" target="_blank" title="article L2321-2 CGCT">l&#39;article L.2321-2, 7&deg;du CGCT</a>, <em>&laquo; les d&eacute;penses de personnel et de mat&eacute;riel relatives aux services d&#39;incendie et de secours &raquo; </em>constituent&nbsp; des d&eacute;penses obligatoires pour la commune.&nbsp; Elles englobent la fourniture, la pose (ou la construction), l&#39;entretien et le renouvellement des &eacute;quipements ou ouvrages destin&eacute;s &agrave; fournir l&#39;eau pour la lutte contre l&#39;incendie.<br /> &nbsp;<br /> Ces d&eacute;penses sont assum&eacute;es par le budget g&eacute;n&eacute;ral de la commune, y compris dans les situations o&ugrave; la comp&eacute;tence en mati&egrave;re d&#39;eau potable a &eacute;t&eacute; transf&eacute;r&eacute;e &agrave; une structure intercommunale ou confi&eacute;e &agrave; un d&eacute;l&eacute;gataire de service public.</p> <p style="text-align: justify;">Lorsqu&#39;il existe une gestion d&eacute;l&eacute;gu&eacute;e du service de l&#39;eau, les travaux relatifs aux bornes incendie peuvent &ecirc;tre confi&eacute;s par le maire au d&eacute;l&eacute;gataire, notamment lorsqu&#39;il s&#39;agit d&#39;un r&eacute;seau commun &agrave; l&#39;adduction d&#39;eau et &agrave; l&#39;incendie. Mais, dans tous les cas de figure, ce qui rel&egrave;ve de la comp&eacute;tence du service de distribution de l&#39;eau et de son budget annexe doit &ecirc;tre clairement distingu&eacute; de ce qui rel&egrave;ve de la comp&eacute;tence du maire et du budget communal au titre de la lutte contre l&#39;incendie.</p> <p style="text-align: justify;">Ces d&eacute;penses de lutte contre l&#39;incendie ne peuvent en particulier donner lieu &agrave; la perception de la redevance pour service rendu aux usagers du r&eacute;seau de distribution de l&#39;eau, puisque la lutte contre l&#39;incendie constitue une activit&eacute; de police au b&eacute;n&eacute;fice de l&#39;ensemble de la population. Comme le rappelle la circulaire interminist&eacute;rielle du 10 d&eacute;cembre 1951 l&#39;adaptation des r&eacute;seaux de distribution d&#39;eau potable ne constitue pas toujours la solution la plus ad&eacute;quate et l&#39;eau peut alors provenir d&#39;une autre source (points d&#39;eau naturels, r&eacute;serves artificielles).</p> <p style="text-align: justify;">Il en r&eacute;sulte que la commune ne peut exiger du syndicat comp&eacute;tent en mati&egrave;re d&#39;eau potable qu&#39;il finance l&#39;extension du r&eacute;seau pour les besoins de la lutte incendie. Seule la commune, sur son budget g&eacute;n&eacute;ral, pourra financer cette extension. Le r&eacute;seau ainsi &eacute;tendu, m&ecirc;me s&#39;il est financ&eacute; par la commune, sera r&eacute;alis&eacute; par le syndicat (le cas &eacute;ch&eacute;ant par le d&eacute;l&eacute;gataire). Cette extension sera propri&eacute;t&eacute; du syndicat d&#39;eau potable .<br /> &nbsp;<br /> Cette situation rappelle la logique qui pr&eacute;vaut en cas de non instauration de la PVR. Quand la commune d&eacute;livre un permis de construire, elle s&#39;engage &agrave; ce que les r&eacute;seaux existent. Si elle n&#39;a pas instaur&eacute; la PVR, la commune devra payer les r&eacute;seaux. Cette d&eacute;cision purement communale ne peut contraindre le&nbsp; syndicat comp&eacute;tent en mati&egrave;re d&#39;eau potable &agrave; financer l&#39;extension. La commune devra verser elle-m&ecirc;me les fonds au syndicat, lequel se chargera (le cas &eacute;ch&eacute;ant via son d&eacute;l&eacute;gataire) de la r&eacute;alisation de l&#39;extension.<br /> &nbsp;<br /> Il est parfois possible d&#39;associer extension pour les besoins en alimentation en eau et pour l&#39;incendie. Le syndicat d&#39;eau ne pouvant prendre en charge la part due &agrave; l&#39;incendie, les dossiers sont constitu&eacute;s comme s&#39;il ne s&#39;agissait que d&#39;alimentation en eau potable.</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/defense-incendie/la-commune-peut-elle-exiger-du-syndicat-d-eau-l-extension-du-reseau-d-eau-potable-pour-la-defense-incendie Wed, 13 Jan 2010 23:01:00 +0100 Comment est calculée la majorité qualifiée des 2/3-50% lorsqu’une fraction du territoire d’une communauté de communes est incluse dans le périmètre d’un syndicat via la représentation-substitution? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/comment-est-calculee-la-majorite-qualifiee-des-23-50-lorsquune-fraction-du-territoire-dune-communaute-de-communes-est-incluse-dans-le-perimetre-dun-syndicat-via-la-representation-substitution <p style="text-align: justify;">En cas d&rsquo;inclusion d&rsquo;une fraction du territoire d&rsquo;une communaut&eacute; de communes dans le p&eacute;rim&egrave;tre d&rsquo;un syndicat mixte via le syst&egrave;me de la repr&eacute;sentation-substitution, la population de la communaut&eacute; &agrave; prendre en compte pour le calcul des majorit&eacute;s n&eacute;cessaires &agrave; l&#39;&eacute;volution du syndicat (i.e pour l&#39;application des <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do?idArticle=LEGIARTI000006392835&amp;idSectionTA=LEGISCTA000006192581&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20141211" target="_blank">articles L.5211-17 &agrave; L. 5211-20</a> et <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000023244267&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20141211&amp;oldAction=rechCodeArticle&amp;fastReqId=269231302&amp;nbResultRech=1" target="_blank">L.5212-27</a> du CGCT) est celle correspondant &agrave; la partie de son territoire incluse dans le syndicat mixte (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000023268889&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20141211&amp;oldAction=rechCodeArticle&amp;fastReqId=1994994754&amp;nbResultRech=1" target="_blank">art.L.5211-61</a> alin&eacute;a 3 du CGCT).</p> <p style="text-align: justify;">Ainsi, si deux communes de la communaut&eacute; de communes sont incluses dans le p&eacute;rim&egrave;tre du syndicat mixte via repr&eacute;sentation-substitution, seules les populations cumul&eacute;es de ces deux communes seront prises en compte dans le calcul de la population totale du syndicat.</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/comment-est-calculee-la-majorite-qualifiee-des-23-50-lorsquune-fraction-du-territoire-dune-communaute-de-communes-est-incluse-dans-le-perimetre-dun-syndicat-via-la-representation-substitution Thu, 11 Dec 2014 09:40:00 +0100 Une STEP doit être édifiée sur un terrain attenant à une zone dans laquelle une opération de déminage a été nécessaire. Le maître d’ouvrage a-t-il l’obligation juridique de procéder à une prospection sur ce terrain? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-collectif/une-step-doit-etre-edifiee-sur-un-terrain-attenant-a-une-zone-dans-laquelle-une-operation-de-deminage-a-ete-necessaire-le-maitre-douvrage-a-t-il-lobligation-juridique-de-proceder-a-une-prospection-sur-ce-terrain <p style="text-align: justify;">Il n&#39;existe aucune obligation l&eacute;gale ou r&eacute;glementaire de prospection &agrave; la charge du ma&icirc;tre d&#39;ouvrage avant travaux.</p> <p style="text-align: justify;">N&eacute;anmoins, en cas de suspicion (fond&eacute;e sur une simple connaissance &quot;historique&quot;) d&#39;existence d&#39;appareils explosifs sur un terrain, s&#39;il n&#39;existe l&agrave; non plus d&#39;obligation formelle de proc&eacute;der &agrave; une prospection, il est conseill&eacute; au ma&icirc;tre d&#39;ouvrage de r&eacute;aliser cette prospection au regard des risques potentiellement encourus.</p> <p style="text-align: justify;">En sus des op&eacute;rations de d&eacute;minage, les services de s&eacute;curit&eacute; civile sont en mesure d&rsquo;apporter aux collectivit&eacute;s des informations quant au degr&eacute; de risques sur certains secteurs. Il est donc n&eacute;cessaire de les interroger pr&eacute;alablement &agrave; toute d&eacute;cision.</p> <p style="text-align: justify;">Si des appareils explosifs sont d&eacute;couverts, le d&eacute;minage est r&eacute;alis&eacute; aux frais de l&#39;Etat par le service de d&eacute;minage d&eacute;partemental.</p> <p style="text-align: justify;">En revanche, les frais d&#39;&eacute;vacuation et de mise en suret&eacute; n&eacute;cessaires &agrave; l&#39;op&eacute;ration de d&eacute;minage sont &agrave; la charge de la commune.<br /> &nbsp;</p> <p style="text-align: justify;"><strong>T&eacute;l&eacute;chargements</strong></p> <hr /> <p style="text-align: justify;"><img alt="" height="16" src="https://www.sidesa.fr/upload/images/icones/icon_pdf.gif" width="16" />&nbsp;<a href="https://www.sidesa.fr/upload/files/pdf/assainissementcollectif/documentsdivers/100210-%20fax%20prfet%20-%20coord%20ent.%20pyrothechnique.pdf" name="entreprises prospection mine" target="_blank" title="entreprises prospection mine">Consulter la liste des entreprises comp&eacute;tentes en mati&egrave;re de prospection&nbsp;</a><br /> &nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-collectif/une-step-doit-etre-edifiee-sur-un-terrain-attenant-a-une-zone-dans-laquelle-une-operation-de-deminage-a-ete-necessaire-le-maitre-douvrage-a-t-il-lobligation-juridique-de-proceder-a-une-prospection-sur-ce-terrain Tue, 13 Apr 2010 17:43:00 +0200 Le transfert de la compétence d'une commune à un EPCI entraîne-t-il transfert de propriété des ouvrages nécessaires à l'exercice de cette compétence? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/le-transfert-de-la-competence-d-une-commune-a-un-epci-entraine-t-il-transfert-de-propriete-des-ouvrages-necessaires-a-l-exercice-de-cette-competence <p style="text-align: justify;">Non. Il s&#39;agit d&#39;une mise &agrave; disposition et pas d&#39;un transfert de propri&eacute;t&eacute; de l&#39;ouvrage.</p> <p style="text-align: justify;">L&#39;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006389174&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20120228&amp;fastPos=1&amp;fastReqId=53657602&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">article L.1321-1 du CGCT </a>dispose en effet que <em>&quot;le transfert d&#39;une comp&eacute;tence entra&icirc;ne de plein droit la mise &agrave; la disposition de la collectivit&eacute; b&eacute;n&eacute;ficiaire des biens meubles et immeubles utilis&eacute;s, &agrave; la date de ce transfert, pour l&#39;exercice de cette comp&eacute;tence&quot;.</em></p> <p style="text-align: justify;">Ainsi, la propri&eacute;t&eacute; des ouvrages n&#39;est pas transf&eacute;r&eacute;e &agrave; l&#39;EPCI. Cependant, pendant la p&eacute;riode de mise &agrave; disposition, l&#39;EPCI assume l&#39;ensemble des obligations du propri&eacute;taire, poss&egrave;de tous pouvoirs de gestion, assure le renouvellement des biens mobiliers, peut autoriser l&#39;occupation des biens remis, etc.</p> <p style="text-align: justify;">En cas de d&eacute;saffectation du bien mis &agrave; disposition, la commune recouvre alors l&#39;ensemble des droits et obligations sur les biens d&eacute;saffect&eacute;s (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=C897EA4D9E9AE2FDBDB9418F030AA935.tpdjo15v_3?idArticle=LEGIARTI000006389177&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20120228&amp;categorieLien=id" target="_blank">art.&nbsp;L.1321-2 du CGCT</a>).</p> <p style="text-align: justify;">&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/le-transfert-de-la-competence-d-une-commune-a-un-epci-entraine-t-il-transfert-de-propriete-des-ouvrages-necessaires-a-l-exercice-de-cette-competence Tue, 28 Feb 2012 14:28:00 +0100 Une communauté de communes en représentation-substitution dans un syndicat mixte gérant le SPAC peut-elle verser un fonds de concours au syndicat pour la réalisation de travaux d’extension du réseau d’assainissement? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/une-communaute-de-communes-en-representation-substitution-dans-un-syndicat-mixte-gerant-le-spac-peut-elle-verser-un-fonds-de-concours-au-syndicat-pour-la-realisation-de-travaux-dextension-du-reseau-dassainissement <p style="text-align: justify;">Non, pour deux raisons :</p> <ul> <li style="text-align: justify;">d&rsquo;une part, les fonds de concours ne s&rsquo;appliquent qu&rsquo;entre la Communaut&eacute; de Communes et ses communes membres ;</li> <li style="text-align: justify;">d&rsquo;autre part, les principes r&eacute;gissant le financement des SPIC s&rsquo;opposent, sauf exceptions, au financement du SPIC par le budget propre de la commune membre du Syndicat.</li> </ul> <p style="text-align: justify;"><u><strong>Les principes de sp&eacute;cialit&eacute; et d&#39;exclusivit&eacute;</strong></u></p> <p style="text-align: justify;">Les EPCI sont r&eacute;gis par les principes de sp&eacute;cialit&eacute; et d&#39;exclusivit&eacute;.</p> <p style="text-align: justify;">En application du <strong>p</strong><strong>rincipe de sp&eacute;cialit&eacute;</strong>, un EPCI ne peut intervenir que sur son champ de comp&eacute;tence territorial <em> (&quot;sp&eacute;cialit&eacute; territoriale&quot;) </em>et ne peut intervenir que dans le champ des comp&eacute;tences qui lui ont &eacute;t&eacute; transf&eacute;r&eacute;es par ses collectivit&eacute;s membres<em> (&quot;sp&eacute;cialit&eacute; fonctionnelle&quot;).</em></p> <p style="text-align: justify;">Il en r&eacute;sulte qu&#39;un EPCI qui n&#39;a pas la comp&eacute;tence assainissement collectif ne peut pas en principe, dans son budget, supporter des d&eacute;penses ou percevoir des recettes se rappportant &agrave; la comp&eacute;tence assainissement collectif.</p> <p style="text-align: justify;">En application du principe d&#39;exclusivit&eacute;, une m&ecirc;me comp&eacute;tence ne peut &ecirc;tre d&eacute;tenue que par une seule personne. Par cons&eacute;quent, si, pour un territoire donn&eacute;, une commune a transf&eacute;r&eacute; sa comp&eacute;tence assainissement &agrave; un EPCI, la commune ne peut plus exercer cette comp&eacute;tence et donc financer des projets realtifs &agrave; l&#39;assainissement collectif.</p> <p style="text-align: justify;"><u><strong>La d&eacute;rogation &agrave; ces principes :le versement de fonds de concours</strong></u></p> <p style="text-align: justify;">Il est possible de d&eacute;roger &agrave; ces principes via le <strong>versement de fonds de concours</strong> entre un EPCI &agrave; fiscalit&eacute; propre et ses communes membres. Ainsi, via un fonds de concours, une communaut&eacute; de communes qui n&#39;a pas la comp&eacute;tence assainissement collectif peut financer les travaux d&#39;extension du r&eacute;seau support&eacute;s par une commune membre.</p> <p style="text-align: justify;">Les fonds de concours ne concernent que les EPCI &agrave; fiscalit&eacute; propre et sont r&eacute;gis par les articles <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000022495423&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20131217&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">L.5214-16(V)</a> (pour les Communaut&eacute;s de Communes), <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006393171&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20131217&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">L.5215-26</a> (pour les Communaut&eacute;s Urbaines) et <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000023268906&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20131217&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">L.5216-5(VI)</a> (pour les Communaut&eacute;s d&rsquo;Agglom&eacute;rations) du CGCT.</p> <p style="text-align: justify;">Pour la Communaut&eacute; de Communes, l&#39;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;idArticle=LEGIARTI000006393074&amp;dateTexte=&amp;categorieLien=cid" target="_blank">article L.5214-16</a> dispose que <em>&quot;Afin de financer la r&eacute;alisation ou le fonctionnement d&#39;un &eacute;quipement, des fonds de concours peuvent &ecirc;tre vers&eacute;s entre la communaut&eacute; de communes et les communes membres apr&egrave;s accords concordants exprim&eacute;s &agrave; la majorit&eacute; simple du conseil communautaire et des conseils municipaux concern&eacute;s. Le montant total des fonds de concours ne peut exc&eacute;der la part du financement assur&eacute;e, hors subventions, par le b&eacute;n&eacute;ficiaire du fonds de concours.&quot;</em><br /> Le versement de fonds de concours est soumis au respect de trois conditions cumulatives :</p> <ol> <li style="text-align: justify;">Il s&#39;applique exclusivement entre un EPCI &agrave; fiscalit&eacute; propre et ses communes membres ;</li> <li style="text-align: justify;">Il doit n&eacute;cessairement avoir pour objet de financer la r&eacute;alisation (construction, r&eacute;habilitation, acquisition) ou le fonctionnement d&rsquo;un &eacute;quipement (<em>&quot;&eacute;quipement&quot;</em> assimil&eacute; &agrave; la notion comptable d&#39;immobilisation corporelle) ;</li> <li style="text-align: justify;">Le montant total des fonds de concours ne peut exc&eacute;der la part du financement assur&eacute;e, hors subventions, par le b&eacute;n&eacute;ficiaire du fonds de concours.</li> </ol> <p style="text-align: justify;">Or, en l&#39;esp&egrave;ce, le projet est que le fonds de concours soit vers&eacute; par la Communaut&eacute; de Communes au Syndicat Mixte.</p> <p style="text-align: justify;">Eu &eacute;gard aux r&egrave;gles du fonds de concours, ce fonds de concours serait ill&eacute;gal car le Syndicat Mixte n&#39;est, par d&eacute;finition, pas une commune membre.</p> <p style="text-align: justify;"><u><strong>La CC peut-elle verser un fonds de concours &agrave; la commune concern&eacute;e</strong></u><strong>?</strong></p> <p style="text-align: justify;">En principe, oui. Mais la commune n&#39;ayant elle-m&ecirc;me plus la comp&eacute;tence assainissement collectif (d&eacute;tenue par le Syndicat Mixte), elle sera dans l&#39;impossibilit&eacute; de financer les travaux d&#39;assainissement.</p> <p style="text-align: justify;">En effet, en application des principes r&eacute;gissant le budget des SPIC, elle ne peut financer, par son budget propre le budget du Syndicat Mixte en charge du Service Public de l&#39;Assainissement Collectif, qui est un SPIC ; sauf exceptions.</p> <p style="text-align: justify;">L&#39;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;idArticle=LEGIARTI000006390340&amp;dateTexte=&amp;categorieLien=cid" target="_blank">article L.2224-2</a> du CGCT dispose en effet qu&#39; <em>&quot;il est interdit aux communes de prendre en charge dans leur budget propre des d&eacute;penses au titre des </em>[SPIC]<em>&quot;; </em>sauf des les cas suivants : &quot;<em>Lorsque les exigences du service public conduisent la collectivit&eacute; &agrave; imposer des contraintes particuli&egrave;res de fonctionnement ; </em><em>Lorsque le fonctionnement du service public exige la r&eacute;alisation d&#39;investissements qui, en raison de leur importance et eu &eacute;gard au nombre d&#39;usagers, ne peuvent &ecirc;tre financ&eacute;s sans augmentation excessive des tarifs ; </em><em>Lorsque, apr&egrave;s la p&eacute;riode de r&eacute;glementation des prix, la suppression de toute prise en charge par le budget de la commune aurait pour cons&eacute;quence une hausse excessive des tarifs ;</em> <em>Dans les communes de moins de 3 000 habitants et les EPCI dont aucune commune membre n&#39;a plus de 3 000 habitants, aux services de distribution d&#39;eau et d&#39;assainissement ;&nbsp;</em><em>Quelle que soit la population des communes et groupements de collectivit&eacute;s territoriales, aux services publics d&#39;assainissement non collectif, lors de leur cr&eacute;ation et pour une dur&eacute;e limit&eacute;e au maximum aux cinq premiers exercices ;</em> <em>Quelle que soit la population des communes et groupements de collectivit&eacute;s territoriales, aux services publics de gestion des d&eacute;chets m&eacute;nagers et assimil&eacute;s, lors de l&#39;institution de la redevance d&#39;enl&egrave;vement des ordures m&eacute;nag&egrave;res et pour une dur&eacute;e limit&eacute;e au maximum aux quatre premiers exercices.&quot;</em></p> <p style="text-align: justify;">Par cons&eacute;quent, si la CC peut verser &agrave; la commune un fonds de concours, la commune ne peut pas, sauf exceptions express&eacute;ment pr&eacute;vues par la loi, reverser la somme per&ccedil;ue au Syndicat Mixte.</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/une-communaute-de-communes-en-representation-substitution-dans-un-syndicat-mixte-gerant-le-spac-peut-elle-verser-un-fonds-de-concours-au-syndicat-pour-la-realisation-de-travaux-dextension-du-reseau-dassainissement Tue, 17 Dec 2013 00:00:00 +0100 Un syndicat intercommunal inactif peut-il être dissous? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/un-syndicat-intercommunal-inactif-peut-il-etre-dissous <p style="text-align: justify;">Oui.</p> <p style="text-align: justify;">Un syndicat intercommunal qui n&#39;exerce aucune activit&eacute; depuis au moins deux ans peut &ecirc;tre dissous par arr&ecirc;t&eacute; pr&eacute;fectoral, apr&egrave;s avis des conseils municipaux des communes membres, suite &agrave; la notification de la proposition de dissolution qui leur a &eacute;t&eacute; faite par le Pr&eacute;fet<em> (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000023244350&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20130218" target="_blank">art. L.5212-34</a> du CGCT). </em></p> <p style="text-align: justify;">Le syndicat est r&eacute;put&eacute; ne plus<em> &quot;exercer d&#39;activit&eacute; depuis deux ans au moins&quot; </em>lorsque ses organes statutaires n&#39;ont pas fonctionn&eacute; pendant ce d&eacute;lai.</p> <p style="text-align: justify;">A ainsi pu &ecirc;tre dissous dans les conditions fix&eacute;es par l&#39;article L.5212-34 du CGCT un syndicat intercommunal dont la derni&egrave;re r&eacute;union du comit&eacute; syndical datait de plus de deux ans et dont les budgets des ann&eacute;es pr&eacute;c&eacute;dentes ont &eacute;t&eacute; r&eacute;gl&eacute;s et rendus ex&eacute;cutoires par le Pr&eacute;fet<em> (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000007912592&amp;fastReqId=1475090&amp;fastPos=1" target="_blank">Conseil d&#39;Etat, 13 d&eacute;cembre 1996, Commune de Saint Florent, n&deg;165506</a>).</em></p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/un-syndicat-intercommunal-inactif-peut-il-etre-dissous Mon, 18 Feb 2013 15:02:00 +0100 Une commune peut-elle se prononcer sur le retrait d’une autre commune du syndicat auquel elles appartiennent avant que le comité syndical se soit prononcé puis se prononcer différemment après décision du comité syndical? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/une-commune-peut-elle-se-prononcer-sur-le-retrait-dune-autre-commune-du-syndicat-auquel-elles-appartiennent-avant-que-le-comite-syndical-se-soit-prononce-puis-se-prononcer-differemment-apres-decision-du-comite-syndical <p style="text-align: justify;">Oui, d&egrave;s lors que l&#39;arr&ecirc;t&eacute; pr&eacute;fectoral pronon&ccedil;ant le retrait de la commune n&#39;est pas encore adopt&eacute;.</p> <p style="text-align: justify;">L&#39;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000023381574&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20121219&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">article L.5211-19</a> du Code G&eacute;n&eacute;ral des Collectivit&eacute;s Territoriales (CGCT), pr&eacute;voit que le retrait d&#39;une commune membre d&#39;un EPCI autre qu&#39;une communaut&eacute; urbaine requiert l&#39;avis favorable :</p> <ol> <li style="text-align: justify;">d&#39;une part, de l&#39;organe d&eacute;lib&eacute;rant de l&#39;EPCI ;</li> <li style="text-align: justify;">d&#39;autre part, de la majorit&eacute; qualit&eacute; des conseils municipaux (r&egrave;gle des 2/3-50%).</li> </ol> <p style="text-align: justify;">Le Conseil d&#39;Etat consid&egrave;re que ces dispositions n&#39;imposent pas que les conseils municipaux des communes membres se prononcent post&eacute;rieurement &agrave; la notification de la d&eacute;lib&eacute;ration de l&#39;EPCI <em>(<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000026219177&amp;fastReqId=1884881696&amp;fastPos=1" target="_blank">Conseil d&#39;Etat, 23 juillet 2012, n&deg;342849</a>).</em></p> <p style="text-align: justify;">Ainsi, une commune membre peut donner un avis sur le retrait d&#39;une autre commune avant la d&eacute;cision de l&#39;organe d&eacute;lib&eacute;rant de cet EPCI.</p> <p style="text-align: justify;">Elle peut &eacute;galement, dans le d&eacute;lai de trois mois &agrave; compter de la notification de la d&eacute;lib&eacute;ration de l&#39;organe d&eacute;lib&eacute;rant de l&#39;EPCI, revenir sur ce premier avis, &agrave; condition que l&#39;arr&ecirc;t&eacute; de retrait ne soit pas adopt&eacute;, sachant que le pr&eacute;fet n&#39;est pas tenu d&#39;attendre l&#39;expiration du d&eacute;lai de trois mois pour prendre cette d&eacute;cision.</p> <p>&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/une-commune-peut-elle-se-prononcer-sur-le-retrait-dune-autre-commune-du-syndicat-auquel-elles-appartiennent-avant-que-le-comite-syndical-se-soit-prononce-puis-se-prononcer-differemment-apres-decision-du-comite-syndical Wed, 19 Dec 2012 13:23:00 +0100 Peut-on fixer le montant de la contribution communale aux recettes du syndicat intercommunal au prorata des travaux dont la commune va effectivement bénéficier durant l’année ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/peut-on-fixer-le-montant-de-la-contribution-communale-aux-recettes-du-syndicat-intercommunal-au-prorata-des-travaux-dont-la-commune-va-effectivement-beneficier-durant-lannee <p style="text-align: justify;"><a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006392993&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20100927&amp;oldAction=rechCodeArticle" name="article L5212-19 CGCT" target="_blank" title="article L5212-19 CGCT">L&#39;article L.5212-19</a> du CGCT d&eacute;termine les recettes des syndicats intercommunaux, au nombre desquelles on trouve la <em>&quot;contribution des communes associ&eacute;es&quot;</em>. Le CGCT ne liste pas a priori les crit&egrave;res de contribution des communes.</p> <p style="text-align: justify;">En revanche, la jurisprudence pr&eacute;cise que la quote-part contributive des communes est fix&eacute;e dans les statuts <em>(CE, 28 novembre 1962, Ministre de l&#39;Int&eacute;rieur contre commune de Fontan&egrave;s)</em>. Dans le silence des statuts ou sur leurs dispositions expresses, le comit&eacute; syndical est comp&eacute;tent pour &eacute;tablir ou modifier la r&eacute;partition des charges syndicales sur la base de crit&egrave;res objectifs.</p> <p style="text-align: justify;">De plus, la r&eacute;partition des charges entre les communes doit respecter le principe d&#39;&eacute;galit&eacute; devant les charges publiques, c&#39;est-&agrave;-dire qu&#39;il ne faut pas faire peser sur une collectivit&eacute; une charge excessive au regard de ses facult&eacute;s contributives <em>(CE, 23 juillet 1974, Commune de Cayeux Sur Mer).</em><br /> &nbsp;<br /> Ainsi, la quote-part communale peut tenir compte:</p> <ul> <li style="text-align: justify;">de la population, de la richesse,</li> <li style="text-align: justify;">de l&#39;int&eacute;r&ecirc;t du service rendu (exemple : longueur de la voirie, ...).<br /> &nbsp;</li> </ul> <p style="text-align: justify;">La cl&eacute; de r&eacute;partition est plus facilement li&eacute;e au co&ucirc;t du service lorsqu&#39;il s&#39;agit de d&eacute;penses d&#39;investissement.</p> <p style="text-align: justify;">Il en r&eacute;sulte que le crit&egrave;re de r&eacute;partition est fix&eacute; librement dans les statuts &agrave; condition qu&#39;il soit objectif et qu&#39;il respecte le principe de l&#39;&eacute;galit&eacute; devant les charges publiques.</p> <p style="text-align: justify;">Or, la cl&eacute; de r&eacute;partition propos&eacute;e est un crit&egrave;re objectif (les travaux d&#39;hydraulique douce&nbsp; r&eacute;alis&eacute;s). De plus, chaque commune participant proportionnellement aux travaux r&eacute;alis&eacute;s sur son propre territoire, l&#39;&eacute;galit&eacute; devant les charges publiques est respect&eacute;e.</p> <p style="text-align: justify;">Par cons&eacute;quent, il est loisible au comit&eacute; syndical de d&eacute;terminer la par contributive des communes sur le montant des travaux dont elle va effectivement b&eacute;n&eacute;ficier.</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/peut-on-fixer-le-montant-de-la-contribution-communale-aux-recettes-du-syndicat-intercommunal-au-prorata-des-travaux-dont-la-commune-va-effectivement-beneficier-durant-lannee Wed, 13 Jan 2010 22:26:00 +0100 Quelles sont les règles de quorum applicables à la réunion de la CDCI ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/quelles-sont-les-regles-de-quorum-applicables-a-la-reunion-de-la-cdci <p style="text-align: justify;">L&#39;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=FAA05D0608AC77F9C0FC6DE120F589B9.tpdila24v_1?idArticle=LEGIARTI000006398169&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20150623&amp;categorieLien=id&amp;oldAction=rechCodeArticle&amp;nbResultRech=" target="_blank">article R.5211-37</a> du CGCT pr&eacute;voit que la CDCI <em>&laquo; ne peut valablement d&eacute;lib&eacute;rer que si le nombre des membres pr&eacute;sents est au moins &eacute;gal &agrave; la moiti&eacute; des membres en exercice de la formation. </em></p> <p style="text-align: justify;"><em>Si ce nombre n&#39;est pas atteint, une nouvelle convocation est adress&eacute;e dans les conditions pr&eacute;vues &agrave; l&#39;article R.5211-36. </em></p> <p style="text-align: justify;"><em>La commission peut alors d&eacute;lib&eacute;rer quel que soit le nombre des membres pr&eacute;sents. &raquo;.</em></p> <p style="text-align: justify;">Aux termes de l&#39;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006398168&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20150623&amp;fastPos=1&amp;fastReqId=1079095803&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">article R.5211-36</a>, la convocation est adress&eacute;e aux membres de la formation concern&eacute;e par &eacute;crit et &agrave; domicile cinq jours au moins avant le jour de la r&eacute;union, accompagn&eacute;e de l&#39;ordre du jour et d&#39;un rapport explicatif pour chaque affaire inscrite &agrave; l&#39;ordre du jour. En cas d&#39;urgence, ce d&eacute;lai peut &ecirc;tre r&eacute;duit &agrave; trois jours.</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/quelles-sont-les-regles-de-quorum-applicables-a-la-reunion-de-la-cdci Tue, 23 Jun 2015 11:23:00 +0200 Pendant combien de temps doivent être conservées les données financières et comptables d’un EPCI? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/pendant-combien-de-temps-doivent-etre-conservees-les-donnees-financieres-et-comptables-dun-epci <p style="text-align: justify;">La dur&eacute;e varie de 1 &agrave; 10 ans &agrave; compter de la cl&ocirc;ture du dossier, quel que soit le support du document (papier, &eacute;lectronique).</p> <p style="text-align: justify;"><em>cf. <a href="https://www.sidesa.fr/upload/files/pdf/gestionadministrative/fonctionnement/090828-i-archivage.pdf" target="_blank">Instruction DAF/DPACI/RES/2009/018 du 28 ao&ucirc;t 2009</a> relative au tri et &agrave; la conservation des archives produites par les services communs &agrave; l&rsquo;ensemble&nbsp;des collectivit&eacute;s territoriales (communes, d&eacute;partements et r&eacute;gions) et structures&nbsp;intercommunales.</em></p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/pendant-combien-de-temps-doivent-etre-conservees-les-donnees-financieres-et-comptables-dun-epci Wed, 27 May 2015 12:27:00 +0200 Les collectivités territoriales peuvent-elles se faire délivrer des actes d'état civil? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/les-collectivites-territoriales-peuvent-elles-se-faire-delivrer-des-actes-d-etat-civil <p style="text-align: justify;">Il convient de distinguer : registre d&rsquo;&eacute;tat civil, copie d&rsquo;acte d&rsquo;&eacute;tat civil et extrait d&rsquo;acte d&rsquo;&eacute;tat civil.</p> <h6 style="text-align: justify;"><strong>Registre d&rsquo;&eacute;tat civil </strong></h6> <p style="text-align: justify;">Un registre de l&#39;&eacute;tat civil regroupe les actes de l&#39;&eacute;tat civil &eacute;tablis entre le 1er janvier et le 31 d&eacute;cembre d&#39;une m&ecirc;me ann&eacute;e.</p> <p style="text-align: justify;">Les registres de plus de cent ans peuvent &ecirc;tre librement consult&eacute;s par toute personne. Mais il ne peut &ecirc;tre exig&eacute; d&#39;en obtenir photocopie (cf. ci-dessous Site du Minist&egrave;re de la Culture).</p> <p style="text-align: justify;">Les registres de moins de 100 ans ne peuvent &ecirc;tre consult&eacute;s, sauf exceptions pr&eacute;vues pour les agents de l&#39;&Eacute;tat habilit&eacute;s &agrave; cet effet, et les personnes munies d&#39;une autorisation &eacute;crite du procureur de la R&eacute;publique <em>(art.8 du <a href="http://legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000006061111&amp;dateTexte=vig" target="_blank">d&eacute;cret n&deg;62-921 du 3 ao&ucirc;t 1962</a>). </em></p> <p style="text-align: justify;">Les agents de l&#39;&Eacute;tat habilit&eacute;s sont : les procureurs de la R&eacute;publique, leurs substituts ; les juges des tribunaux d&#39;instance, notamment pour le contentieux &eacute;lectoral ; les pr&eacute;fets et sous-pr&eacute;fets, ainsi que leurs d&eacute;l&eacute;gu&eacute;s, pour leur permettre de proc&eacute;der &agrave; certaines op&eacute;rations administratives comme le recrutement militaire et le recensement ; les gendarmes dans le cadre des op&eacute;rations militaires ; les pr&eacute;pos&eacute;s de diverses administrations, notamment les fonctionnaires de l&#39;enregistrement <em>(L. 16 juin 1824, art. 10)</em>, et les agents de l&#39;Administration des imp&ocirc;ts<em> (art. L.81 et L.92 du LPF et art.1740 du CGI).</em></p> <p style="text-align: justify;">Les registres de naissance et de mariage, dont la communication porte atteinte &agrave; la protection de la vie priv&eacute;e, sont communicables de plein droit &agrave; l&#39;expiration d&#39;un d&eacute;lai de 75 ans &agrave; compter de la cl&ocirc;ture du registre ou de 25 ans &agrave; compter du d&eacute;c&egrave;s de la personne si ce d&eacute;lai est plus court.</p> <h6 style="text-align: justify;"><strong>Copie d&rsquo;acte d&rsquo;&eacute;tat civil</strong></h6> <p style="text-align: justify;">La copie est une reproduction int&eacute;grale de l&#39;original d&#39;un acte de l&#39;&eacute;tat civil, tel qu&#39;il figure sur le registre. Elle est d&eacute;livr&eacute;e gratuitement par l&#39;officier de l&#39;&eacute;tat civil qui d&eacute;tient l&#39;original.</p> <p style="text-align: justify;">Seules certaines personnes peuvent se faire d&eacute;livrer une copie des actes de naissance, de mariage et de reconnaissance<em> (art. 9 du <a href="http://legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000006061111&amp;dateTexte=vig" target="_blank">d&eacute;cret n&deg;62-921 du 3 ao&ucirc;t 1962</a>)</em>. En revanche, toute personne peut, sans condition, se faire d&eacute;livrer copie d&#39;un acte de d&eacute;c&egrave;s.</p> <p style="text-align: justify;">Les collectivit&eacute;s territoriales ne peuvent se faire d&eacute;livrer une copie d&#39;acte de naissance, de mariage ou de reconnaissance <u><strong>seulement si</strong></u> un texte (loi ou r&egrave;glement) les y autorise express&eacute;ment. Elles pourront se faire d&eacute;livrer copie d&#39;un acte de d&eacute;c&egrave;s sans condition.</p> <h6 style="text-align: justify;"><strong>Extrait d&rsquo;acte d&rsquo;&eacute;tat civil </strong></h6> <p style="text-align: justify;">L&#39;extrait est une reproduction partielle de l&#39;original d&#39;un acte de l&#39;&eacute;tat civil, faisant conna&icirc;tre le strict n&eacute;cessaire concernant l&#39;identit&eacute; de l&#39;int&eacute;ress&eacute;, sa capacit&eacute; juridique, son statut matrimonial, &eacute;ventuellement sa filiation. Il est d&eacute;livr&eacute; gratuitement par l&#39;officier de l&#39;&eacute;tat civil qui d&eacute;tient l&#39;original.</p> <p style="text-align: justify;">Certaines personnes peuvent se faire d&eacute;livrer des extraits avec filiation et d&#39;autres sans filiation.</p> <p style="text-align: justify;">Les collectivit&eacute;s territoriales peuvent se faire d&eacute;livrer sans condition des extraits d&#39;acte de naissance et de mariage sans mention relative &agrave; la filiation. Elles peuvent se faire d&eacute;livrer des extraits d&#39;acte de naissance et de mariage avec mention relative &agrave; la filiation <u><strong>seulement si</strong></u> un texte (loi ou r&egrave;glement) les y autorise express&eacute;ment.</p> <p style="text-align: justify;">Il convient de noter que les actes de d&eacute;c&egrave;s et actes de reconnaissance ne se d&eacute;livrent que sous leur forme int&eacute;grale (&quot;copie&quot;), et non sous forme d&#39;extrait.</p> <p style="text-align: justify;"><strong>T&eacute;l&eacute;chargements</strong></p> <hr /> <p style="text-align: justify;"><img alt="" height="16" src="https://www.sidesa.fr/upload/images/icones/icon_pdf.gif" width="16" /> <em><a href="https://www.sidesa.fr/upload/files/pdf/gestionadministrative/140317-AEC.pdf" target="_blank">Tableau relatif &agrave; la d&eacute;livrance des copies et extraits d&#39;actes d&#39;&eacute;tat civil</a> (MAJ : 17/03/2014)</em></p> <p style="text-align: justify;"><img alt="" height="16" src="https://www.sidesa.fr/upload/images/icones/icon_external.gif" width="14" /> <a href="https://www.acte-etat-civil.fr/DemandeActe/Accueil.do" target="_blank"><em>Demandes d&#39;actes d&#39;&eacute;tat civil en ligne</em></a></p> <p style="text-align: justify;"><img alt="" height="16" src="https://www.sidesa.fr/upload/images/icones/icon_external.gif" width="14" />&nbsp;<em><a href="http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/ressources/en-ligne/etat-civil/" target="_blank">Num&eacute;risation et mise en ligne des registres paroissiaux et d&#39;&eacute;tat civils dans les services d&#39;archives publics</a> </em><em>(Minist&egrave;re de la Culture)</em><br /> &nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/les-collectivites-territoriales-peuvent-elles-se-faire-delivrer-des-actes-d-etat-civil Mon, 17 Mar 2014 11:02:00 +0100 Un vice de procédure entraîne-t-il nécessairement l’annulation d’un acte administratif ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/un-vice-de-procedure-entraine-t-il-necessairement-lannulation-dun-acte-administratif <p style="text-align: justify;">Non.</p> <p style="text-align: justify;">Pour &ecirc;tre annul&eacute;, l&rsquo;acte administratif doit d&rsquo;abord faire l&rsquo;objet d&rsquo;un recours (recours pour exc&egrave;s de pouvoir dans le d&eacute;lai de deux mois &agrave; compter de la publication/notification de l&rsquo;acte).</p> <p style="text-align: justify;">Ensuite, le juge administratif va examiner la r&eacute;alit&eacute; de l&rsquo;existence du vice de proc&eacute;dure all&eacute;gu&eacute;.</p> <p style="text-align: justify;">Une fois cette existence av&eacute;r&eacute;e, la d&eacute;cision ne sera pas obligatoirement annul&eacute;e.</p> <p style="text-align: justify;">Le juge administratif dispose en effet d&rsquo;un pouvoir d&rsquo;appr&eacute;ciation dans un cadre d&eacute;fini par la jurisprudence<em> (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000025041089&amp;fastReqId=462019198&amp;fastPos=1" target="_blank">Conseil d&rsquo;Etat, 23 d&eacute;cembre 2011, Danthony, n&deg;335033</a>).</em></p> <p style="text-align: justify;">Ainsi, pour entra&icirc;ner une annulation de la d&eacute;cision, le juge administratif va rechercher &quot;in concreto&quot; si le vice de proc&eacute;dure a :<br /> -&nbsp;&nbsp;&nbsp; Soit eu une influence effective sur le sens de la d&eacute;cision prise ;<br /> -&nbsp;&nbsp;&nbsp; Soit priv&eacute; les int&eacute;ress&eacute;s d&rsquo;une garantie.<br /> &nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/un-vice-de-procedure-entraine-t-il-necessairement-lannulation-dun-acte-administratif Mon, 03 Mar 2014 17:12:00 +0100 Dans le cadre de cession immobilière d'un bien de son domaine privé, la commune a-t-elle l'obligation de suivre l'avis rendu par France Domaine? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/dans-le-cadre-de-cession-immobiliere-d-un-bien-de-son-domaine-prive-la-commune-a-t-elle-l-obligation-de-suivre-l-avis-rendu-par-france-domaine <p style="text-align: justify;">Non.</p> <p style="text-align: justify;">Pour toute acquisition immobili&egrave;re (par vie amiable, expropriation, droit de pr&eacute;emption,&nbsp;...), prise &agrave; bail, cession immobili&egrave;re, les collectivit&eacute;s territoriales, leurs groupements et &eacute;tablissements publics (&agrave; l&#39;exception des &eacute;tablissements publics locaux agr&eacute;&eacute;s pour r&eacute;aliser des op&eacute;rations de cr&eacute;dit et aux associations fonci&egrave;res de remembrement et &agrave; leurs unions) ont l&#39;obligation de recueillir l&#39;avis pr&eacute;alable de <em>&quot;l&#39;autorit&eacute; comp&eacute;tente de l&#39;Etat&quot;</em>, en l&#39;occurrence France Domaine (art. <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do;jsessionid=0D69047C40C961281919EDA67ACC1423.tpdjo15v_3?idSectionTA=LEGISCTA000006180931&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20140108" target="_blank">L.1311-9 et s.</a>, <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000020629575&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20140108&amp;fastPos=1&amp;fastReqId=714461486&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">L.2241-1</a> du CGCT).</p> <p style="text-align: justify;">France Domaine dispose d&#39;un d&eacute;lai d&#39;un mois &agrave; compter de sa saisine pour estimer la valeur v&eacute;nale du bien destin&eacute; &agrave; l&#39;acquisition, la vente ou la prise &agrave; bail.</p> <p style="text-align: justify;">En l&#39;absence de r&eacute;ponse dans ce d&eacute;lai, <em>&quot;l&#39;avis de l&#39;autorit&eacute; comp&eacute;tente de l&#39;Etat est r&eacute;put&eacute; donn&eacute;&quot;</em> (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=0D69047C40C961281919EDA67ACC1423.tpdjo15v_3?idArticle=LEGIARTI000006389166&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20140108" target="_blank">art.L.1311-12</a> du CGCT).</p> <p style="text-align: justify;">L&#39;obligation pesant sur les collectivit&eacute;s locales est celle de consulter France Domaine. A d&eacute;faut du respect de cette formalit&eacute;, la d&eacute;cision de la collectivit&eacute; est entach&eacute;e d&#39;ill&eacute;galit&eacute;.</p> <p style="text-align: justify;">En revanche, la collectivit&eacute; n&#39;a pas l&#39;obligation de suivre cet avis. Si elle ne le suit pas, la d&eacute;lib&eacute;ration devra - outre viser l&#39;avis rendu par France Domaine et, &agrave; d&eacute;faut d&#39;avis, la date de la saisine - motiver les raisons pour lesquelles cet avis n&#39;est pas suivi, en se fondant notamment sur la nature du bien, les droits du c&eacute;dant et du cessionnaire, la situation juridique du bien, l&#39;&eacute;volution du march&eacute; entre la date de l&#39;&eacute;valuation et celle de la transaction, etc.</p> <p style="text-align: justify;">En tout &eacute;tat de cause, la collectivit&eacute; ne pourra pas vendre un bien du domaine priv&eacute; &agrave; un prix tr&egrave;s inf&eacute;rieur &agrave; l&#39;estimation de France Domaine <em>(<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000021100674&amp;fastReqId=1117662688&amp;fastPos=1" target="_blank">Conseil d&#39;Etat, 25 septemebre 2009, Commune de Courntenay, n&deg;298918</a>).</em></p> <p style="text-align: justify;">En l&#39;absence d&#39;avis de France Domaine, la collectivit&eacute; peut solliciter une expertise immobili&egrave;re aupr&egrave;s d&#39;agents immobiliers, qui proc&egrave;deront &agrave;<em> &quot;l&#39;&eacute;valuation de la valeur v&eacute;nale du bien&quot;</em> (c&#39;est-&agrave;-dire &agrave; l&#39;&eacute;valuation de <em>&quot;du prix auquel un droit de propri&eacute;t&eacute; pourrait raisonnablement &ecirc;tre vendu sur le march&eacute; &agrave; l&#39;amiable au moment de l&#39;expertise, les conditions suivantes devant &ecirc;tre au pr&eacute;alable r&eacute;unies : 1) libre volont&eacute; du vendeur et de l&#39;acqu&eacute;reur; 2) d&eacute;lai raisonnable pour la n&eacute;gociation compte tenu de la nature du bien et de la situation du march&eacute;; 3) valeur &agrave; un niveau sensiblement stable pendant ce d&eacute;lai; 4) bien propos&eacute; &agrave; la vente dans les conditions du march&eacute;, sans r&eacute;serves, avec une publicit&eacute; ad&eacute;quate; 5) absence de facteurs de convenance personnelle&quot;</em>, cf. <a href="http://www.encheres-paris.com/pns/upload/pdf_fr/charte%20expertise.pdf" target="_blank">Charte de l&#39;expertise en &eacute;valuation immobili&egrave;re</a>).</p> <p style="text-align: justify;"><u><strong>NB :</strong></u> L&#39;avis de France Domaine n&#39;a pas de dur&eacute;e de validit&eacute;. Seul le changement des circonstances de droit et/ou de fait impose une nouvelle consultation<em> (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000007916240&amp;fastReqId=1697968603&amp;fastPos=1" target="_blank">Conseil d&#39;Etat, 20 octobre 1996, n&deg;91296</a>).</em><br /> &nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/dans-le-cadre-de-cession-immobiliere-d-un-bien-de-son-domaine-prive-la-commune-a-t-elle-l-obligation-de-suivre-l-avis-rendu-par-france-domaine Wed, 08 Jan 2014 08:55:00 +0100 Quelle est la différence entre prescription d'assiette et prescription de recouvrement des créances des collectivités territoriales? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/quelle-est-la-difference-entre-prescription-d-assiette-et-prescription-de-recouvrement-des-creances-des-collectivites-territoriales <p style="text-align: justify;">La <strong>prescription d&#39;assiette </strong>est le d&eacute;lai qui court &agrave; l&#39;encontre de la collectivit&eacute; cr&eacute;anci&egrave;re pour <strong>&eacute;mettre</strong> le titre de recettes. A d&eacute;faut d&#39;&eacute;mission du titre dans ce d&eacute;lai, la prescription est acquise au profit du d&eacute;biteur et entra&icirc;ne l&#39;extinction des droits de la collectivit&eacute;.</p> <p style="text-align: justify;">Le d&eacute;lai est identique &agrave; celui applicable aux personnes priv&eacute;es. Le d&eacute;lai de droit commun de 5 ans (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do;jsessionid=A2E017C7198BEC4BF65229EC0A450CDE.tpdjo11v_2?idSectionTA=LEGISCTA000019017116&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070721&amp;dateTexte=20120527" target="_blank">art. 2224</a> du Code civil modifi&eacute; par la loi n&deg;2008-561 du 17 juin 2008) est abr&eacute;g&eacute;&nbsp;s&#39;il existe des textes particuliers pr&eacute;voyant un d&eacute;lai plus court.</p> <p style="text-align: justify;">La <strong>prescription de recouvrement</strong> est le d&eacute;lai de l&#39;<strong>action </strong>en recouvrement que la collectivit&eacute; cr&eacute;anci&egrave;re peut exercer &agrave; l&#39;encontre du d&eacute;biteur. Ce d&eacute;lai est de quatre ans d&#39;o&ugrave; le terme de &quot;prescription quadriennale&quot; (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000025160824&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20120527" target="_blank">art.&nbsp;L.1617-5</a> du CGCT).</p> <p style="text-align: justify;"><strong>T&eacute;l&eacute;chargements</strong></p> <hr /> <p style="text-align: justify;"><img alt="" height="16" src="https://www.sidesa.fr/upload/images/icones/icon_pdf.gif" width="16" /><em> <a href="http://www.minefi.gouv.fr/directions_services/Tresor_public/bocp/bocp0512/icd05050.pdf" target="_blank">Instruction fiscale</a> n&deg;05-050-M0 du 13 d&eacute;cembre 2005 (NOR : BUD R 05 00050 J) relative au recouvrement des recettes des collectivit&eacute;s territoriales et des &eacute;tablissements publics locaux</em></p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/quelle-est-la-difference-entre-prescription-d-assiette-et-prescription-de-recouvrement-des-creances-des-collectivites-territoriales Sun, 27 May 2012 12:52:00 +0200 Une collectivité est-elle libre de céder un bien à titre gratuit? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/une-collectivite-est-elle-libre-de-ceder-un-bien-a-titre-gratuit <p style="text-align: justify;">La r&eacute;ponse varie selon que le bien en cause appartient au domaine public ou au domaine priv&eacute; de la collectivit&eacute;.</p> <p style="text-align: justify;"><u><strong>Concernant les biens appartenant au domaine public :</strong></u></p> <p style="text-align: justify;">Ces biens b&eacute;n&eacute;ficient d&#39;un r&eacute;gime juridique tr&egrave;s protecteur (principes d&#39;insaisissabilit&eacute;, d&#39;inali&eacute;nabilit&eacute; et d&#39;imprescriptibilit&eacute;).</p> <p style="text-align: justify;">Ainsi, un bien relevant du domaine public ne peut &ecirc;tre mis en vente sans avoir au pr&eacute;alable fait l&#39;objet d&#39;une proc&eacute;dure de d&eacute;classement (c&#39;est-&agrave;-dire que le bien est transf&eacute;r&eacute; dans le domaine priv&eacute; de la collectivit&eacute; propri&eacute;taire).</p> <p style="text-align: justify;">N&eacute;anmoins, si l&#39;acqu&eacute;reur est lui-m&ecirc;me une personne publique<em> </em>et que le bien est destin&eacute; &agrave; appartenir au domaine public de l&#39;acheteur, la proc&eacute;dure de d&eacute;classement n&#39;est pas obligatoire <em>(<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006361406&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070299&amp;dateTexte=20120215&amp;fastPos=1&amp;fastReqId=375272531&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">art. L.3112-1 du CGPPP</a>). </em>Dans ce cas exceptionnel, le bien peut &ecirc;tre c&eacute;d&eacute; &agrave; titre gratuit, d&egrave;s lors que l&#39;int&eacute;r&ecirc;t g&eacute;n&eacute;ral le justifie.</p> <p style="text-align: justify;"><br /> <u><strong>Concernant les biens appartenant au domaine priv&eacute; :</strong></u></p> <p style="text-align: justify;">Une collectivit&eacute; territoriale qui envisage de vendre un immeuble doit obligatoirement consulter France Domaine <em>(<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006361453&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070299&amp;dateTexte=20120215&amp;fastPos=1&amp;fastReqId=136704704&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">art. L.3221-1</a> du CGPPP, <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=1FD8D268FD81AC032A41732641D64415.tpdjo02v_3?cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;idArticle=LEGIARTI000006390457&amp;dateTexte=20120215&amp;categorieLien=cid#LEGIARTI000006390457" target="_blank">art. L.2241-1</a>, <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=1FD8D268FD81AC032A41732641D64415.tpdjo02v_3?cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;idArticle=LEGIARTI000006392923&amp;dateTexte=20120215&amp;categorieLien=cid#LEGIARTI000006392923" target="_blank">art. L.5211-37</a> et <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=1FD8D268FD81AC032A41732641D64415.tpdjo02v_3?cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;idArticle=LEGIARTI000006393439&amp;dateTexte=20120215&amp;categorieLien=cid#LEGIARTI000006393439" target="_blank">art. L.5722-3</a> du CGCT)</em>. La consultation pr&eacute;alable &agrave; la d&eacute;lib&eacute;ration autorisant la cession de l&#39;immeuble constitue une formalit&eacute; substantielle dans la proc&eacute;dure de vente.</p> <p style="text-align: justify;">Ainsi, le d&eacute;faut de consultation de France Domaine entache la d&eacute;lib&eacute;ration d&#39;ill&eacute;galit&eacute; et peut entra&icirc;ner l&#39;annulation de celle-ci (et donc de toute l&#39;op&eacute;ration de vente) par le juge administratif. Cependant, si la collectivit&eacute; est tenue de consulter, elle n&#39;est pas tenue de suivre l&#39;avis rendu par France Domaine.</p> <p style="text-align: justify;">Ainsi, th&eacute;oriquement, les biens du domaine priv&eacute; (ou les anciens biens d&eacute;class&eacute;s du domaine public) peuvent &ecirc;tre c&eacute;d&eacute;s &agrave; titre gratuit.</p> <p style="text-align: justify;">Cependant, force est de constater que ne pas suivre l&#39;avis de France Domaine entra&icirc;ne un risque certain de contentieux pour la personne publique c&eacute;dant l&#39;immeuble<em> (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000021100674&amp;fastReqId=965045024&amp;fastPos=1" target="_blank">Conseil d&#39;Etat, 25 septembre 2009, Commune de Courtenay, n&deg;298918</a> : &quot;vente consentie &agrave; un prix tr&egrave;s inf&eacute;rieur &agrave; l&#39;estimation du service des domaines&quot;).</em></p> <p style="text-align: justify;">La proc&eacute;dure est identique pour la cession de biens meubles, &agrave; cette exception pr&egrave;s : la consultation de France Domaine n&#39;est pas obligatoire. En outre, si la valeur mobili&egrave;re est faible (inf&eacute;rieure &agrave; 4600 euros), la vente peut se faire de gr&eacute; &agrave; gr&eacute;, sans n&eacute;cessit&eacute; de d&eacute;lib&eacute;ration pr&eacute;alable<em> (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000023480607&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20120215&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">art. L.2122-22</a> du CGCT).</em><strong>​</strong></p> <p style="text-align: justify;">&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/une-collectivite-est-elle-libre-de-ceder-un-bien-a-titre-gratuit Wed, 15 Feb 2012 15:28:00 +0100 A quelle date une loi, un règlement ou tout acte administratif entre-t-il en vigueur? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/a-quelle-date-une-loi-un-reglement-ou-tout-acte-administratif-entre-t-il-en-vigueur <p style="text-align: justify;">La date d&#39;entr&eacute;e en vigueur d&#39;un acte est la date &agrave; laquelle l&#39;acte prend effet &agrave; l&#39;&eacute;gard de ses destinataires.</p> <p style="text-align: justify;">Cette date est <strong>en principe </strong>celle de sa publicit&eacute; mais peut varier en fonction de la nature de l&#39;acte, par exemple :&nbsp;</p> <table align="center" border="1" cellpadding="1" cellspacing="1" width="300"> <tbody> <tr> <td style="text-align: justify;"><strong>Nature de l&#39;acte</strong></td> <td style="text-align: justify;"><strong>Date d&#39;entr&eacute;e en vigueur</strong></td> <td style="text-align: justify;"><strong>&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp; Fondement juridique &nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp; </strong></td> </tr> <tr> <td style="text-align: justify;">Lois</td> <td style="text-align: justify;">Lendemain de leur publication au Journal Officiel</td> <td> <p style="text-align: justify;"><a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=B881136050F6DF85EA3CE45036786F86.tpdjo08v_2?cidTexte=LEGITEXT000006070721&amp;idArticle=LEGIARTI000006419280&amp;dateTexte=20120207&amp;categorieLien=id#LEGIARTI000006419280" target="_blank">Art. 1er</a> du code civil</p> <p style="text-align: justify;"><em>(Ordonnance du 20 f&eacute;vrier 2004)</em></p> </td> </tr> <tr> <td style="text-align: justify;">Actes r&eacute;glementaires publi&eacute;s au Journal Officiel <em>(ordonnances,d&eacute;crets, arr&ecirc;t&eacute;s minist&eacute;riels, ...)</em></td> <td style="text-align: justify;">Lendemain de leur publication au Journal Officiel</td> <td> <p style="text-align: justify;"><a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=B881136050F6DF85EA3CE45036786F86.tpdjo08v_2?cidTexte=LEGITEXT000006070721&amp;idArticle=LEGIARTI000006419280&amp;dateTexte=20120207&amp;categorieLien=id#LEGIARTI000006419280" target="_blank">Art. 1er</a> du code civil <em>(Ordonnance du 20 f&eacute;vrier 2004)</em></p> <p style="text-align: justify;">&nbsp;</p> </td> </tr> <tr> <td style="text-align: justify;">Actes des collectivit&eacute;s locales</td> <td> <p style="text-align: justify;">Date d&#39;accomplissement des mesures de publicit&eacute;</p> <p style="text-align: justify;"><em>(affichage,</em><em>publication,</em></p> <p style="text-align: justify;"><em>+ publication dans le recueil des actes administratifs pour les communes de plus de 3500 habitants</em></p> <p style="text-align: justify;"><em>+ notification si l&#39;acte concerne une ou plusieurs personnes nomm&eacute;ment d&eacute;sign&eacute;es<em>)</em></em></p> </td> <td> <p style="text-align: justify;"><a href="http://legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006389082&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20120215&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">Art. LO.1113-3 du CGCT</a></p> <p style="text-align: justify;">Art. <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006389884&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20120215" target="_blank">L.2121-24</a> et <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006389972&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20120215&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">L.2122-29</a> du CGCT</p> <p style="text-align: justify;"><a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006390077&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20120215&amp;fastPos=2&amp;fastReqId=1167274013&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">Art. L.2131-1</a> du CGCT</p> </td> </tr> <tr> <td style="text-align: justify;">D&eacute;cision individuelle expresse</td> <td style="text-align: justify;">Notification &agrave; l&#39;int&eacute;ress&eacute;</td> <td style="text-align: justify;">&nbsp;</td> </tr> <tr> <td style="text-align: justify;">D&eacute;cision individuelle tacite</td> <td style="text-align: justify;">Expiration du d&eacute;lai prescrit pour son apparition</td> <td style="text-align: justify;">&nbsp;</td> </tr> <tr> <td style="text-align: justify;">Circulaires et directives</td> <td> <p style="text-align: justify;">Publication des les bulletins officiels des minist&egrave;res</p> <p style="text-align: justify;">+ <a href="http://circulaire.legifrance.gouv.fr/" target="_blank">Site Internet</a> relevant du Premier Ministre</p> </td> <td> <p style="text-align: justify;">Art. 7 de la loi du 17 juillet 1978</p> <p style="text-align: justify;"><a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000019900707" target="_blank">D&eacute;cret n&deg;2008-1281&nbsp; 8 d&eacute;cembre 2008</a></p> </td> </tr> <tr> <td style="text-align: justify;">&nbsp;Permis de construire</td> <td style="text-align: justify;">Notification de l&#39;arr&ecirc;t&eacute; au b&eacute;n&eacute;ficiaire + Affichage sur le terrain + Affichage en mairie</td> <td style="text-align: justify;"><a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006820000&amp;cidTexte=LEGITEXT000006074075&amp;dateTexte=20120215&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">Art. R.424-15</a> Code urbanisme</td> </tr> </tbody> </table> <p style="text-align: justify;"><strong>Par exception</strong>, la date d&#39;entr&eacute;e en vigueur peut &ecirc;tre report&eacute;e &agrave; une date fix&eacute;e par l&#39;acte lui-m&ecirc;me ou &ecirc;tre subordonn&eacute;e &agrave; la date d&#39;entr&eacute;e en vigueur des d&eacute;cisions d&#39;application n&eacute;cessaires pour la mise en oeuvre de l&#39;acte<em> (Exemple : loi dont l&#39;entr&eacute;e en vigueur est subordonn&eacute;e &agrave; la publication de d&eacute;crets d&#39;application; transmission au pr&eacute;fet pour certaines cat&eacute;gories d&#39;actes des collectivit&eacute;s locales).</em></p> <p>&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/a-quelle-date-une-loi-un-reglement-ou-tout-acte-administratif-entre-t-il-en-vigueur Wed, 15 Feb 2012 10:01:00 +0100 Est-il légal d'insérer dans les statuts d'un EPCI compétent en eau et assainissement les règles d'évolution du prix de l'eau ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/est-il-legal-d-inserer-dans-les-statuts-d-un-epci-competent-en-eau-et-assainissement-les-regles-d-evolution-du-prix-de-l-eau <p style="text-align: justify;">L&rsquo;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000023259471&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20110921&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">article L.5211-5-1</a> du CGCT dispose que <em>&laquo; les statuts d&rsquo;un EPCI mentionnent notamment : la liste des communes membres de l&rsquo;&eacute;tablissement, le si&egrave;ge de celui-ci, le cas &eacute;ch&eacute;ant la dur&eacute;e pour laquelle il est constitu&eacute;, les comp&eacute;tences transf&eacute;r&eacute;es &agrave; l&rsquo;&eacute;tablissement &raquo;.</em></p> <p style="text-align: justify;">L&rsquo;utilisation du terme &laquo; notamment &raquo; signifie que la liste n&rsquo;est pas exhaustive.<br /> Par cons&eacute;quent, rien n&rsquo;interdit &agrave; l&rsquo;EPCI de fixer dans ses statuts les r&egrave;gles d&rsquo;&eacute;volution du prix de l&rsquo;eau.<br /> <br /> La seule cons&eacute;quence de fixer cette &eacute;volution dans les statuts est que la modification de la r&egrave;gle d&rsquo;&eacute;volution du prix de l&rsquo;eau sera soumise &agrave; une proc&eacute;dure plus lourde que lorsqu&rsquo;elle est prise par d&eacute;lib&eacute;ration simple.<br /> <br /> En effet, il s&rsquo;agira formellement d&rsquo;une modification des statuts soumise &agrave; la proc&eacute;dure d&eacute;finie &agrave; <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006392851&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20110921&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">l&rsquo;article L.5211-20 </a>du CGCT (notification aux communes membres, d&eacute;lai de 3 mois, d&eacute;cision de modification subordonn&eacute;e &agrave; l&rsquo;accord des communes membres &agrave; la majorit&eacute; qualifi&eacute;e, modification via arr&ecirc;t&eacute; pr&eacute;fectoral).</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/est-il-legal-d-inserer-dans-les-statuts-d-un-epci-competent-en-eau-et-assainissement-les-regles-d-evolution-du-prix-de-l-eau Wed, 21 Sep 2011 11:37:00 +0200 Les bassins de rétention des eaux pluviales sont-ils soumis à des règles particulières de sécurité ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eaux-pluviales/les-bassins-de-retention-des-eaux-pluviales-sont-ils-soumis-a-des-regles-particulieres-de-securite <p style="text-align: justify;">Non.&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">Il n&#39;existe aucune obligation r&eacute;glementaire &agrave; l&#39;&eacute;chelle nationale pour assurer la s&eacute;curit&eacute; de ces ouvrages.</p> <p style="text-align: justify;">Selon l&#39;<em>article 1384 du code civil </em>leur s&eacute;curit&eacute; rel&egrave;ve en effet de leurs propri&eacute;taires qu&#39;ils soient sur l&#39;espace public ou priv&eacute;.</p> <p style="text-align: justify;">N&eacute;anmoins, pour les bassins soumis &agrave; la rubrique 2.1.5.0. &laquo; Rejets d&#39;eaux pluviales &raquo; du code de l&#39;environnement (projets d&eacute;passant 1 ha incluant la surface totale du projet, augment&eacute;e de la surface correspondant &agrave; la partie du bassin versant naturel dont les &eacute;coulements sont intercept&eacute;s par le projet), les services de l&#39;&Eacute;tat instruisant les dossiers d&#39;autorisation et d&eacute;claration peuvent exiger du p&eacute;titionnaire qu&#39;il d&eacute;crive et mette en place des mesures pour assurer la s&eacute;curit&eacute; publique des ouvrages de gestion des eaux pluviales.</p> <p style="text-align: justify;">M&ecirc;me si aujourd&#39;hui ce n&#39;est pas une obligation, un projet d&#39;arr&ecirc;t&eacute; de prescriptions g&eacute;n&eacute;rales en cours de r&eacute;daction et relatif &agrave; cette rubrique devrait imposer ce point de vigilance pour tous les nouveaux dossiers qui seront d&eacute;pos&eacute;s sur le territoire fran&ccedil;ais.</p> <p style="text-align: justify;"><u><em>Source </em></u><em>: <a href="http://questions.assemblee-nationale.fr/q14/14-69052QE.htm" target="_blank">R&eacute;ponse minist&eacute;rielle, Question &eacute;crite n&deg;69052, JOAN du 13 janvier 2015, page 196</a></em><br /> &nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eaux-pluviales/les-bassins-de-retention-des-eaux-pluviales-sont-ils-soumis-a-des-regles-particulieres-de-securite Fri, 03 Apr 2015 00:00:00 +0200 Une buse située sur une voie communale est obstruée. Quelle collectivité est responsable de son entretien : la commune ou le syndicat de bassin versant ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eaux-pluviales/une-buse-situee-sur-une-voie-communale-est-obstruee-quelle-collectivite-est-responsable-de-son-entretien-la-commune-ou-le-syndicat-de-bassin-versant <p style="text-align: justify;">La commune.</p> <p style="text-align: justify;">En effet, le code de la voirie routi&egrave;re, en ses dispositions relatives &agrave; la voirie communale, dispose :</p> <ul> <li style="text-align: justify;">d&#39;une part, que <em>&quot;les profils en long et en travers des voies communales doivent &ecirc;tre &eacute;tablis de mani&egrave;re &agrave; permettre l&#39;&eacute;coulement des eaux pluviales et l&#39;assainissement de la plate-forme&quot; </em>(<em><a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006398765&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070667&amp;dateTexte=20100928&amp;oldAction=rechCodeArticle" name="article R141-2 code voirie routière" target="_blank" title="article R141-2 code voirie routière">art. R.141-2</a> du code de la voirie routi&egrave;re) ;</em></li> <li style="text-align: justify;">d&#39;autre part, que les d&eacute;penses d&#39;entretien des voies communales dont partie des d&eacute;penses obligatoires mises &agrave; la charge des communes en vertu de l<em>&#39;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=A06E3882D690D5FEB91682323276617E.tpdjo15v_3?idArticle=LEGIARTI000022293008&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20100928" name="article L2321-2 CGCT" target="_blank" title="article L2321-2 CGCT">article L.2321-2&nbsp;</a>du CGCT (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006398535&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070667&amp;dateTexte=20100928&amp;oldAction=rechCodeArticle" name="article L141-8 code voirie routière" target="_blank" title="article L141-8 code voirie routière">art. L.141-8 </a>du code de la voirie routi&egrave;re).</em></li> </ul> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eaux-pluviales/une-buse-situee-sur-une-voie-communale-est-obstruee-quelle-collectivite-est-responsable-de-son-entretien-la-commune-ou-le-syndicat-de-bassin-versant Thu, 14 Jan 2010 00:00:00 +0100 Quels sont les pouvoirs d’intervention du maire lorsque le bénéficiaire d’un permis de construire ne respecte pas son obligation de rejet des eaux pluviales ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eaux-pluviales/quels-sont-les-pouvoirs-dintervention-du-maire-lorsque-le-beneficiaire-dun-permis-de-construire-ne-respecte-pas-son-obligation-de-rejet-des-eaux-pluviales <p style="text-align: justify;"><em><a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006815922&amp;cidTexte=LEGITEXT000006074075&amp;dateTexte=20100408&amp;oldAction=rechCodeArticle" name="article L480-4 code urbanisme" target="_blank" title="article L480-4 code urbanisme">L&rsquo;article L.480-4</a> du code de l&rsquo;urbanisme </em>pr&eacute;voit que l&rsquo;ex&eacute;cution de travaux en m&eacute;connaissance des obligations impos&eacute;es par une autorisation concernant une construction constitue une infraction.</p> <p style="text-align: justify;">C&rsquo;est le cas lorsque les travaux ne correspondent pas aux caract&eacute;ristiques pr&eacute;cises du dispositif d&rsquo;&eacute;vacuation des eaux pluviales impos&eacute;es par le permis de construire.</p> <p style="text-align: justify;">Le maire (ou le pr&eacute;sident de l&rsquo;EPCI comp&eacute;tent en mati&egrave;re de d&eacute;livrance des autorisations d&rsquo;urbanisme) doit dresser un proc&egrave;s-verbal de l&rsquo;infraction.</p> <p style="text-align: justify;">D&egrave;s que ce proc&egrave;s-verbal&nbsp;a &eacute;t&eacute; dress&eacute;, le maire peut, si l&rsquo;autorit&eacute; judiciaire ne s&rsquo;est pas encore prononc&eacute;e, ordonner par arr&ecirc;t&eacute; motiv&eacute; l&rsquo;interruption des travaux.</p> <p style="text-align: justify;">L&rsquo;ex&eacute;cution de travaux ou l&rsquo;utilisation du sol en m&eacute;connaissance des prescriptions pr&eacute;vues par le permis de construire est punie d&rsquo;une amende minimale de 1200 &euro; (pouvant aller jusqu&rsquo;&agrave; 6096,97 &euro;/m2 par m&egrave;tre de surface construite).</p> <p style="text-align: justify;">&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eaux-pluviales/quels-sont-les-pouvoirs-dintervention-du-maire-lorsque-le-beneficiaire-dun-permis-de-construire-ne-respecte-pas-son-obligation-de-rejet-des-eaux-pluviales Wed, 23 Dec 2009 00:00:00 +0100 Comment est facturée la TVA lorsque le titulaire l’a omise dans l’acte d’engagement? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/marches-publics/execution/comment-est-facturee-la-tva-lorsque-le-titulaire-la-omise-dans-lacte-dengagement <p style="text-align: justify;">Un prix ne mentionnant pas la TVA doit &ecirc;tre r&eacute;put&eacute; l&rsquo;inclure. La TVA ne peut pas &ecirc;tre un suppl&eacute;ment de prix.</p> <p style="text-align: justify;">Si le march&eacute; a &eacute;t&eacute; conclu en vertu d&#39;un prix qui, &agrave; aucun moment, ne mentionnait la TVA, le titulaire ne peut pas revendiquer le droit de la facturer en sus du prix convenu.</p> <p style="text-align: justify;">Par cons&eacute;quent, l&rsquo;acheteur public ne devra pas payer de TVA et le titulaire devra supporter le co&ucirc;t de la TVA<em> (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000007631031&amp;fastReqId=1021186562&amp;fastPos=1" target="_blank">Conseil d&rsquo;Etat, 30 novembre 1990, SA Groupe Immobilier Lenchener, n&deg;73449</a>).</em></p> <p style="text-align: justify;"><em>(Source : Guide des Prix dans les March&eacute;s Publics - DAJ)</em></p> <p>&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/marches-publics/execution/comment-est-facturee-la-tva-lorsque-le-titulaire-la-omise-dans-lacte-dengagement Mon, 13 May 2013 12:23:00 +0200 Comment la commune peut-elle contraindre un agriculteur à replanter les haies classées qu'il a arrachées? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/inondation/comment-la-commune-peut-elle-contraindre-un-agriculteur-a-replanter-les-haies-classees-qu-il-a-arrachees <p style="text-align: justify;">Au nombre des pr&eacute;occupations que le plan local d&#39;urbanisme (PLU) peut prendre en compte, figurent les r&egrave;gles relatives &agrave; la protection des paysages.</p> <p style="text-align: justify;">A cette fin, l&#39;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006074075&amp;idArticle=LEGIARTI000022475776&amp;dateTexte=&amp;categorieLien=cid" target="_blank">article L.123-1-5</a> du code de l&#39;urbanisme permet aux auteurs du PLU d&#39;identifier des &eacute;l&eacute;ments paysagers tels que les arbres, les bois ou les haies, dont la pr&eacute;servation soul&egrave;ve un int&eacute;r&ecirc;t particulier et de fixer le cas &eacute;ch&eacute;ant, des prescriptions tendant &agrave; leur protection.</p> <p style="text-align: justify;">En cons&eacute;quence, les travaux, installations ou am&eacute;nagements ayant pour effet de modifier ou de supprimer l&#39;un des &eacute;l&eacute;ments que le PLU a identifi&eacute; aux termes de l&#39;article L.123-1-5, doivent &ecirc;tre pr&eacute;c&eacute;d&eacute;s du d&eacute;p&ocirc;t d&#39;une d&eacute;claration pr&eacute;alable en mairie (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000027088019&amp;cidTexte=LEGITEXT000006074075&amp;dateTexte=20140526" target="_blank">art.R. 421-23</a> du Code de l&#39;urbanisme).</p> <p style="text-align: justify;">Ainsi, lorsque les haies son inscrites dans le PLU de la commune, l&#39;absence de d&eacute;p&ocirc;t d&#39;une d&eacute;claration pr&eacute;alable constitue une infraction aux r&egrave;gles d&#39;urbanisme.</p> <p style="text-align: justify;">Le maire est donc tenu de dresser proc&egrave;s verbal d&#39;infraction et d&#39;en assurer la transmission au Procureur de la r&eacute;publique qui appr&eacute;ciera l&#39;opportunit&eacute; de poursuites.</p> <p style="text-align: justify;">Toutefois, l&#39;imposition de sanctions ainsi que le prononc&eacute; de mesures de mise en conformit&eacute; ou de r&eacute;affectation du sol en vue du r&eacute;tablissement des lieux dans leur &eacute;tat ant&eacute;rieur, rel&egrave;ve du juge &eacute;ventuellement saisi de l&#39;infraction (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006815812&amp;cidTexte=LEGITEXT000006074075&amp;dateTexte=20140526&amp;oldAction=rechCodeArticle&amp;fastReqId=1534955703&amp;nbResultRech=1" target="_blank">art.L.480-5</a> du Code de l&#39;urbanisme).</p> <p style="text-align: justify;"><em><u>Source</u> : <a href="http://questions.assemblee-nationale.fr/q14/14-45978QE.htm" target="_blank">R&eacute;ponse minist&eacute;rielle, Question &eacute;crite n&deg;45978, JOAN du 06/05/2014, page 3713</a></em></p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/inondation/comment-la-commune-peut-elle-contraindre-un-agriculteur-a-replanter-les-haies-classees-qu-il-a-arrachees Mon, 26 May 2014 00:00:00 +0200 Comment contraindre les particuliers à modifier leurs branchements et à déverser leurs eaux de pluie dans le réseau pluvial ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eaux-pluviales/comment-contraindre-les-particuliers-a-modifier-leurs-branchements-et-a-deverser-leurs-eaux-de-pluie-dans-le-reseau-pluvial <p style="text-align: justify;">Il n&rsquo;existe pas d&rsquo;obligation g&eacute;n&eacute;rale de raccordement au r&eacute;seau d&rsquo;eaux pluviales comme en mati&egrave;re d&rsquo;eaux us&eacute;es.</p> <p style="text-align: justify;">La commune ne peut donc contraindre le particulier &agrave; se raccorder au r&eacute;seau d&rsquo;eaux pluviales sur la base d&rsquo;une disposition l&eacute;gale.</p> <p style="text-align: justify;"><br /> Cependant, la commune peut rem&eacute;dier &agrave; cette situation par d&rsquo;autres moyens.</p> <p style="text-align: justify;">Le r&egrave;glement de service doit interdire le d&eacute;versement d&rsquo;eaux pluviales dans le r&eacute;seau d&rsquo;eaux us&eacute;es. Il doit pr&eacute;voir, en cas de raccordement non conforme au r&egrave;glement de service, l&rsquo;application de la taxe pr&eacute;vue par <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006686512&amp;cidTexte=LEGITEXT000006072665&amp;dateTexte=20100408&amp;oldAction=rechCodeArticle" name="article L1331-8 CSP" target="_blank" title="article L1331-8 CSP">l&rsquo;<em>article L.1331-8</em></a><em> du code de la sant&eacute; publique</em> (d&egrave;s lors que la commune l&rsquo;a d&eacute;cid&eacute; auparavant par d&eacute;lib&eacute;ration). En effet, celui-ci est applicable lorsque le propri&eacute;taire ne respecte pas int&eacute;gralement les prescriptions de raccordement au r&eacute;seau s&eacute;paratif.</p> <p style="text-align: justify;">Ainsi, quand le propri&eacute;taire ne se raccorde pas au r&eacute;seau s&eacute;paratif en mati&egrave;re d&rsquo;assainissement des eaux pluviales, on consid&egrave;re que le raccordement au r&eacute;seau d&rsquo;eaux us&eacute;es n&rsquo;est pas correctement r&eacute;alis&eacute; et donc que le propri&eacute;taire n&rsquo;a pas respect&eacute; son obligation <em>(CAA Bordeaux, 20 mai 1997).</em></p> <p style="text-align: justify;">La commune introduit dans son POS/PLU les conditions de desserte des terrains par les r&eacute;seaux publics d&rsquo;assainissement des eaux pluviales<em> (art.L.123-9-4&deg; Code urbanisme). </em>Ainsi, pour les constructions nouvelles comme pour les am&eacute;nagements de constructions existantes, la commune peut refuser de d&eacute;livrer le permis de construire si les constructions projet&eacute;es ne sont pas conformes aux dispositions du POS/PLU <em>(<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006815694&amp;cidTexte=LEGITEXT000006074075&amp;dateTexte=20100408&amp;oldAction=rechCodeArticle" name="article L421-3 code urbanisme" target="_blank" title="article L421-3 code urbanisme">art.L.421-3 </a>Code urbanisme).</em></p> <p style="text-align: justify;">&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eaux-pluviales/comment-contraindre-les-particuliers-a-modifier-leurs-branchements-et-a-deverser-leurs-eaux-de-pluie-dans-le-reseau-pluvial Wed, 23 Dec 2009 00:00:00 +0100 La DIG peut-elle être dispensée d'enquête publique? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/milieux-aquatiques/la-dig-peut-elle-etre-dispensee-d-enquete-publique <p style="text-align: justify;">Oui, dans certains cas limitativement &eacute;num&eacute;r&eacute;s par la loi.</p> <p style="text-align: justify;">Le Code de l&#39;environnement impose une enqu&ecirc;te publique pr&eacute;alable &agrave; tout arr&ecirc;t&eacute; pr&eacute;fectoral de DIG. L&#39;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=F7B9B36B449A3ACE575A4534729C0449.tpdjo04v_1?idArticle=LEGIARTI000025089381&amp;cidTexte=LEGITEXT000006074220&amp;dateTexte=20140108" target="_blank">article R.214-89</a> du Code de l&#39;environnement pr&eacute;voit en effet que<em> &quot;La d&eacute;claration d&#39;int&eacute;r&ecirc;t g&eacute;n&eacute;ral ... mentionn&eacute;e &agrave; l&#39;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006074220&amp;idArticle=LEGIARTI000006832992&amp;dateTexte=&amp;categorieLien=cid" target="_blank">article L.211-7</a> du pr&eacute;sent code est pr&eacute;c&eacute;d&eacute;e d&#39;une enqu&ecirc;te publique effectu&eacute;e dans les conditions pr&eacute;vues par les <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006074220&amp;idArticle=LEGIARTI000006834984&amp;dateTexte=&amp;categorieLien=cid" target="_blank">articles R.123-1 &agrave; R.123-27</a>&quot;.</em></p> <p style="text-align: justify;">L&#39;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000025560309&amp;cidTexte=LEGITEXT000006071367&amp;dateTexte=20140108&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">article L.151-37 du Code rural et de la p&ecirc;che maritime</a> pr&eacute;voit en effet que l&#39;ex&eacute;cution des travaux est dispens&eacute;e d&#39;enqu&ecirc;te publique :</p> <ul> <li style="text-align: justify;">lorsque ces travaux sont n&eacute;cessaires pour faire face &agrave; des situations de p&eacute;ril imminent, qu&#39;ils n&#39;entra&icirc;nent aucune expropriation et que le ma&icirc;tre d&#39;ouvrage ne pr&eacute;voit pas de demander de participation financi&egrave;re aux personnes int&eacute;ress&eacute;es. Dans ce cas, il est n&eacute;cessaire de d&#39;obtenir une autorisation d&#39;occupation temporaire en application de la loi du 29 d&eacute;cembre 1892 ;</li> <li style="text-align: justify;">lorsque les travaux portent sur un cours d&#39;eau couvert par un SAGE, sous r&eacute;serve qu&#39;ils n&#39;entra&icirc;nent aucune expropriation et que le ma&icirc;tre d&#39;ouvrage ne pr&eacute;voie pas de demander une participation financi&egrave;re aux personnes int&eacute;ress&eacute;es, et que ces travaux sont directement li&eacute;s &agrave; une inondation d&eacute;clar&eacute;e catastrophe naturelle en application de l&#39;article L.125-1 du code des assurances, r&eacute;alis&eacute;s dans les trois ans qui suivent celle-ci et visant &agrave; r&eacute;tablir le cours d&#39;eau dans ses caract&eacute;ristiques naturelles. Dans ce cas, il est n&eacute;cessaire de d&#39;obtenir une autorisation d&#39;occupation temporaire en application de la loi du 29 d&eacute;cembre 1892 ;</li> <li style="text-align: justify;">lorsqu&#39;il s&#39;agit de travaux d&#39;entretien et de restauration des milieux aquatiques, sous r&eacute;serve qu&#39;ils n&#39;entra&icirc;nent aucune expropriation et que le ma&icirc;tre d&#39;ouvrage ne pr&eacute;voie pas de demander une participation financi&egrave;re aux personnes int&eacute;ress&eacute;es. Dans ce cas, il est n&eacute;cessaire de d&#39;obtenir une autorisation d&#39;occupation temporaire en application de la loi du 29 d&eacute;cembre 1892.</li> </ul> <p style="text-align: justify;">En tout &eacute;tat de cause, si les travaux ne rel&egrave;vent pas du simple entretien ou si les travaux rel&egrave;vent du r&eacute;gime de l&rsquo;Autorisation au titre de la loi sur l&rsquo;eau, la d&eacute;rogation ne s&rsquo;applique pas et une enqu&ecirc;te publique reste n&eacute;cessaire.<br /> <br /> &nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/milieux-aquatiques/la-dig-peut-elle-etre-dispensee-d-enquete-publique Wed, 08 Jan 2014 17:25:00 +0100 La responsabilité pénale d'un élu peut-elle être engagée en cas d'inondation? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/inondation/la-responsabilite-penale-d-un-elu-peut-elle-etre-engagee-en-cas-d-inondation <p style="text-align: justify;">Oui, &agrave; condition que les &eacute;l&eacute;ments constitutifs de l&#39;infraction soient r&eacute;unis.</p> <p style="text-align: justify;">Trois infractions peuvent &eacute;ventuellement trouver &agrave; s&#39;appliquer :</p> <ol> <li style="text-align: justify;">le fait de s&#39;abstenir volontairement de prendre ou de provoquer les mesures permettant de combattre un sinistre de nature &agrave; cr&eacute;er un danger pour la s&eacute;curit&eacute; des personnes&nbsp; <em>(<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=4D1C84FC191CE474A6FE170E5B31E307.tpdjo10v_3?idArticle=LEGIARTI000006417781&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070719&amp;dateTexte=20120720" target="_blank">art.&nbsp;223-7</a> du Code p&eacute;nal) </em>;</li> <li style="text-align: justify;">le d&eacute;lit d&#39;homicide involontaire <em>(<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=4D1C84FC191CE474A6FE170E5B31E307.tpdjo10v_3?idArticle=LEGIARTI000024042647&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070719&amp;dateTexte=20120720" target="_blank">art.&nbsp;221-6</a> du Code p&eacute;nal) </em>;</li> <li style="text-align: justify;">le d&eacute;lit de mise en danger de la vie d&#39;autrui <em>(<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=4D1C84FC191CE474A6FE170E5B31E307.tpdjo10v_3?idArticle=LEGIARTI000024042637&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070719&amp;dateTexte=20120720" target="_blank">art. 223-1</a> du Code p&eacute;nal).</em></li> </ol> <p style="text-align: justify;">Le maire disposant du pouvoir de police administrative g&eacute;n&eacute;rale <em>(<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=7ED0BF0425A79FDF01FA53B9A119D532.tpdjo10v_3?idArticle=LEGIARTI000019983190&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20120720" target="_blank">art.L.2212-2</a> du CGCT</em>), son inaction sera d&#39;autant plus &eacute;vidente.</p> <p style="text-align: justify;">A titre d&#39;exemple, un maire a &eacute;t&eacute; p&eacute;nalement condamn&eacute; pour n&#39;avoir aps pris les mesures n&eacute;cessaires pour pr&eacute;venir un risque d&#39;avalanche<em> (TGI Bonneville, Tribunal Correctionnel, 17 juillet 2003, Avalanche de Montroc : &quot;En s&#39;abstenant, alors qu&#39;il &eacute;tait d&eacute;montr&eacute; qu&#39;il devait conna&icirc;tre le risque et qu&#39;il avait les moyens de le faire, le maire a manqu&eacute; &agrave; son obligation de pr&eacute;venir l&#39;avalanche par des pr&eacute;cautions convenables et en cas de danger grave ou imminent, de prescrire l&#39;ex&eacute;cution des mesures de s&ucirc;ret&eacute; exig&eacute;es parles circonstances&quot;).</em></p> <p style="text-align: justify;">En outre, le fait que le Plan de Pr&eacute;vention des Risques (PPR) n&#39;appr&eacute;hende pas le risque ayant donn&eacute; lieu &agrave; l&#39;accident n&#39;exon&egrave;re pas le maire de sa responsabilit&eacute; p&eacute;nale.</p> <p style="text-align: justify;">&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/inondation/la-responsabilite-penale-d-un-elu-peut-elle-etre-engagee-en-cas-d-inondation Fri, 20 Jul 2012 00:00:00 +0200 La responsabilité de l’Etat peut-elle être engagée pour défaut de délimitation d’une zone à risque et d’un plan de prévention? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/inondation/la-responsabilite-de-letat-peut-elle-etre-engagee-pour-defaut-de-delimitation-dune-zone-a-risque-et-dun-plan-de-prevention <p style="text-align: justify;">Elle pourrait &eacute;ventuellement l&#39;&ecirc;tre. Mais la difficult&eacute; r&eacute;side dans l&#39;&eacute;tablissement du lien de causalit&eacute; entre le pr&eacute;judice subi et et la faute invoqu&eacute;e (en l&#39;occurrence l&#39;inaction de l&#39;Etat).</p> <p style="text-align: justify;">C&#39;est la raison pour laquelle le juge administratif consid&egrave;re que les<em> &quot;pr&eacute;judices subis ne r&eacute;sultant pas de l&#39;inaction de l&#39;Etat&quot;</em>, le requ&eacute;rant n&#39;est pas fond&eacute; &agrave; soutenir que la responsabilit&eacute; de l&#39;Etat peut &ecirc;tre engag&eacute;e faute de d&eacute;limitation d&#39;une zone &agrave; risque et d&#39;un plan de pr&eacute;vention<em> (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000020418522&amp;fastReqId=1490978296&amp;fastPos=1" target="_blank">CAA Nantes, M. J.-P. Y. et autres, n&deg;06NT01883</a>).</em></p> <p style="text-align: justify;">Dans son rapport de 2009 sur <u><em>l&#39;Etat face &agrave; la gestion des risques naturels</em></u>, la Cour des Comptes pr&eacute;cisait qu&#39;en mati&egrave;re de pr&eacute;vention des risques, la responsabilit&eacute; administrative de l&#39;Etat &eacute;tait pr&eacute;pond&eacute;rante (celui-ci disposant du pouvoir de d&eacute;cision en dernier ressort) et qu&#39;elle pouvait &ecirc;tre<em> &quot;recherch&eacute;e en cas de carence&quot;.</em></p> <p style="text-align: justify;">&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/inondation/la-responsabilite-de-letat-peut-elle-etre-engagee-pour-defaut-de-delimitation-dune-zone-a-risque-et-dun-plan-de-prevention Thu, 19 Jul 2012 00:00:00 +0200 Quel est le statut juridique des mares? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/milieux-aquatiques/quel-est-le-statut-juridique-des-mares <p>Il n&rsquo;existe pas de d&eacute;finition juridique &agrave; la mare.</p> <p>Elle appartient &agrave; la cat&eacute;gorie&nbsp;des zones humides d&eacute;finies par la loi sur l&rsquo;eau du 3 janvier 1992 comme des <em>&laquo; terrains, exploit&eacute;s ou non, habituellement inond&eacute;s ou gorg&eacute;s d&rsquo;eau douce, sal&eacute;e ou saum&acirc;tre de fa&ccedil;on permanente ou temporaire ; la v&eacute;g&eacute;tation, quand elle existe, y est domin&eacute;e par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l&rsquo;ann&eacute;e&raquo;.</em><br /> A ce titre,<em> </em>leur pr&eacute;servation est consid&eacute;r&eacute;e comme &quot;d&rsquo;int&eacute;r&ecirc;t g&eacute;n&eacute;ral&quot;. La gestion de l&rsquo;eau vise en effet&nbsp;&agrave; assurer <em>&laquo; la pr&eacute;servation des &eacute;cosyst&egrave;mes aquatiques, des sites et des zones humides &raquo;</em> (art. <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006832978&amp;cidTexte=LEGITEXT000006074220&amp;dateTexte=20110510&amp;oldAction=rechCodeArticle" name="article L210-1 code environnement" target="_blank" title="article L210-1 code environnement">L. 210-1</a>, <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000022495152&amp;cidTexte=LEGITEXT000006074220&amp;dateTexte=20110510&amp;oldAction=rechCodeArticle" name="article L211-1 code environnement" target="_blank" title="article L211-1 code environnement">211-1</a> et <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006832983&amp;cidTexte=LEGITEXT000006074220&amp;dateTexte=20110510&amp;oldAction=rechCodeArticle" name="article L211-1-1 code environnement" target="_blank" title="article L211-1-1 code environnement">211-1-1</a> du Code de l&rsquo;environnement).</p> <p><strong>Propri&eacute;t&eacute; :</strong></p> <ul> <li>Les mares sont g&eacute;n&eacute;ralement des propri&eacute;t&eacute;s priv&eacute;es, appartenant &agrave; des particuliers ou des communes (domaine priv&eacute; communal);</li> <li>Elles peuvent &ecirc;tre &eacute;galement propri&eacute;t&eacute; collective et font partie du domaine public communal (&quot;mare communale&quot;).</li> </ul> <p><strong>Salubrit&eacute; et entretien :</strong><br /> Le maire, responsable de la salubrit&eacute; publique dans sa commune, assure la surveillance du respect du r&egrave;glement sanitaire au niveau des mares (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006390216&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20110510&amp;fastReqId=1993070920&amp;fastPos=1" name="article L2213-29 CGCT" target="_blank" title="article L2213-29 CGCT">art.&nbsp;L.2213-29</a> du CGCT).</p> <p>En cas de probl&egrave;me sanitaire, le maire peut demander aux propri&eacute;taires de mares de prendre les mesures n&eacute;cessaires (suppression, travaux&hellip;) pour <em>&laquo; faire cesser toute cause d&rsquo;insalubrit&eacute; &raquo;.</em><br /> En outre,<em>&nbsp;&laquo; en cas de refus ou de n&eacute;gligence, le maire d&eacute;nonce au repr&eacute;sentant de l&rsquo;&Eacute;tat dans le d&eacute;partement l&rsquo;&eacute;tat d&rsquo;insalubrit&eacute; constat&eacute; &raquo;.</em> Celui-ci peut alors ordonner la suppression de la mare ou des travaux &agrave; r&eacute;aliser aux frais exclusifs du propri&eacute;taire priv&eacute; apr&egrave;s une&nbsp;mise en demeure pr&eacute;alable.<br /> Si le propri&eacute;taire est une commune, c&rsquo;est le Pr&eacute;fet de d&eacute;partement qui, sur avis du conseil d&rsquo;hygi&egrave;ne, peut d&eacute;cider de travaux au frais de la commune (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=C5EDB56439EE9DE7FD6DC69275BBB222.tpdjo14v_1?idArticle=LEGIARTI000006390217&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20110510&amp;fastReqId=1993070920&amp;fastPos=2" name="article L2213-30 CGCT" target="_blank" title="article L2213-30 CGCT">art.&nbsp;L.2213-30</a> et <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=C5EDB56439EE9DE7FD6DC69275BBB222.tpdjo14v_1?idArticle=LEGIARTI000006390218&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20110510&amp;fastReqId=1993070920&amp;fastPos=3" name="article L2213-31 CGCT" target="_blank" title="article L2213-31 CGCT">L.2213-31</a> du CGCT).</p> <p><strong>Responsabilit&eacute; :</strong><br /> Sur les terrains communaux, tout pr&eacute;judice provoqu&eacute; par la mare communale rel&egrave;ve de la responsabilit&eacute; du maire.</p> <p>Sur les terrains priv&eacute;s, ce sont les propri&eacute;taires de la mare qui sont responsables des dommages.</p> <p>&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/milieux-aquatiques/quel-est-le-statut-juridique-des-mares Tue, 10 May 2011 09:14:00 +0200 Qu'est-ce qu'un "bail de carrière"? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/milieux-aquatiques/qu-est-ce-qu-un-bail-de-carriere <p>Un &quot;bail de carri&egrave;re&quot; est un bail rural &agrave; long terme (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006583924&amp;cidTexte=LEGITEXT000006071367&amp;dateTexte=20120314&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">art.&nbsp;L.416-1</a> du Code rural et de la p&ecirc;che maritime).</p> <p>Le bail ordinaire est d&rsquo;une dur&eacute;e de 9 ans. Les baux ruraux &agrave; long terme sont d&rsquo;une dur&eacute;e de 18 ans (dur&eacute;e minimale), 25 ans ou de carri&egrave;re.</p> <p>Il ne peut porter que sur une exploitation constituant une unit&eacute; &eacute;conomique et sociale <strong><em><u>ou</u></em></strong> sur un lot de terres d&#39;une surface sup&eacute;rieure &agrave; la Surface Minimale d&#39;Installation (24 hectares en Seine-Maritime) (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=9C47C1389A1EB71BC100705BED609273.tpdjo06v_1?idArticle=LEGIARTI000006583930&amp;cidTexte=LEGITEXT000006071367&amp;dateTexte=20120314&amp;categorieLien=id" target="_blank">art. L.416-5</a> du Code rural et de la p&ecirc;che maritime).</p> <p>Il est conclu par acte notari&eacute; publi&eacute; aux Bureau des Hypoth&egrave;ques.</p> <p>Le bail prend fin &agrave; l&#39;expiration de l&#39;ann&eacute;e au cours de laquelle le fermier atteint l&#39;&acirc;ge de la retraite d&#39;o&ugrave; le terme de bail &quot;de carri&egrave;re&quot;.</p> <p>Les baux &agrave; long terme procurent au preneur une stabilit&eacute; comparable &agrave; celle offerte par la propri&eacute;t&eacute; du sol.</p> <p>Ils offrent en outre au propri&eacute;taire un prix de fermage sup&eacute;rieur &agrave; celui du bail ordinaire et des exon&eacute;rations fiscales int&eacute;ressantes.</p> <p>&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/milieux-aquatiques/qu-est-ce-qu-un-bail-de-carriere Wed, 14 Mar 2012 14:09:00 +0100 Dans quel cas le juge administratif est-il tenu d'ordonner une expertise? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/milieux-aquatiques/dans-quel-cas-le-juge-administratif-est-il-tenu-d-ordonner-une-expertise <p>Le juge administratif est tenu d&#39;ordonner une expertise dans trois cas. En dehors de ces cas, le juge n&#39;est pas tenu de faire droit &agrave; une demande d&#39;expertise.</p> <p>En premier lieu,&nbsp;le tribunal administratif doit&nbsp;d&eacute;signer un expert&nbsp;- &agrave; la demande de l&#39;administration -&nbsp;en vue de dresser un proc&egrave;s-verbal devant fournir les &eacute;l&eacute;ments n&eacute;cessaires &agrave; l&#39;&eacute;valuation des dommages caus&eacute;s par&nbsp;l&#39;ex&eacute;cution de travaux publics en application de l&#39;article 7 de la <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000877367&amp;fastPos=1&amp;fastReqId=1139702203&amp;categorieLien=cid&amp;oldAction=rechTexte" target="_blank">loi du 29 d&eacute;cembre 1892</a>.</p> <p>En deuxi&egrave;me lieu, l&#39;expertise est obligatoire dans le cadre de la proc&eacute;dure de p&eacute;ril imminent, afin d&#39;examiner les b&acirc;timents en cause, dresser le constat de leur &eacute;tat et proposer des mesures de nature &agrave; mettre fin &agrave; l&#39;imminence du p&eacute;ril, si celle-ci est constat&eacute;e <em>(<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006825767&amp;cidTexte=LEGITEXT000006074096&amp;dateTexte=20120216&amp;fastPos=9&amp;fastReqId=863500817&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">art. L.511-3 </a>du CCH ;&nbsp;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006450047&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070933&amp;dateTexte=20120216&amp;fastPos=1&amp;fastReqId=1655537329&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">art. R.556-1</a> du CJA).</em></p> <p>En troisi&egrave;me lieu, la juridiction administrative ordonne automatiquement une expertise lorsque le maire la saisit en cas d&#39;urgence ou de menace grave et imminente concernant les immeubles collectifs &agrave; usage principal d&#39;habitation afin d&#39;examiner l&#39;&eacute;tat des &eacute;quipements&nbsp;communs dudit immeuble <em>(<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000020466150&amp;cidTexte=LEGITEXT000006074096&amp;dateTexte=20120216&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">art. L.129-3 du CCH</a>).</em></p> <p>&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/milieux-aquatiques/dans-quel-cas-le-juge-administratif-est-il-tenu-d-ordonner-une-expertise Thu, 16 Feb 2012 15:48:00 +0100 Un propriétaire peut-il couper les branches des arbres de son voisin quand celles-ci empiètent sur sa propriété? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/milieux-aquatiques/un-proprietaire-peut-il-couper-les-branches-des-arbres-de-son-voisin-quand-celles-ci-empietent-sur-sa-propriete <p>Le propri&eacute;taire a le droit de demander cet &eacute;lagage &agrave; son voisin, &eacute;ventuellement par assignation en justice, mais ne peut proc&eacute;der de lui-m&ecirc;me &agrave; la coupe des branches empi&eacute;tant au-dessus de sa propri&eacute;t&eacute;.</p> <p>En effet, <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006430148&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070721&amp;dateTexte=20110829&amp;oldAction=rechCodeArticle" name="article 673 du code civil" target="_blank" title="article 673 du code civil">l&#39;article 673 du code civil </a>dispose que : <em>&quot;Celui sur la propri&eacute;t&eacute; duquel avancent les branches des arbres, arbustes et arbrisseaux du voisin peut contraindre celui-ci &agrave; les couper&quot;.</em></p> <p>Cependant, le propri&eacute;taire a le droit de couper lui-m&ecirc;me les racines, ronces ou brindilles qui avancent sur son terrain (art. 673 alin&eacute;a 2&nbsp;du code civil).</p> <p><u>NB</u> : Les propri&eacute;taires riverains des for&ecirc;ts ne peuvent se pr&eacute;valoir de l&#39;article 673 du code civil pour demander l&#39;&eacute;lagage des arbres en&nbsp;lisi&egrave;re des bois et for&ecirc;ts. Cet &eacute;lagage ne peut avoir&nbsp;lieu qu&#39;avec l&#39;autorisation du propri&eacute;taire des bois et for&ecirc;ts (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006610908&amp;cidTexte=LEGITEXT000006071514&amp;dateTexte=20110829" target="_blank">art. L.331-1</a> du code forestier).&nbsp;</p> <p><img alt="" height="16" src="https://www.sidesa.fr/upload/images/icones/icon_external.gif" width="14" />&nbsp;<em><a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriJudi.do?oldAction=rechJuriJudi&amp;idTexte=JURITEXT000022427111&amp;fastReqId=249941814&amp;fastPos=7" target="_blank">Cass., Civ., 3&egrave;, 30 juin 2010, n&deg;09-16257</a></em></p> <p>&nbsp;</p> <p>&nbsp;</p> <p>&nbsp;</p> <p>&nbsp;</p> <p>&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/milieux-aquatiques/un-proprietaire-peut-il-couper-les-branches-des-arbres-de-son-voisin-quand-celles-ci-empietent-sur-sa-propriete Mon, 29 Aug 2011 10:28:00 +0200 Est-il possible de construire au-dessus d'un bassin de rétention dans une ZAC? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eaux-pluviales/est-il-possible-de-construire-au-dessus-d-un-bassin-de-retention-dans-une-zac <p style="text-align: justify;">Oui, d&egrave;s lors que la construction respecte le r&egrave;glement en vigueur au sein de la zone d&#39;am&eacute;nagement concert&eacute;, qu&#39;elle ne nuit pas au fonctionnement et &agrave; l&#39;entretien du bassin de r&eacute;tention des eaux et recueille l&#39;accord de son gestionnaire.</p> <p style="text-align: justify;">Cependant, conform&eacute;ment aux dispositions pr&eacute;vues &agrave; l&#39;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006816398&amp;cidTexte=LEGITEXT000006074075&amp;dateTexte=20121120&amp;fastPos=11&amp;fastReqId=75814004&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">article R.111-2</a> du code de l&#39;urbanisme, l&#39;autorit&eacute; qui d&eacute;livre l&#39;autorisation de construire peut au vu du projet et des circonstances locales refuser l&#39;autorisation, si la construction porte atteinte au respect de la salubrit&eacute; ou de la s&eacute;curit&eacute; publique (<em><a href="http://questions.assemblee-nationale.fr/q14/14-1808QE.htm" target="_blank">R&eacute;ponse minist&eacute;rielle, Question &eacute;crite n&deg;1808, JOAN du 6 novembre 2012, page 6301</a>).</em></p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eaux-pluviales/est-il-possible-de-construire-au-dessus-d-un-bassin-de-retention-dans-une-zac Tue, 20 Nov 2012 00:00:00 +0100 Comment contraindre les propriétaires privés à appliquer les prescriptions d’un Plan de Prévention des Risques (PPR), notamment l’obligation de réaliser une étude préalable à la réalisation de travaux? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/inondation/comment-contraindre-les-proprietaires-prives-a-appliquer-les-prescriptions-dun-plan-de-prevention-des-risques-ppr-notamment-lobligation-de-realiser-une-etude-prealable-a-la-realisation-de-travaux <p>L&#39;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000025800974&amp;cidTexte=LEGITEXT000006074075&amp;dateTexte=20121017&amp;fastPos=1&amp;fastReqId=1956576625&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">article R.431-6</a> du Code l&#39;Urbanisme oblige le p&eacute;titionnaire &agrave; r&eacute;aliser une &eacute;tude pr&eacute;alable aux travaux lorsque le Plan de Pr&eacute;vention des Risques Naturels Pr&eacute;visibles (PPRNP).</p> <p>Si les travaux sont faits sans que l&#39;&eacute;tude ait &eacute;t&eacute; r&eacute;alis&eacute;e, il convient tout d&rsquo;abord de constater la violation des r&egrave;gles du PPR.</p> <ul> <li><strong>Action de l&#39;Etat</strong></li> </ul> <p>L&#39;Etat peut faire r&eacute;aliser les travaux n&eacute;cessaires aux frais du propri&eacute;taire &agrave; condition de le mettre pr&eacute;alablement en demeure de faire lui-m&ecirc;me ces travaux. Ce n&#39;est que si la mise en demeure reste infructueuse que le pr&eacute;fet pourra appliquer l&#39;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000022479834&amp;cidTexte=LEGITEXT000006074220&amp;dateTexte=20121017&amp;fastPos=7&amp;fastReqId=361752954&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">article L.562-1</a> du Code de l&#39;environnement, aux termes duquel : <em>&quot;La r&eacute;alisation des mesures pr&eacute;vues aux 3&deg; et 4&deg; du II peut &ecirc;tre rendue obligatoire en fonction de la nature et de l&#39;intensit&eacute; du risque dans un d&eacute;lai de cinq ans, pouvant &ecirc;tre r&eacute;duit en cas d&#39;urgence. A d&eacute;faut de mise en conformit&eacute; dans le d&eacute;lai prescrit, le pr&eacute;fet peut, apr&egrave;s mise en demeure non suivie d&#39;effet, ordonner la r&eacute;alisation de ces mesures aux frais du propri&eacute;taire, de l&#39;exploitant ou de l&#39;utilisateur.&quot;</em></p> <ul> <li><strong>Action de la collectivit&eacute; comp&eacute;tente en mati&egrave;re de PLU</strong></li> </ul> <p>Elle peut saisir, dans le d&eacute;lai de 10 ans &agrave; compter de l&#39;ach&egrave;vement des travaux, le Tribunal de Grande Instance pour faire ordonner soit la mise en conformit&eacute; de l&#39;ouvrage &eacute;difi&eacute; sans autorisation ou en violation de l&#39;autorisation d&#39;urbanisme d&eacute;livr&eacute;e, soit la d&eacute;molition de la construction (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000022493508&amp;cidTexte=LEGITEXT000006074075&amp;dateTexte=20121017&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">art.&nbsp;L.480-14</a> du Code de l&#39;urbanisme).</p> <p>En outre, le propri&eacute;taire qui a proc&eacute;d&eacute; &agrave; la construction sans autorisation et/ou en violation des dispositions du PLU (rappelons que le PPR est annex&eacute; au PLU en application de l&#39;<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006814805&amp;cidTexte=LEGITEXT000006074075&amp;dateTexte=20121017" target="_blank">article L.126-1</a> du Code de l&#39;urbanisme) encourt les sanctions p&eacute;nales pr&eacute;vues par l&#39;article <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=6866D62555076EB83A0FEEE303013C92.tpdjo13v_2?idArticle=LEGIARTI000006815922&amp;cidTexte=LEGITEXT000006074075&amp;dateTexte=20121017" target="_blank">L.480-1</a> (de 1200 &euro; &agrave; 300 000 &euro; d&#39;amende, et 6 mois d&#39;emprisonnement en cas de r&eacute;cidive) et <a href="http://legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000025577265&amp;cidTexte=LEGITEXT000006074075&amp;dateTexte=20121017" target="_blank">L.160-1</a> du Code de l&#39;urbanisme.</p> <p><img alt="" height="16" src="https://www.sidesa.fr/upload/images/icones/icon_external.gif" width="14" /><em> <a href="http://www.senat.fr/basile/visio.do?id=qSEQ120723877&amp;idtable=q255235&amp;_nu=23877&amp;rch=qs&amp;de=20091017&amp;au=20121017&amp;dp=3+ans&amp;radio=dp&amp;aff=sep&amp;tri=da&amp;off=0&amp;afd=ppr&amp;afd=ppl&amp;afd=pjl&amp;afd=cvn" target="_blank">R&eacute;ponse minist&eacute;rielle, JO S&eacute;nat du 6 septembre 2012, Question n&deg;23877, page 1944</a></em></p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/inondation/comment-contraindre-les-proprietaires-prives-a-appliquer-les-prescriptions-dun-plan-de-prevention-des-risques-ppr-notamment-lobligation-de-realiser-une-etude-prealable-a-la-realisation-de-travaux Wed, 17 Oct 2012 00:00:00 +0200 Qui doit supporter une nouvelle charge fiscale née en cours de l’exécution du marché et qui en renchérit le coût? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/marches-publics/execution/qui-doit-supporter-une-nouvelle-charge-fiscale-nee-en-cours-de-lexecution-du-marche-et-qui-en-rencherit-le-cout <p style="text-align: justify;">La charge p&egrave;se qur le titulaire du march&eacute; ou sur l&#39;acheteur public.</p> <p style="text-align: justify;">Trois cas peuvent &ecirc;tre distingu&eacute;s.</p> <ol> <li style="text-align: justify;"><u><strong>Soit la loi fait peser la charge fiscale sur le consommateur final</strong></u></li> </ol> <p style="text-align: justify;">Certaines taxes ou impositions p&egrave;sent sur le consommateur final<em> (ex : TVA).</em></p> <p style="text-align: justify;">Dans le cadre d&rsquo;un march&eacute; public, l&rsquo;acheteur public, consommateur final, est le redevable de la taxe. Il doit donc en supporter la hausse &eacute;ventuelle en cours de march&eacute; ; sauf &agrave; ce que des dispositions contractuelles, explicites ou implicites, transf&egrave;rent cette charge au titulaire du march&eacute;.</p> <p style="text-align: justify;"><u><em>Si le contrat est silencieux</em></u> &agrave; cet &eacute;gard, la charge p&egrave;se sur l&rsquo;acheteur public (ce qui est le plus souvent le cas).</p> <p style="text-align: justify;">Le caract&egrave;re d&rsquo;ordre public de la r&egrave;gle fiscale s&rsquo;impose au comptable public qui doit payer le montant du march&eacute; r&eacute;&eacute;valu&eacute; en cons&eacute;quence. Le comptable ne peut refuser le paiement d&rsquo;un march&eacute; en cours d&rsquo;ex&eacute;cution au motif qu&rsquo;un avenant n&rsquo;a pas &eacute;t&eacute; conclu pour prendre en compte la modification du taux.</p> <p style="text-align: justify;"><u><em>Si une clause du contrat pr&eacute;voit que la charge d&rsquo;une taxe dont l&rsquo;une des parties est redevable au regard de la loi fiscale p&egrave;sera sur l&rsquo;autre partie.</em></u></p> <p style="text-align: justify;">L&rsquo;augmentation de la charge fiscale ou l&rsquo;apparition d&rsquo;une nouvelle charge fiscale, pesant en principe sur l&rsquo;acheteur public, est mise &agrave; la charge du titulaire.</p> <p style="text-align: justify;">Cette clause sera sans incidence sur l&rsquo;identit&eacute; du redevable l&eacute;gal (l&rsquo;acheteur public) contre qui l&rsquo;administration fiscale pourra se retourner en cas d&rsquo;absence de paiement.</p> <p style="text-align: justify;">Ce transfert de charge peut m&ecirc;me &ecirc;tre implicite : le Conseil d&rsquo;Etat a jug&eacute; que, lorsqu&rsquo;un march&eacute; a &eacute;t&eacute; conclu pour un prix stipul&eacute; <em>&quot;toutes taxes comprises&quot;</em>, sans mention du prix hors taxes des prestations, la modification du taux d&rsquo;une taxe doit &ecirc;tre regard&eacute;e comme contractuellement mise &agrave; la charge du titulaire du march&eacute;.</p> <p style="text-align: justify;">2. <u><strong>La loi fait peser la charge fiscale sur le fournisseur ou le prestataire</strong></u></p> <p style="text-align: justify;">Certaines taxes ou impositions p&egrave;sent int&eacute;gralement sur le prestataire ou le fournisseur <em>(ex : taxe sur les d&eacute;chets, l&rsquo;&eacute;co-contribution sur les imprim&eacute;s papiers).</em></p> <p style="text-align: justify;"><u><em>Si le contrat est silencieux</em></u> &agrave; cet &eacute;gard, la loi s&rsquo;applique.</p> <p style="text-align: justify;">Toute modification du taux de telles taxes doit ainsi &ecirc;tre prise en charge par le prestataire ou le fournisseur et le titulaire ne peut pas faire peser la nouvelle charge sur l&rsquo;acheteur public.</p> <p style="text-align: justify;"><u><em>Si le contrat pr&eacute;voit que la charge d&rsquo;une taxe dont l&rsquo;une des parties est redevable p&egrave;sera sur l&rsquo;autre partie</em></u>, il&nbsp; convient de modifier l&rsquo;engagement comptable du march&eacute; ou du bon de commande.</p> <p style="text-align: justify;"><strong>3. </strong><u><strong>La loi renvoie &agrave; l&#39;accord des partie</strong><strong>s</strong></u></p> <p style="text-align: justify;">La loi peut renvoyer aux parties la charge de d&eacute;signer entre elles le redevable de certaines taxes ou impositions.</p> <p style="text-align: justify;">Elles d&eacute;signeront qui supportera la charge effective de la taxe :</p> <ul> <li style="text-align: justify;">lors de la conclusion du contrat lorsque la taxe existe ;</li> <li style="text-align: justify;">par avenant, lorsque la taxe est institu&eacute;e en cours d&rsquo;ex&eacute;cution du march&eacute;.</li> </ul> <p style="text-align: justify;">Si le contrat stipule que le titulaire du march&eacute; en assume la charge, le titulaire ne peut pas faire peser la charge de son augmentation en cours de march&eacute; sur l&rsquo;acheteur public.</p> <p style="text-align: justify;">Si le contrat stipule que le pouvoir adjudicateur supporte la charge fiscale, le titulaire du march&eacute; peut r&eacute;percuter la charge de son augmentation en cours de march&eacute; sur l&rsquo;acheteur public. Il est recommand&eacute;, dans ce cas, de modifier l&rsquo;engagement comptable du march&eacute; ou du bon de commande.</p> <p style="text-align: justify;">Si le contrat est conclu <em>&quot;toutes taxes comprises&quot;</em>, sans plus de pr&eacute;cisions, le suppl&eacute;ment de charges doit &ecirc;tre support&eacute; par le titulaire.</p> <p style="text-align: justify;">Si le contrat est conclu<em> &quot;hors taxes&quot;</em>, sans plus de pr&eacute;cision, le suppl&eacute;ment de charges est support&eacute; par le pouvoir adjudicateur.</p> <p style="text-align: justify;"><u><em>Source : Note DAJ du 31/07/2012</em></u></p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/marches-publics/execution/qui-doit-supporter-une-nouvelle-charge-fiscale-nee-en-cours-de-lexecution-du-marche-et-qui-en-rencherit-le-cout Tue, 21 Aug 2012 19:23:00 +0200 Un maire peut-il refuser la délivrance d'un PC au motif qu'il existe un risque d'inondation? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/inondation/un-maire-peut-il-refuser-la-delivrance-d-un-pc-au-motif-qu-il-existe-un-risque-d-inondation <p style="text-align: justify;">Oui.</p> <p style="text-align: justify;">Il convient de diff&eacute;rencier le cas o&ugrave; existe un Plan de Pr&eacute;vention des Risques d&#39;Inondation (PPRI) et le cas o&ugrave; il n&#39;existe pas.</p> <p style="text-align: justify;"><strong>Inexistence d&#39;un PPRI :</strong></p> <p style="text-align: justify;">L&#39;<em><a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006816398&amp;cidTexte=LEGITEXT000006074075&amp;dateTexte=20120718&amp;fastPos=11&amp;fastReqId=1388713034&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">article R.111-2</a> du Code de l&#39;urbanisme </em>pr&eacute;voit que <em>&quot;Le projet peut &ecirc;tre refus&eacute; ou n&#39;&ecirc;tre accept&eacute; que sous r&eacute;serve de l&#39;observation de prescriptions sp&eacute;ciales s&#39;il est de nature &agrave; porter atteinte &agrave; la salubrit&eacute; ou &agrave; la s&eacute;curit&eacute; publique du fait de sa situation, de ses caract&eacute;ristiques, de son importance ou de son implantation &agrave; proximit&eacute; d&#39;autres installations.&quot;</em></p> <p style="text-align: justify;">Il appartient aux juges d&#39;appr&eacute;cier souverainement les faits susceptibles de fonder un refus de permis de construire <em>(<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000007957057&amp;fastReqId=1707791084&amp;fastPos=1" target="_blank">CE, 3 octobre 1997, SA V&eacute;hicules industriels havrais, n&deg;159789</a>).</em></p> <p style="text-align: justify;">A titre d&#39;illustration, est l&eacute;galement accord&eacute; un permis de construire dans une zone inondable d&egrave;s lors qu&#39;existent des digues de protection, que le terrain concern&eacute; n&#39;a plus &eacute;t&eacute; inond&eacute; depuis 1856 et que des prescriptions sp&eacute;ciales sont &eacute;dict&eacute;es par ce permis imposant un niveau refuge &agrave; une hauteur suffisante<em> (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000019712926&amp;fastReqId=1013891608&amp;fastPos=1" target="_blank">CE, 29 octobre 2008, MEDDTL c/ Cne de Tarascon, n&deg;304393</a> ; <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000023296011&amp;fastReqId=780201836&amp;fastPos=1" target="_blank">CAA Marseille, 17 d&eacute;cembre 2010, SCI Les Arcades, n&deg;10MA00248</a>).</em></p> <p style="text-align: justify;"><strong>Existence d&#39;un PPRI :</strong></p> <p style="text-align: justify;">Le maire a, dans ce cas, l&#39;obligation de respecter les prescriptions du PPRI pour d&eacute;livrer le permis de construire.</p> <p style="text-align: justify;">En effet, le PPRI vaut servitude d&#39;utilit&eacute; publique et doit en cons&eacute;quence &ecirc;tre annex&eacute; au PLU<em> (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006814805&amp;cidTexte=LEGITEXT000006074075&amp;dateTexte=20120718&amp;fastPos=6&amp;fastReqId=1252245726&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">art.&nbsp;L.126-1</a> Code de l&#39;urbanisme)</em>. Il est, de ce fait, opposable &agrave; toute demande relative &agrave; l&#39;occupation ou l&#39;utilisation du sol fond&eacute;e sur le code de l&#39;urbanisme.</p> <p style="text-align: justify;">Le maire doit donc refuser la d&eacute;livrance d&#39;un permis de construire lorsque le projet est contraire aux dispositions du PPRI.</p> <p style="text-align: justify;">Le maire ne peut alors utiliser l&#39;<em>article R.111-2 du Code de l&#39;urbanisme</em> qu&#39;en compl&eacute;ment des dispositions du PPRI <em>(<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000023958620&amp;fastReqId=775372014&amp;fastPos=1" target="_blank">CE, 4 mai 2011, Commune de Fondettes, n&deg;321357</a>)</em>. Cette utilisation se traduit :</p> <ul> <li style="text-align: justify;">soit par des pr&eacute;cisions apport&eacute;es par le maire quant &agrave; ce qu&#39;implique, pour la construction, l&#39;application du PPRI ;</li> <li style="text-align: justify;">soit par l&#39;&eacute;diction &eacute;ventuelle de prescriptions suppl&eacute;mentaires &agrave; celles pr&eacute;vues par le PPRI d&egrave;s lors qu&#39;existe un risque ou une aggravation du risque par rapport aux dispositions du PPRI.</li> </ul> <p>&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/inondation/un-maire-peut-il-refuser-la-delivrance-d-un-pc-au-motif-qu-il-existe-un-risque-d-inondation Wed, 18 Jul 2012 00:00:00 +0200 Les collectivités ont-elles l'obligation d'accepter les factures dématérialisées? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/marches-publics/execution/les-collectivites-ont-elles-l-obligation-d-accepter-les-factures-dematerialisees <p style="text-align: justify;">Oui, &agrave; compter du 1er janvier 2017.</p> <p style="text-align: justify;">L&rsquo;<em><a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000029140226&amp;dateTexte=20160627" target="_blank">ordonnance du 26 juin 2014</a></em> relative au d&eacute;veloppement de la facture &eacute;lectronique&nbsp;d&eacute;finit le calendrier d&rsquo;obligation de facturation &eacute;lectronique pour les &eacute;metteurs de factures &agrave; destination de l&rsquo;Etat, des collectivit&eacute;s territoriales et de leurs &eacute;tablissements publics respectifs :</p> <ul> <li style="text-align: justify;">1er janvier 2017 : obligation pour les grandes entreprises et les personnes publiques ;</li> <li style="text-align: justify;">1er janvier 2018 : obligation pour les entreprises de taille interm&eacute;diaire ;</li> <li style="text-align: justify;">1er janvier 2019 : obligation pour les petites et moyennes entreprises ;</li> <li style="text-align: justify;">1er janvier 2020 : obligation pour les micros entreprises.</li> </ul> <p style="text-align: justify;">Cette disposition g&eacute;n&eacute;ralise par ailleurs aux collectivit&eacute;s territoriales et &agrave; tous les &eacute;tablissements publics, l&rsquo;obligation faite &agrave; l&rsquo;Etat d&rsquo;accepter les factures &eacute;lectroniques.</p> <p style="text-align: justify;">Apr&egrave;s &nbsp;une concertation avec les repr&eacute;sentants des entreprises, des &eacute;tablissements publics et des collectivit&eacute;s, l&#39;agence pour l&#39;Informatique financi&egrave;re de l&#39;Etat (AIFE) a propos&eacute; le 8 avril 2015 une solution technique mutualis&eacute;e et gratuite aux entreprises, aux collectivit&eacute;s locales et &eacute;tablissements publics.</p> <p style="text-align: justify;">L&#39;AIFE a mis en &oelig;uvre depuis le 1er janvier 2012 une plateforme de d&eacute;mat&eacute;rialisation des factures, Chorus Factures.</p> <p style="text-align: justify;">Cette plateforme permet aux fournisseurs de l&rsquo;Etat de transmettre leurs factures par voie &eacute;lectronique, sans recours au papier. Ils peuvent &eacute;galement suivre l&rsquo;avancement du traitement de leurs factures. Chorus Factures propose gratuitement trois modes de transmission, adapt&eacute;s aux besoins et aux capacit&eacute;s des fournisseurs :</p> <ul> <li style="text-align: justify;">le d&eacute;p&ocirc;t de factures en PDF (sign&eacute; ou non sign&eacute;) sur un portail ;</li> <li style="text-align: justify;">la saisie de factures sur ce m&ecirc;me portail ;</li> <li style="text-align: justify;">la transmission de factures en Echange de donn&eacute;es informatis&eacute; (EDI), pour les fournisseurs au volume de factures important.</li> </ul> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/marches-publics/execution/les-collectivites-ont-elles-l-obligation-d-accepter-les-factures-dematerialisees Fri, 17 Feb 2012 15:02:00 +0100 Comment apprécier les seuils de publicité et de procédure? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/marches-publics/publicite-et-mise-en-concurrence/comment-apprecier-les-seuils-de-publicite-et-de-procedure <p>Pour les <strong>march&eacute;s de travaux</strong>, l&#39;appr&eacute;ciation des seuils (cf. tableau ci-dessous), c&#39;est la <u>valeur globale de l&#39;op&eacute;ration</u> qui compte : si les travaux composant l&#39;op&eacute;ration comportent&nbsp;plusieurs ouvrages, que des fournitures sont n&eacute;cessaires pour leur r&eacute;alisation c&#39;est l&#39;ensemble du montant des ces travaux et fournitures constituant l&#39;op&eacute;ration qui permettra de d&eacute;terminer le &quot;seuil&quot; de publicit&eacute; et de proc&eacute;dure applicable (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000019973346&amp;cidTexte=LEGITEXT000005627819&amp;dateTexte=20110812&amp;oldAction=rechCodeArticle" name="article 27 du code des marchés publics" target="_blank" title="article 27 du code des marchés publics">art. 27</a> du CMP).</p> <p>La notion d&#39; &quot;op&eacute;ration&quot; se d&eacute;finit comme un ensemble de travaux caract&eacute;ris&eacute;s par son unit&eacute; fonctionnelle, technique ou &eacute;conomique, sa programmation dans une p&eacute;riode de temps limit&eacute;, sa r&eacute;alisation dans un p&eacute;rim&egrave;tre g&eacute;ographique limit&eacute;.</p> <p>Pour les <strong>march&eacute;s de fournitures et de services</strong>, le crit&egrave;re &agrave; prendre en compte est celui de l<u>&#39;homog&eacute;n&eacute;it&eacute;</u> des prestations :</p> <ul> <li>soit que les fournitures ou services pr&eacute;sentent des caract&eacute;ristiques similaires,</li> <li>soit&nbsp;que les fournitures ou services forment un ensemble coh&eacute;rent concourant au m&ecirc;me objet.</li> </ul> <p>(cf. la <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=93DD21EC8DCB19B52918C645CEF89A80.tpdjo04v_2?cidTexte=JORFTEXT000000581212&amp;categorieLien=id" name="Arrêté du 13 décembre 2001 définissant la nomenclature prévue aux II et III de l'article 27 du code des marchés publics" target="_blank" title="Arrêté du 13 décembre 2001 définissant la nomenclature prévue aux II et III de l'article 27 du code des marchés publics">nomenclature des march&eacute;s publics </a>qui permet de d&eacute;terminer des &quot;familles&quot; de fournitures et services).</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/marches-publics/publicite-et-mise-en-concurrence/comment-apprecier-les-seuils-de-publicite-et-de-procedure Fri, 12 Aug 2011 00:00:00 +0200 En cas d’urgence, est-il possible d’éviter la phase de publicité pour conclure un marché ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/marches-publics/publicite-et-mise-en-concurrence/en-cas-durgence-est-il-possible-deviter-la-phase-de-publicite-pour-conclure-un-marche <p style="text-align: justify;">Oui.</p> <p style="text-align: justify;">Il s&rsquo;agit de la proc&eacute;dure de march&eacute; n&eacute;goci&eacute; pass&eacute; sans publicit&eacute; ni mise en concurrence pr&eacute;alables (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000019973348&amp;cidTexte=LEGITEXT000005627819&amp;dateTexte=20100928&amp;fastPos=1&amp;fastReqId=1614296624&amp;oldAction=rechCodeArticle" name="article 35 code marchés publics" target="_blank" title="article 35 code marchés publics">art. 35 II 1&deg;</a> du CMP).</p> <p style="text-align: justify;">Mais le recours &agrave; cette proc&eacute;dure en cas d&rsquo;urgence n&rsquo;est valable que s&rsquo;il r&eacute;pond &agrave; trois conditions cumulatives :</p> <ul> <li style="text-align: justify;">d&rsquo;une part que l&rsquo;urgence soit &laquo; imp&eacute;rieuse &raquo;,</li> <li style="text-align: justify;">d&rsquo;autre part, que cette urgence r&eacute;sulte de circonstances impr&eacute;visibles,</li> <li style="text-align: justify;">enfin, un lien de causalit&eacute; entre les circonstances impr&eacute;visibles et l&rsquo;urgence imp&eacute;rieuse.</li> </ul> <p style="text-align: justify;"><strong>Quant aux &laquo; circonstances impr&eacute;visibles &raquo; :</strong><br /> Ces termes font l&rsquo;objet d&rsquo;une interpr&eacute;tation stricte. Les circonstances doivent &ecirc;tre ind&eacute;pendantes de la volont&eacute; de l&rsquo;administration. La carence de celle-ci ne peut donc justifier le recours &agrave; cette proc&eacute;dure. L&rsquo;impr&eacute;visibilit&eacute; peut porter sur la nature de l&rsquo;&eacute;v&eacute;nement lui-m&ecirc;me, mais aussi sur son ampleur (ex : catastrophe naturelle, <em>cf. <a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000018002217&amp;fastReqId=302169295&amp;fastPos=1" name="CAA Marseille 12 mars 2007 Bollène" target="_blank" title="CAA Marseille 12 mars 2007 Bollène">CAA Marseille, 6&egrave;&nbsp; ch., 12 mars 2007, n&deg; 04MA00643, Commune de Boll&egrave;ne</a>).</em></p> <p style="text-align: justify;"><strong>Quant &agrave; l&rsquo; &laquo; urgence imp&eacute;rieuse &raquo; :</strong><br /> L&rsquo;urgence doit pr&eacute;senter un caract&egrave;re particuli&egrave;rement grave. Elle doit rendre impossible le respect des d&eacute;lais normaux, y compris les d&eacute;lais r&eacute;duits pour cause d&#39;urgence simple <em>(Ex :&nbsp; interventions imm&eacute;diates suite &agrave; une temp&ecirc;te, travaux de s&eacute;curit&eacute; de premi&egrave;re n&eacute;cessit&eacute; &hellip;).</em></p> <p style="text-align: justify;"><strong>Quant au lien de causalit&eacute; entre elles :</strong><br /> Si l&rsquo;urgence imp&eacute;rieuse est n&eacute;cessaire ; elle n&rsquo;est pas suffisante. Elle doit directement r&eacute;sulter des circonstances impr&eacute;visibles.</p> <p style="text-align: justify;">En cas de recours &agrave; cette proc&eacute;dure, il est d&eacute;rog&eacute; &agrave; certaines dispositions du CMP :</p> <ul> <li style="text-align: justify;">la collectivit&eacute; ne r&eacute;alise pas de publicit&eacute; et peut s&rsquo;adresser directement &agrave; une seule entreprise,</li> <li style="text-align: justify;">si la situation d&rsquo;urgence est incompatible avec la pr&eacute;paration d&rsquo;un DCE, le march&eacute; peut-&ecirc;tre conclu sans ces documents, par un simple &eacute;change de lettres (quel qu&rsquo;en soit le support) (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000019973348&amp;cidTexte=LEGITEXT000005627819&amp;dateTexte=20100928&amp;fastPos=1&amp;fastReqId=963200435&amp;oldAction=rechCodeArticle" name="article 35 code marchés publics" target="_blank" title="article 35 code marchés publics">art. 35</a> II 1&deg;, al.2),</li> <li style="text-align: justify;">la r&eacute;union de la CAO n&rsquo;est pas obligatoire, il appartient alors &agrave; l&rsquo;ex&eacute;cutif de la collectivit&eacute; de choisir l&rsquo;entreprise (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000019973507&amp;cidTexte=LEGITEXT000005627819&amp;dateTexte=20100928&amp;fastPos=1&amp;fastReqId=138872948&amp;oldAction=rechCodeArticle" name="article 25 code marchés publics" target="_blank" title="article 25 code marchés publics">art. 25 </a>al.5),</li> <li style="text-align: justify;">le march&eacute; ne doit pas &ecirc;tre notifi&eacute; &agrave; l&rsquo;entreprise (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000019981402&amp;cidTexte=LEGITEXT000005627819&amp;dateTexte=20100928&amp;fastPos=1&amp;fastReqId=1722713722&amp;oldAction=rechCodeArticle" name="article 81 code marchés publics" target="_blank" title="article 81 code marchés publics">art. 81</a>), celle-ci l&rsquo;ex&eacute;cute donc sans attendre.<br /> &nbsp;</li> </ul> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/marches-publics/publicite-et-mise-en-concurrence/en-cas-durgence-est-il-possible-deviter-la-phase-de-publicite-pour-conclure-un-marche Thu, 14 Jan 2010 00:00:00 +0100 Le titulaire peut-il demander une indemnisation au maître d'ouvrage lorsque ce dernier est responsable du retard pris dans l'exécution du marché? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/marches-publics/execution/le-titulaire-peut-il-demander-une-indemnisation-au-maitre-d-ouvrage-lorsque-ce-dernier-est-responsable-du-retard-pris-dans-l-execution-du-marche <p style="text-align: justify;">Oui, le titulaire du march&eacute; a droit &agrave; l&#39;indemnisation int&eacute;grale du pr&eacute;judice qu&#39;il a subi du fait de retards dans l&#39;ex&eacute;cution du march&eacute; imputables au ma&icirc;tre de l&#39;ouvrage ou &agrave; ses autres cocontractants, &agrave; condition que :</p> <ol> <li style="text-align: justify;">le pr&eacute;judice soit certain ;</li> <li style="text-align: justify;">le pr&eacute;judice invoqu&eacute; est en lien direct avec les retards dus au ma&icirc;tre d&#39;ouvrage<em> (<a href="http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000026247605&amp;fastReqId=1986211160&amp;fastPos=1" target="_blank">Conseil d&#39;Etat, 1er ao&ucirc;t 2012, n&deg;342337</a>).</em></li> </ol> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/marches-publics/execution/le-titulaire-peut-il-demander-une-indemnisation-au-maitre-d-ouvrage-lorsque-ce-dernier-est-responsable-du-retard-pris-dans-l-execution-du-marche Mon, 10 Sep 2012 09:35:00 +0200 Est-il possible de modifier le DCE en cours de procédure de consultation ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/marches-publics/publicite-et-mise-en-concurrence/est-il-possible-de-modifier-le-dce-en-cours-de-procedure-de-consultation <p style="text-align: justify;">Oui, mais ces modifications sont strictement encadr&eacute;es et diff&egrave;rent selon qu&rsquo;elles ont lieu avant pou apr&egrave;s le d&eacute;p&ocirc;t des offres.</p> <p style="text-align: justify;"><strong>Modification avant le d&eacute;p&ocirc;t des offres :</strong><br /> Toutes les modifications sont possibles, sous r&eacute;serve du respect des conditions suivantes.</p> <ol> <li style="text-align: justify;">Le pouvoir adjudicateur ne peut ajouter une obligation insusceptibles d&rsquo;&ecirc;tre justifi&eacute;e par l&rsquo;objet du march&eacute; ou ses conditions d&rsquo;ex&eacute;cution.</li> <li style="text-align: justify;">Le pouvoir adjudicateur doit assurer l&rsquo;&eacute;galit&eacute; de traitement des candidats et leur laisser un d&eacute;lai raisonnable, avant la date limite de r&eacute;ception des offres, pour leur permettre de prendre en compte les modifications.</li> <li style="text-align: justify;">Le pouvoir adjudicateur doit informer tous les candidats des modifications apport&eacute;es. Un AAPC doit &ecirc;tre renvoy&eacute; (si les modifications touchent le contenu initial de l&rsquo;AAPC).</li> <li style="text-align: justify;">La modification doit &ecirc;tre exprim&eacute;e en termes clairs.</li> </ol> <p style="text-align: justify;"><strong>Modification apr&egrave;s le d&eacute;p&ocirc;t des offres :</strong><br /> Seules des modifications mineures sont possibles <em>(CE, 15 janvier 1919, Allouche).</em><br /> Ainsi, le modification de la dur&eacute;e du contrat est interdite <em>(CE, 4 avril 1997, Commune de l&rsquo;&icirc;le d&rsquo;Yeu).</em></p> <p style="text-align: justify;">Le caract&egrave;re &laquo; mineur &raquo; de la modification est appr&eacute;ci&eacute; au regard de la proc&eacute;dure retenue.<br /> Ainsi, pour les proc&eacute;dures d&rsquo;appel d&rsquo;offres, l&rsquo;interdiction est strictement appliqu&eacute;e.<br /> En mati&egrave;re de proc&eacute;dure n&eacute;goci&eacute;e, la n&eacute;gociation peut aboutir (c&rsquo;est d&rsquo;ailleurs son int&eacute;r&ecirc;t) &agrave; l&rsquo;adaptation des documents de consultation. N&eacute;anmoins, cette &laquo; adaptation &raquo; ne doit pas &ecirc;tre substantielle.</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/marches-publics/publicite-et-mise-en-concurrence/est-il-possible-de-modifier-le-dce-en-cours-de-procedure-de-consultation Thu, 14 Jan 2010 00:00:00 +0100 Aux termes de l'article 121-2 du Code Pénal, comment définir les “activités susceptibles de faire l'objet de conventions de délégation de service public” ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/aux-termes-de-l-article-121-2-du-code-penal-comment-definir-les-activites-susceptibles-de-faire-l-objet-de-conventions-de-delegation-de-service-public <p style="text-align: justify;">&nbsp;<br /> Aux termes de l&#39;<em><a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006417204&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070719" target="_blank">article 121-2</a> du Code P&eacute;nal</em>,&nbsp;les collectivit&eacute;s territoriales et leurs groupements ne sont responsables p&eacute;nalement que des infractions commises dans l&#39;exercice <em>&quot;d&#39;activit&eacute;s susceptibles de faire l&#39;objet de conventions de d&eacute;l&eacute;gation de service public&quot;.</em></p> <p style="text-align: justify;">L&#39;ex&eacute;cutif, personne physique, peut quant &agrave; lui&nbsp;&ecirc;tre poursuivi pour des infractions qui d&eacute;passent le cadre de ces activit&eacute;s.</p> <p style="text-align: justify;">Si l&#39;<em><a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;idArticle=LEGIARTI000006389206&amp;dateTexte=&amp;categorieLien=cid" target="_blank">article L.1411-1</a> du CGCT</em>&nbsp;d&eacute;finit ce qu&#39;est une&nbsp;d&eacute;l&eacute;gation de service public,&nbsp;<span style="letter-spacing: 0px; line-height: 1.2em;">aucun texte ne fixe v&eacute;ritablement les activit&eacute;s de services publics qui peuvent &ecirc;tre d&eacute;l&eacute;gu&eacute;es.</span></p> <p style="text-align: justify;"><span style="letter-spacing: 0px; line-height: 1.2em;"><strong>NB</strong>&nbsp;: Ce&nbsp;n&#39;est pas le mode de gestion du service public qui importe mais la nature de l&#39;activit&eacute; de service public,&nbsp;d&eacute;l&eacute;gable&nbsp;ou non.&nbsp;Il n&#39;est pas n&eacute;cessaire que l&#39;activit&eacute; au cours de laquelle le dommage s&#39;est produit, soit actuellement g&eacute;r&eacute;e sous forme de d&eacute;l&eacute;gation de service public. Il suffit seulement&nbsp;qu&#39;elle puisse l&#39;&ecirc;tre&nbsp;<em>(<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriJudi.do?oldAction=rechJuriJudi&amp;idTexte=JURITEXT000022902993&amp;fastReqId=1057538016&amp;fastPos=1" target="_blank">Cass.,&nbsp;Crim., 07 septembre&nbsp;2010, n&deg;10-82.119</a>).</em></span></p> <p style="text-align: justify;"><span style="letter-spacing: 0px; line-height: 1.2em;">De m&ecirc;me, peu importe que l&#39;activit&eacute; en cause soit&nbsp;d&eacute;sign&eacute;e par la&nbsp;collectivit&eacute; territoriale comme susceptible ou non de d&eacute;l&eacute;gation. Il appartient&nbsp;au seul juge de qualifier juridiquement l&#39;activit&eacute;&nbsp;comme susceptible de d&eacute;l&eacute;gation ou non.</span></p> <p style="text-align: justify;"><u>Constituent des activit&eacute;s de service public <strong>non</strong> </u><strong><u>d&eacute;l&eacute;gable</u>s</strong> :</p> <ul> <li style="text-align: justify;">Activit&eacute;s exerc&eacute;es au nom et pour le compte de l&#39;&Eacute;tat (&eacute;lections, &eacute;tat civil, recensement militaire, ...);</li> <li style="text-align: justify;">Activit&eacute;s mettant en oeuvre des&nbsp;pr&eacute;rogatives de puissance publique l&#39;exercice du pouvoir de police administrative, &eacute;diction de mesures r&eacute;glementaires, etc.) ;</li> <li style="text-align: justify;">Gestion des biens appartenant au domaine priv&eacute; d&#39;une collectivit&eacute; territoriale&nbsp;<em>(<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriJudi.do?oldAction=rechJuriJudi&amp;idTexte=JURITEXT000026154369&amp;fastReqId=1148045329&amp;fastPos=1" target="_blank">Cass., Crim., 03 mai 2012, n&deg;11-81203</a>) ;</em></li> <li style="text-align: justify;">Contraventions de grande voirie <em>(<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000028540153&amp;fastReqId=1583945093&amp;fastPos=1" target="_blank">CE, 22 janvier&nbsp;2014,&nbsp;F&eacute;d&eacute;ration nationale&nbsp;des&nbsp;associations d&#39;usagers des transports,&nbsp;R&eacute;seau Ferr&eacute; de France, n&deg;352202</a>) ;</em></li> <li style="text-align: justify;">Police des fun&eacute;railles<em>&nbsp;(<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriJudi.do?oldAction=rechJuriJudi&amp;idTexte=JURITEXT000031660813&amp;fastReqId=1761901155&amp;fastPos=1" target="_blank">Cass., Crim., 16 d&eacute;cembre&nbsp;2015, n&deg;14-87399</a>) ;</em></li> <li style="text-align: justify;">Enseignement et activit&eacute;s p&eacute;riph&eacute;riques &agrave; l&#39;enseignement (services &quot;socio-&eacute;ducatifs&quot; tels que l&#39;animation de&nbsp;classes de d&eacute;couverte pendant le temps scolaire)&nbsp;;</li> <li style="text-align: justify;">Entretien d&#39;un immeuble communal abritant du mat&eacute;riel communal (<em>CA Bordeaux, 29 septembre&nbsp;2009, n&deg;09/00476) ;</em></li> <li style="text-align: justify;">Mission de pose de d&eacute;corations sur la voie ou les &eacute;quipements publics, m&ecirc;me si elle entre dans le cadre des services culturels offerts au public et peut &ecirc;tre confi&eacute;e &agrave; une entreprise priv&eacute;e <em>(CA&nbsp;Rouen,&nbsp;22 janvier&nbsp;2015, n&deg;14/00280) ;</em></li> <li style="text-align: justify;">Organisation des&nbsp;transports scolaires&nbsp;<em>(<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriJudi.do?oldAction=rechJuriJudi&amp;idTexte=JURITEXT000007071228&amp;fastReqId=1261003106&amp;fastPos=1" target="_blank">Cass.,&nbsp;Crim., 06 avril&nbsp;2004, n&deg;03-82394</a>).</em></li> </ul> <p style="text-align: justify;"><u>Constituent des activit&eacute;s de service&nbsp;public <strong>d&eacute;l&eacute;gables</strong></u> :</p> <ul> <li style="text-align: justify;">Eau ;</li> <li style="text-align: justify;">Assainissement ;</li> <li style="text-align: justify;">Ordures m&eacute;nag&egrave;res ;</li> <li style="text-align: justify;">Exploitation des transports scolaires <em>(<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriJudi.do?oldAction=rechJuriJudi&amp;idTexte=JURITEXT000007071228&amp;fastReqId=1261003106&amp;fastPos=1" target="_blank">Cass.,&nbsp;Crim., 06 avril&nbsp;2004, n&deg;03-82394</a>) ;</em></li> <li style="text-align: justify;">Cantine scolaire ;</li> <li style="text-align: justify;">Exploitation d&#39;un th&eacute;&acirc;tre <em>(<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriJudi.do?oldAction=rechJuriJudi&amp;idTexte=JURITEXT000007069630&amp;fastReqId=1935679328&amp;fastPos=1" target="_blank">Cass., Crim., 03&nbsp;avril&nbsp;2002, St&eacute;&nbsp;SGTE&nbsp;Travaux &eacute;lectriques, Cne&nbsp;Saint-Maur-des-Foss&eacute;s&nbsp;et Cie AXA Assurances, n&deg;01-83160</a>)</em> ;</li> <li style="text-align: justify;">Propri&eacute;t&eacute; d&#39;un abattoir (a &eacute;t&eacute; reconnue p&eacute;nalement responsable des accidents de la circulation, caus&eacute;s par une vache, la communaut&eacute; de communes propri&eacute;taire de l&#39;abattoir d&#39;o&ugrave; s&#39;&eacute;tait &eacute;chapp&eacute; cet animal <em>(<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriJudi.do?oldAction=rechJuriJudi&amp;idTexte=JURITEXT000023433814&amp;fastReqId=1706379357&amp;fastPos=1" target="_blank">Cass., Crim., 14 d&eacute;cembre&nbsp;2010, n&deg;10-80591</a>) ;</em></li> <li style="text-align: justify;">Exploitation du domaine skiable ;</li> <li style="text-align: justify;">Gestion du service de l&#39;&eacute;clairage public<em>&nbsp;(<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriJudi.do?oldAction=rechJuriJudi&amp;idTexte=JURITEXT000020064831&amp;fastReqId=2131781506&amp;fastPos=1" target="_blank">Cass., Crim., 09 d&eacute;cembre&nbsp;2008, n&deg;08-81855</a>).</em></li> </ul> <p style="text-align: justify;">&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/aux-termes-de-l-article-121-2-du-code-penal-comment-definir-les-activites-susceptibles-de-faire-l-objet-de-conventions-de-delegation-de-service-public Wed, 10 Feb 2016 11:38:00 +0100 Une piscine privée peut-elle être utilisée comme point d’eau incendie dans le cadre du règlement de DECI ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/defense-incendie/une-piscine-privee-peut-elle-etre-utilisee-comme-point-deau-incendie-dans-le-cadre-du-reglement-de-deci <p style="text-align: justify;">Non.</p> <p style="text-align: justify;">Les piscines priv&eacute;es ne pr&eacute;sentent pas, par d&eacute;finition, les caract&eacute;ristiques requises pour &ecirc;tre int&eacute;gr&eacute;es en qualit&eacute; de PEI dans le R&egrave;glement de DECI.&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">En effet, ne sont pas garanties, en raison des r&egrave;gles de s&eacute;curit&eacute;, d&rsquo;hygi&egrave;ne et d&rsquo;entretien qui leur sont applicables, &agrave; savoir : p&eacute;rennit&eacute; de la ressource?&nbsp;p&eacute;rennit&eacute; de leur situation juridique (en cas de renonciation du propri&eacute;taire &agrave; disposer de cet &eacute;quipement ou &agrave; l&rsquo;entretenir, en cas de changement de propri&eacute;taire ne souhaitant pas disposer de piscine), p&eacute;rennit&eacute; de l&rsquo;accessibilit&eacute; aux engins d&rsquo;incendie (contrainte technique forte).</p> <p style="text-align: justify;">Toutefois, une piscine, &agrave; l&rsquo;initiative de son propri&eacute;taire, peut &ecirc;tre utilis&eacute;e dans le cadre de l&rsquo;autoprotection de la propri&eacute;t&eacute;, lorsque celle-ci est directement concern&eacute;e par l&rsquo;incendie. De m&ecirc;me, le propri&eacute;taire peut mettre &agrave; disposition des secours cette capacit&eacute; en compl&eacute;ment des moyens de DECI int&eacute;gr&eacute;s, sous r&eacute;serve d&rsquo;en assurer l&rsquo;accessibilit&eacute; et la signalisation.</p> <p style="text-align: justify;">Une piscine priv&eacute;e peut &ecirc;tre aussi utilis&eacute;e en dernier recours dans le cadre de l&rsquo;&eacute;tat de n&eacute;cessit&eacute;. Cela permet &agrave; l&rsquo;autorit&eacute; de police et aux services plac&eacute;s sous sa direction de disposer dans l&rsquo;urgence des ressources en eau n&eacute;cessaire &agrave; la lutte contre l&rsquo;incendie.</p> <p style="text-align: justify;"><em><u>Source</u> : <a href="https://www.sidesa.fr/upload/files/pdf/151215-A-RNDECI.pdf" target="_blank">R&eacute;f&eacute;rentiel national de DECI</a>&nbsp;(Annexe de l&#39;arr&ecirc;t&eacute; du 15 d&eacute;cembre 2015 :&nbsp;NOR INTE1522200A)</em></p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/defense-incendie/une-piscine-privee-peut-elle-etre-utilisee-comme-point-deau-incendie-dans-le-cadre-du-reglement-de-deci Fri, 12 Feb 2016 17:48:00 +0100 La convention collective nationale des services d’eau et d’assainissement s’applique-t-elle obligatoirement aux services gérés en régie? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/concessions/la-convention-collective-nationale-des-services-deau-et-dassainissement-sapplique-t-elle-obligatoirement-aux-services-geres-en-regie <p>La r&eacute;ponse d&eacute;pend d&rsquo;une part de la forme de la r&eacute;gie et, d&rsquo;autre part, des r&egrave;gles que la collectivit&eacute; s&rsquo;est elle-m&ecirc;me impos&eacute;es, soit en droit, soit en fait.</p> <h4><strong>La r&egrave;gle g&eacute;n&eacute;rale en mati&egrave;re d&rsquo;application de convention collective est la suivante</strong>.</h4> <p style="text-align: justify;">Une convention collective est d&#39;application&nbsp;obligatoire :</p> <ul> <li style="text-align: justify;">Si l&#39;employeur est adh&eacute;rent d&#39;une organisation patronale. Il doit alors appliquer la convention sign&eacute;e par le syndicat ;</li> <li style="text-align: justify;">Si le secteur d&#39;activit&eacute; de l&#39;employeur rel&egrave;ve d&#39;une convention collective &eacute;tendue. Cette extension a pour effet de rendre obligatoire les dispositions de la convention pour tous les employeurs et les salari&eacute;s compris dans son champ d&#39;application professionnel et territorial.</li> </ul> <p style="text-align: justify;">En revanche, si l&#39;employeur n&#39;est pas adh&eacute;rent d&#39;une organisation patronale et ne rel&egrave;ve pas non plus d&#39;une convention collective &eacute;tendue, il&nbsp;n&#39;a alors aucune obligation d&#39;appliquer la convention collective, mais est contraint de mentionner son intitul&eacute; sur le bulletin de paye et sur les affichages obligatoires de l&#39;association ou de l&#39;entreprise.</p> <p style="text-align: justify;">L&rsquo;<em>article 1er&nbsp;de la <a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichIDCC.do?idConvention=KALICONT000005635338" target="_blank">convention nationale des services d&rsquo;eau et d&rsquo;assainissement</a> en date du 12 avril 2000</em> pr&eacute;voit qu&rsquo;elle<em> &quot;engage toutes les organisations syndicales d&#39;employeurs et toutes les organisations syndicales repr&eacute;sentatives de salari&eacute;s, signataires ou qui, ult&eacute;rieurement, y adh&eacute;reraient&quot;.&nbsp;</em></p> <p style="text-align: justify;">Un&nbsp;<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000767906&amp;fastPos=1&amp;fastReqId=1144723109&amp;categorieLien=id&amp;oldAction=rechTextehttps://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000767906&amp;fastPos=1&amp;fastReqId=1144723109&amp;categorieLien=id&amp;oldAction=rechTexte" target="_blank"><em>arr&ecirc;t&eacute; du 28 d&eacute;cembre 2000</em></a> a en outre rendu obligatoires, <u>pour tous les employeurs et tous les salari&eacute;s compris dans le champ d&#39;application de la convention collective nationale</u> des entreprises d&#39;eau et d&rsquo;assainissement du 12 avril 2000, les dispositions de ladite convention collective sous certaines exclusions ou r&eacute;serves<em> (cf. art.1er de l&rsquo;<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000767906&amp;fastPos=1&amp;fastReqId=1144723109&amp;categorieLien=id&amp;oldAction=rechTextehttps://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000767906&amp;fastPos=1&amp;fastReqId=1144723109&amp;categorieLien=id&amp;oldAction=rechTexte" target="_blank">arr&ecirc;t&eacute; du 28 d&eacute;cembre 2000</a>).</em></p> <p style="text-align: justify;">Or, <em>&quot;tous&nbsp;les&nbsp;employeurs et tous les salari&eacute;s&nbsp;compris dans le champ d&#39;application de la convention collective nationale&nbsp;des entreprises d&#39;eau et d&rsquo;assainissement&quot; </em>sont :</p> <ul> <li style="text-align: justify;">d&#39;une part,&nbsp;toutes entreprises ou tous &eacute;tablissements qui effectuent &agrave; titre principal, <u>dans le cadre d&#39;un contrat d&#39;exploitation (d&eacute;l&eacute;gation ou march&eacute;)</u>, tout ou partie des op&eacute;rations de captage, de production, de traitement et de distribution de l&#39;eau potable, industrielle et pour l&#39;irrigation ainsi que la gestion, l&#39;exploitation et l&#39;entretien des ouvrages et installations n&eacute;cessaires &agrave; ces activit&eacute;s, et &agrave; titre accessoire leur conception, leur r&eacute;alisation et leur renouvellement ;</li> <li style="text-align: justify;">d&#39;autre part,&nbsp;toutes entreprises ou tous &eacute;tablissements qui effectuent &agrave; titre principal, <u>dans le cadre d&#39;un contrat d&#39;exploitation (d&eacute;l&eacute;gation ou march&eacute;)</u>, tout ou partie des op&eacute;rations de collecte, d&#39;&eacute;vacuation et d&#39;&eacute;puration des eaux us&eacute;es et pluviales, ainsi que la gestion, l&#39;exploitation et l&#39;entretien des ouvrages et installations n&eacute;cessaires aux activit&eacute;s d&#39;assainissement collectif ou individuel, et &agrave; titre accessoire leur conception, leur r&eacute;alisation et leur renouvellement.</li> </ul> <p style="text-align: justify;">Cette convention collective (de m&ecirc;me que ses annexes) est donc &quot;&eacute;tendue&quot; et s&rsquo;applique obligatoirement &agrave; toutes les entreprises priv&eacute;es g&eacute;rant, via un contrat (march&eacute; public ou DSP) un service d&#39;eau ou d&#39;assainissement, mais ne s&#39;applique a priori pas obligatoirement aux services d&rsquo;eau et d&rsquo;assainissement g&eacute;r&eacute;s en r&eacute;gie.</p> <h4 style="text-align: justify;">Il convient cependant de distinguer le type de r&eacute;gie concern&eacute;e.</h4> <p style="text-align: justify;">En effet, il existe deux cat&eacute;gories de r&eacute;gies :</p> <ul> <li style="text-align: justify;">les r&eacute;gies autonomes (autonomie financi&egrave;re) ;</li> <li style="text-align: justify;">les r&eacute;gies personnalis&eacute;es (autonomie financi&egrave;re et personnalit&eacute; morale). &nbsp; &nbsp;&nbsp;</li> </ul> <p style="text-align: justify;">Les collectivit&eacute;s territoriales, leurs &eacute;tablissements publics, les EPCI et les syndicats mixtes peuvent cr&eacute;er des r&eacute;gies dot&eacute;es de la personnalit&eacute; morale, c&rsquo;est-&agrave;-dire des r&eacute;gies personnalis&eacute;es pour g&eacute;rer leurs SPIC (syndicat de commune, communaut&eacute; de commune, les communaut&eacute;s urbaines, communaut&eacute; d&#39;agglom&eacute;ration et les m&eacute;tropoles).</p> <p style="text-align: justify;">Le Conseil d&rsquo;Etat a pr&eacute;cis&eacute; que le r&eacute;gime qui leur est applicable est celui des &eacute;tablissements publics des collectivit&eacute;s territoriales sous r&eacute;serve des r&eacute;gimes propre des r&eacute;gies personnalis&eacute;es. Il en r&eacute;sulte que lorsque le code du travail vise les EPIC, il vise aussi les r&eacute;gies personnalis&eacute;es locales qui g&egrave;rent les SPIC.&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">En cons&eacute;quence :</p> <ul> <li style="text-align: justify;">une r&eacute;gie personnalis&eacute;e est soumise aux r&egrave;gles et conventions collectives ;</li> <li style="text-align: justify;">une r&eacute;gie dot&eacute;e de la seule autonomie financi&egrave;re ne l&#39;est pas <em>(<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006072050&amp;idArticle=LEGIARTI000006901731" target="_blank">art.L.2233-1</a> du code du travail)</em>, sauf si elle s&rsquo;est impos&eacute; elle-m&ecirc;me l&rsquo;application de cette convention, en tout ou en partie, en droit<em> (exemple : par d&eacute;lib&eacute;ration), ou en fait (elle l&rsquo;applique dans les faits &agrave; son personnel. Si elle l&rsquo;applique dans les faits, on consid&egrave;rera que c&rsquo;est l&rsquo;int&eacute;gralit&eacute; de la convention collective qu&rsquo;elle a entendu appliquer).</em></li> </ul> <p style="text-align: justify;">&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/concessions/la-convention-collective-nationale-des-services-deau-et-dassainissement-sapplique-t-elle-obligatoirement-aux-services-geres-en-regie Thu, 03 Mar 2016 07:57:00 +0100 Dans le cadre de la loi Notre et du regroupement de services d’eau et d’assainissement suite à la prise de compétences par les EPCI à fiscalité propre, quelles sont les obligations, en terme de délai, pour harmoniser le prix de l'eau ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/dans-le-cadre-de-la-loi-notre-et-du-regroupement-de-services-deau-et-dassainissement-suite-a-la-prise-de-competences-par-les-epci-a-fiscalite-propre-quelles-sont-les-obligations-en-terme-de-delai-pour-harmoniser-le-prix-de-l-eau <p style="text-align: justify;">S&rsquo;il convient d&rsquo;anticiper les cons&eacute;quences du transfert des comp&eacute;tences eau et assainissement &agrave; un EPCI &agrave; fiscalit&eacute; propre (notamment en mati&egrave;re de patrimoine, contrats, ressources humaines, mode de gestion, syst&egrave;mes d&rsquo;information, etc.), il n&rsquo;existe aucune obligation de mettre en place un tarif unique pour tous les usagers d&egrave;s le jour de la prise de comp&eacute;tence par l&rsquo;EPCI &agrave; fiscalit&eacute; propre.</p> <p style="text-align: justify;">N&eacute;anmoins, comme dans toute proc&eacute;dure d&rsquo;&eacute;largissement de p&eacute;rim&egrave;tre d&rsquo;EPCI ou de fusion d&rsquo;EPCI ayant la comp&eacute;tence eau et assainissement, il faut envisager la mise en place d&rsquo;une harmonisation progressive sur une p&eacute;riode adapt&eacute;e en fonction des &eacute;carts de prix initiaux entre les services d&rsquo;eau et d&rsquo;assainissement regroup&eacute;s.</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/dans-le-cadre-de-la-loi-notre-et-du-regroupement-de-services-deau-et-dassainissement-suite-a-la-prise-de-competences-par-les-epci-a-fiscalite-propre-quelles-sont-les-obligations-en-terme-de-delai-pour-harmoniser-le-prix-de-l-eau Fri, 25 Mar 2016 12:47:00 +0100 La Communauté de communes doit présenter le rapport du délégataire à son assemblée, ses communes membres doivent-elles le présenter à leur conseil? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/concessions/la-communaute-de-communes-doit-presenter-le-rapport-du-delegataire-a-son-assemblee-ses-communes-membres-doivent-elles-le-presenter-a-leur-conseil <p style="text-align: justify;">Non.</p> <p style="text-align: justify;">L&#39;<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexteArticle.do;jsessionid=6541C5C51FE69A5FA85885FDBFEA2E58.tpdila11v_1?idArticle=LEGIARTI000031943175&amp;cidTexte=LEGITEXT000031942966&amp;dateTexte=20160608" target="_blank">article 52</a> de l&#39;ordonnance du 29 janvier 2016 pr&eacute;voit que <em>&quot;Le concessionnaire produit chaque ann&eacute;e un rapport comportant notamment les comptes retra&ccedil;ant la totalit&eacute; des op&eacute;rations aff&eacute;rentes &agrave; l&#39;ex&eacute;cution du contrat de concession et une analyse de la qualit&eacute; des ouvrages ou des services&quot;.</em></p> <p style="text-align: justify;">L&#39;<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;idArticle=LEGIARTI000006389215&amp;dateTexte=&amp;categorieLien=cid" target="_blank">article L.1411-3</a> du CGCT pr&eacute;cise que &quot;<em>D&egrave;s la communication du rapport mentionn&eacute; &agrave; l&#39;article 52 [...], son examen est mis &agrave; l&#39;ordre du jour de la plus prochaine r&eacute;union de l&#39;assembl&eacute;e d&eacute;lib&eacute;rante qui en prend acte&quot;.</em></p> <p style="text-align: justify;">Par cons&eacute;quent, seule la collectivit&eacute; qui a d&eacute;l&eacute;gu&eacute; le service (en l&#39;occurrence la Communaut&eacute; de Communes) doit d&eacute;lib&eacute;rer, mais seulement pour en prendre acte, il n&#39;y a pas &agrave; l&#39;approuver ou le refuser.</p> <p style="text-align: justify;">La Communaut&eacute; de Communes doit cependant communiquer ce rapport &agrave; ses communes membres.<br /> &nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/concessions/la-communaute-de-communes-doit-presenter-le-rapport-du-delegataire-a-son-assemblee-ses-communes-membres-doivent-elles-le-presenter-a-leur-conseil Wed, 08 Jun 2016 08:54:00 +0200 Suite à la réforme des marchés publics, est-il nécessaire de réélire la CAO ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/marches-publics/publicite-et-mise-en-concurrence/suite-a-la-reforme-des-marches-publics-est-il-necessaire-de-reelire-la-cao <p style="text-align: justify;">L&rsquo;<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=B5987C6B4DA892B8306985477ED4F291.tpdila19v_2?cidTexte=JORFTEXT000030920376&amp;dateTexte=20160620" target="_blank">ordonnance du 23 juillet 2015</a> a modifi&eacute; l&rsquo;<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=6985DF33FD0DE0FC32B7656A5EB493E7.tpdila19v_2?idArticle=LEGIARTI000030927824&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20160620" target="_blank">article L.1414-2 du CGCT</a> qui pr&eacute;voit que les march&eacute;s publics dont la valeur HT estim&eacute;e est sup&eacute;rieure ou &eacute;gale aux seuils europ&eacute;ens sont attribu&eacute;s par une CAO <em>&laquo; compos&eacute;e conform&eacute;ment aux dispositions de l&rsquo;<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;idArticle=LEGIARTI000006389221&amp;dateTexte&amp;categorieLien=cid" target="_blank">article L.1411-5</a> &raquo; </em>du CGCT.</p> <p style="text-align: justify;">Or, cet <a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;idArticle=LEGIARTI000006389221&amp;dateTexte&amp;categorieLien=cid" target="_blank">article L.1411-5</a> concerne la DSP.</p> <p style="text-align: justify;"><strong>CAO (march&eacute;s publics) :</strong></p> <p style="text-align: justify;">Les anciennes dispositions concernant la composition de la CAO <em>(<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do;jsessionid=6985DF33FD0DE0FC32B7656A5EB493E7.tpdila19v_2?idSectionTA=LEGISCTA000006145844&amp;cidTexte=LEGITEXT000005627819&amp;dateTexte=20160331" target="_blank">article 22 </a>du CMP abrog&eacute;) </em>pr&eacute;voyaient que la composition de la CAO des EPCI ou d&rsquo;un syndicat mixte variait en fonction du nombre d&rsquo;habitants des communes/collectivit&eacute;s membres.&nbsp;</p> <ul> <li style="text-align: justify;">Ainsi, si l&rsquo;EPCI ne comptait que des communes/collectivit&eacute;s de moins de 3500 habitants, elle &eacute;tait compos&eacute;e d&rsquo;1 pr&eacute;sident + 3 membres.</li> <li style="text-align: justify;">En revanche, si l&rsquo;EPCI comptait au moins une commune/collectivit&eacute; de 3500 habitants ou plus, elle &eacute;tait compos&eacute;e d&rsquo;1 pr&eacute;sident + 5 membres.</li> </ul> <p style="text-align: justify;">D&eacute;sormais tout EPCI voit sa composition identique &agrave; celle de la CDSP, quel que soit le nombre d&rsquo;habitants des communes/collectivit&eacute;s membres : 1 pr&eacute;sident + 5 membres.</p> <p style="text-align: justify;"><strong>CDSP :</strong></p> <p style="text-align: justify;">La CDSP est, pour tout EPCI, quel que soit le nombre d&rsquo;habitants des communes/collectivit&eacute;s membres, compos&eacute;e d&rsquo;1 pr&eacute;sident et de 5 membres.</p> <p style="text-align: justify;"><strong>Cons&eacute;quences pour l&#39;EPCI :</strong></p> <p style="text-align: justify;">La r&eacute;&eacute;lection de la CAO ne concerne donc que les EPCI compos&eacute;s de communes de moins de 3500 habitants, qui en principe avaient &eacute;lu une CAO compos&eacute;e d&rsquo;1 pr&eacute;sident et de 3 membres.</p> <p style="text-align: justify;">Ainsi, si l&#39;EPCI&nbsp;avait d&eacute;j&agrave;, au 1er avril 2016,&nbsp;une CAO compos&eacute;e d&#39;1&nbsp;pr&eacute;sident (qui est&nbsp;n&eacute;cessairement le&nbsp;Pr&eacute;sident de l&#39;EPCI) et de 5 membres, pas besoin de la r&eacute;&eacute;lire.</p> <p style="text-align: justify;">Ce ne serait n&eacute;cessaire que si la CAO &eacute;tait&nbsp;compos&eacute;e d&#39;1&nbsp;pr&eacute;sident (qui est&nbsp;n&eacute;cessairement le Pr&eacute;sident de l&#39;EPCI)&nbsp;et de 3 membres.</p> <p style="text-align: justify;"><u>NB :</u> Si vous r&eacute;&eacute;lisez la CDSP de l&#39;EPCI&nbsp;(ce qui a priori n&rsquo;est pas n&eacute;cessaire dans la mesure o&ugrave; les r&egrave;gles ne changent pas en la mati&egrave;re) ou &eacute;lisez la CDSP de l&#39;EPCI&nbsp;(si cela n&rsquo;a pas &eacute;t&eacute; d&eacute;j&agrave; fait), il faudra n&eacute;cessairement deux votes et deux d&eacute;lib&eacute;rations distinctes, quand bien m&ecirc;me les m&ecirc;mes personnes physiques seraient &eacute;lues pour la CAO et la CDSP.</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/marches-publics/publicite-et-mise-en-concurrence/suite-a-la-reforme-des-marches-publics-est-il-necessaire-de-reelire-la-cao Mon, 20 Jun 2016 15:38:00 +0200 Une station de lavage de voiture s'alimente en eau via la récupération d'eaux pluviales et rejette les eaux usées dans le réseau public d'assainissement collectif. Comment facturer la redevance? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-collectif/une-station-de-lavage-de-voiture-s-alimente-en-eau-via-la-recuperation-d-eaux-pluviales-et-rejette-les-eaux-usees-dans-le-reseau-public-d-assainissement-collectif-comment-facturer-la-redevance <p style="text-align: justify;">A titre liminaire, rappelons les droits et obligations en mati&egrave;re de raccordement au r&eacute;seau public d&#39;assainissement des eaux us&eacute;es.</p> <p style="text-align: justify;"><strong>Immeuble d&rsquo;habitation (rejet d&rsquo;eaux us&eacute;es domestiques) : une obligation de raccordement</strong></p> <p style="text-align: justify;">L&rsquo;obligation de raccordement, prescrite par l&rsquo;<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006072665&amp;idArticle=LEGIARTI000006686485&amp;dateTexte=&amp;categorieLien=cid" target="_blank">article L.1331-1</a> du Code de la Sant&eacute; Publique ne concerne que le raccordement au r&eacute;seau public d&rsquo;assainissement des eaux us&eacute;es domestiques.<br /> &nbsp;<br /> Les eaux us&eacute;es domestiques sont d&eacute;finies comme les <em>&quot;eaux m&eacute;nag&egrave;res d&#39;&eacute;vacuation des cuisines et salles de bains, ainsi que les eaux vannes d&#39;&eacute;vacuation des toilettes&quot;&nbsp;(<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000028595032&amp;fastReqId=1936673283&amp;fastPos=1" target="_blank">CAA Nantes, 07 f&eacute;vrier 2014, n&deg;12NT00161</a>).</em><br /> &nbsp;<br /> Cette obligation porte donc exclusivement sur les immeubles d&rsquo;habitation (individuels ou collectifs). Ainsi, une grange non habitable n&rsquo;est pas soumise &agrave; l&rsquo;obligation de raccordement <em>(<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000028595032&amp;fastReqId=871666397&amp;fastPos=1" target="_blank">CAA Nantes, 07 f&eacute;vrier 2014,&nbsp;n&deg;12NT00161</a>).</em><br /> &nbsp;<br /> L&#39;article L.1331-1 du Code de la Sant&eacute; Publique pose le principe selon lequel tout immeuble desservi par le r&eacute;seau d&#39;assainissement collectif des eaux us&eacute;es domestiques (soit par un acc&egrave;s direct, soit par un acc&egrave;s indirect (servitude de passage, voie priv&eacute;e) &agrave; la voie publique sous laquelle se r&eacute;seau se trouve) doit y &ecirc;tre raccord&eacute; dans un d&eacute;lai de deux ans &agrave; compter de la mise en service du r&eacute;seau (mat&eacute;rialis&eacute; par l&rsquo;arr&ecirc;t&eacute; de mise en service du r&eacute;seau).<br /> &nbsp;<br /> Le fait qu&#39;un propri&eacute;taire ait rencontr&eacute; des difficult&eacute;s techniques &agrave; se raccorder ne saurait justifier que la commune doive supporter les frais de ce raccordement <em>(<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000007500567&amp;fastReqId=1559976204&amp;fastPos=1" target="_blank">CAA Bordeaux, 27 d&eacute;cembre 2001, commune de Cardesse, n&deg;99BX01100</a>).</em><br /> &nbsp;<br /> Cette obligation de raccordement p&egrave;se sur le propri&eacute;taire de l&rsquo;immeuble exclusivement et non sur le locataire de l&rsquo;immeuble.<br /> &nbsp;<br /> Cette obligation a pour corollaire l&rsquo;obligation, pour le propri&eacute;taire de l&rsquo;immeuble, de mettre hors service les installations d&rsquo;ANC existantes. Cette mise hors service est &agrave; la charge et de la responsabilit&eacute; exclusives du propri&eacute;taire<em> (<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006072665&amp;idArticle=LEGIARTI000006686501&amp;dateTexte=20100225" target="_blank">art.L.1331-5 du CSP</a> : &quot;D&egrave;s l&#39;&eacute;tablissement du branchement, les fosses et autres installations de m&ecirc;me nature sont mises hors d&#39;&eacute;tat de servir ou de cr&eacute;er des nuisances &agrave; venir, par les soins et aux frais du propri&eacute;taire&quot;).</em><br /> &nbsp;<br /> Cependant, ce principe conna&icirc;t des exceptions.&nbsp;L&#39;arr&ecirc;t&eacute; interminist&eacute;riel du 19 juillet 1960 liste limitativement &nbsp;les cas d&rsquo;exon&eacute;ration (i.e d&eacute;rogation d&eacute;finitive) &agrave; l&#39;obligation de raccordement <em>(<a href="https://www.sidesa.fr/tous-les-articles/assainissement-collectif/travaux/obligation-de-raccordement-au-reseau" target="_blank">en savoir plus</a>).</em></p> <p style="text-align: justify;">​En cas d&#39;alimentation totale ou partielle de ces immeubles via un forage priv&eacute; ou une&nbsp;r&eacute;cup&eacute;ration des eaux pluviales, la redevance est factur&eacute;e dans les conditions d&eacute;finies par&nbsp;l&#39;<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006396211&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633" target="_blank">article R.2224-19-4</a> du CGCT.</p> <p style="text-align: justify;"><strong>Entreprises rejetant des eaux us&eacute;es assimil&eacute;es domestiques : un droit au raccordement au r&eacute;seau public d&rsquo;AC</strong></p> <p style="text-align: justify;">L&rsquo;<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006072665&amp;idArticle=LEGIARTI000024025236&amp;dateTexte=" target="_blank">article L.1331-7-1 du Code de la Sant&eacute; Publique</a> dispose : &quot;<em>Le propri&eacute;taire d&#39;un immeuble ou d&#39;un &eacute;tablissement dont les eaux us&eacute;es r&eacute;sultent d&#39;utilisations de l&#39;eau assimilables &agrave; un usage domestique en application de l&#39;article L.213-10-2 du code de l&#39;environnement a droit, &agrave; sa demande, au raccordement au r&eacute;seau public de collecte dans la limite des capacit&eacute;s de transport et d&#39;&eacute;puration des installations existantes ou en cours de r&eacute;alisation&quot;.</em><br /> &nbsp;<br /> Les eaux us&eacute;es <em>&laquo; assimil&eacute;es domestiques &raquo; </em>sont celles r&eacute;pondant &agrave; deux exigences :</p> <ul> <li style="text-align: justify;">D&rsquo;une part, aux&nbsp;crit&egrave;res de l&rsquo;<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006836896&amp;cidTexte=LEGITEXT000006074220&amp;dateTexte=20160624" target="_blank">article R.213-48-1</a> du Code de l&rsquo;environnement, i.e les eaux us&eacute;es dont la pollution r&eacute;sulte de la satisfaction de besoins d&rsquo;alimentation humaine, de lavage et de soins d&rsquo;hygi&egrave;ne des personnes physiques utilisant les locaux, de nettoyage et de confort de ces locaux ;</li> <li style="text-align: justify;">D&rsquo;autre part, &agrave; une&nbsp;liste limitative d&rsquo;activit&eacute;s <em>(<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000017754909&amp;categorieLien=id" target="_blank">Annexe I de l&rsquo;arr&ecirc;t&eacute; du 21 d&eacute;cembre 2007 relatif aux modalit&eacute;s d&rsquo;&eacute;tablissement des redevances pour pollution de l&rsquo;eau et modernisation des r&eacute;seaux de collecte</a>).</em></li> </ul> <p style="text-align: justify;">Si le Code de la Sant&eacute; Publique pr&eacute;voit un &quot;droit au raccordement&quot;&nbsp;au profit de ces entreprises, la collectivit&eacute; en charge du Service Public de l&rsquo;Assainissement collectif (SPAC) peut refuser ce raccordement si elle est dans l&rsquo;incapacit&eacute; de pouvoir accepter un rejet suppl&eacute;mentaire en raison de la limite de ses capacit&eacute;s de transport et d&rsquo;&eacute;puration dans les installations existantes ou en cours de r&eacute;alisation.<br /> &nbsp;<br /> <u>NB</u> : En cas de demande de raccordement formul&eacute;e par le propri&eacute;taire de l&rsquo;immeuble rejetant des eaux us&eacute;es assimil&eacute;es domestiques, pour toute demande&nbsp;<span style="letter-spacing: 0px; line-height: 1.2em;">faite &agrave; compter du 1er novembre 2015, le silence du </span>SPAC<span style="letter-spacing: 0px; line-height: 1.2em;"> gard&eacute; pendant deux mois vaut&nbsp;d&eacute;cision implicite d&rsquo;acceptation.</span></p> <p style="text-align: justify;">Par extension des eaux us&eacute;es domestiques aux eaux assimil&eacute;es domestiques, l&#39;<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006396211&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633" target="_blank">article R.2224-19-4</a> s&#39;applique &eacute;galement &agrave; cette situation.</p> <p style="text-align: justify;"><strong>Entreprises rejetant des eaux us&eacute;es non-domestiques : une autorisation</strong><br /> &nbsp;<br /> L&rsquo;<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006072665&amp;idArticle=LEGIARTI000006686539&amp;dateTexte=20110518" target="_blank">article L.1331-15</a> du Code de la Sant&eacute; Publique dispose que : <em>&quot;Les immeubles et installations existants destin&eacute;s &agrave; un usage autre que l&#39;habitat et qui ne sont pas soumis &agrave; autorisation ou &agrave; d&eacute;claration au titre des articles L.214-1 &agrave; L.214-4, L.512-1 et L.512-8 du code de l&#39;environnement doivent &ecirc;tre dot&eacute;s d&#39;un dispositif de traitement des effluents autres que domestiques, adapt&eacute; &agrave; l&#39;importance et &agrave; la nature de l&#39;activit&eacute; et assurant une protection satisfaisante du milieu naturel&quot;.</em><br /> &nbsp;<br /> L&rsquo;<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000023245101&amp;cidTexte=LEGITEXT000006072665&amp;dateTexte=20160624" target="_blank">article L.1331-10</a> du Code de la Sant&eacute; Publique pr&eacute;voit que : <em>&quot;Tout d&eacute;versement d&#39;eaux us&eacute;es autres que domestiques dans le r&eacute;seau public de collecte doit &ecirc;tre pr&eacute;alablement autoris&eacute; par le maire ou, lorsque la comp&eacute;tence en mati&egrave;re de collecte &agrave; l&#39;endroit du d&eacute;versement a &eacute;t&eacute; transf&eacute;r&eacute;e &agrave; un EPCI ou &agrave; un syndicat mixte, par le pr&eacute;sident de l&#39;&eacute;tablissement public ou du syndicat mixte, apr&egrave;s avis d&eacute;livr&eacute; par la personne publique en charge du transport et de l&#39;&eacute;puration des eaux us&eacute;es ainsi que du traitement des boues en aval, si cette collectivit&eacute; est diff&eacute;rente. Pour formuler un avis, celle-ci dispose d&#39;un d&eacute;lai de deux mois, prorog&eacute; d&#39;un mois si elle sollicite des informations compl&eacute;mentaires. A d&eacute;faut d&#39;avis rendu dans le d&eacute;lai imparti, celui-ci est r&eacute;put&eacute; favorable.<br /> L&#39;absence de r&eacute;ponse &agrave; la demande d&#39;autorisation plus de quatre mois apr&egrave;s la date de r&eacute;ception de cette demande vaut rejet de celle-ci.<br /> L&#39;autorisation pr&eacute;vue au premier alin&eacute;a fixe notamment sa dur&eacute;e, les caract&eacute;ristiques que doivent pr&eacute;senter les eaux us&eacute;es pour &ecirc;tre d&eacute;vers&eacute;es et les conditions de surveillance du d&eacute;versement&quot;.</em><br /> &nbsp;<br /> Cette autorisation est parfois compl&eacute;t&eacute;e d&rsquo;une convention de d&eacute;versement, qui pr&eacute;cise davantage encore les &eacute;l&eacute;ments et notamment les conditions du contr&ocirc;le du raccordement <em>(art.L.1331-15 du Code de la Sant&eacute; Publique).</em><br /> D&egrave;s lors que des eaux us&eacute;es rejoignent le r&eacute;seau public d&rsquo;assainissement collectif des eaux us&eacute;es, l&rsquo;usager doit payer une redevance d&rsquo;AC, mais le mode de calcul de celle-ci va changer en cas d&rsquo;alimentation en eau via un forage priv&eacute; ou la r&eacute;cup&eacute;ration des eaux pluviales.<br /> &nbsp;<br /> Or, en l&rsquo;esp&egrave;ce, il s&rsquo;agit d&rsquo;une entreprise de lavage de voitures. Les eaux rejet&eacute;es au r&eacute;seau public ne sauraient donc &ecirc;tre consid&eacute;r&eacute;es comme des eaux us&eacute;es domestiques ou assimil&eacute;es domestiques et sont des eaux us&eacute;es non-domestiques.&nbsp;<br /> Elle doit donc avoir &eacute;t&eacute; autoris&eacute;e &agrave; rejeter les eaux us&eacute;es (quel que soit le mode d&rsquo;alimentation en eau) dans le r&eacute;seau public d&rsquo;AC, dans les conditions d&eacute;finies &agrave; l&#39;article L.1331-10 du CSP.</p> <p style="text-align: justify;">L&rsquo;article R.2224-19-4 du CGCT ne s&rsquo;applique donc pas pour le calcul de la redevance d&rsquo;AC en cas d&rsquo;alimentation en eau totale ou partielle par forage priv&eacute; ou r&eacute;cup&eacute;ration faisant l&rsquo;objet d&rsquo;un rejet dans le r&eacute;seau public d&rsquo;AC.<br /> La redevance des entreprises rejetant des eaux us&eacute;es domestiques fait l&#39;objet d&#39;un article sp&eacute;cifique du CGCT.</p> <p style="text-align: justify;">En effet, l&#39;<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=6523F8DFE1930C355A1BBFCA93CDA079.tpdila22v_3?idArticle=LEGIARTI000006396213&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20160624" target="_blank">article R.2224-19-6</a> pr&eacute;voit que :</p> <p style="text-align: justify;"><em>&quot;Ind&eacute;pendamment de la participation aux d&eacute;penses de premier &eacute;tablissement, d&#39;entretien et d&#39;exploitation pr&eacute;vues par l&#39;article L.1331-10 du code de la sant&eacute; publique, tout d&eacute;versement d&#39;eaux us&eacute;es autres que domestiques dans le r&eacute;seau public d&#39;assainissement donne lieu au paiement, par l&#39;auteur du d&eacute;versement, d&#39;une redevance d&#39;assainissement assise :</em></p> <ul> <li style="text-align: justify;"><em>soit sur une &eacute;valuation sp&eacute;cifique d&eacute;termin&eacute;e &agrave; partir de crit&egrave;res d&eacute;finis par l&#39;autorit&eacute; mentionn&eacute;e au premier alin&eacute;a de l&#39;article R.2224-19-1 et prenant en compte notamment l&#39;importance, la nature et les caract&eacute;ristiques du d&eacute;versement, ainsi que, s&#39;il y a lieu, la quantit&eacute; d&#39;eau pr&eacute;lev&eacute;e ;</em></li> <li style="text-align: justify;"><em><em>soit selon les modalit&eacute;s pr&eacute;vues aux articles R. 2224-19-2 &agrave; R. 2224-19-4. Dans ce cas, la partie variable peut &ecirc;tre corrig&eacute;e pour tenir compte du degr&eacute; de pollution et de la nature du d&eacute;versement ainsi que de l&#39;impact r&eacute;el de ce dernier sur le service d&#39;assainissement. Les coefficients de correction sont fix&eacute;s par l&#39;autorit&eacute; mentionn&eacute;e au premier alin&eacute;a de l&#39;article R. 2224-19-1&quot;.</em></em></li> </ul> <p style="text-align: justify;">La collectivit&eacute;&nbsp;doit donc d&eacute;finir par d&eacute;lib&eacute;ration le mode de calcul de la redevance due par les entreprises autoris&eacute;es &agrave; rejeter des eaux us&eacute;es non domestiques dans le r&eacute;seau d&#39;AC, y compris dans les cas o&ugrave; la ressource en eau de l&#39;entreprise est issue en tout ou en partie d&#39;une r&eacute;cup&eacute;ration d&#39;eaux pluviales ou d&#39;un forage priv&eacute;.</p> <p style="text-align: justify;">C&#39;est par renvoi seulement de l&#39;<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=6523F8DFE1930C355A1BBFCA93CDA079.tpdila22v_3?idArticle=LEGIARTI000006396213&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20160624" target="_blank">article R.2224-19-6</a> que l&#39;article R.2224-19-4 peut (et non doit c&#39;est une &eacute;ventualit&eacute; et non une obligation d&#39;appliquer cet article) concerner entreprises rejetant des eaux us&eacute;es non-domestiques.</p> <p style="text-align: justify;">Il appartiendra donc &agrave; la collectivit&eacute; de d&eacute;finir par d&eacute;lib&eacute;ration non seulement le mode de calcul pour les entreprises dont la ressource en eau est exclusivement issue du raccordement au r&eacute;seau public d&#39;eau potable et celles dont la ressource est en tout ou partie issue du r&eacute;seau public d&#39;eau potable et/ou de forages priv&eacute;s et/ou de r&eacute;cup&eacute;ration d&#39;eau de pluie.&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-collectif/une-station-de-lavage-de-voiture-s-alimente-en-eau-via-la-recuperation-d-eaux-pluviales-et-rejette-les-eaux-usees-dans-le-reseau-public-d-assainissement-collectif-comment-facturer-la-redevance Fri, 24 Jun 2016 14:35:00 +0200 Dans le cadre de la loi NOTRe, les compétences eau et assainissement sont transférées aux Communautés de Communes au plus tard le 1er janvier 2020. Ces compétences intègrent-elles la gestion des eaux pluviales ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/dans-le-cadre-de-la-loi-notre-les-competences-eau-et-assainissement-sont-transferees-aux-communautes-de-communes-au-plus-tard-le-1er-janvier-2020-ces-competences-integrent-elles-la-gestion-des-eaux-pluviales <p style="text-align: justify;">L&rsquo;article 64 de la loi n&deg;2015-991 du 7 ao&ucirc;t 2015 portant nouvelle organisation territoriale de la R&eacute;publique (NOTRe), attribue, &agrave; titre obligatoire, les comp&eacute;tences &quot;eau&quot;&nbsp;et &quot;assainissement&quot;&nbsp;aux communaut&eacute;s de communes &agrave; compter du 1er janvier 2020.</p> <p style="text-align: justify;">Avant cette date, les comp&eacute;tences &quot;eau&quot;&nbsp;et &quot;assainissement&quot;&nbsp;demeurent facultatives jusqu&rsquo;au 1er janvier 2018, puis deviendront optionnelles entre 2018 et 2020.</p> <p style="text-align: justify;">S&rsquo;agissant de la gestion des eaux pluviales, le Conseil d&rsquo;Etat l&rsquo;assimile &agrave; un service public relevant de la comp&eacute;tence assainissement, pour un &eacute;tablissement public de coop&eacute;ration intercommunale (EPCI) exer&ccedil;ant de plein droit les comp&eacute;tences &quot;assainissement&quot;&nbsp;et &quot;eau&quot;<em>&nbsp;(<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000028272361&amp;fastReqId=93081223&amp;fastPos=1" target="_blank">CE, 04 d&eacute;cembre 2013, n&deg;349614</a>). </em></p> <p style="text-align: justify;">Par cons&eacute;quent, le transfert, &agrave; titre obligatoire, de la comp&eacute;tence &quot;assainissement&quot;&nbsp;aux communaut&eacute;s de communes entra&icirc;nera &eacute;galement celui de la gestion des eaux pluviales &agrave; compter du 1er janvier 2020.</p> <p style="text-align: justify;"><a href="http://questions.assemblee-nationale.fr/q14/14-86284QE.htm" target="_blank"><em>R&eacute;ponse minist&eacute;rielle, Question &eacute;crite n&deg;86284, JOAN du 29 d&eacute;cembre 2015, page 10744</em></a></p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/dans-le-cadre-de-la-loi-notre-les-competences-eau-et-assainissement-sont-transferees-aux-communautes-de-communes-au-plus-tard-le-1er-janvier-2020-ces-competences-integrent-elles-la-gestion-des-eaux-pluviales Mon, 27 Jun 2016 15:20:00 +0200 Un vidangeur agréé a été surpris en train de déverser un effluent dans le réseau d’assainissement collectif. Que peut faire la collectivité en charge du SPAC pour mettre le vidangeur face à ses responsabilités? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-collectif/un-vidangeur-agree-a-ete-surpris-en-train-de-deverser-un-effluent-dans-le-reseau-dassainissement-collectif-que-peut-faire-la-collectivite-en-charge-du-spac-pour-mettre-le-vidangeur-face-a-ses-responsabilites <p style="text-align: justify;"><strong>Sur le plan de responsabilit&eacute; civile :</strong></p> <p style="text-align: justify;">Une &eacute;ventuelle mise en jeu de la responsabilit&eacute; civile pourrait &ecirc;tre envisag&eacute;e.&nbsp;Cependant, encore faudrait-il qu&rsquo;il y ait :</p> <ul> <li style="text-align: justify;">preuve de la faute .</li> <li style="text-align: justify;">existence d&rsquo;un pr&eacute;judice ET preuve du pr&eacute;judice ;</li> <li style="text-align: justify;">chiffrage du pr&eacute;judice .</li> <li style="text-align: justify;">preuve d&rsquo;un lien de causalit&eacute; entre la faute et le pr&eacute;judice.</li> </ul> <p style="text-align: justify;">Plus dissuasive serait donc l&rsquo;argumentation et l&rsquo;alerte sur la participation aux march&eacute;s &agrave; venir de la soci&eacute;t&eacute; en cause, et l&rsquo;engagement de la responsabilit&eacute; p&eacute;nale de l&rsquo;entreprise.</p> <p style="text-align: justify;"><strong>Sur le plan de la responsabilit&eacute; p&eacute;nale :</strong></p> <p style="text-align: justify;">Tout d&rsquo;abord, l&rsquo;article 13 de l&rsquo;<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/eli/arrete/2015/7/21/DEVL1429608A/jo" target="_blank">arr&ecirc;t&eacute; du 21 juillet 2015</a> relatif aux syst&egrave;mes d&rsquo;assainissement collectif interdit le rejet des&nbsp;<em>&laquo; mati&egrave;res de vidange, y compris celles issues des installations d&rsquo;ANC &raquo;</em>&nbsp;dans le syst&egrave;me de collecte.</p> <p style="text-align: justify;">L&rsquo;<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006072665&amp;idArticle=LEGIARTI000006686829" target="_blank">article L.1337-2</a> du Code de la Sant&eacute; Publique punit de 10 000 &euro; d&rsquo;amende&nbsp;<em>&laquo; le fait de d&eacute;verser des eaux us&eacute;es autres que domestiques dans le r&eacute;seau public de collecte des eaux us&eacute;es sans l&#39;autorisation vis&eacute;e &agrave; l&#39;article L.1331-10 ou en violation des prescriptions de cette autorisation &raquo;.</em></p> <p style="text-align: justify;">Le maire peut donc dresser un proc&egrave;s-verbal s&rsquo;il constate les faits et le transmettre au Procureur de la R&eacute;publique, qui d&eacute;cidera de l&rsquo;opportunit&eacute; de poursuivre l&rsquo;entreprise.</p> <p style="text-align: justify;"><strong>Sur le plan des march&eacute;s publics &agrave; venir :&nbsp;</strong></p> <p style="text-align: justify;">Le IV de l&rsquo;article 44 du <a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000032295952&amp;categorieLien=id" target="_blank">d&eacute;cret du 25 mars 2016</a> pr&eacute;voit, concernant les conditions de participation &agrave; un march&eacute; public, que :</p> <p style="text-align: justify;"><em>&laquo; En ce qui concerne les capacit&eacute;s techniques et professionnelles, l&#39;acheteur peut imposer des conditions garantissant que les op&eacute;rateurs &eacute;conomiques poss&egrave;dent les ressources humaines et techniques et l&#39;exp&eacute;rience n&eacute;cessaires pour ex&eacute;cuter le march&eacute; public en assurant un niveau de qualit&eacute; appropri&eacute;. A cette fin, dans les march&eacute;s publics de services ou de travaux et les march&eacute;s publics de fournitures n&eacute;cessitant des travaux de pose ou d&#39;installation ou comprenant des prestations de service, l&#39;acheteur peut imposer aux candidats qu&#39;ils indiquent les noms et les qualifications professionnelles pertinentes des personnes physiques qui seront charg&eacute;es de l&#39;ex&eacute;cution du march&eacute; public en question.<br /> L&#39;acheteur peut exiger que les op&eacute;rateurs &eacute;conomiques disposent d&#39;un niveau d&#39;exp&eacute;rience suffisant, d&eacute;montr&eacute; par des r&eacute;f&eacute;rences ad&eacute;quates provenant de march&eacute;s publics ex&eacute;cut&eacute;s ant&eacute;rieurement. &raquo;</em></p> <p style="text-align: justify;">Par ce biais, il serait possible, s&rsquo;il y a un doute sur la r&eacute;alit&eacute; de la capacit&eacute; du candidat &agrave; r&eacute;pondre au march&eacute; (en l&rsquo;occurrence le respect de la r&eacute;glementation, voire du contrat qui a li&eacute; l&rsquo;entreprise &agrave; la collectivit&eacute;), d&rsquo;&eacute;carter la candidature de l&rsquo;entreprise.</p> <p style="text-align: justify;">Cependant, le constat une seule fois et par t&eacute;moignage d&rsquo;une seule personne ne saurait &agrave; lui seul justifier d&rsquo;&eacute;carter l&rsquo;entreprise des futurs march&eacute;s.&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">A ce stade, l&rsquo;objectif est plut&ocirc;t d&rsquo;alerter l&rsquo;entreprise et de constituer une &laquo; preuve &raquo; de l&rsquo;alerte.</p> <p style="text-align: justify;">Il conviendrait d&rsquo;envoyer &agrave; l&rsquo;entreprise une lettre recommand&eacute;e avec mise en garde contre des poursuites judiciaires (p&eacute;nales et civiles) et une possible exclusion des futurs march&eacute;s publics.</p> <p style="text-align: justify;">Ult&eacute;rieurement, il faudrait donc, si cela se reproduit, constituer des preuves (PV du maire, Constat d&rsquo;huissier &hellip; avec un huissier extr&ecirc;mement rapide !! Donc surtout PV du maire transmis au Procureur de la R&eacute;publique) .</p> <p style="text-align: justify;">Le &laquo; cumul &raquo; de ces PV (et une &eacute;ventuelle, mais hypoth&eacute;tique condamnation p&eacute;nale) pourrait justifier d&rsquo;&eacute;carter ensuite l&rsquo;entreprise des march&eacute;s publics pass&eacute;s par la commune.</p> <p style="text-align: justify;"><strong>Sur le plan de la responsabilit&eacute; contractuelle :</strong></p> <p style="text-align: justify;">De plus, si la commune dispose actuellement d&rsquo;un contrat en cours d&rsquo;ex&eacute;cution avec cette entreprise, v&eacute;rifier si une clause &eacute;ventuelle du contrat permet de r&eacute;silier le march&eacute; pour faute (si la faute n&rsquo;est pas li&eacute;e &agrave; l&rsquo;ex&eacute;cution du march&eacute;).&nbsp;</p> <p>&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-collectif/un-vidangeur-agree-a-ete-surpris-en-train-de-deverser-un-effluent-dans-le-reseau-dassainissement-collectif-que-peut-faire-la-collectivite-en-charge-du-spac-pour-mettre-le-vidangeur-face-a-ses-responsabilites Tue, 19 Jul 2016 15:41:00 +0200 Lorsqu’un particulier, non soumis à l’obligation de raccordement, souhaite effectuer à sa charge les travaux d'extension en domaine public pour se raccorder au réseau, que peut/doit faire la commune ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-collectif/lorsquun-particulier-non-soumis-a-lobligation-de-raccordement-souhaite-effectuer-a-sa-charge-les-travaux-d-extension-en-domaine-public-pour-se-raccorder-au-reseau-que-peutdoit-faire-la-commune <p style="text-align: justify;">Un particulier, non soumis &agrave; l&#39;obligation de raccordement mais qui pr&eacute;f&egrave;re se raccorder au r&eacute;seau public de collecte des eaux us&eacute;es plut&ocirc;t que de mettre en place une installation d&#39;ANC, a la possibilit&eacute; de solliciter l&#39;autorisation de sa commune pour effectuer, &agrave; sa charge, les travaux d&#39;extension, en domaine public, afin d&#39;effectuer ce raccordement.</p> <p style="text-align: justify;">Le particulier devra&nbsp;demander une autorisation d&#39;occupation temporaire du domaine public <em>(<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do;jsessionid=8D04CC1840B69064AD142DD81DC444B8.tpdila10v_3?idSectionTA=LEGISCTA000006180817&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070299&amp;dateTexte=20160726" target="_blank">art.L.2122-1 &agrave;&nbsp;L.2122-3 du CG3P</a>).</em></p> <p style="text-align: justify;">Pour certains travaux, cette autorisation d&#39;occupation temporaire du domaine public devra &ecirc;tre compl&eacute;t&eacute;e par des proc&eacute;dures particuli&egrave;res pr&eacute;vues par diff&eacute;rents codes, notamment le CGCT <em>(<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006390233&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20160726&amp;oldAction=rechCodeArticle&amp;fastReqId=1511883204&amp;nbResultRech=1" target="_blank">art.L.2215-5</a>)</em> et le code de la voirie routi&egrave;re <em>(<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000017924078&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070667&amp;dateTexte=20160726&amp;fastPos=3&amp;fastReqId=231805462&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">art.L.113-2</a>&nbsp;et <a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006398462&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070667&amp;dateTexte=20160726&amp;fastPos=1&amp;fastReqId=335324542&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">L.115-1</a>).</em></p> <p style="text-align: justify;">D&egrave;s lors qu&#39;il b&eacute;n&eacute;ficiera d&#39;un raccordement, il sera assujetti &agrave; la redevance d&#39;assainissement collectif car il b&eacute;n&eacute;ficie de tout ou partie du service de collecte et de traitement des eaux us&eacute;es <em>(<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do;jsessionid=8D04CC1840B69064AD142DD81DC444B8.tpdila10v_3?idSectionTA=LEGISCTA000006181440&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20160726" target="_blank">art.R.2224-19-1 et suivants </a>du CGCT).</em></p> <p style="text-align: justify;">La Cour de cassation a consid&eacute;r&eacute; que les redevances d&#39;assainissement sont dues par toute personne raccord&eacute;e au r&eacute;seau public de collecte des eaux us&eacute;es, du seul fait de ce raccordement&nbsp;<em>(<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriJudi.do?oldAction=rechJuriJudi&amp;idTexte=JURITEXT000007486949&amp;fastReqId=899525389&amp;fastPos=1" target="_blank">Cass., Civ.&nbsp;1&egrave;re, 29 novembre 2005, n&deg;03-16290</a>).</em></p> <p style="text-align: justify;">En outre, il peut &ecirc;tre soumis au paiement de la PFAC.&nbsp;Selon l&#39;<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000029737273&amp;cidTexte=LEGITEXT000006072665&amp;dateTexte=20160726&amp;oldAction=rechCodeArticle&amp;fastReqId=1483285993&amp;nbResultRech=1" target="_blank">article L.1331-7</a> du code de la sant&eacute; publique, cette participation s&#39;applique aux <em>&quot;propri&eacute;taires des immeubles soumis &agrave; l&#39;obligation de raccordement au r&eacute;seau public de collecte des eaux us&eacute;es en application de l&#39;<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=8D04CC1840B69064AD142DD81DC444B8.tpdila10v_3?cidTexte=LEGITEXT000006072665&amp;idArticle=LEGIARTI000006686485&amp;dateTexte=20160726&amp;categorieLien=cid#LEGIARTI000006686485" target="_blank">article L.1331-1</a>&quot;. </em></p> <p style="text-align: justify;">Cependant, la jurisprudence&nbsp;consid&egrave;re que la PFAC est due <em>&quot;lorsque le propri&eacute;taire, le constructeur ou le lotisseur a seulement contribu&eacute; &agrave; l&#39;ex&eacute;cution, m&ecirc;me sous la voie publique, d&#39;ouvrages qui, &eacute;tant destin&eacute;s &agrave; la conduite des eaux us&eacute;es de l&#39;immeuble vers l&#39;&eacute;gout public existant, lui &eacute;vitent d&#39;avoir &agrave; proc&eacute;der &agrave; une installation d&#39;&eacute;vacuation ou d&#39;&eacute;puration individuelle&quot; (<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000007622726&amp;fastReqId=288701404&amp;fastPos=1" target="_blank">CE, 07 janvier 1985, n&deg;36101</a>).</em></p> <p style="text-align: justify;">La justification de la PFAC r&eacute;side dans l&#39;&eacute;conomie r&eacute;alis&eacute;e par le propri&eacute;taire en &eacute;vitant de financer une installation d&#39;ANC.</p> <p style="text-align: justify;">Cette justification s&#39;applique aussi au propri&eacute;taire qui n&#39;est pas soumis &agrave; l&#39;obligation de raccordement, mais qui b&eacute;n&eacute;ficie de cette &eacute;conomie.</p> <p style="text-align: justify;">En cons&eacute;quence, quand bien m&ecirc;me le propri&eacute;taire de l&#39;immeuble n&#39;est pas soumis &agrave; l&#39;obligation de raccordement, d&egrave;s lors qu&#39;il d&eacute;cide de se raccorder, il peut &ecirc;tre soumis au paiement de cette participation.</p> <p style="text-align: justify;">En conclusion, le particulier qui pr&eacute;f&egrave;re se raccorder au r&eacute;seau public de collecte des eaux us&eacute;es plut&ocirc;t que de mettre en place une installation d&#39;ANC peut solliciter l&#39;autorisation de sa commune et est assujetti d&#39;une part &agrave; la redevance d&#39;assainissement collectif et d&#39;autre part &agrave; la PFAC (<a href="https://www.sidesa.fr/tous-les-articles/assainissement-collectif/gestion-du-service/participation-pour-le-financement-de-l-assainissement-collectif-pfac" target="_blank">si la PFAC est instaur&eacute;e par la collectivit&eacute; en charge du SPAC</a>).</p> <p style="text-align: justify;"><em><u>Source</u> : <a href="http://questions.assemblee-nationale.fr/q14/14-92205QE.htm" target="_blank">R&eacute;ponse minist&eacute;rielle, Question &eacute;crite n&deg;92205, JOAN du 03 mai 2016, page 3778</a></em></p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-collectif/lorsquun-particulier-non-soumis-a-lobligation-de-raccordement-souhaite-effectuer-a-sa-charge-les-travaux-d-extension-en-domaine-public-pour-se-raccorder-au-reseau-que-peutdoit-faire-la-commune Tue, 26 Jul 2016 09:08:00 +0200 Quels documents peuvent être demandés par l’acheteur public au soumissionnaire d’un marché public concernant la partie « offre » du marché ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/marches-publics/candidatures-et-offres/quels-documents-peuvent-etre-demandes-par-lacheteur-public-au-soumissionnaire-dun-marche-public-concernant-la-partie-offre-du-marche <p style="text-align: justify;">Depuis le 1er avril 2016, l&rsquo;acte d&rsquo;engagement n&rsquo;est pas obligatoire au stade de la pr&eacute;sentation de l&rsquo;offre.&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">Ainsi, un candidat peut remettre une offre sans acte d&rsquo;engagement.</p> <p style="text-align: justify;">La signature (manuscrite ou &eacute;lectronique) de l&rsquo;acte d&rsquo;engagement n&rsquo;est donc plus obligatoire au stade de la candidature et peut intervenir apr&egrave;s la date limite de remise des offres, au stade de l&rsquo;attribution de l&rsquo;offre.&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">Le formulaire &laquo; DC3 &raquo; a ainsi &eacute;t&eacute; supprim&eacute; et remplac&eacute; par le <a href="http://www.economie.gouv.fr/daj/formulaires-attribution-marches-2016" target="_blank">formulaire &laquo; ATTRI1 &raquo;</a>.</p> <p style="text-align: justify;">L&rsquo;acheteur public peut donc exiger au titre de l&rsquo;offre &agrave; remettre &agrave; la date limite de remise :</p> <ul> <li style="text-align: justify;">Un m&eacute;moire technique ;</li> <li style="text-align: justify;">Un document mentionnant le prix de l&rsquo;offre (ex. : devis, BPU, DPGF), qui ne doit pas n&eacute;cessairement &ecirc;tre sign&eacute;.</li> </ul> <p>&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/marches-publics/candidatures-et-offres/quels-documents-peuvent-etre-demandes-par-lacheteur-public-au-soumissionnaire-dun-marche-public-concernant-la-partie-offre-du-marche Mon, 22 Aug 2016 11:56:00 +0200 La compétence "assainissement" inclut-elle la gestion des eaux pluviales ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eaux-pluviales/la-competence-assainissement-inclut-elle-la-gestion-des-eaux-pluviales <p style="text-align: justify;">Oui, selon le Gouvernement &nbsp;et le Conseil d&#39;Etat.</p> <p style="text-align: justify;">Par une note en date du 13 juillet 2016, le Gouvernement pr&eacute;cise clairement que la gestion des eaux pluviales se rattache &agrave; la comp&eacute;tence &quot;assainissement&quot; (<a href="https://www.sidesa.fr/upload/files/pdf/AC/160713-N-NOTReEauAsst.pdf" target="_blank">Note d&#39;information du 13 juillet 2016</a>, <a href="https://www.senat.fr/questions/base/2015/qSEQ151219211.html" target="_blank">R&eacute;ponse minist&eacute;rielle, Question &eacute;crite n&deg;19211, JO S&eacute;nat du 30 juin 2016, page 2897</a>).</p> <p style="text-align: justify;">En outre, il rappelle que le Conseil d&#39;Etat a jug&eacute; qu&#39;il r&eacute;sulte des dispositions du CGCT que la comp&eacute;tence &quot;eau et assainissement&quot; est transf&eacute;r&eacute;e de mani&egrave;re globale, ce qui<em> <strong>&quot;inclut la gestion des eaux pluviales&quot; </strong>(<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000028272361&amp;fastReqId=120199882&amp;fastPos=1" target="_blank">CE, 04 d&eacute;cembre 2013, Communaut&eacute; urbaine de Marseille Provence M&eacute;tropole, n&deg;349614</a>).</em></p> <p style="text-align: justify;">Le Conseil d&#39;Etat assimile&nbsp;la gestion des eaux pluviales &agrave; un service public relevant de la comp&eacute;tence &quot;assainissement&quot;, qui comprend donc, aux c&ocirc;t&eacute;s des services publics de l&#39;&eacute;vacuation des eaux us&eacute;es et de la distribution d&#39;eau potable, celui de la gestion des eaux pluviales, tel que d&eacute;fini &agrave; l&#39;<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000029997399&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20160823" target="_blank">article L.2226-1 du CGCT</a>.</p> <p style="text-align: justify;">Le juge administratif n&#39;&eacute;tablit pas de distinction selon le mode d&#39;exercice de la comp&eacute;tence &quot;assainissement&quot;, qu&#39;elle s&#39;exerce &agrave; titre optionnel ou de mani&egrave;re obligatoire par l&#39;EPCI, elle inclut dans tous les cas la gestion des eaux pluviales.</p> <p style="text-align: justify;">Les collectivit&eacute;s territoriales et leurs groupements comp&eacute;tents en mati&egrave;re d&#39;assainissement sont donc d&egrave;s &agrave; pr&eacute;sent tenus d&#39;assurer un service d&#39;&eacute;vacuation et de traitement des eaux pluviales.</p> <p style="text-align: justify;">La seule exception (provisoire) concerne les communaut&eacute;s de communes existantes &agrave; la date de la publication de la loi NOTRe et ayant d&eacute;cid&eacute;&nbsp;de ne pas exercer totalement la comp&eacute;tence assainissement : elles&nbsp;peuvent, jusqu&#39;au 1er janvier 2018 (date de mise en conformit&eacute; de leurs statuts avec la loi),&nbsp;ne pas (encore) assumer la gestion des eaux pluviales.</p> <p style="text-align: justify;">Elles y seront en revanche oblig&eacute;es &agrave; compter du 1er janvier 2018.</p> <p style="text-align: justify;">&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eaux-pluviales/la-competence-assainissement-inclut-elle-la-gestion-des-eaux-pluviales Tue, 23 Aug 2016 09:19:00 +0200 Les factures d'un marché public sont-elles communicables ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/marches-publics/execution/les-factures-d-un-marche-public-sont-elles-communicables <p style="text-align: justify;">Oui.</p> <p style="text-align: justify;">Selon la CADA, les documents relatifs &agrave; l&rsquo;ex&eacute;cution des march&eacute;s publics ont&nbsp;un caract&egrave;re administratif. Leur caract&egrave;re communicable s&rsquo;appr&eacute;cie donc selon les&nbsp;m&ecirc;mes principes que les autres documents en mati&egrave;re de march&eacute; public, c&rsquo;est-&agrave;-dire principalement sous&nbsp;la r&eacute;serve du respect du secret en mati&egrave;re commerciale et industrielle.</p> <p style="text-align: justify;">Sont ainsi communicables :</p> <ul> <li style="text-align: justify;">les&nbsp;avenants ;</li> <li style="text-align: justify;">les ordres de service, proc&egrave;s-verbaux de r&eacute;ception des travaux, devis des entrepreneurs, et&nbsp;documents de sous-traitance ;</li> <li style="text-align: justify;">les documents qui commentent les orientations propos&eacute;es par le ma&icirc;tre d&rsquo;&oelig;uvre et&nbsp;retranscrivent des comptes rendus d&rsquo;entretiens utiles &agrave; l&rsquo;analyse du besoin de la personne&nbsp;publique, dans le cadre d&rsquo;un march&eacute; d&rsquo;assistance &agrave; ma&icirc;trise d&rsquo;ouvrage&nbsp;;</li> <li style="text-align: justify;">les documents concernant l&rsquo;ex&eacute;cution financi&egrave;re du march&eacute; : factures, d&eacute;compte g&eacute;n&eacute;ral et&nbsp;d&eacute;finitif faisant appara&icirc;tre non seulement la nature d&eacute;taill&eacute;e des prestations mais &eacute;galement le&nbsp;montant attach&eacute;, documents comptables relatifs &agrave; l&rsquo;ex&eacute;cution financi&egrave;re du march&eacute;, mandats&nbsp;de paiement, notes d&rsquo;honoraires <em>(<a href="http://www.cada.fr/avis-20112563,20112563.html" target="_blank">avis CADA n&deg;20112563 du 23 juin 2011</a>).</em></li> </ul> <p style="text-align: justify;">​En revanche, ne sont pas communicables le BPU, le DQE, la DPGF, l&#39;offre finale d&eacute;taill&eacute;e du candidat retenu <em>(<a href="http://www.cada.fr/avis-20161106,20161106.html" target="_blank">avis CADA&nbsp;n&deg;20161106 du 14 avril 2016</a>&nbsp;; <a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000033163050&amp;fastReqId=2123191241&amp;fastPos=1" target="_blank">CE, 28 septembre 2016, St&eacute; Armor D&eacute;veloppemet&nbsp;et autres, n&deg;390760</a>).</em></p> <p style="text-align: justify;">En outre, s&rsquo;agissant des collectivit&eacute;s territoriales, l&rsquo;ensemble des documents relatifs &agrave; l&rsquo;ex&eacute;cution financi&egrave;re des&nbsp;march&eacute;s sont susceptibles d&rsquo;&ecirc;tre regard&eacute;s comme des &eacute;l&eacute;ments et pi&egrave;ces justificatives des comptes&nbsp;de ces collectivit&eacute;s, au sens des dispositions du code g&eacute;n&eacute;ral des collectivit&eacute;s territoriales, auxquelles&nbsp;la comp&eacute;tence de la CADA a &eacute;t&eacute; &eacute;tendue par l&rsquo;article 21 de la loi du 17 juillet 1978.</p> <p style="text-align: justify;"><em><strong><u>En savoir plus sur la communication des documents administratifs</u></strong> :&nbsp;<a href="https://www.sidesa.fr/tous-les-articles/gestion-des-collectivites/fonctionnement/communication-des-documents-administratifs" target="_blank">https://www.sidesa.fr/tous-les-articles/gestion-des-collectivites/fonctionnement/communication-des-documents-administratifs</a>&nbsp;</em></p> <p>&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/marches-publics/execution/les-factures-d-un-marche-public-sont-elles-communicables Tue, 23 Aug 2016 20:03:00 +0200 Le service public de l’eau peut-il couper l’eau à un abonné en cas d’impayé ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/le-service-public-de-leau-peut-il-couper-leau-a-un-abonne-en-cas-dimpaye <p style="text-align: justify;">Pas dans les r&eacute;sidences principales.</p> <p style="text-align: justify;">L&#39;article 19 de la loi n&deg;2013-312 du 15 mars 2013 (&laquo; loi Brottes &raquo;), a interdit les coupures d&#39;eau toute l&#39;ann&eacute;e pour l&#39;ensemble des r&eacute;sidences principales, sans condition de ressources, alors que cette interdiction &eacute;tait jusque-l&agrave; r&eacute;serv&eacute;e aux familles en difficult&eacute;s b&eacute;n&eacute;ficiant ou ayant b&eacute;n&eacute;fici&eacute; du FSL. Le d&eacute;cret d&#39;application a &eacute;t&eacute; publi&eacute; le 27 f&eacute;vrier 2014 (d&eacute;cret n&deg;2014-274 modifiant le d&eacute;cret no 2008-780 du 13 ao&ucirc;t 2008 relatif &agrave; la proc&eacute;dure applicable en cas d&#39;impay&eacute;s des factures d&#39;&eacute;lectricit&eacute;, de gaz, de chaleur et d&#39;eau).&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">Ces dispositions ont &eacute;t&eacute; confirm&eacute;es par le Conseil constitutionnel le 29 mai 2015, &agrave; la suite d&#39;une question prioritaire de constitutionalit&eacute;. Par ailleurs, en l&#39;&eacute;tat actuel des textes, la r&eacute;duction de d&eacute;bit d&#39;eau n&#39;est pas non plus autoris&eacute;e. Pour autant, l&#39;interdiction de coupure d&#39;eau n&#39;emporte pas annulation de la dette. La facture impay&eacute;e reste due par l&#39;abonn&eacute;.&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">Le Gouvernement a command&eacute; une expertise au conseil g&eacute;n&eacute;ral de l&#39;environnement et du d&eacute;veloppement durable (CGEDD) sur la formation du prix de l&#39;eau et inscrit sa politique dans le sens de la durabilit&eacute; des services publics d&#39;eau et d&#39;assainissement et du respect des droits fondamentaux d&#39;acc&egrave;s &agrave; l&#39;eau et &agrave; l&#39;assainissement.</p> <p style="text-align: justify;"><em><u>Source</u> : <a href="http://questions.assemblee-nationale.fr/q14/14-91628QE.htm" target="_blank">R&eacute;ponse minist&eacute;rielle, Question &eacute;crite n&deg;91628, JOAN du 10 mai 2016, page 4037</a></em></p> <p>&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/le-service-public-de-leau-peut-il-couper-leau-a-un-abonne-en-cas-dimpaye Wed, 24 Aug 2016 14:27:00 +0200 Est-il possible d'augmenter la durée du contrat de DSP d'un an pour "motif d'intérêt général"? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/concessions/est-il-possible-d-augmenter-la-duree-du-contrat-de-dsp-d-un-an-pour-motif-d-interet-general <p style="text-align: justify;">Non.</p> <p style="text-align: justify;">L&rsquo;o<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000031939947&amp;dateTexte=20160907" target="_blank">rdonnance n&deg;2016-65 du 29 janvier 2016</a> relative aux contrats de concession a supprim&eacute; l&rsquo;ancien article L.1411-2 du CGCT qui permettait de prolonger la dur&eacute;e du contrat&nbsp;de DSP pour motif d&rsquo;int&eacute;r&ecirc;t g&eacute;n&eacute;ral, pour une dur&eacute;e maximale d&#39;un an.</p> <p style="text-align: justify;">Depuis le 1er avril 2016,la&nbsp;modification du contrat de DSP,&nbsp;quel qu&#39;en soit le motif, doit &ecirc;tre examin&eacute;e au regard des articles&nbsp;55 de l&rsquo;ordonnance du 29 janvier 2016 et des articles 36 et 37 du <a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000031963717&amp;dateTexte=20160907" target="_blank">d&eacute;cret n&deg;2016-86 du 1er f&eacute;vrier 2016</a> relatif aux contrats de concession.</p> <p style="text-align: justify;">Ces r&egrave;gles sont&nbsp;applicables aux&nbsp;contrats de DSP entr&eacute;s en vigueur avant le 1er avril 2016 (art.78 ordonnance).</p> <p style="text-align: justify;">La prolongation d&rsquo;une DSP est donc possible <u>sans justification particuli&egrave;re</u> dans le cas suivant :</p> <ul> <li style="text-align: justify;">le 6&deg; de l&rsquo;article 36 du d&eacute;cret permet la modification du contrat d&egrave;s lors que le montant de la modification est inf&eacute;rieur &agrave; 10% du montant initial du contrat. NB : Le II de l&rsquo;article 37 du d&eacute;cret pr&eacute;cise que <em>&quot;Pour le calcul du montant des modifications mentionn&eacute;es au 6&deg; de l&rsquo;article 36 et au I, le montant actualis&eacute; du contrat de concession initial est le montant de r&eacute;f&eacute;rence lorsque le contrat de concession comporte une clause d&rsquo;indexation. Dans le cas contraire, le montant actualis&eacute; du contrat de concession initial est calcul&eacute; en tenant compte de l&rsquo;inflation moyenne dans l&rsquo;Etat membre de l&rsquo;autorit&eacute; conc&eacute;dante. Lorsque plusieurs modifications successives relevant du 6&deg; de l&rsquo;article 36 sont effectu&eacute;es, l&rsquo;autorit&eacute; conc&eacute;dante prend en compte leur montant cumul&eacute;&quot;.</em></li> </ul> <p style="text-align: justify;">En outre, la prolongation du contrat&nbsp;pour une courte dur&eacute;e,&nbsp;sans remise en concurrence pr&eacute;alable, est&nbsp;l&eacute;gale&nbsp;dans certaines circonstances tr&egrave;s sp&eacute;cifiques.</p> <p style="text-align: justify;">Ainsi, <em>&quot;en cas d&#39;urgence r&eacute;sultant de l&#39;impossibilit&eacute; soudaine dans laquelle se trouve la personne publique, ind&eacute;pendamment de sa volont&eacute;, de continuer &agrave; faire assurer le service par son cocontractant ou de l&#39;assurer elle-m&ecirc;me, elle peut, lorsque l&#39;exige un motif d&#39;int&eacute;r&ecirc;t g&eacute;n&eacute;ral tenant &agrave; la continuit&eacute; du service public, conclure, &agrave; titre provisoire, un nouveau contrat de d&eacute;l&eacute;gation de service public sans respecter au pr&eacute;alable les r&egrave;gles de publicit&eacute; prescrites ; que la dur&eacute;e de ce contrat ne saurait exc&eacute;der celle requise pour mettre en &oelig;uvre une proc&eacute;dure de publicit&eacute; et de mise en concurrence, si la collectivit&eacute; entend poursuivre la d&eacute;l&eacute;gation du service, ou, au cas contraire, pour organiser les conditions de sa reprise en r&eacute;gie ou pour en red&eacute;finir la consistance&quot;(<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000032374853&amp;fastReqId=1389019331&amp;fastPos=1" target="_blank">CE, 04&nbsp;avril 2016, CA du centre de la Martinique, n&deg;396191</a>). </em></p> <p style="text-align: justify;">Pour pouvoir mettre en &oelig;uvre cette solution, il faut toutefois que la collectivit&eacute; d&eacute;l&eacute;gante soit en mesure de d&eacute;montrer qu&rsquo;elle s&rsquo;est trouv&eacute;e soudainement et de fa&ccedil;on impr&eacute;visible dans une situation d&rsquo;impossibilit&eacute; d&rsquo;assurer dans des conditions normales la continuit&eacute; de l&rsquo;exploitation du service public au-del&agrave; de la fin de la DSP en cours.</p> <p style="text-align: justify;">Enfin, si les conditions pr&eacute;c&eacute;demment indiqu&eacute;es ne sont pas r&eacute;unies, ce qui rend impossible la prolongation de la DSP, la collectivit&eacute; conserve &nbsp;la possibilit&eacute; d&rsquo;envisager un contrat de prestation de services pass&eacute; dans le respect des r&egrave;gles de publicit&eacute; et de mise en concurrence des march&eacute;s publics.</p> <p style="text-align: justify;">&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/concessions/est-il-possible-d-augmenter-la-duree-du-contrat-de-dsp-d-un-an-pour-motif-d-interet-general Wed, 07 Sep 2016 14:04:00 +0200 L’EPCI à fiscalité propre devient obligatoirement compétent pour la GEMAPI le 1er janvier 2018, que devient le syndicat de bassin versant ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/lepci-a-fiscalite-propre-devient-obligatoirement-competent-pour-la-gemapi-le-1er-janvier-2018-que-devient-le-syndicat-de-bassin-versant <p style="text-align: justify;">Au 1er janvier 2018, la comp&eacute;tence GEMAPI (c&#39;est-&agrave;-dire les points 1&deg;, 2&deg;, 5&deg; et 8&deg; de l&rsquo;<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=D2314A129739BEAC4BC65192C5B0733E.tpdila17v_1?idArticle=LEGIARTI000028538141&amp;cidTexte=LEGITEXT000006074220&amp;categorieLien=id&amp;dateTexte=20180101" target="_blank">article L.211-7 </a>du Code de l&rsquo;environnement : am&eacute;nagement d&#39;un bassin ou d&#39;une fraction de bassin hydrographique ; entretien et am&eacute;nagement d&#39;un cours d&#39;eau, canal, lac ou plan d&#39;eau, y compris les acc&egrave;s &agrave; ce cours d&#39;eau, &agrave; ce canal, &agrave; ce lac ou &agrave; ce plan d&#39;eau ;&nbsp;d&eacute;fense contre les inondations et contre la mer ;&nbsp;protection et la restauration des sites, des &eacute;cosyst&egrave;mes aquatiques et des zones humides ainsi que des formations bois&eacute;es riveraines) devient obligatoire.</p> <p style="text-align: justify;">Le m&eacute;canisme est diff&eacute;rent de celui pr&eacute;vu pour les comp&eacute;tences eau et assainissement.</p> <p style="text-align: justify;">Les EPCI &agrave; fiscalit&eacute; propre qui vont exercer la comp&eacute;tence GEMAPI (de mani&egrave;re obligatoire &agrave; compter du 1er janvier 2018, s&rsquo;ils n&rsquo;ont pas anticip&eacute; avant cette date) ne pourront pas revenir en arri&egrave;re par rapport aux transferts de cette comp&eacute;tence ant&eacute;rieurement consentis &agrave; un/des syndicat(s) de bassin versant pour&nbsp;tout ou partie de leurs communes membres.</p> <p style="text-align: justify;">Dans ce cas, la repr&eacute;sentation-substitution de l&rsquo;EPCI au sein du des syndicats existants pour ses communes membres est totalement automatique.</p> <p style="text-align: justify;">Le syndicat de bassin versant exer&ccedil;ant tout ou partie de la comp&eacute;tence GEMAPI pr&eacute;existant demeure en l&rsquo;&eacute;tat ,sans modification de p&eacute;rim&egrave;tre.</p> <p style="text-align: justify;">En cas de chevauchement du syndicat de bassin versant sur plusieurs EPCI &agrave; fiscalit&eacute; propre, le syndicat conserve sa comp&eacute;tence pour les communes membres de chaque EPCI (pas de modification de p&eacute;rim&egrave;tre).</p> <p style="text-align: justify;">Sur ce p&eacute;rim&egrave;tre la comp&eacute;tence GEMAPI ne pourra pas &ecirc;tre exerc&eacute;e par l&rsquo;EPCI &agrave; fiscalit&eacute; propre,elle ne pourra pas &ecirc;tre d&eacute;l&eacute;gu&eacute;e &agrave; un EPAGE ou EPTB, ni &ecirc;tre&nbsp;transf&eacute;r&eacute;e &agrave; un autre syndicat mixte,&nbsp;sauf d&eacute;cision du syndicat de bassin versant lui-m&ecirc;me de se dissoudre ou de d&eacute;cider de renoncer &agrave; exercer une partie de ses comp&eacute;tences.&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">L&rsquo;EPCI &agrave; fiscalit&eacute; propre ne peut pas se retirer du syndicat.</p> <p style="text-align: justify;">Le seul cas dans lequel le syndicat de bassin versant sera impact&eacute; sera le cas o&ugrave; le syndicat de bassin versant&nbsp;est int&eacute;gralement inclus dans le p&eacute;rim&egrave;tre d&rsquo;un EPCI : il sera alors&nbsp;automatiquement dissous.</p> <p style="text-align: justify;"><strong><u>NB</u> : Encore faut-il que&nbsp;les syndicats de bassin versant&nbsp;exercent la comp&eacute;tence GEMAPI (c&rsquo;est-&agrave;-dire au moins l&rsquo;une des 1&deg;, 2&deg;, 5&deg; et 8&deg; de l&rsquo;article L.211-7 du CGCT&nbsp;mentionn&eacute;s dans leurs statuts avant le 1er janvier 2018). </strong></p> <p style="text-align: justify;"><strong>Or, il semble que peu de&nbsp;syndicats de bassin versant de Seine-Maritime exercent actuellement un des &eacute;l&eacute;ments de la comp&eacute;tence GEMAPI.</strong></p> <p style="text-align: justify;"><strong>Ils exercent en g&eacute;n&eacute;ral uniquement la comp&eacute;tence <em>&quot;ma&icirc;trise des eaux pluviales et de ruissellement ou la lutte contre l&#39;&eacute;rosion des sols&quot; </em>(4&deg; de l&#39;article L.211-7) qui ne fait pas partie de la comp&eacute;tence GEMAPI.</strong></p> <p style="text-align: justify;"><b>Dans ce cas, l&#39;EPCI&nbsp;&agrave; fiscalit&eacute; propre exercera la comp&eacute;tence GEMAPI et le syndicat de bassin versant subsistera pour ses propres comp&eacute;tences (sauf &agrave; ce que l&#39;EPCI &agrave; fiscalit&eacute; propre reprenne les comp&eacute;tences du syndicat de bassin versant). </b></p> <p style="text-align: justify;"><b>L&#39;EPCI aura la possibilit&eacute; (et non l&#39;obligation) de transf&eacute;rer la comp&eacute;tence GEMAPI au syndicat de bassin versant existant ou &agrave; une autre structure.</b></p> <p style="text-align: justify;">&nbsp;</p> <p>&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/lepci-a-fiscalite-propre-devient-obligatoirement-competent-pour-la-gemapi-le-1er-janvier-2018-que-devient-le-syndicat-de-bassin-versant Fri, 09 Sep 2016 15:03:00 +0200 Lors de la vente d'un terrain avec mobil-home, un rapport de contrôle doit-il être joint au dossier technique de vente ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-non-collectif/lors-de-la-vente-d-un-terrain-avec-mobil-home-un-rapport-de-controle-doit-il-etre-joint-au-dossier-technique-de-vente <p style="text-align: justify;">Voici un tr&egrave;s bon exemple du &laquo; compartimentage &raquo; des lois et d&eacute;crets et du manque de coh&eacute;rence dans leur adoption.</p> <p style="text-align: justify;">Dans ce cas, il faut se poser deux questions successives :</p> <ol> <li style="text-align: justify;">L&rsquo;immeuble est-il soumis &agrave; obligation d&rsquo;assainissement (notamment assainissement non collectif) ?</li> <li style="text-align: justify;">Si oui, l&rsquo;immeuble est-il un &quot;immeuble b&acirc;ti&quot;, seul immeuble soumis &agrave; la production du dossier technique de l&rsquo;<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000028808030&amp;cidTexte=LEGITEXT000006074096&amp;dateTexte=20160916" target="_blank">article L.271-4</a> du CCH ?</li> </ol> <h4 style="text-align: justify;">L&rsquo;immeuble est-il soumis &agrave; obligation d&rsquo;assainissement (notamment assainissement non collectif) ?</h4> <p style="text-align: justify;">L&rsquo;obligation d&rsquo;assainissement (soit collectif (conditions de l&rsquo;<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=2B554FF99587D5250C352DAFE00DC456.tpdila23v_2?idArticle=LEGIARTI000020533836&amp;cidTexte=LEGITEXT000006072665&amp;dateTexte=20160916&amp;categorieLien=id&amp;oldAction=rechCodeArticle" target="_blank">article&nbsp;L.1331-1</a> du CSP), soit non collectif (<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000022495931&amp;cidTexte=LEGITEXT000006072665&amp;dateTexte=20160916" target="_blank">art.L.1331-1-1</a> du CSP) concerne tous les <em>&quot;immeubles rejetant des eaux us&eacute;es domestiques&quot;&nbsp;</em>(donc par d&eacute;finition tous les immeubles &agrave; usage d&rsquo;habitation), y compris les maisons type bungalows.</p> <p style="text-align: justify;">Ceci est confirm&eacute; par une r&eacute;ponse minist&eacute;rielle en date du 06 janvier 2009 :<em> &quot;Pour &ecirc;tre exploit&eacute;es, les r&eacute;sidences mobiles de loisirs ou les habitations l&eacute;g&egrave;res de loisirs doivent &ecirc;tre raccord&eacute;es &agrave; un syst&egrave;me d&#39;assainissement. Dans le cas o&ugrave; ces habitations &laquo; temporaires &raquo; ou &laquo; saisonni&egrave;res &raquo; ne sont pas raccord&eacute;es au r&eacute;seau public de collecte des eaux us&eacute;es, elles doivent disposer d&#39;une installation d&#39;assainissement non collectif (<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000022495931&amp;cidTexte=LEGITEXT000006072665&amp;dateTexte=20160916" target="_blank">art.L.1331-1-1</a> du CSP) et la commune en assure le contr&ocirc;le (<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;idArticle=LEGIARTI000006390353" target="_blank">art.L.2224-8</a> du CGCT). Ainsi, le contr&ocirc;le des installations d&#39;assainissement non collectif &eacute;tant ind&eacute;pendant de la p&eacute;riode d&#39;occupation et des caract&eacute;ristiques de l&#39;habitation, toutes les installations d&#39;assainissement non collectif, y compris celles des habitations et r&eacute;sidences de loisirs, sont soumises au contr&ocirc;le des communes, au m&ecirc;me titre que les r&eacute;sidences principales ou secondaires.&quot; (<a href="http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-28205QE.htm" target="_blank">R&eacute;ponse minist&eacute;rielle, JOAN du 06/01/2009, n&deg;28205, page 74</a>).</em></p> <p style="text-align: justify;">En l&rsquo;esp&egrave;ce, il s&rsquo;agit d&rsquo;un bungalow non desservi par le r&eacute;seau public.&nbsp;Cet immeuble est donc soumis &agrave; l&rsquo;obligation d&rsquo;installation d&rsquo;ANC et par cons&eacute;quent soumis au contr&ocirc;le du SPANC (<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;idArticle=LEGIARTI000006390353" target="_blank">art.L.2224-8</a> du CGCT).</p> <h4 style="text-align: justify;">L&rsquo;immeuble est-il un &quot;immeuble b&acirc;ti&quot;, seul immeuble soumis &agrave; la production du dossier technique de l&rsquo;article L.271-4 du CCH ?</h4> <p style="text-align: justify;">L&rsquo;obligation de produire le dernier contr&ocirc;le (de moins de 3 ans) en cas de vente est pr&eacute;vue par l&rsquo;<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000028808030&amp;cidTexte=LEGITEXT000006074096&amp;dateTexte=20160916" target="_blank">article L.271-4</a> du CCH qui concerne la <em>&quot;vente de tout ou partie d&rsquo;un immeuble b&acirc;ti&quot;.</em></p> <p style="text-align: justify;">La question est donc de savoir si un mobil-home ou r&eacute;sidence l&eacute;g&egrave;re de loisirs est consid&eacute;r&eacute; comme un <em>&quot;immeuble b&acirc;ti&quot;.</em></p> <p style="text-align: justify;">Sont exclus de la d&eacute;finition d&rsquo;immeuble <em>&quot;b&acirc;ti&quot;</em> :&nbsp;les caravanes, les terrains &agrave; b&acirc;tir, les immeubles &agrave; construire.</p> <p style="text-align: justify;">Sont en revanche concern&eacute;s par l&rsquo;obligation de production du dernier rapport de contr&ocirc;le : &nbsp;les immeubles en ruine, les immeubles destin&eacute;s &agrave; &ecirc;tre d&eacute;molis (Attention : ceux-ci ne sont pas soumis au contr&ocirc;le en cas de vente,&nbsp;car il n&#39;y a pas d&rsquo;obligation d&rsquo;assainissement d&rsquo;un immeuble abandonn&eacute;e, devant &ecirc;tre d&eacute;moli, ou devant &ecirc;tre cess&eacute; d&#39;&ecirc;tre utilis&eacute;, cf. <a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=2B554FF99587D5250C352DAFE00DC456.tpdila23v_2?idArticle=LEGIARTI000022495931&amp;cidTexte=LEGITEXT000006072665&amp;dateTexte=20160916&amp;categorieLien=id&amp;oldAction=&amp;nbResultRech=" target="_blank">art.L.1331-1-1</a> du CSP), la vente d&rsquo;un &eacute;tage d&rsquo;un immeuble, d&rsquo;un lot dans une copropri&eacute;t&eacute;.</p> <p style="text-align: justify;">Il en r&eacute;sulte qu&rsquo;un bungalow n&rsquo;est pas un immeuble b&acirc;ti et, s&rsquo;il est soumis &agrave; contr&ocirc;le du SPANC, il n&rsquo;est pas soumis &agrave; l&#39;obligation de produire le dernier rapport de contr&ocirc;le (moins de 3 ans) an cas de vente de l&rsquo;immeuble. Cela n&rsquo;entra&icirc;ne &nbsp;aucune cons&eacute;quence sur l&rsquo;obligation (qui subsiste) de disposer d&rsquo;une installation d&rsquo;ANC conforme et de devoir faire les travaux dans le d&eacute;lai d&rsquo;un an &agrave; compter de la vente. Ce d&eacute;lai d&rsquo;un an concerne &nbsp;en effet&nbsp;l&rsquo;installation d&rsquo;ANC d&rsquo;un immeuble, sans pr&eacute;cision que l&rsquo;immeuble soit <em>&quot;b&acirc;ti&quot;</em>&nbsp;ou non au sens du CCH (cf. art.4 de l&rsquo;<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000025835036&amp;dateTexte=20160916" target="_blank">arr&ecirc;t&eacute; du 27 avril 2012</a>).</p> <p style="text-align: justify;">Si, en l&rsquo;esp&egrave;ce, le document n&rsquo;a effectivement pas &agrave; &ecirc;tre joint au dossier de vente, l&rsquo;information sur l&rsquo;&eacute;tat de l&rsquo;ANC devrait tout de m&ecirc;me &ecirc;tre d&eacute;livr&eacute;e de bonne foi&nbsp;<em>(&quot;Obligation de d&eacute;livrance du vendeur&quot;&nbsp;: cf. CA&nbsp;Versailles, 04 f&eacute;vrier 2014, n&deg;12/086).</em></p> <p style="text-align: justify;"><strong><u>CONCLUSION</u> : Le fait qu&rsquo;il s&rsquo;agisse d&rsquo;un bungalow change une chose et une seule : il y a un papier en moins &agrave; donner &agrave; l&rsquo;acheteur dans le cadre de la vente.&nbsp;</strong></p> <p style="text-align: justify;"><a href="https://www.sidesa.fr/tous-les-articles/assainissement-non-collectif/controle/controle-en-cas-de-vente-d-immeuble-d-habitation" target="_blank"><em>En savoir plus sur le contr&ocirc;le en cas de vente d&#39;immeuble d&#39;habitation</em></a></p> <p style="text-align: justify;"><a href="https://www.sidesa.fr/tous-les-articles/assainissement-non-collectif/controle/conformite-des-installations-existantes" target="_blank"><em>En savoir plus sur la conformit&eacute; des installations d&#39;ANC</em></a></p> <p style="text-align: justify;"><a href="https://www.sidesa.fr/tous-les-articles/assainissement-collectif/travaux/obligation-de-raccordement-au-reseau" target="_blank"><em>En savoir plus sur l&#39;obligation de raccordement au r&eacute;seau d&#39;assainissement collectif</em></a></p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-non-collectif/lors-de-la-vente-d-un-terrain-avec-mobil-home-un-rapport-de-controle-doit-il-etre-joint-au-dossier-technique-de-vente Fri, 16 Sep 2016 12:49:00 +0200 Un puits perdu ou un puisard peut-il être réhabilité pour permettre l'évacuation des eaux usées traitées? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-non-collectif/un-puits-perdu-ou-un-puisard-peut-il-etre-rehabilite-pour-permettre-l-evacuation-des-eaux-usees-traitees <p style="text-align: justify;">Rien n&rsquo;emp&ecirc;che la r&eacute;habilitation des puits perdus/puisards pour permettre l&rsquo;&eacute;vacuation des eaux us&eacute;es trait&eacute;es.&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;"><strong>Soit le sol permet l&rsquo;infiltration &agrave; faible profondeur :</strong>&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">Dans ce cas l&rsquo;ouvrage peut &ecirc;tre r&eacute;habilit&eacute; pour permettre l&rsquo;infiltration des eaux trait&eacute;es.</p> <p style="text-align: justify;">Aujourd&rsquo;hui,&nbsp;il n&rsquo;existe pas de document de r&eacute;f&eacute;rence concernant les ouvrages d&rsquo;infiltration.&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">Au sein du groupe AFNOR, les r&eacute;flexions men&eacute;es indiquent que ces ouvrages ne prennent pas forc&eacute;ment la forme de tranch&eacute;es, et peuvent correspondre &agrave; des aires d&rsquo;infiltration, des noues, etc. Une &eacute;tude particuli&egrave;re est fortement conseill&eacute;e pour pr&eacute;ciser les travaux de modifications &agrave; r&eacute;aliser sur l&rsquo;ouvrage ainsi que les bases de son dimensionnement.</p> <p style="text-align: justify;"><strong>Soit le sol &agrave; faible profondeur ne permet pas l&rsquo;infiltration :&nbsp;</strong></p> <p style="text-align: justify;">La<strong>&nbsp;</strong>solution d&rsquo;&eacute;vacuation par rejet ne peut pas &ecirc;tre envisag&eacute;e.</p> <p style="text-align: justify;">Dans ce cas, le puits perdu ou le&nbsp;puisard doit &ecirc;tre condamn&eacute; et r&eacute;habilit&eacute; en puits d&rsquo;infiltration, conform&eacute;ment &agrave; l&rsquo;<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexteArticle.do;jsessionid=31829E077CB16E8C97DB179A2441378C.tpdila07v_2?idArticle=LEGIARTI000025767673&amp;cidTexte=LEGITEXT000021125886&amp;dateTexte=20161005" target="_blank">article 13</a> de l&rsquo;arr&ecirc;t&eacute; du&nbsp;07&nbsp;septembre 2009 modifi&eacute;, qui interdit les&nbsp;rejets d&#39;eaux us&eacute;es domestiques, m&ecirc;me trait&eacute;es, dans un puisard, puits perdu, puits d&eacute;saffect&eacute;, cavit&eacute; naturelle ou artificielle profonde. Cependant, en cas&nbsp;d&#39;impossibilit&eacute; de rejet conform&eacute;ment aux dispositions des <a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000021125886&amp;dateTexte=20161005" target="_blank">articles 11 et 12</a>, les eaux us&eacute;es trait&eacute;es conform&eacute;ment aux dispositions des <a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000021125886&amp;dateTexte=20161005" target="_blank">articles 6 et 7</a> peuvent &ecirc;tre &eacute;vacu&eacute;es par puits d&#39;infiltration dans une couche sous-jacente, de perm&eacute;abilit&eacute; comprise entre 10 et 500 mm/h, dont les caract&eacute;ristiques techniques et conditions de mise en &oelig;uvre sont pr&eacute;cis&eacute;es en annexe 1 de l&#39;arr&ecirc;t&eacute; du 07 septembre 2009.</p> <p style="text-align: justify;">Ce mode d&#39;&eacute;vacuation est autoris&eacute; par le SPANC sur la base d&#39;une &eacute;tude hydrog&eacute;ologique sauf mention contraire pr&eacute;cis&eacute;e dans l&#39;avis publi&eacute; au Journal officiel de la R&eacute;publique fran&ccedil;aise conform&eacute;ment &agrave; l&#39;<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexteArticle.do;jsessionid=31829E077CB16E8C97DB179A2441378C.tpdila07v_2?idArticle=LEGIARTI000025767651&amp;cidTexte=LEGITEXT000021125886&amp;dateTexte=20161005" target="_blank">article 9</a>de l&#39;arr&ecirc;t&eacute; du 07 septembre 2009&nbsp;(dispositifs agr&eacute;&eacute;s).</p> <p>&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-non-collectif/un-puits-perdu-ou-un-puisard-peut-il-etre-rehabilite-pour-permettre-l-evacuation-des-eaux-usees-traitees Wed, 05 Oct 2016 13:56:00 +0200 Quel taux de TVA s'applique aux travaux de raccordement d'une habitation au réseau public d'assainissement collectif ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-collectif/quel-taux-de-tva-s-applique-aux-travaux-de-raccordement-d-une-habitation-au-reseau-public-d-assainissement-collectif <p style="text-align: justify;">Le taux r&eacute;duit ou le taux normal en fonction de l&#39;&acirc;ge de l&#39;habitation.</p> <h1 style="text-align: justify;">Taux r&eacute;duit</h1> <p style="text-align: justify;">La part privative des travaux de raccordement des locaux d&#39;habitation achev&eacute;s <strong>depuis plus de deux ans</strong> aux r&eacute;seaux publics (notamment d&#39;assainissement) sont factur&eacute;s par les entreprises prestataires au propri&eacute;taire ou &agrave; l&#39;occupant des locaux au taux r&eacute;duit de 10% <em>(cf.&nbsp;<a href="http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/1733-PGP.html?identifiant=BOI-TVA-LIQ-30-20-90-30-20140919" target="_blank">BOI-TVA-LIQ-30-20-90-30-20140919</a>).</em></p> <h1 style="text-align: justify;">Taux normal</h1> <p style="text-align: justify;">La part privative des travaux de raccordement des locaux d&#39;habitation achev&eacute;s <strong>depuis moins de deux ans</strong> aux r&eacute;seaux publics (notamment d&#39;assainissement) sont factur&eacute;s par les entreprises prestataires au propri&eacute;taire ou &agrave; l&#39;occupant des locaux au&nbsp;taux normal de 20% ; sauf s&#39;il s&#39;agit de travaux d&#39;urgence.</p> <p style="text-align: justify;">&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-collectif/quel-taux-de-tva-s-applique-aux-travaux-de-raccordement-d-une-habitation-au-reseau-public-d-assainissement-collectif Wed, 23 Nov 2016 13:49:00 +0100 Quel taux de TVA s'applique aux travaux de raccordement d'une habitation au réseau public d'eau potable? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/quel-taux-de-tva-s-applique-aux-travaux-de-raccordement-d-une-habitation-au-reseau-public-d-eau-potable <p>Le taux r&eacute;duit ou le taux normal en fonction de l&#39;&acirc;ge de l&#39;habitation.</p> <h1>Taux r&eacute;duit</h1> <p>La part privative des travaux de raccordement des locaux d&#39;habitation achev&eacute;s depuis plus de deux ans aux r&eacute;seaux publics (notamment d&#39;adduction en eau potable) sont factur&eacute;s par les entreprises prestataires au propri&eacute;taire ou &agrave; l&#39;occupant des locaux au taux r&eacute;duit de 10% <em>(cf. <a href="http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/1733-PGP.html?identifiant=BOI-TVA-LIQ-30-20-90-30-20140919" target="_blank">BOI-TVA-LIQ-30-20-90-30-20140919</a>).</em></p> <h1>Taux normal</h1> <p>La part privative des travaux de raccordement des locaux d&#39;habitation achev&eacute;s depuis moins de deux ans aux r&eacute;seaux publics (notamment d&#39;adduction en&nbsp;eau&nbsp;potable)&nbsp;sont factur&eacute;s par les entreprises prestataires au propri&eacute;taire ou &agrave; l&#39;occupant des locaux au taux normal de 20% ; sauf s&#39;il s&#39;agit de travaux d&#39;urgence.</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/quel-taux-de-tva-s-applique-aux-travaux-de-raccordement-d-une-habitation-au-reseau-public-d-eau-potable Wed, 23 Nov 2016 14:39:00 +0100 Quel est le taux de TVA applicable à la redevance perçue sur les usagers du service public de l'eau potable? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/quel-est-le-taux-de-tva-applicable-a-la-redevance-percue-sur-les-usagers-du-service-public-de-l-eau-potable <p style="text-align: justify;">La fourniture d&#39;eau par un r&eacute;seau d&#39;adduction quelle que soit la personne qui la r&eacute;alise (association syndicale autoris&eacute;e propri&eacute;taire des installations ; service public municipal de l&#39;eau ; entreprise priv&eacute;e) est soumise au <strong>taux r&eacute;duit de 5,5 %.</strong></p> <p style="text-align: justify;">Cette eau peut &ecirc;tre destin&eacute;e aussi bien &agrave; l&#39;alimentation en eau potable des centres habit&eacute;s (eau du &quot;robinet&quot;) qu&#39;&agrave; des usages industriels, agricoles, sanitaires ou m&eacute;nagers.</p> <p style="text-align: justify;">Elle doit &ecirc;tre vendue &agrave; des tarifs fix&eacute;s ou homologu&eacute;s par l&#39;autorit&eacute; publique dans le cadre du service public de distribution, exploit&eacute; en r&eacute;gie ou conc&eacute;d&eacute;.</p> <p style="text-align: justify;">Pour ce qui est de l&rsquo;eau fournie par les r&eacute;seaux publics de distribution d&rsquo;eau potable, le prix se d&eacute;compose en plusieurs &eacute;l&eacute;ments.</p> <p style="text-align: justify;">Aussi, le taux de 5,5 % s&rsquo;applique non seulement aux parts relatives &agrave; la consommation d&rsquo;eau revenant &agrave; l&rsquo;exploitant du service mais &eacute;galement &agrave; celles qui sont revers&eacute;es &agrave; l&rsquo;autorit&eacute; publique organisatrice du service de distribution lorsque la gestion de ce dernier est confi&eacute;e &agrave; un d&eacute;l&eacute;gataire.</p> <p style="text-align: justify;">Ce taux s&rsquo;applique &eacute;galement :</p> <ul> <li style="text-align: justify;">&agrave; la part du prix relative &agrave; l&rsquo;abonnement, quelle que soit sa d&eacute;nomination (prime fixe, part fixe, redevance compteur, etc.) ; les frais d&rsquo;acc&egrave;s initiaux au service ne constituent en revanche pas un &eacute;l&eacute;ment du prix de la vente d&rsquo;eau et ne sont donc pas &eacute;ligibles au taux r&eacute;duit de 5,5 %. Ils peuvent n&eacute;anmoins b&eacute;n&eacute;ficier du taux r&eacute;duit de 10 % sur le fondement du b de l&rsquo;article 279 du CGI ;</li> <li style="text-align: justify;">aux redevances per&ccedil;ues &agrave; l&rsquo;occasion de la distribution de l&rsquo;eau (notamment les redevances pour pollution de l&rsquo;eau d&rsquo;origine domestique g&eacute;n&eacute;ralement d&eacute;sign&eacute;e sur la facture d&rsquo;eau sous le terme &laquo; lutte contre la pollution &raquo;, les redevances &laquo; pr&eacute;l&egrave;vement &raquo; ou &laquo; pr&eacute;servation des ressources en eau &raquo; per&ccedil;ues au profit de l&rsquo;agence de l&rsquo;eau et les redevances per&ccedil;ues au profit de Voies navigables de France (VNF) &agrave; raison des pr&eacute;l&egrave;vements op&eacute;r&eacute;s dans le domaine public fluvial).</li> </ul> <p style="text-align: justify;"><em><u>Source</u> :&nbsp;<a href="http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2033-PGP.html?identifiant=BOI-TVA-LIQ-30-10-10-20160302" target="_blank">BOI-TVA-LIQ-30-10-10-20160302</a></em></p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/quel-est-le-taux-de-tva-applicable-a-la-redevance-percue-sur-les-usagers-du-service-public-de-l-eau-potable Wed, 23 Nov 2016 14:51:00 +0100 En cas de fusion de syndicats, qui vote le dernier compte administratif des syndicats fusionnés ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/en-cas-de-fusion-de-syndicats-qui-vote-le-dernier-compte-administratif-des-syndicats-fusionnes <p style="text-align: justify;">Le comit&eacute; syndical du syndicat issu de la fusion (donc le nouveau comit&eacute; syndical).</p> <p style="text-align: justify;">En revanche, en cas de dissolution d&#39;un syndicat, le comit&eacute; syndical du syndicat dissous ne survit (apr&egrave;s la date de dissolution) que pour&nbsp;cet acte (<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;idArticle=LEGIARTI000006392879&amp;dateTexte=&amp;categorieLien=cid" target="_blank">art.L.5211-26 du CGCT</a> par renvoi de l&rsquo;<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;idArticle=LEGIARTI000020629774&amp;dateTexte=" target="_blank">article L.5212-33</a>).</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/en-cas-de-fusion-de-syndicats-qui-vote-le-dernier-compte-administratif-des-syndicats-fusionnes Wed, 14 Dec 2016 14:48:00 +0100 Une commune disposant d'une régie dotée de l'autonomie financière peut-elle postuler afin d'être retenue comme délégataire pour l'exploitation d’un nouvel équipement public financé par la commune ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/concessions/une-commune-disposant-d-une-regie-dotee-de-l-autonomie-financiere-peut-elle-postuler-afin-d-etre-retenue-comme-delegataire-pour-l-exploitation-dun-nouvel-equipement-public-finance-par-la-commune <p style="text-align: justify;">Aucune disposition n&#39;interdit en principe &agrave; une r&eacute;gie communale de se porter candidate &agrave; une d&eacute;l&eacute;gation de service public (DSP), &agrave; condition de respecter le principe de libre concurrence.&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">Le Conseil d&#39;&Eacute;tat a en effet soulign&eacute; dans un avis du 8 novembre 2000<em> (St&eacute; Jean-Louis Bernard Consultant, n&deg;222208) </em>que :</p> <blockquote> <p style="text-align: justify;"><em>&quot;Aucun texte ni principe n&#39;interdit, en raison de sa nature, &agrave; une personne publique, de se porter candidate &agrave; l&#39;attribution d&#39;un march&eacute; public ou d&#39;un contrat de d&eacute;l&eacute;gation de service public.&quot;</em></p> </blockquote> <p style="text-align: justify;">Toutefois, une r&eacute;gie ne saurait se porter candidate &agrave; l&#39;attribution d&#39;une d&eacute;l&eacute;gation de service public initi&eacute;e par sa collectivit&eacute; de rattachement.&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">En effet, la collectivit&eacute; ayant la charge du service doit choisir entre deux modes de gestion : la gestion directe (r&eacute;gie) ou la gestion d&eacute;l&eacute;gu&eacute;e (d&eacute;l&eacute;gation de service public).</p> <p style="text-align: justify;">Permettre &agrave; une r&eacute;gie de se porter candidate &agrave; l&#39;attribution d&#39;une d&eacute;l&eacute;gation de service public initi&eacute;e par sa collectivit&eacute; de rattachement reviendrait &agrave; nier les choix op&eacute;r&eacute;s par l&#39;assembl&eacute;e d&eacute;lib&eacute;rante.</p> <p style="text-align: justify;">De plus, le lien direct qui existe entre la r&eacute;gie et sa collectivit&eacute; de rattachement s&#39;oppose &agrave; ce que la r&eacute;gie, qui n&#39;est qu&#39;une &eacute;manation de la collectivit&eacute;, soit attributaire d&#39;une d&eacute;l&eacute;gation de service public initi&eacute;e par cette m&ecirc;me collectivit&eacute;.</p> <p style="text-align: justify;">En cons&eacute;quence, une r&eacute;gie communale ne peut se porter candidate &agrave; une d&eacute;l&eacute;gation de service public lanc&eacute;e par sa collectivit&eacute; de rattachement sans m&eacute;conna&icirc;tre les dispositions de la loi relatives &agrave; la sp&eacute;cialit&eacute; des modes de gestion des services publics locaux.</p> <p style="text-align: justify;"><em><u>Source </u>: <a href="http://www.senat.fr/questions/base/2016/qSEQ161023417.html" target="_blank">R&eacute;ponse minist&eacute;rielle, Question &eacute;crite n&deg;23417, JO S&eacute;nat du 12 janvier 2017, page 104</a></em></p> <p>&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/concessions/une-commune-disposant-d-une-regie-dotee-de-l-autonomie-financiere-peut-elle-postuler-afin-d-etre-retenue-comme-delegataire-pour-l-exploitation-dun-nouvel-equipement-public-finance-par-la-commune Tue, 24 Jan 2017 15:46:00 +0100 La démission d'un membre suppléant impose-t-elle le renouvellement de la CDSP ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/concessions/la-demission-d-un-membre-suppleant-impose-t-elle-le-renouvellement-de-la-cdsp <p style="text-align: justify;">Non.</p> <p style="text-align: justify;">La d&eacute;mission d&#39;un membre suppl&eacute;ant n&#39;impose pas le renouvellement de la CDSP, m&ecirc;me si la liste sur laquelle il a &eacute;t&eacute; &eacute;lu ne comporte plus de suppl&eacute;ant susceptible de le remplacer <em>(<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000018005857&amp;fastReqId=212666041&amp;fastPos=1" target="_blank">CE, 30 mars 2007, Sieur A., n&deg;298103</a>).</em></p> <p style="text-align: justify;">Il n&#39;est proc&eacute;d&eacute; au renouvellement int&eacute;gral de la CDSP que dans les cas suivants :</p> <ul> <li style="text-align: justify;">lorsque le remplacement d&#39;un membre titulaire d&eacute;finitivement emp&ecirc;ch&eacute; est rendu impossible du fait de l&#39;inexistence de membre(s) suppl&eacute;ant(s) sur la liste sur laquelle il a &eacute;t&eacute; &eacute;lu ;</li> <li style="text-align: justify;">le renouvellement int&eacute;gral de l&#39;assembl&eacute;e d&eacute;lib&eacute;rante de la collectivit&eacute; au terme normal du mandat de ces assembl&eacute;es ;</li> <li style="text-align: justify;">l&#39;&eacute;largissement d&#39;une structure intercommunale car celui-ci implique la n&eacute;cessit&eacute; d&#39;int&eacute;grer le ou les nouveaux membres.</li> </ul> <p style="text-align: justify;"><a href="https://www.sidesa.fr/tous-les-articles/gestion-des-collectivites/concessions/commission-de-delegation-de-service-public-cdsp" target="_blank"><em>En savoir plus sur la CDSP</em></a></p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/concessions/la-demission-d-un-membre-suppleant-impose-t-elle-le-renouvellement-de-la-cdsp Wed, 25 Jan 2017 10:03:00 +0100 Comment calcule-t-on la population de l'EPCI à FP lorsqu'il est en représentation-substitution pour certaines de ses communes au sein d'un syndicat mixte? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/comment-calcule-t-on-la-population-de-l-epci-a-fp-lorsqu-il-est-en-representation-substitution-pour-certaines-de-ses-communes-au-sein-d-un-syndicat-mixte <p style="text-align: justify;">Les articles L.5214-21 (Communaut&eacute; de Communes) et <a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;idArticle=LEGIARTI000006393226&amp;dateTexte=&amp;categorieLien=cid" target="_blank">L.5216-7</a> (Communaut&eacute;s d&#39;Agglom&eacute;ration) du CGCT&nbsp;organisent un m&eacute;canisme de &quot;repr&eacute;sentation-substitution&quot;.</p> <p style="text-align: justify;"><strong>Pour l&#39;eau et l&#39;assainissement le m&eacute;canisme ne s&#39;applique que si le syndicat se situe sur le territoire d&#39;au&nbsp;moins 3 EPCI &agrave; fiscalit&eacute; propre &agrave; la date de prise de comp&eacute;tences par la CC ou la CA.</strong></p> <p style="text-align: justify;">Ces articles&nbsp;pr&eacute;voient ainsi que :</p> <blockquote> <p style="text-align: justify;"><em>&quot;Lorsqu&#39;un syndicat exer&ccedil;ant une comp&eacute;tence en mati&egrave;re d&#39;eau ou d&#39;assainissement regroupe des communes appartenant &agrave; trois &eacute;tablissements publics de coop&eacute;ration intercommunale &agrave; fiscalit&eacute; propre au moins &agrave; la date du transfert de cette comp&eacute;tence &agrave; la communaut&eacute; (...), la communaut&eacute; (...) est substitu&eacute;e, au sein du syndicat, aux communes qui la composent&quot; (...) &quot;La&nbsp;communaut&eacute; (...) est substitu&eacute;e au sein du syndicat aux communes qui la composent. Cette disposition ne modifie pas les attributions du syndicat de communes, qui devient syndicat mixte au sens de l&#39;<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;idArticle=LEGIARTI000006393397&amp;dateTexte=&amp;categorieLien=cid" target="_blank">article L.5711-1</a>, ou du syndicat mixte int&eacute;ress&eacute;. Elle ne modifie pas non plus le p&eacute;rim&egrave;tre dans lequel ce syndicat exerce ses comp&eacute;tences.&quot;</em></p> </blockquote> <p style="text-align: justify;">En cas d&#39;application de ce m&eacute;canisme de repr&eacute;sentation-substitution,&nbsp;la population prise en compte pour le calcul de la majorit&eacute; qualifi&eacute;e n&eacute;cessaire pour la modification des statuts (extension de comp&eacute;tences, retrait, adh&eacute;sion, etc.) est la population correspondant &agrave; la <strong>partie du territoire de la communaut&eacute; incluse dans le syndicat mixte </strong>(<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;idArticle=LEGIARTI000020951494&amp;dateTexte=" target="_blank">art.L5211-61</a> du CGCT).</p> <p style="text-align: justify;">Si deux communes de la communaut&eacute; sont incluses dans le syndicat mixte, seule la population de ces deux communes devra &ecirc;tre prise en compte pour le calcul de&nbsp;la majorit&eacute; qualifi&eacute;e.</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/comment-calcule-t-on-la-population-de-l-epci-a-fp-lorsqu-il-est-en-representation-substitution-pour-certaines-de-ses-communes-au-sein-d-un-syndicat-mixte Thu, 26 Jan 2017 10:16:00 +0100 Peut-il y avoir un budget unique pour les services d’assainissement collectif et d’assainissement non collectif? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-non-collectif/peut-il-y-avoir-un-budget-unique-pour-les-services-dassainissement-collectif-et-dassainissement-non-collectif <p style="text-align: justify;">L&rsquo;<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;idArticle=LEGIARTI000006390349&amp;dateTexte=&amp;categorieLien=cid" target="_blank">article L.2224-6</a> du CGCT dispose que <em>&quot;Les communes de moins de 3 000 habitants et les &eacute;tablissements publics de coop&eacute;ration intercommunale dont aucune commune membre n&rsquo;a plus de 3 000 habitants peuvent &eacute;tablir un budget unique des services de distribution d&rsquo;eau potable et d&rsquo;assainissement si les deux services sont soumis aux m&ecirc;mes r&egrave;gles d&rsquo;assujettissement &agrave; la taxe sur la valeur ajout&eacute;e et si leur mode de gestion est identique. &nbsp;Le budget et les factures &eacute;mises doivent faire appara&icirc;tre la r&eacute;partition entre les op&eacute;rations relatives &agrave; la distribution d&rsquo;eau potable et celles relatives &agrave; l&rsquo;assainissement.&quot;</em></p> <p style="text-align: justify;">Cela est possible sous plusieurs conditions :</p> <ul> <li style="text-align: justify;">les deux services doivent avoir le m&ecirc;me r&eacute;gime de TVA ;</li> <li style="text-align: justify;">les deux services doivent avoir le m&ecirc;me mode de gestion.</li> </ul> <p style="text-align: justify;">Par ailleurs, le budget doit en tout &eacute;tat de cause retracer pr&eacute;cis&eacute;ment les mouvements financiers relatifs &agrave; chacune des comp&eacute;tences.</p> <p style="text-align: justify;">D&egrave;s lors, la r&eacute;union des deux budgets n&rsquo;est que formelle, puisque s&rsquo;ils peuvent &ecirc;tre plac&eacute;s sous un m&ecirc;me chapitre budg&eacute;taire, chaque d&eacute;pense et chaque recette doit &ecirc;tre affect&eacute;e au service auquel elle se rapporte. Cela permet de garantir que les charges d&rsquo;un service ne sont pas r&eacute;percut&eacute;es sur l&rsquo;autre et que les usagers payent uniquement les prestations dont ils b&eacute;n&eacute;ficient.</p> <p style="text-align: justify;">Ainsi, il n&rsquo;est pas possible que le service d&rsquo;assainissement collectif supporte des charges du SPANC, par exemple par le biais de la mise &agrave; disposition gratuite de personnel ou de locaux. Il s&rsquo;agit l&agrave; de l&rsquo;application des principes et r&egrave;gles comptables issus de l&rsquo;instruction M49.</p> <p style="text-align: justify;">En cas de budget unique, doivent figurer en annexe au budget des &eacute;tats retra&ccedil;ant les d&eacute;penses et les recettes des services d&rsquo;eau et d&rsquo;assainissement ainsi que des services d&rsquo;assainissement collectif et non collectif. Ces deux &eacute;tats pr&eacute;sentent la ventilation des d&eacute;penses et des recettes des services d&rsquo;eau et d&rsquo;assainissement et des services d&rsquo;assainissement collectif et non collectif par section.</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-non-collectif/peut-il-y-avoir-un-budget-unique-pour-les-services-dassainissement-collectif-et-dassainissement-non-collectif Fri, 03 Feb 2017 10:52:00 +0100 Une régie publique d'un syndicat en charge d’un service public d’eau potable et/ou d’assainissement est-elle soumise au versement de la taxe d’apprentissage ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/une-regie-publique-d-un-syndicat-en-charge-dun-service-public-deau-potable-etou-dassainissement-est-elle-soumise-au-versement-de-la-taxe-dapprentissage <p style="text-align: justify;">La taxe d&rsquo;apprentissage est due par les personnes physiques et soci&eacute;t&eacute;s soumises au r&eacute;gime des soci&eacute;t&eacute; de personnes (1) et des personnes morales passibles de l&rsquo;imp&ocirc;t sur les soci&eacute;t&eacute;s (2) lorsqu&rsquo;elles exercent une activit&eacute; commerciale, industrielle ou artisanale ou assimil&eacute;e (au sens art. 34 et 35 CGI) (<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000030702033&amp;cidTexte=LEGITEXT000006069577" target="_blank">art.1599 ter A</a> du CGCI&nbsp;; <a href="http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/6317-PGP.html?identifiant=BOI-TPS-TA-10-20150204" target="_blank">http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/6317-PGP.html?identifiant=BOI-TPS-TA-10-20150204</a>).</p> <p style="text-align: justify;">Il s&rsquo;agit donc&nbsp;:</p> <ol> <li style="text-align: justify;">des personnes physiques, des entreprises unipersonnelles &agrave; responsabilit&eacute; limit&eacute;e, des soci&eacute;t&eacute;s en nom collectif, des soci&eacute;t&eacute;s en commandite simple et des soci&eacute;t&eacute;s en participation n&#39;ayant pas opt&eacute; pour le r&eacute;gime des soci&eacute;t&eacute;s par actions, des soci&eacute;t&eacute;s &agrave; responsabilit&eacute; limit&eacute;e ayant opt&eacute; pour le r&eacute;gime fiscal des soci&eacute;t&eacute;s de personnes&nbsp;:</li> <li style="text-align: justify;">des soci&eacute;t&eacute;s, associations et organismes passibles de l&rsquo;IS (soci&eacute;t&eacute;s de capitaux et assimil&eacute;es, soci&eacute;t&eacute;s coop&eacute;ratives et de leurs unions, soci&eacute;t&eacute;s civiles de personnes lorsqu&#39;elles se livrent &agrave; une exploitation ou &agrave; des op&eacute;rations vis&eacute;es aux art.34 et 35 du CGI, soci&eacute;t&eacute;s de personnes ayant opt&eacute; pour l&#39;imp&ocirc;t sur les soci&eacute;t&eacute;s, soci&eacute;t&eacute;s en commandite simple et des soci&eacute;t&eacute;s en participation pour la part des commanditaires et celle des associ&eacute;s qui ne sont pas ind&eacute;finiment responsables ou dont les noms et adresses n&#39;ont pas &eacute;t&eacute; indiqu&eacute;s &agrave; l&#39;administration, certaines collectivit&eacute;s autres que les soci&eacute;t&eacute;s (&eacute;tablissements publics, associations, etc.) qui se livrent &agrave; une exploitation ou &agrave; des op&eacute;rations de caract&egrave;re lucratif, caisses de cr&eacute;dit agricole, caisses de cr&eacute;dit mutuel, caisses de cr&eacute;dit mutuel agricole et rural).</li> </ol> <p style="text-align: justify;">Or, pour le cas 2, les collectivit&eacute;s publiques (r&eacute;gions, d&eacute;partements communes, EPCI &agrave; fiscalit&eacute; propre, syndicats de communes, syndicats mixtes ferm&eacute;s ) et leurs r&eacute;gies de services publics sont express&eacute;ment et int&eacute;gralement exon&eacute;r&eacute;es de l&rsquo;imp&ocirc;t sur les soci&eacute;t&eacute;s (<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006069577&amp;idArticle=LEGIARTI000025092537&amp;dateTexte=&amp;categorieLien=id" target="_blank">art.207 6&deg; du CGI</a>).</p> <p style="text-align: justify;">La r&eacute;gie publique d&#39;un syndicat de communes ou d&#39;un syndicat mixte ferm&eacute; n&#39;est donc pas redevable de la taxe d&#39;apprentissage.&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/une-regie-publique-d-un-syndicat-en-charge-dun-service-public-deau-potable-etou-dassainissement-est-elle-soumise-au-versement-de-la-taxe-dapprentissage Thu, 23 Feb 2017 15:19:00 +0100 Lorsqu’une communauté de communes transfère une compétence à un syndicat mixte, peut-elle encore bénéficier de la DGF bonifiée ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/lorsquune-communaute-de-communes-transfere-une-competence-a-un-syndicat-mixte-peut-elle-encore-beneficier-de-la-dgf-bonifiee <p style="text-align: justify;">Oui.</p> <p style="text-align: justify;">La loi exige des communaut&eacute;s de communes &eacute;ligibles &agrave; la DGF bonifi&eacute;e qu&#39;elles soient titulaires d&#39;un certain nombre de comp&eacute;tences, c&#39;est-&agrave;-dire que les communes membres de ces communaut&eacute;s de communes se soient dessaisies desdites comp&eacute;tences &agrave; leur profit.</p> <p style="text-align: justify;">D&egrave;s lors que ces transferts sont constat&eacute;s par arr&ecirc;t&eacute; pr&eacute;fectoral, les communaut&eacute;s de communes satisfont aux conditions fix&eacute;es &agrave; l&#39;article L.5214-23-1 du code g&eacute;n&eacute;ral des collectivit&eacute;s territoriales relatif &agrave; l&#39;&eacute;ligibilit&eacute; &agrave; la dotation globale de fonctionnement bonifi&eacute;e.&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">Ces &eacute;tablissements publics de coop&eacute;ration intercommunale d&eacute;cident ensuite librement des modalit&eacute;s d&#39;exercice des comp&eacute;tences dont ils sont titulaires. Ils peuvent notamment, s&#39;agissant de comp&eacute;tences telles que les sch&eacute;mas de coh&eacute;rence territoriale ou le traitement des ordures m&eacute;nag&egrave;res, qui s&#39;exercent sur de larges p&eacute;rim&egrave;tres, les exercer en commun avec d&#39;autres collectivit&eacute;s et EPCI au sein d&#39;un syndicat mixte.&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">Ce choix relatif aux modalit&eacute;s d&#39;exercice de telle ou telle comp&eacute;tence ne saurait avoir de cons&eacute;quences sur l&#39;&eacute;ligibilit&eacute; d&#39;une communaut&eacute; de communes &agrave; la DGF bonifi&eacute;e d&egrave;s lors que ses communes membres lui ont effectivement transf&eacute;r&eacute; au pr&eacute;alable les comp&eacute;tences requises par l&#39;article L.5214-23-1.</p> <p style="text-align: justify;"><em><u>Source</u> : <a href="http://questions.assemblee-nationale.fr/q12/12-615QE.htm" target="_blank">R&eacute;ponse minist&eacute;rielle, Question &eacute;crite n&deg;615, JOAN du 09 septembre 2002, page 3077</a></em></p> <p>&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/lorsquune-communaute-de-communes-transfere-une-competence-a-un-syndicat-mixte-peut-elle-encore-beneficier-de-la-dgf-bonifiee Thu, 23 Feb 2017 15:25:00 +0100 Le rapport d'analyse des offres d'une DSP est-il communicable à tout administré qui en fait la demande ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/concessions/le-rapport-d-analyse-des-offres-d-une-dsp-est-il-communicable-a-tout-administre-qui-en-fait-la-demande <p style="text-align: justify;">Les documents se rapportant aux concessions (notamment DSP) sont des documents administratifs soumis au droit d&rsquo;acc&egrave;s institu&eacute; par le livre III du Code des Relations entre le Public et l&rsquo;Administration (CRPA).</p> <p style="text-align: justify;">Une fois le contrat sign&eacute;, les documents composant la proc&eacute;dure de passation perdent leur caract&egrave;re pr&eacute;paratoire, et deviennent, en principe, communicables &agrave; toute personne qui en fait la demande (ex.: candidat &eacute;vinc&eacute;, administr&eacute;, entreprise non candidate, etc.).</p> <p style="text-align: justify;"><strong>TOUTEFOIS, l</strong>e droit de communication, dont b&eacute;n&eacute;ficient, une fois la convention sign&eacute;e, tant les entreprises non retenues que toute autre personne qui en fait la demande, doit toutefois s&#39;exercer dans le respect du secret en mati&egrave;re industrielle et commerciale, prot&eacute;g&eacute; par les dispositions de l&rsquo;<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000031366350&amp;idArticle=LEGIARTI000033218964" target="_blank">article L.311-6</a> du CRPA <em>(<a href="http://www.cada.fr/conseil-20132119,20132119.html" target="_blank">CADA, 23 mais 2013, avis n&deg;20132119</a>).</em></p> <p style="text-align: justify;">A ce titre, sont notamment exclus de la communication les &eacute;l&eacute;ments suivants, qui devront &ecirc;tre occult&eacute;s, notamment du RAO :</p> <ul> <li style="text-align: justify;">les mentions relatives aux moyens techniques et humains, &agrave; la certification de syst&egrave;me qualit&eacute;, aux certifications tierces parties ainsi qu&rsquo;aux certificats de qualification concernant la prestation demand&eacute;e ;</li> <li style="text-align: justify;">les mentions concernant le chiffre d&rsquo;affaires, les coordonn&eacute;es bancaires et les r&eacute;f&eacute;rences autres que celles qui correspondent &agrave; des march&eacute;s publics/DSP ;</li> <li style="text-align: justify;">les mentions relatives aux d&eacute;tails techniques et financiers des offres de toutes les entreprises contenues dans les documents pr&eacute;paratoires &agrave; la passation du contrat;</li> <li style="text-align: justify;">les notes, classements et appr&eacute;ciations des entreprises non retenues ne sont communicables qu&rsquo;&agrave; celles-ci chacune pour ce qui la concerne ;</li> <li style="text-align: justify;">l&#39;offre de prix d&eacute;taill&eacute;e de l&#39;entreprise retenue est en principe communicable dans la mesure o&ugrave; elle fait partie int&eacute;grante du contrat de DSP ;</li> <li style="text-align: justify;">l&#39;offre de prix globale des entreprises non retenues est, en principe, elle aussi communicable. En revanche, le d&eacute;tail technique et financier des offres de ces entreprises ne l&#39;est pas.&nbsp;</li> </ul> <p style="text-align: justify;"><u>NB :</u> Les m&eacute;moires techniques des entreprises (attributaire et candidates) ne sont pas communicables &agrave; un tiers d&egrave;s lors qu&rsquo;ils contienne nombre d&rsquo;informations couvertes par el secret en mati&egrave;re industrielle et commercial<em>e (<a href="http://www.cada.fr/avis-20132924,20132924.html" target="_blank">CADA, 24 octobre 2013, Autoroutes Paris-Rhin-Rh&ocirc;ne, n&deg;20132924</a>).</em></p> <p style="text-align: justify;">Il en r&eacute;sulte que le RAO d&rsquo;une proc&eacute;dure de DSP est communicable &agrave; tout administr&eacute; qui en fait la demande <u><strong>&agrave; condition que les mentions indiqu&eacute;es soient biff&eacute;es du document transmis</strong></u><strong>.&nbsp;</strong></p> <p style="text-align: justify;"><u><strong>NB :</strong></u><strong> Cette solution vaut &eacute;galement pour le rapport que&nbsp;l&#39;autorit&eacute; habilit&eacute;e &agrave; signer le contrat transmet aux membres de l&#39;assembl&eacute;e d&eacute;lib&eacute;rante aux fins de choix de l&#39;attributaire (maire ou pr&eacute;sident : <a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000031947565&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20170306" target="_blank">art.L.1411-5</a> du CGCT) </strong><em>(<a href="http://www.cada.fr/avis-20122663,20122663.html" target="_blank">CADA, 26 juillet 2012, avis n&deg;20122663, Maire d&#39;Oyonnax</a>).</em></p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/concessions/le-rapport-d-analyse-des-offres-d-une-dsp-est-il-communicable-a-tout-administre-qui-en-fait-la-demande Mon, 06 Mar 2017 11:15:00 +0100 Quel est le sort des procédures de passation des contrats publics en cours au moment de la fusion d'EPCI ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/quel-est-le-sort-des-procedures-de-passation-des-contrats-publics-en-cours-au-moment-de-la-fusion-d-epci <p style="text-align: justify;">Les fusions op&eacute;r&eacute;es dans le cadre de la mise en &oelig;uvre des sch&eacute;mas d&eacute;partementaux de coop&eacute;ration intercommunale (SDCI), ont &eacute;t&eacute; men&eacute;es sur le fondement des dispositions du III de l&#39;article 35 de la loi n&deg;2015-991 du 7 ao&ucirc;t 2015 portant nouvelle organisation territoriale de la R&eacute;publique (NOTRe).&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">Ces dispositions renvoient &agrave; celles pr&eacute;vues au III de l&#39;article L. 5211-41-3 du CGCT, relatives aux fusions op&eacute;r&eacute;es dans le cadre de proc&eacute;dures de droit commun, pr&eacute;voyant notamment que <em>&quot;les contrats sont ex&eacute;cut&eacute;s dans les conditions ant&eacute;rieures jusqu&#39;&agrave; leur &eacute;ch&eacute;ance, sauf accord contraire des parties. Les cocontractants sont inform&eacute;s de la substitution de personne morale par l&#39;&eacute;tablissement public issu de la fusion. La substitution de personne morale aux contrats conclus par les &eacute;tablissements publics de coop&eacute;ration intercommunale et les communes n&#39;entra&icirc;ne aucun droit &agrave; r&eacute;siliation ou &agrave; indemnisation pour le cocontractant&quot;.&nbsp;</em></p> <p style="text-align: justify;">Elles permettent ainsi la continuit&eacute; des contrats conclus par les EPCI fusionn&eacute;s et ce, dans les conditions ant&eacute;rieures &agrave; celles existantes avant la fusion de plusieurs EPCI &agrave; fiscalit&eacute; propre.&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">En ce qui concerne les proc&eacute;dures de march&eacute;s publics engag&eacute;es par les EPCI avant la fusion mais n&#39;ayant pas abouti &agrave; une signature avant celle-ci, l&#39;EPCI issu de la fusion dispose de la facult&eacute; (et non l&#39;obligation) de reprendre la proc&eacute;dure engag&eacute;e.</p> <p style="text-align: justify;">Il disposera &eacute;galement de la facult&eacute; de d&eacute;clarer sans suite, pour motif d&#39;int&eacute;r&ecirc;t g&eacute;n&eacute;ral, les proc&eacute;dures de march&eacute;s en cours, avant la signature des march&eacute;s.</p> <p style="text-align: justify;"><em><u>Source</u> : <a href="https://www.senat.fr/questions/base/2016/qSEQ161224311.html" target="_blank">R&eacute;ponse minist&eacute;rielle, Question &eacute;crite n&deg;24311, JO S&eacute;nat du 16 mars 2017, page 1084</a></em></p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/quel-est-le-sort-des-procedures-de-passation-des-contrats-publics-en-cours-au-moment-de-la-fusion-d-epci Fri, 21 Apr 2017 16:12:00 +0200 Le budget général de la collectivité peut-il être financé par l’excédent du budget annexe assainissement collectif? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-collectif/le-budget-general-de-la-collectivite-peut-il-etre-finance-par-lexcedent-du-budget-annexe-assainissement-collectif <h1 style="text-align: justify;">Le principe : l&rsquo;interdiction</h1> <p style="text-align: justify;">L&rsquo;<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=63B2A21B8CCC461C9263811B26E16DA1.tpdila21v_3?idArticle=LEGIARTI000006390339&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20170424" target="_blank">article L.2224-1 du CGCT </a>dispose que <em>&quot;les budgets des services publics &agrave; caract&egrave;re industriel ou commercial exploit&eacute;s en r&eacute;gie, afferm&eacute;s ou conc&eacute;d&eacute;s par les communes, doivent &ecirc;tre &eacute;quilibr&eacute;s en recettes et en d&eacute;penses&quot;.&nbsp;</em></p> <p style="text-align: justify;">Il en r&eacute;sulte que :</p> <blockquote> <p style="text-align: justify;"><em>&quot;les tarifs des services publics &agrave; caract&egrave;re industriel et commercial, qui servent de base &agrave; la d&eacute;termination des redevances demand&eacute;es aux usagers en vue de couvrir les charges du service, doivent trouver leur contrepartie directe dans le service rendu aux usagers&quot;&nbsp;(<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000007941824&amp;fastReqId=858945596&amp;fastPos=1" target="_blank">CE, 30 septembre 1996, Soci&eacute;t&eacute; st&eacute;phanoise des eaux, n&deg;156176 et 156509</a>).</em></p> </blockquote> <p style="text-align: justify;">L&rsquo;<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=63B2A21B8CCC461C9263811B26E16DA1.tpdila21v_3?idArticle=LEGIARTI000006390339&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20170424" target="_blank">article L.2224-2 du CGCT </a>interdit la prise en charge dans le budget propre de l&rsquo;&eacute;tablissement des d&eacute;penses au titre des SPIC.&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">Inversement, le budget annexe des SPIC n&#39;a pas vocation &agrave; alimenter le budget g&eacute;n&eacute;ral.&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">Les articles <a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;idArticle=LEGIARTI000006397020" target="_blank">R.2221-48 </a>du CGCT (r&eacute;gie dot&eacute;e de la personnalit&eacute; morale et de l&#39;autonomie financi&egrave;re) et <a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;idArticle=LEGIARTI000006397105" target="_blank">R.2221-90</a> (r&eacute;gie dot&eacute;e de la seule autonomie financi&egrave;re) du CGCT pr&eacute;voient par ailleurs les m&eacute;canismes d&#39;affectation des r&eacute;sultats. Ces derniers doivent prioritairement &ecirc;tre report&eacute;s pour financer l&#39;investissement.&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">Le surplus peut servir au financement des charges d&#39;exploitation ou d&#39;investissement ou &ecirc;tre revers&eacute;s &agrave; la collectivit&eacute; de rattachement.&nbsp;</p> <h1 style="text-align: justify;">L&rsquo;exception : l&rsquo;exc&eacute;dent ponctuel non n&eacute;cessaire &agrave; des investissements du SPIC &agrave; court terme</h1> <p style="text-align: justify;">Il existe une possibilit&eacute; de reverser l&#39;exc&eacute;dent d&#39;exploitation au budget g&eacute;n&eacute;ral, mais cette op&eacute;ration ne peut intervenir qu&#39;apr&egrave;s couverture du besoin de financement d&eacute;gag&eacute; par la section d&#39;investissement.&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">Le Conseil d&#39;Etat<em> (<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000007984191&amp;fastReqId=296595267&amp;fastPos=1" target="_blank">9 avril 1999, Commune de Bandol, n&deg;170999</a>)</em> a ainsi estim&eacute; que les dispositions de l&#39;article L.2224-1 ne pouvaient &ecirc;tre interpr&eacute;t&eacute;es comme interdisant &agrave; une commune de reverser l&#39;exc&eacute;dent du budget annexe &agrave; la commune de rattachement. Il a consid&eacute;r&eacute; que les articles <a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;idArticle=LEGIARTI000006397020" target="_blank">R.2221-48</a> et <a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;idArticle=LEGIARTI000006397105" target="_blank">R.2221-90</a> du CGCT n&#39;&eacute;tablissaient pas de priorit&eacute;s entre les trois affectations possibles du r&eacute;sultat d&#39;exploitation.&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">Toutefois, il juge que :</p> <blockquote> <p style="text-align: justify;"><em>&quot;le conseil municipal ne saurait, sans entacher sa d&eacute;lib&eacute;ration d&#39;une erreur manifeste d&#39;appr&eacute;ciation, d&eacute;cider le reversement au budget g&eacute;n&eacute;ral des exc&eacute;dents du budget annexe d&#39;un SPIC qui seraient n&eacute;cessaires au financement des d&eacute;penses d&#39;exploitation ou d&#39;investissement qui devraient &ecirc;tre r&eacute;alis&eacute;es &agrave; court terme&quot;</em></p> </blockquote> <p style="text-align: justify;">Si l&rsquo;interdiction n&rsquo;est donc pas absolue, encore faut-il que des investissements du SPIC en cause (en l&rsquo;esp&egrave;ce l&rsquo;assainissement collectif) ne soient pas pr&eacute;vus.</p> <p style="text-align: justify;">S&#39;il&nbsp;existe notamment&nbsp;un Plan Pluriannuel d&rsquo;Investissement (PPI) et des AP/CP, il est &eacute;vident que les investissements sont certains.</p> <p style="text-align: justify;">Il en r&eacute;sulte que juridiquement et comptablement, l&rsquo;exc&eacute;dent du budget annexe de l&rsquo;assainissement collectif ne saurait et revers&eacute; au budget g&eacute;n&eacute;ral de lacollectivit&eacute;, tout au moins pour la part pr&eacute;vue par le PPI.</p> <p style="text-align: justify;">Le <a href="https://www.sidesa.fr/upload/files/pdf/gestionadministrative/160927-CRC-Evreux.pdf" target="_blank">rapport d&rsquo;observations de la Chambre R&eacute;gionale des Comptes de Normandie</a> du 27 septembre 2016 concernant la Communaut&eacute; d&rsquo;Agglom&eacute;ration du Grand Evreux examine notamment la question du financement des SPIC et rappelle ces r&egrave;gles de financement du SPIC (pages 7 &agrave; 9).</p> <p style="text-align: justify;"><em><strong>NB : Cette r&eacute;ponse vaut &eacute;galement pour les autres SPIC, tels que les services d&#39;eau potable et d&#39;assainissement non collectif.</strong></em></p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-collectif/le-budget-general-de-la-collectivite-peut-il-etre-finance-par-lexcedent-du-budget-annexe-assainissement-collectif Mon, 24 Apr 2017 09:13:00 +0200 Le maire peut-il refuser de délivrer un permis de construire au motif que le projet prévoit une alimentation en eau potable par un forage privé ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/le-maire-peut-il-refuser-de-delivrer-un-permis-de-construire-au-motif-que-le-projet-prevoit-une-alimentation-en-eau-potable-par-un-forage-prive <p style="text-align: justify;">En mati&egrave;re de distribution d&#39;eau potable, il n&#39;existe pas d&#39;obligation g&eacute;n&eacute;rale de raccordement.</p> <p style="text-align: justify;">Sauf dispositions contraires du code de l&#39;urbanisme ou du r&egrave;glement sanitaire d&eacute;partemental, aucune r&egrave;gle g&eacute;n&eacute;rale n&#39;impose aux propri&eacute;taires le raccordement des immeubles au r&eacute;seau d&#39;eau public.</p> <p style="text-align: justify;">Une habitation peut donc disposer d&#39;une alimentation propre, assur&eacute;e par exemple par un forage. En vertu de l&#39;article L. 2224-7-1 du CGCT, les communes arr&ecirc;tent un sch&eacute;ma de distribution d&#39;eau potable en vue de d&eacute;limiter les zones desservies par le r&eacute;seau de distribution et donc in fine le champ des zones dans lesquelles une obligation de desserte s&#39;applique.</p> <p style="text-align: justify;">Toutefois, le maire ne peut pas se fonder sur cet article pour refuser le permis d&egrave;s lors que le p&eacute;titionnaire entend assumer l&#39;alimentation en eau potable de la construction &agrave; partir d&#39;un puits lui appartenant<em> (CE, 30 octobre 1996, n&deg; 126150). </em></p> <p style="text-align: justify;">Il n&#39;appartient pas au maire, au titre de sa comp&eacute;tence en mati&egrave;re de d&eacute;livrance des autorisations d&#39;urbanisme (art.L.422-1 du code de l&#39;urbanisme), de v&eacute;rifier la productivit&eacute; d&#39;un forage lors de l&#39;instruction d&#39;un permis de construire.</p> <p style="text-align: justify;">Cette v&eacute;rification rel&egrave;ve de la seule responsabilit&eacute; du propri&eacute;taire. Un forage r&eacute;alis&eacute; &agrave; des fins d&#39;usage domestique fait d&#39;ailleurs l&#39;objet d&#39;une d&eacute;claration aupr&egrave;s du maire, selon une proc&eacute;dure autonome r&eacute;gie par l&#39;article L.2224-9 du CGCT.</p> <p style="text-align: justify;">D&egrave;s lors que la construction ne figure pas dans une zone desservie par le r&eacute;seau de distribution d&#39;eau potable d&eacute;finie par le sch&eacute;ma, la collectivit&eacute; n&#39;a pas d&#39;obligation de raccordement. Ainsi, le Conseil d&#39;&Eacute;tat a consid&eacute;r&eacute; qu&#39;une collectivit&eacute; territoriale n&#39;a pas l&#39;obligation de raccorder au r&eacute;seau public d&#39;eau potable un hameau &eacute;loign&eacute; de l&#39;agglom&eacute;ration principale <em>(CE, 30 mai 1962, Parmentier). </em></p> <p style="text-align: justify;">Dans les zones avec d&eacute;gagements de desserte, la commune ne peut refuser le branchement sauf dans des cas tr&egrave;s particuliers tels qu&#39;une construction non autoris&eacute;e (art.L.111-6).</p> <p style="text-align: justify;">Par ailleurs, l&#39;<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006074075&amp;idArticle=LEGIARTI000031210199" target="_blank">article L.111-11</a> du code de l&#39;urbanisme dispose que :</p> <blockquote> <p style="text-align: justify;"><em>&quot;Lorsque, compte tenu de la destination de la construction ou de l&#39;am&eacute;nagement projet&eacute;, des travaux portant sur les r&eacute;seaux publics de distribution d&#39;eau, d&#39;assainissement ou de distribution d&#39;&eacute;lectricit&eacute; sont n&eacute;cessaires pour assurer la desserte du projet, le permis de construire ou d&#39;am&eacute;nager ne peut &ecirc;tre accord&eacute; si l&#39;autorit&eacute; comp&eacute;tente n&#39;est pas en mesure d&#39;indiquer dans quel d&eacute;lai et par quelle collectivit&eacute; publique ou par quel concessionnaire de service public ces travaux doivent &ecirc;tre ex&eacute;cut&eacute;s.&quot;</em></p> </blockquote> <p style="text-align: justify;">Ainsi, l&#39;autorit&eacute; comp&eacute;tente pour d&eacute;livrer l&#39;autorisation d&#39;urbanisme est tenue de refuser celle-ci :</p> <ol> <li style="text-align: justify;">lorsqu&#39;il est n&eacute;cessaire de r&eacute;aliser, pour assurer la desserte du projet, des travaux portant sur les r&eacute;seaux publics de distribution d&#39;eau compte tenu de la destination de la construction ou de l&#39;am&eacute;nagement projet&eacute; ;</li> <li style="text-align: justify;">et qu&#39;il n&#39;est pas possible d&#39;indiquer dans quel d&eacute;lai et par quelle collectivit&eacute; publique ou par quel concessionnaire de service public ces travaux doivent &ecirc;tre ex&eacute;cut&eacute;s.</li> </ol> <p style="text-align: justify;">Lorsque ces deux conditions sont r&eacute;unies, l&#39;autorit&eacute; administrative est en situation de comp&eacute;tence li&eacute;e et se trouve donc dans l&#39;obligation de refuser la demande d&#39;autorisation d&#39;urbanisme.</p> <p style="text-align: justify;">Il suffit qu&#39;un seul des r&eacute;seaux en cause doive &ecirc;tre &eacute;tendu ou renforc&eacute; et que le renforcement de ce r&eacute;seau ne soit pas pr&eacute;vu pour que le refus au titre de l&#39;article L. 111-11&nbsp;pr&eacute;cit&eacute; soit fond&eacute;.</p> <p style="text-align: justify;">L&#39;autorit&eacute; administrative ne peut rejeter la demande d&#39;autorisation d&#39;urbanisme sans avoir, au pr&eacute;alable, accompli les diligences appropri&eacute;es pour obtenir les indications n&eacute;cessaires.&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">Dans le cas o&ugrave; la commune prendrait la d&eacute;cision d&#39;assurer le raccordement de la construction, la prise en charge du co&ucirc;t de l&#39;extension du r&eacute;seau public d&#39;eau, r&eacute;alis&eacute;e &agrave; l&#39;initiative d&#39;une commune pour desservir par exemple un hameau existant, incomberait &agrave; cette collectivit&eacute; compte tenu du caract&egrave;re d&#39;&eacute;quipement public d&#39;int&eacute;r&ecirc;t g&eacute;n&eacute;ral de ce r&eacute;seau.</p> <p style="text-align: justify;">Lorsque le financement d&#39;une extension de r&eacute;seau destin&eacute;e &agrave; desservir des constructions existantes n&#39;est pas pr&eacute;vu au budget communal, les propri&eacute;taires de ces constructions int&eacute;ress&eacute;s &agrave; la r&eacute;alisation des travaux peuvent prendre d&#39;eux-m&ecirc;mes l&#39;initiative de proposer &agrave; la commune le versement d&#39;une contribution financi&egrave;re dont ils d&eacute;terminent le montant en recourant &agrave; la technique de l&#39;offre de concours.</p> <p style="text-align: justify;"><em><u>Source </u>:&nbsp;<a href="http://www.senat.fr/questions/base/2013/qSEQ130506667.html" target="_blank">R&eacute;ponse minist&eacute;rielle, Question &eacute;crite n&deg;06667, JO S&eacute;nat du 28 novembre 2013, page 3441</a></em></p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/le-maire-peut-il-refuser-de-delivrer-un-permis-de-construire-au-motif-que-le-projet-prevoit-une-alimentation-en-eau-potable-par-un-forage-prive Thu, 01 Jun 2017 14:35:00 +0200 Est-il possible d’installer un dispositif d’ANC en zone inondable d’un PPRI ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-non-collectif/est-il-possible-dinstaller-un-dispositif-danc-en-zone-inondable-dun-ppri <p style="text-align: justify;">L&rsquo;autorit&eacute; en charge de l&rsquo;urbanisme a la possibilit&eacute; de s&rsquo;opposer &agrave; un projet de construction (construction neuve ou plus g&eacute;n&eacute;ralement travaux n&eacute;cessitant une autorisation d&rsquo;urbanisme) qui ne respecte pas les prescriptions du PPRI, y compris dans le cas o&ugrave; le dossier de demande d&rsquo;autorisation contient l&rsquo;attestation du SPANC relative &agrave; la conformit&eacute; du projet d&rsquo;ANC.</p> <p style="text-align: justify;">Il revient donc &agrave; cette autorit&eacute; en charge de l&rsquo;urbanisme, et non au SPANC, d&rsquo;appliquer la r&egrave;glementation relative au PPRI. En effet, le SPANC&nbsp;est uniquement charg&eacute; de contr&ocirc;ler l&rsquo;application de la r&egrave;glementation relative &agrave; l&rsquo;ANC, il n&rsquo;intervient pas en mati&egrave;re de droit de l&rsquo;urbanisme ou de l&rsquo;am&eacute;nagement du territoire.</p> <p style="text-align: justify;">En cons&eacute;quence, lorsque le SPANC contr&ocirc;le un projet d&rsquo;ANC situ&eacute; en zone de PPRI, il &eacute;tablit son rapport uniquement sur la base de la conformit&eacute; du projet par rapport &agrave; la r&egrave;glementation applicable en mati&egrave;re d&rsquo;ANC.</p> <p style="text-align: justify;">Il ne tient pas compte des r&egrave;gles sp&eacute;cifiques du PPRI.</p> <p style="text-align: justify;">D&rsquo;un point de vue technique, il n&rsquo;est pas interdit de r&eacute;aliser un ANC en zone inondable et de sur&eacute;lever le syst&egrave;me de traitement pour faire en sorte de maintenir un niveau suffisant en cas de crue. Le tertre d&rsquo;infiltration est le syst&egrave;me adapt&eacute; lorsqu&rsquo;une nappe est trop proche de la surface du sol (annexe 1 de l&rsquo;arr&ecirc;t&eacute; du 7 septembre 2009 modifi&eacute;), certaines fili&egrave;res agr&eacute;&eacute;es peuvent &eacute;galement &ecirc;tre install&eacute;es dans un contexte de sol difficile.&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">Toutefois dans ces deux cas, un am&eacute;nagement de la parcelle doit &ecirc;tre envisag&eacute; (terrassement de la parcelle) en fonction du niveau des hautes eaux, aussi il est recommand&eacute; que le propri&eacute;taire fasse r&eacute;aliser une &eacute;tude particuli&egrave;re afin de s&rsquo;assurer que le projet est techniquement possible et au SPANC de s&rsquo;assurer de l&rsquo;adaptation de l&rsquo;installation &nbsp;&agrave; l&rsquo;inondabilit&eacute; du terrain.</p> <p style="text-align: justify;">En revanche comme indiqu&eacute; ci-dessus, il faut voir ce qui est pr&eacute;cis&eacute; dans le PPRI et alerter le propri&eacute;taire sur l&rsquo;&eacute;ventualit&eacute; d&rsquo;un refus de permis de construire.</p> <p style="text-align: justify;">NB : Les r&eacute;habilitations d&rsquo;ANC, dans des zones o&ugrave; les immeubles d&rsquo;habitation sont existants et class&eacute;s en zone inondable, sont r&eacute;alis&eacute;es et autoris&eacute;es par les SPANC.<br /> &nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-non-collectif/est-il-possible-dinstaller-un-dispositif-danc-en-zone-inondable-dun-ppri Tue, 13 Jun 2017 10:12:00 +0200 A qui incombent la propriété et la responsabilité des bouches à clé des réseaux d'eau potable situées sur une voirie ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/a-qui-incombent-la-propriete-et-la-responsabilite-des-bouches-a-cle-des-reseaux-d-eau-potable-situees-sur-une-voirie <p style="text-align: justify;">Le rattachement des bouches &agrave; cl&eacute; au domaine public routier doit &ecirc;tre appr&eacute;ci&eacute; au regard des dispositions de l&#39;article L.2111-2 du code g&eacute;n&eacute;ral de la propri&eacute;t&eacute; des personnes publiques, selon lesquelles les &eacute;l&eacute;ments constituant un accessoire indissociable d&#39;un bien appartenant au domaine public sont &eacute;galement rattach&eacute;s &agrave; ce dernier.&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">La jurisprudence administrative r&eacute;cente attribue explicitement la responsabilit&eacute; des dommages caus&eacute;s par des bouches &agrave; cl&eacute; &agrave; la personne publique comp&eacute;tente en mati&egrave;re de gestion de la voirie <em>(<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000034025986&amp;fastReqId=1306126620&amp;fastPos=1" target="_blank">CAA Douai, 7 f&eacute;vrier 2017, n&deg;15DA00633</a> ; <a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000034260863&amp;fastReqId=1591064270&amp;fastPos=1" target="_blank">CAA de Marseille, 16 mars 2017, n&deg;15MA01220</a>).&nbsp;</em></p> <p style="text-align: justify;">Par cons&eacute;quent, dans la mesure o&ugrave; les bouches &agrave; cl&eacute;, en tant qu&#39;&eacute;l&eacute;ments permettant l&#39;acc&egrave;s &agrave; la man&oelig;uvre d&#39;un robinet de branchement ou d&#39;une vanne, pr&eacute;sentent un lien de d&eacute;pendance fonctionnelle avec la voie, elles rel&egrave;vent de la propri&eacute;t&eacute; et de la responsabilit&eacute; de la collectivit&eacute; ou de l&#39;&eacute;tablissement public comp&eacute;tent en mati&egrave;re de voirie.</p> <p style="text-align: justify;"><em><u>Source</u> : <a href="http://www.senat.fr/questions/base/2017/qSEQ170325604.html" target="_blank">R&eacute;ponse minist&eacute;rielle, Question &eacute;crite n&deg;25604, JO S&eacute;nat du 11 mai 2017, page 1837</a></em></p> <p>&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/a-qui-incombent-la-propriete-et-la-responsabilite-des-bouches-a-cle-des-reseaux-d-eau-potable-situees-sur-une-voirie Tue, 13 Jun 2017 11:45:00 +0200 Le dispositif de réduction de débit est-il une mesure légale face aux impayés de factures d’eau potable ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/le-dispositif-de-reduction-de-debit-est-il-une-mesure-legale-face-aux-impayes-de-factures-deau-potable <p style="text-align: justify;">L&#39;article 19 de la loi n&deg;2013-312 du 15 mars 2013, en modifiant l&#39;<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006796470&amp;cidTexte=LEGITEXT000006074069" target="_blank">article L.115-3</a> du code de l&#39;action sociale et des familles a interdit les coupures d&#39;eau, pour impay&eacute;s, &agrave; toute &eacute;poque de l&#39;ann&eacute;e pour l&#39;ensemble des r&eacute;sidences principales, sans condition de ressources, alors que cette interdiction &eacute;tait jusque-l&agrave; r&eacute;serv&eacute;e aux familles en difficult&eacute;s b&eacute;n&eacute;ficiant ou ayant b&eacute;n&eacute;fici&eacute; du Fonds de Solidarit&eacute; pour le Logement (FSL).&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">Les dispositions ont &eacute;t&eacute; confirm&eacute;es par le Conseil constitutionnel le 29 mai 2015, &agrave; la suite d&#39;une question prioritaire de constitutionnalit&eacute;.&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">Pour autant, l&#39;interdiction de coupure d&#39;eau n&#39;emporte pas annulation de la dette. La facture impay&eacute;e reste due par l&#39;abonn&eacute;.</p> <p style="text-align: justify;">L&#39;exploitant du service de l&#39;eau conserve la possibilit&eacute; de proc&eacute;der &agrave; des coupures d&#39;eau en absence d&#39;abonnement, en cas de risque de contamination du r&eacute;seau public r&eacute;sultant de l&#39;utilisation d&#39;eau provenant d&#39;une ressource autre que le r&eacute;seau public (<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006390363&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633" target="_blank">art L.2224-12</a> du CGCT) et lorsqu&#39;une intervention sur le r&eacute;seau public le n&eacute;cessite.</p> <p style="text-align: justify;">Certains gestionnaires des services publics d&#39;eau et d&#39;assainissement et autorit&eacute;s organisatrices, confront&eacute;s &agrave; un risque d&#39;augmentation des impay&eacute;s, s&#39;interrogent sur la possibilit&eacute; de proc&eacute;der &agrave; des r&eacute;ductions de d&eacute;bit lorsque l&#39;abonn&eacute; ne s&#39;acquitte pas de sa facture.&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">Le troisi&egrave;me alin&eacute;a de l&#39;article L.115-3 du code de l&#39;action sociale et des familles permet certes aux fournisseurs d&#39;&eacute;lectricit&eacute; de proc&eacute;der &agrave; une r&eacute;duction de puissance en cas de non-paiement des factures, mais il n&#39;organise pas cette possibilit&eacute; pour les fournisseurs d&#39;eau.&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">Par ailleurs, le d&eacute;cret d&#39;application n&deg;2014-274 du 27 f&eacute;vrier 2014, modifiant le <a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000019325694&amp;fastPos=1&amp;fastReqId=1219461042&amp;categorieLien=cid&amp;oldAction=rechTexte" target="_blank">d&eacute;cret n&deg;2008-780 du 13 ao&ucirc;t 2008</a>, pr&eacute;cise &agrave; l&#39;article 4 les conditions de mise en oeuvre de la r&eacute;duction de puissance, en n&#39;&eacute;voquant que le domaine de l&#39;&eacute;lectricit&eacute;.&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">Ainsi, en l&#39;&eacute;tat actuel des textes, et comme l&#39;a confirm&eacute; la jurisprudence rendue par la Cour d&#39;appel de Limoges<em>&nbsp;(<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriJudi.do?oldAction=rechJuriJudi&amp;idTexte=JURITEXT000033292014&amp;fastReqId=2095621332&amp;fastPos=1" target="_blank">CA Limoges, 15 septembre 2016, n&deg;16/00093</a>), </em>la r&eacute;duction de d&eacute;bit d&#39;eau n&#39;est pas non plus autoris&eacute;e.</p> <p style="text-align: justify;"><em><u>Source</u> : <a href="http://www2.assemblee-nationale.fr/questions/detail/14/QE/87408" target="_blank">R&eacute;ponse minist&eacute;rielle, Question &eacute;crite n&deg;87408, JOAN du 09 mai 2017 du 2017, page 3351</a></em></p> <p>&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/le-dispositif-de-reduction-de-debit-est-il-une-mesure-legale-face-aux-impayes-de-factures-deau-potable Tue, 13 Jun 2017 12:28:00 +0200 En cas de renouvellement partiel de l'organe délibérant de l'EPCI, faut-il renouveler le Bureau ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/en-cas-de-renouvellement-partiel-de-l-organe-deliberant-de-l-epci-faut-il-renouveler-le-bureau <p style="text-align: justify;">Le dur&eacute;e du mandat des membres de l&#39;EPCI est identique &agrave; celle des conseils municipaux.</p> <p style="text-align: justify;">Ainsi, &agrave; chaque renouvellement int&eacute;gral des conseils municipaux (c&#39;est-&agrave;-dire tous les six ans), l&#39;organe d&eacute;lib&eacute;rant de l&#39;EPCI doit &ecirc;tre int&eacute;gralement renouvel&eacute;, et donc &ecirc;tre r&eacute;&eacute;lus le pr&eacute;sident, les vice-pr&eacute;sidents, voire les autres membres&nbsp;&eacute;ventuels du Bureau (cf. statuts).</p> <h1 style="text-align: justify;">Le principe : Pas d&#39;obligation de r&eacute;&eacute;lire le Bureau</h1> <p style="text-align: justify;">En principe, la&nbsp;d&eacute;signation de nouveaux membres au sein de l&#39;organe d&eacute;lib&eacute;rant de l&#39;EPCI &agrave; l&#39;occasion d&#39;&eacute;lections partielles n&#39;entra&icirc;ne pas l&#39;obligation de r&eacute;&eacute;lire&nbsp;l&#39;int&eacute;gralit&eacute;&nbsp; des membres du Bureau <em>(<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;idArticle=LEGIARTI000006389928&amp;dateTexte=&amp;categorieLien=cid" target="_blank">art.L.2122-10</a>&nbsp;alin&eacute;a 4 du CGCT, applicable aux EPCI&nbsp;par&nbsp;&nbsp;renvoi de l&#39;<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=52659BDD9ECA80858BDDED3FE2875ED6.tpdila15v_1?idArticle=LEGIARTI000006392814&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20170616&amp;categorieLien=id&amp;oldAction=&amp;nbResultRech=" target="_blank">article&nbsp;L.5211-2</a> du CGCT).</em></p> <p style="text-align: justify;">Pour autant,&nbsp;<strong>l&#39;organe d&eacute;lib&eacute;rant a la<u> facult&eacute;</u> de d&eacute;cider :</strong></p> <ul> <li style="text-align: justify;">soit de faire proc&eacute;der &agrave; une nouvelle &eacute;lection de l&#39;ensemble des membres du Bureau ;</li> <li style="text-align: justify;">soit &nbsp;de ne faire proc&eacute;der qu&#39;&agrave; l&#39;&eacute;lection pour pouvoir aux postes vacants<em> (CE, 27 juillet 2005, n&deg;274600).</em></li> </ul> <p style="text-align: justify;">Le <strong>Pr&eacute;sident a donc l&#39;obligation</strong> de mettre l&#39;organe d&eacute;lib&eacute;rant &agrave; m&ecirc;me de d&eacute;cider entre ces deux possibilit&eacute;s, en inscrivant cette question &agrave;&nbsp;l&#39;ordre du jour de la premi&egrave;re r&eacute;union de l&#39;organe d&eacute;lib&eacute;rant post&eacute;rieure au renouvellement partiel de ses membres.</p> <p style="text-align: justify;">Cette inscription ne pr&eacute;juge pas de la d&eacute;cision prise par l&#39;organe d&eacute;lib&eacute;rant sur l&#39;opportunit&eacute; d&#39;un renouvellement partiel ou d&#39;un renouvellement total des membres du Bureau&nbsp;<em>(TA Lille, 10 f&eacute;vrier 2017, n&deg;1504513).</em></p> <h1 style="text-align: justify;">Mandat du Pr&eacute;sident</h1> <p style="text-align: justify;">Le Pr&eacute;sident est lui aussi &eacute;lu pour 6 ans.</p> <p style="text-align: justify;">La&nbsp;r&eacute;&eacute;lection de vice-pr&eacute;sidents ou d&#39;<em> &quot;autres membres du Bureau&quot; </em>(cf. statuts) du fait de leur vacance en cours de mandat n&#39;emporte pas, en principe, de cons&eacute;quences sur le mandat du Pr&eacute;sident, sauf dans les cas suivants :</p> <ul> <li style="text-align: justify;">lorsqu&#39;un texte le pr&eacute;voit express&eacute;ment, notamment en cas de fusion d&#39;EPCI ou de transformation apr extension ;</li> <li style="text-align: justify;">en cas d&#39;interruption du mandat du Pr&eacute;sident, notamment d&eacute;mission volontaire, ou d&#39;office du Pr&eacute;sident (cf. &agrave; cet &eacute;gard l&#39;application du non-cumul des mandats applicable &agrave; compter du renouvellement des assembl&eacute;es parlementaires&nbsp;&agrave; compter de juin 2017) , ou lors d&#39;&eacute;lections partielles, lorsqu&#39;il n&#39;est pas r&eacute;&eacute;lu comme repr&eacute;sentant d&#39;une collectivit&eacute; membre de l&#39;EPCI ;</li> <li style="text-align: justify;">en cas de bouleversement de la composition de l&#39;organe d&eacute;lib&eacute;rant.</li> </ul> <p style="text-align: justify;">Une nouvelle &eacute;lection&nbsp;de tout ou partie des vice-pr&eacute;sidents, voire des<em> &quot;autres membres&nbsp;du Bureau&quot;</em> suite &agrave; une vacance de leur postes en cours de mandat n&#39; a donc juridiquement aucune cons&eacute;quence sur le mandat du Pr&eacute;sident.</p> <p style="text-align: justify;">A contrario, tout nouvelle &eacute;lection du pr&eacute;sident emporte l&#39;obligation de &nbsp;r&eacute;&eacute;lire&nbsp;l&#39;int&eacute;gralit&eacute; des vice-pr&eacute;sidents, voire d&#39;&eacute;ventuels <em>&quot;autres membres du Bureau&quot; (<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;idArticle=LEGIARTI000006389928&amp;dateTexte=&amp;categorieLien=cid" target="_blank">art.L.2122-10</a> alin&eacute;a 3 du CGCT).</em></p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/en-cas-de-renouvellement-partiel-de-l-organe-deliberant-de-l-epci-faut-il-renouveler-le-bureau Fri, 16 Jun 2017 11:19:00 +0200 Qui paie la redevance contrôle lorsque le propriétaire n'est pas l'usager de l'installation d'ANC ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-non-collectif/qui-paie-la-redevance-controle-lorsque-le-proprietaire-n-est-pas-l-usager-de-l-installation-d-anc <p style="text-align: justify;">La redevance contr&ocirc;le est toujours pay&eacute;e par le propri&eacute;taire de l&#39;immeuble, qu&#39;il s&#39;agisse de la redevance :</p> <ul> <li style="text-align: justify;">de premier contr&ocirc;le ;</li> <li style="text-align: justify;">de v&eacute;rification p&eacute;riodique de fonctionnement ou d&#39;entretien de l&#39;installation ;</li> <li style="text-align: justify;">de contr&ocirc;le en vue de la vente d&#39;un bien immobilier &agrave; usage d&#39;habitation.</li> </ul> <p style="text-align: justify;">La redevance contr&ocirc;le ne saurait donc en aucun cas &ecirc;tre factur&eacute;e &agrave; l&#39;usager (locataire),&nbsp;quand bien m&ecirc;me l&#39;usager serait titulaire de l&#39;abonnement &agrave; l&#39;eau.</p> <p style="text-align: justify;">De plus, le propri&eacute;taire ne peut pas r&eacute;percuter sur l&#39;usager la redevance contr&ocirc;le. Celle-ci ne constitue pas&nbsp;une charge locative r&eacute;cup&eacute;rable en application du d&eacute;cret du 26 ao&ucirc;t 1987.</p> <p style="text-align: justify;">En revanche, lorsque le SPANC r&eacute;alise l&#39;entretien &nbsp;de l&#39;installation d&#39;ANC, cette redevance est :</p> <ul> <li style="text-align: justify;">soit &nbsp;pay&eacute;e directement par l&#39;usager lorsqu&#39;il est titulaire de l&#39;abonnement &agrave; l&#39;eau ;</li> <li style="text-align: justify;">soit pay&eacute;e par le propri&eacute;taire lorsqu&#39;il ets titulaire de l&#39;abonnement &agrave; l&#39;eau, le propri&eacute;taire pouvant ensuite&nbsp;r&eacute;cup&eacute;rer le co&ucirc;t de l&rsquo;entretien via les charges locatives.</li> </ul> <p style="text-align: justify;">En cas de location d&#39;un immeuble disposant d&#39;une installation d&#39;ANC, le SPANC doit donc &ecirc;tre vigilant sur la facturation de la redevance contr&ocirc;le lorsque le titulaire de l&#39;abonnement &agrave; l&#39;eau n&#39;est pas le propri&eacute;taire de l&#39;immeuble</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-non-collectif/qui-paie-la-redevance-controle-lorsque-le-proprietaire-n-est-pas-l-usager-de-l-installation-d-anc Tue, 20 Jun 2017 12:18:00 +0200 Les bouches d'égout et les avaloirs relèvent de la compétence assainissement pluvial ou de la compétence voirie ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-collectif/les-bouches-d-egout-et-les-avaloirs-relevent-de-la-competence-assainissement-pluvial-ou-de-la-competence-voirie <p style="text-align: justify;"><br /> Conform&eacute;ment &agrave; la jurisprudence du Conseil d&#39;&Eacute;tat, le service public de gestion des eaux pluviales urbaines, d&eacute;fini &agrave; l&#39;article L.2226-1 du CGCT, est assimil&eacute; &agrave; un service public relevant de la comp&eacute;tence &laquo; assainissement &raquo;, lorsque cette derni&egrave;re est exerc&eacute;e de plein droit par un EPCI.</p> <p style="text-align: justify;">Par cons&eacute;quent, le transfert obligatoire de la comp&eacute;tence &quot;assainissement&quot;&nbsp;aux communaut&eacute;s de communes et aux communaut&eacute;s d&#39;agglom&eacute;ration, tel que pr&eacute;vu aux articles 64 et 66 de la loi n&deg; 2015-991 du 7 ao&ucirc;t 2015 portant nouvelle organisation territoriale de la R&eacute;publique (loi NOTRe), entra&icirc;nera &eacute;galement celui de la gestion des eaux pluviales urbaines &agrave; compter du 1er janvier 2020.&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">Les &eacute;l&eacute;ments constitutifs d&#39;un syst&egrave;me de gestion des eaux pluviales urbaines sont d&eacute;finis &agrave; l&#39;article R.2226-1 du CGCT, qui dispose que la commune ou l&#39;EPCI charg&eacute; du service public de gestion des eaux pluviales urbaines :</p> <blockquote> <p style="text-align: justify;"><em>&quot;d&eacute;finit les &eacute;l&eacute;ments constitutifs du syst&egrave;me de gestion des eaux pluviales urbaines en distinguant les parties formant un r&eacute;seau unitaire avec le syst&egrave;me de collecte des eaux us&eacute;es et les parties constitu&eacute;es en r&eacute;seau s&eacute;paratif. Ces &eacute;l&eacute;ments comprennent les installations et ouvrages, y compris les espaces de r&eacute;tention des eaux, destin&eacute;s &agrave; la collecte, au transport, au stockage et au traitement des eaux pluviales&quot;.</em></p> </blockquote> <p style="text-align: justify;">Cette d&eacute;finition inclut les &eacute;l&eacute;ments accessoires tels que les avaloirs install&eacute;s dans les caniveaux.&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">En revanche, les caniveaux et les foss&eacute;s le long d&#39;une route ou encore les bassins de r&eacute;tention collectant exclusivement les eaux pluviales ruisselant sur la chauss&eacute;e rel&egrave;vent de la collectivit&eacute; en charge de la comp&eacute;tence &quot;voirie&quot;&nbsp;(comme le rappelle la circulaire du 20 f&eacute;vrier 2006 relative &agrave; l&#39;assistance au profit des communes et de leurs groupements &agrave; la d&eacute;finition de l&#39;int&eacute;r&ecirc;t communautaire de la voirie par les services d&eacute;concentr&eacute;s du minist&egrave;re charg&eacute; de l&#39;&eacute;quipement).&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">En d&#39;autres termes, l&#39;exploitation d&#39;un ouvrage du service public de gestion des eaux pluviales peut &ecirc;tre transf&eacute;r&eacute;e au service de la voirie, s&#39;il n&#39;a pas d&#39;autre fonction que la collecte, le transport, le traitement et le stockage des eaux pluviales provenant de la voirie.&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">Enfin, &agrave; d&eacute;faut de preuve contraire, les bouches d&#39;&eacute;gout sont r&eacute;put&eacute;es appartenir au domaine public routier, dans la mesure o&ugrave; elles pr&eacute;sentent un lien de d&eacute;pendance fonctionnelle avec la voie.&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">Bien que certaines CAA aient pu statuer diff&eacute;remment, la jurisprudence du Conseil d&#39;&Eacute;tat consid&egrave;re que les bouches d&#39;&eacute;gout sont des accessoires de la voirie.</p> <p style="text-align: justify;"><em><u>Source</u> : <a href="https://www.senat.fr/questions/base/2016/qSEQ160823043.html" target="_blank">R&eacute;ponse minist&eacute;rielle, Question &eacute;crite n&deg;23043, JO S&eacute;nat du 02 mars 2017, page 903</a></em></p> <p>&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-collectif/les-bouches-d-egout-et-les-avaloirs-relevent-de-la-competence-assainissement-pluvial-ou-de-la-competence-voirie Wed, 28 Jun 2017 15:39:00 +0200 Après raccordement au réseau public d’assainissement, peut-on appliquer la pénalité de l’article L.1331-8 lorsque le propriétaire n’a pas mis hors service l’ancienne installation d’ANC ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-collectif/apres-raccordement-au-reseau-public-dassainissement-peut-on-appliquer-la-penalite-de-larticle-l1331-8-lorsque-le-proprietaire-na-pas-mis-hors-service-lancienne-installation-danc <p style="text-align: justify;">L&rsquo;article L.1331-8 du CSP dispose que :</p> <blockquote> <p style="text-align: justify;">&quot;Tant que le propri&eacute;taire ne s&#39;est pas conform&eacute; aux obligations pr&eacute;vues aux articles L. 1331-1 &agrave; L. 1331-7-1, il <em>est astreint au paiement d&#39;une somme au moins &eacute;quivalente &agrave; la redevance qu&#39;il aurait pay&eacute;e au service public d&#39;assainissement si son immeuble avait &eacute;t&eacute; raccord&eacute; au r&eacute;seau ou &eacute;quip&eacute; d&#39;une installation d&#39;assainissement autonome r&eacute;glementaire, et qui peut &ecirc;tre major&eacute;e dans une proportion fix&eacute;e par le conseil municipal ou le conseil de la m&eacute;tropole de Lyon dans la limite de 100 %.&quot;</em></p> </blockquote> <p style="text-align: justify;">Or, l&rsquo;<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006072665&amp;idArticle=LEGIARTI000006686501&amp;dateTexte=20100225" target="_blank">article L.1331-5</a> du CSP impose que :</p> <blockquote> <p style="text-align: justify;"><em>&quot;D&egrave;s l&#39;&eacute;tablissement du branchement </em>[au r&eacute;seau public d&rsquo;assainissement], <em>les fosses et autres installations de m&ecirc;me nature sont mises hors d&#39;&eacute;tat de servir ou de cr&eacute;er des nuisances &agrave; venir, par les soins et aux frais du propri&eacute;taire &quot;.</em></p> </blockquote> <p style="text-align: justify;">Il s&rsquo;agit d&rsquo;une obligation l&eacute;gale.</p> <p style="text-align: justify;">Par cons&eacute;quent, m&ecirc;me si le r&egrave;glement de service ne le rappelle pas, cette d&eacute;connexion ou suppression des anciennes fosses est obligatoire du fait de cette disposition.</p> <p style="text-align: justify;">Il en r&eacute;sulte qu&rsquo;en application des articlesL.1331-8 et L.1331-5 du CSP, &nbsp;la p&eacute;nalit&eacute; de l&rsquo;article L.1331-8 peut &ecirc;tre appliqu&eacute;e dans ce cas.</p> <p style="text-align: justify;"><a href="https://www.sidesa.fr/tous-les-articles/assainissement-collectif/gestion-du-service/penalite-de-l-article-l1331-8-du-csp" target="_blank"><em>En savoir plus sur la p&eacute;nalit&eacute; de l&#39;article L.1331-8 du CSP</em></a></p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-collectif/apres-raccordement-au-reseau-public-dassainissement-peut-on-appliquer-la-penalite-de-larticle-l1331-8-lorsque-le-proprietaire-na-pas-mis-hors-service-lancienne-installation-danc Thu, 29 Jun 2017 10:36:00 +0200 Comment est calculé le quorum au moment du vote du compte administratif ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/comment-est-calcule-le-quorum-au-moment-du-vote-du-compte-administratif <p style="text-align: justify;">A titre liminaire, il convient de rappeler que les pouvoirs ne sont pas comptabilisables pour le calcul du quorum (<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=EA23668550623F4A8F6F4FDAC6C76819.tpdila20v_2?idArticle=LEGIARTI000006389875&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20170713&amp;categorieLien=id&amp;oldAction=rechCodeArticle&amp;nbResultRech=1" target="_blank">art.L.2121-17</a> du CGCT) et un conseiller/d&eacute;l&eacute;gu&eacute; ne peut &ecirc;tre&nbsp;porteur que d&#39;un seul pouvoir.</p> <p style="text-align: justify;">Le <strong>quorum doit &ecirc;tre atteint au moment de la discussion de chacun des points&nbsp;&agrave; l&#39;ordre du jour</strong> et lorsque la majorit&eacute; des membres pr&eacute;sents physiquement est r&eacute;unie lors de la s&eacute;ance.</p> <p style="text-align: justify;">Lorsque plusieurs points sont &agrave; l&#39;ordre du jour doivent &ecirc;tre soumis au vote, il faut tenir compte, pour l&#39;appr&eacute;ciation du quorum, des &eacute;ventuels d&eacute;parts des conseillers/d&eacute;l&eacute;gu&eacute;s en cours de s&eacute;ance, et s&#39;assurer avant chaque vote que le quorum est toujours atteint.</p> <p style="text-align: justify;">Le Maire/le Pr&eacute;sident doit se retirer au moment du vote du compte administratif&nbsp;(<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006389872&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20170713&amp;oldAction=rechCodeArticle&amp;fastReqId=1107120465&amp;nbResultRech=1" target="_blank">art.L..2121-14</a> du CGCT).</p> <p style="text-align: justify;">Par cons&eacute;quent, il n&#39;est pas comptabilis&eacute; dans le calcul du quorum. Il en r&eacute;sulte qu&#39;un conseiller/d&eacute;l&eacute;gu&eacute; emp&ecirc;ch&eacute; ou absent ne peut donner pouvoir au maire/pr&eacute;sident lors du vote du compte administratif, sous peine de nullit&eacute; de son approbation.</p> <p style="text-align: justify;"><u>NB </u>: En cas d&#39;&eacute;galit&eacute; des voix lors du vote, le compte administratif est adopt&eacute; (<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;idArticle=LEGIARTI000006389624&amp;dateTexte=&amp;categorieLien=cid" target="_blank">art.L.1612-12</a> al.2 du CGCT&nbsp;: <em>&quot;Le compte administratif est arr&ecirc;t&eacute; si une majorit&eacute; des voix ne s&#39;est pas d&eacute;gag&eacute;e contre son adoption&quot;</em>).</p> <p style="text-align: justify;">&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/comment-est-calcule-le-quorum-au-moment-du-vote-du-compte-administratif Thu, 13 Jul 2017 09:15:00 +0200 Est-il envisageable que la compétence incendie revienne aux communautés de communes ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/defense-incendie/est-il-envisageable-que-la-competence-incendie-revienne-aux-communautes-de-communes <p style="text-align: justify;">L&#39;article 97 de la loi no 2015-991 du 7 ao&ucirc;t 2015 portant nouvelle organisation territoriale de la R&eacute;publique a modifi&eacute; le CGCT (articles L. 1424-1-1 et L. 1424-35) pour faciliter la prise en charge par les &eacute;tablissements publics de coop&eacute;ration&nbsp;intercommunale (ECPI), de la contribution obligatoire vers&eacute;e au sSDIS par les communes.</p> <p style="text-align: justify;">En effet, avant l&#39;adoption de la loi pr&eacute;cit&eacute;e, seuls les EPCI &agrave; fiscalit&eacute; propre comp&eacute;tents pour la gestion des services d&#39;incendie et de secours, pouvaient, en lieu et place des communes membres, verser au SDIS la contribution annuelle.</p> <p style="text-align: justify;">Or, seuls les EPCI &agrave; fiscalit&eacute; propre cr&eacute;&eacute;s avant la promulgation de la loi du 3 mai 1996 sur la d&eacute;partementalisation des services d&#39;incendie et de secours pouvaient d&eacute;tenir cette comp&eacute;tence, sauf lorsqu&#39;ils r&eacute;sultaient de la transformation d&#39;un autre EPCI &agrave; fiscalit&eacute; propre qui d&eacute;tenait la comp&eacute;tence en mati&egrave;re d&#39;incendie et de secours.</p> <p style="text-align: justify;">L&#39;article L.1424-35 du code g&eacute;n&eacute;ral des collectivit&eacute;s territoriales (CGCT) permet d&eacute;sormais aux EPCI cr&eacute;&eacute;s apr&egrave;s 1996 de se voir transf&eacute;rer, dans les conditions de droit commun du transfert de comp&eacute;tences pr&eacute;vues &agrave; l&#39;article L.5211-17, la contribution des communes au SDIS.</p> <p style="text-align: justify;">Bien que le cinqui&egrave;me alin&eacute;a de l&#39;article L.1424-35 du CGCT ne cite que les EPCI cr&eacute;&eacute;s apr&egrave;s 1996, l&#39;intention du l&eacute;gislateur &eacute;tait de permettre &agrave; l&#39;ensemble des EPCI de prendre en charge la contribution des communes au SDIS.</p> <p style="text-align: justify;">Aussi peut-il exister des EPCI ayant &eacute;t&eacute; cr&eacute;&eacute;s avant 1996 sans pour autant d&eacute;tenir la comp&eacute;tence en mati&egrave;re d&#39;incendie et de secours.</p> <p style="text-align: justify;">Dans l&#39;hypoth&egrave;se o&ugrave; ceux-ci peuvent se voir transf&eacute;rer la comp&eacute;tence d&#39;incendie et de secours au titre des dispositions de l&#39;article L.5211-17, ils doivent pouvoir b&eacute;n&eacute;ficier des dispositions de l&#39;article L.1424-35 du CGCT, et ainsi prendre en charge la contribution des communes au SDIS.</p> <p style="text-align: justify;"><em><u>Source</u> : <a href="http://questions.assemblee-nationale.fr/q14/14-51516QE.htm" target="_blank">R&eacute;ponse minist&eacute;rielle, Question &eacute;crite n&deg;51516,&nbsp;JOAN du 07 juin 2016, page 5091</a></em></p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/defense-incendie/est-il-envisageable-que-la-competence-incendie-revienne-aux-communautes-de-communes Wed, 19 Jul 2017 09:56:00 +0200 La pénalité de l'article L.1331-8 est-elle applicable au motif que l'acheteur n'a pas réalisé les travaux de mise en conformité 1 an après la vente ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-non-collectif/la-penalite-de-l-article-l1331-8-est-elle-applicable-au-motif-que-l-acheteur-n-a-pas-realise-les-travaux-de-mise-en-conformite-1-an-apres-la-vente <p style="text-align: justify;">Non.</p> <p style="text-align: justify;">C&rsquo;est l&rsquo;<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006074096&amp;idArticle=LEGIARTI000006824645" target="_blank">article L.271-4</a> du code de la construction et de l&rsquo;habitation qui pr&eacute;cise l&rsquo;obligation pour l&rsquo;acqu&eacute;reur de r&eacute;aliser les travaux de mise en conformit&eacute; de l&rsquo;installation d&rsquo;ANC dans un d&eacute;lai d&rsquo;un an apr&egrave;s la vente.</p> <p style="text-align: justify;">Or, l&rsquo;<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006072665&amp;idArticle=LEGIARTI000006686511&amp;dateTexte=&amp;categorieLien=cid" target="_blank">article L.1331-8</a> du code de la sant&eacute; publique renvoie exclusivement &agrave; l&#39;irrespect des obligations des&nbsp;<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006072665&amp;idArticle=LEGIARTI000006686485&amp;dateTexte=&amp;categorieLien=cid" target="_blank">articles L.1331-1 &agrave; L.1331-7-1</a>&nbsp;du Code de la sant&eacute; publique et ne renvoie pas &nbsp;&agrave; l&rsquo;article L.271-4 du code de la construction et de l&rsquo;habitation.</p> <p style="text-align: justify;">La sanction financi&egrave;re de l&rsquo;article L.1331-8&nbsp; ne peut donc pas &ecirc;tre appliqu&eacute;e pour non-respect de l&rsquo;article L.271-4 du CCH.</p> <p style="text-align: justify;">En revanche, elle sera appliqu&eacute;e au terme du d&eacute;lai de 4 ans suivant la notification initiale du document &eacute;tabli &agrave; l&rsquo;issu du contr&ocirc;le, si les travaux de mise en conformit&eacute; n&#39;ont pas &eacute;t&eacute; r&eacute;alis&eacute;s.</p> <p>&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-non-collectif/la-penalite-de-l-article-l1331-8-est-elle-applicable-au-motif-que-l-acheteur-n-a-pas-realise-les-travaux-de-mise-en-conformite-1-an-apres-la-vente Tue, 22 Aug 2017 13:53:00 +0200 La construction d’‘un silo de stockage de sel dans l’enceinte d’une station de pompage est-elle soumise à permis de construire ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/la-construction-dun-silo-de-stockage-de-sel-dans-lenceinte-dune-station-de-pompage-est-elle-soumise-a-permis-de-construire <h1 style="text-align: justify;"><br /> PRINCIPE : Permis de construire</h1> <p style="text-align: justify;">(art.L.421-1 et R.421-1 du Code de l&#39;urbanisme)</p> <p style="text-align: justify;">Les constructions, m&ecirc;me ne comportant pas de fondations, doivent &ecirc;tre pr&eacute;c&eacute;d&eacute;es de la d&eacute;livrance d&#39;un permis de construire.</p> <h1 style="text-align: justify;">TEMPERAMENT : D&eacute;claration pr&eacute;alable</h1> <p style="text-align: justify;">(art.L.421-4&nbsp;du Code de l&#39;urbanisme)</p> <p style="text-align: justify;">Un d&eacute;cret en Conseil d&#39;Etat arr&ecirc;te la liste des constructions, am&eacute;nagements, installations et travaux qui, en raison de leurs dimensions, de leur nature ou de leur localisation, ne justifient pas l&#39;exigence d&#39;un permis et font l&#39;objet d&#39;une d&eacute;claration pr&eacute;alable.<br /> &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp;<br /> Les crit&egrave;res pr&eacute;cis permettant de d&eacute;finir les constructions nouvelles non soumises &agrave; PC et DP sont d&eacute;finis &agrave; l&rsquo;article R.421-9, notamment :</p> <ul> <li style="text-align: justify;">Les constructions dont soit l&#39;emprise au sol, soit la surface de plancher est sup&eacute;rieure &agrave; cinq m&egrave;tres carr&eacute;s et r&eacute;pondant aux crit&egrave;res cumulatifs suivants : hauteur au-dessus du sol inf&eacute;rieure ou &eacute;gale &agrave; 12 m + emprise au sol inf&eacute;rieure ou &eacute;gale &agrave; 20 m2 + surface de plancher inf&eacute;rieure ou &eacute;gale &agrave; 20 m2 ;</li> <li style="text-align: justify;">Les constructions r&eacute;pondant aux crit&egrave;res cumulatifs suivants : hauteur au-dessus du sol sup&eacute;rieure &agrave; 12 m + emprise au sol inf&eacute;rieure ou &eacute;gale &agrave; 5 m2 + surface de plancher inf&eacute;rieure ou &eacute;gale &agrave; 5 m2.</li> </ul> <h1 style="text-align: justify;">EXCEPTION : Absence de toute formalit&eacute;</h1> <p style="text-align: justify;">(art.L.421-5&nbsp;du Code de l&#39;urbanisme)</p> <p style="text-align: justify;">Un d&eacute;cret en Conseil d&#39;Etat arr&ecirc;te la liste des constructions, am&eacute;nagements, installations et travaux qui, par d&eacute;rogation aux dispositions des articles L.421-1 &agrave; L. 21-4, sont dispens&eacute;s de toute formalit&eacute; au titre du pr&eacute;sent code en raison :<br /> a) De leur tr&egrave;s faible importance ;<br /> b) De la faible dur&eacute;e de leur maintien en place ou de leur caract&egrave;re temporaire compte tenu de l&#39;usage auquel ils sont destin&eacute;s ;<br /> c) Du fait qu&#39;ils n&eacute;cessitent le secret pour des raisons de s&ucirc;ret&eacute; ;<br /> d) Du fait que leur contr&ocirc;le est exclusivement assur&eacute; par une autre autorisation ou une autre l&eacute;gislation ;<br /> e) De leur nature et de leur implantation en mer, sur le domaine public maritime immerg&eacute; au-del&agrave; de la laisse de la basse mer.</p> <p style="text-align: justify;">Les crit&egrave;res pr&eacute;cis permettant de d&eacute;finir les constructions nouvelles non soumises &agrave; PC et DP sont d&eacute;finis &agrave; l&rsquo;article R.421-2, notamment :</p> <ul> <li style="text-align: justify;">Les constructions nouvelles r&eacute;pondant aux crit&egrave;res cumulatifs suivants : hauteur au-dessus du sol inf&eacute;rieure ou &eacute;gale &agrave; 12 m + emprise au sol inf&eacute;rieure ou &eacute;gale &agrave; 5 m2 + surface de plancher inf&eacute;rieure ou &eacute;gale &agrave; 5m2.</li> </ul> <h2 style="text-align: justify;">NB 1 : L&rsquo;emprise au sol</h2> <p style="text-align: justify;">Elle est d&eacute;finie comme <em>&laquo; la projection verticale du volume de la construction, tous d&eacute;bords et surplombs inclus &raquo;</em> (art.R.420-1).</p> <h2 style="text-align: justify;">NB 2 : La surface de plancher</h2> <p style="text-align: justify;">Elle est &eacute;gale &agrave; <em>&laquo; &nbsp;&agrave; la somme des surfaces de plancher de chaque niveau clos et couvert, calcul&eacute;e &agrave; partir du nu int&eacute;rieur des fa&ccedil;ades apr&egrave;s d&eacute;duction :<br /> 1&deg; Des surfaces correspondant &agrave; l&#39;&eacute;paisseur des murs entourant les embrasures des portes et fen&ecirc;tres donnant sur l&#39;ext&eacute;rieur ;<br /> 2&deg; Des vides et des tr&eacute;mies aff&eacute;rentes aux escaliers et ascenseurs ;<br /> 3&deg; Des surfaces de plancher d&#39;une hauteur sous plafond inf&eacute;rieure ou &eacute;gale &agrave; 1,80 m&egrave;tre ;<br /> 4&deg; Des surfaces de plancher am&eacute;nag&eacute;es en vue du stationnement des v&eacute;hicules motoris&eacute;s ou non, y compris les rampes d&#39;acc&egrave;s et les aires de man&oelig;uvres ;<br /> 5&deg; Des surfaces de plancher des combles non am&eacute;nageables pour l&#39;habitation ou pour des activit&eacute;s &agrave; caract&egrave;re professionnel, artisanal, industriel ou commercial ;<br /> 6&deg; Des surfaces de plancher des locaux techniques n&eacute;cessaires au fonctionnement d&#39;un groupe de b&acirc;timents ou d&#39;un immeuble autre qu&#39;une maison individuelle au sens de l&#39;article L. 231-1 du code de la construction et de l&#39;habitation, y compris les locaux de stockage des d&eacute;chets ;<br /> 7&deg; Des surfaces de plancher des caves ou des celliers, annexes &agrave; des logements, d&egrave;s lors que ces locaux sont desservis uniquement par une partie commune ;<br /> 8&deg; D&#39;une surface &eacute;gale &agrave; 10 % des surfaces de plancher affect&eacute;es &agrave; l&#39;habitation telles qu&#39;elles r&eacute;sultent le cas &eacute;ch&eacute;ant de l&#39;application des alin&eacute;as pr&eacute;c&eacute;dents, d&egrave;s lors que les logements sont desservis par des parties communes int&eacute;rieures. &raquo;</em></p> <p style="text-align: justify;">S&rsquo;il n&rsquo;y a pas de surface de plancher, il n&rsquo;y a donc pas ni PC, ni DP.</p> <p style="text-align: justify;">La <a href="http://circulaire.legifrance.gouv.fr/pdf/2012/02/cir_34719.pdf" target="_blank">circulaire du 3 f&eacute;vrier 2012</a> relative au respect des modalit&eacute;s de calcul de la surface de plancher des constructions pr&eacute;cise par ailleurs que les ouvrages de stockage tels que les citernes et silos (d&eacute;finition du silo par la m&ecirc;me circulaire : &laquo; ouvrage et &eacute;l&eacute;ment d&rsquo;installation destin&eacute; au stockage d&rsquo;une grande quantit&eacute; de mati&egrave;re solide en vrac &raquo;) ne forment pas de plancher. <a href="https://www.senat.fr/questions/base/2013/qSEQ131008499.html" target="_blank"><em>Voir &eacute;galement pour un silo agricole : R&eacute;ponse minist&eacute;rielle, Question &eacute;crite n&deg;08499, JO S&eacute;nat du 23 janvier 2014, page 227</em></a></p> <p style="text-align: justify;">Donc la r&eacute;ponse est n&eacute;gative , sous r&eacute;serve de l&rsquo;absence r&eacute;elle de surface de plancher.</p> <p style="text-align: justify;">En cas d&rsquo;existence d&rsquo;une surface de plancher, PC ou DP d&eacute;pendront la superficie de cette surface, de la hauteur au-dessus du sol du sol et de son emprise au sol.<br /> &nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/eau-potable/la-construction-dun-silo-de-stockage-de-sel-dans-lenceinte-dune-station-de-pompage-est-elle-soumise-a-permis-de-construire Thu, 24 Aug 2017 10:35:00 +0200 Lorsque le SPANC prend en charge les travaux de réhabilitation pour le compte du propriétaire de l'immeuble, quel est le taux de TVA applicable ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-non-collectif/lorsque-le-spanc-prend-en-charge-les-travaux-de-rehabilitation-pour-le-compte-du-proprietaire-de-l-immeuble-quel-est-le-taux-de-tva-applicable <h1 style="text-align: justify;">En ce qui concerne l&#39;application de la TVA :</h1> <p style="text-align: justify;">En vertu des dispositions de l&#39;article 256-I et 256-IV.1&deg; du code g&eacute;n&eacute;ral des imp&ocirc;ts, sont soumises &agrave; la TVA les livraisons de biens et les prestations de services effectu&eacute;es &agrave; titre on&eacute;reux par un assujetti agissant en tant que tel.</p> <p style="text-align: justify;">L&#39;article 256-IV.1&deg; pr&eacute;cise que les travaux immobiliers sont consid&eacute;r&eacute;s comme des prestations de services.</p> <p style="text-align: justify;">La r&eacute;habilitation des syst&egrave;mes d&#39;ANC&nbsp;consistant&nbsp;&agrave; la remise &agrave; l&#39;&eacute;tat neuf des installations existantes par leur remplacement, ces travaux ont la nature de travaux immobiliers.</p> <p style="text-align: justify;">En cons&eacute;quence, lors de l&#39;&eacute;tablissement de la facture, le bureau d&#39;&eacute;tudes et l&#39;entreprise de travaux devront appliquer la TVA.</p> <h1 style="text-align: justify;">En ce qui concerne le taux de TVA applicable :</h1> <p style="text-align: justify;">L&#39;article 279-O bis du CGI stipule :</p> <p style="text-align: justify;">La TVA est per&ccedil;ue au taux r&eacute;duit de 10 % sur les travaux d&rsquo;am&eacute;lioration, de transformation, d&rsquo;am&eacute;nagement et d&rsquo;entretien autres que ceux mentionn&eacute;s &agrave; l&rsquo;article 278-0 bis A portant sur des locaux &agrave; usage d&rsquo;habitation, achev&eacute;s depuis plus de deux ans, &agrave; l&rsquo;exception de la part correspondant &agrave; la fourniture d&rsquo;&eacute;quipements m&eacute;nagers ou mobiliers ou &agrave; l&rsquo;acquisition de gros &eacute;quipements fournis dans le cadre de travaux d&rsquo;installation ou de remplacement du syst&egrave;me de chauffage, des ascenseurs, de l&rsquo;installation sanitaire ou de syst&egrave;me de climatisation dont la liste est fix&eacute;e par arr&ecirc;t&eacute; du ministre charg&eacute; du budget.&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">Le taux r&eacute;duit pr&eacute;vu au 1 du m&ecirc;me article est applicable aux travaux factur&eacute;s au propri&eacute;taire ou, le cas &eacute;ch&eacute;ant, au syndicat de copropri&eacute;taires, au locataire, &agrave; l&rsquo;occupant des locaux ou &agrave; leur repr&eacute;sentant &agrave; condition que le preneur atteste que ces travaux se rapportent &agrave; des locaux d&rsquo;habitation achev&eacute;s depuis plus de deux ans et ne r&eacute;pondent pas aux conditions mentionn&eacute;es au 2.&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">Le preneur doit conserver copie de cette attestation, ainsi que les factures ou notes &eacute;mises par les entreprises ayant r&eacute;alis&eacute; des travaux jusqu&rsquo;au 31 d&eacute;cembre de la cinqui&egrave;me ann&eacute;e suivant la r&eacute;alisation de ces travaux.</p> <p style="text-align: justify;">Le BOI-TVA-LIQ-30-20-30 apporte les pr&eacute;cisions suivantes :</p> <p style="text-align: justify;">Toutefois, les travaux portant sur les syst&egrave;mes d&#39;ANC (installation, mise aux normes, entretien (vidange, curage) sont soumis au taux r&eacute;duit de 10% de la TVA pr&eacute;vu par l&#39;article 279-0 bis du CGI lorsqu&#39;ils sont r&eacute;alis&eacute;s pour les besoins de locaux d&#39;habitation achev&eacute;s depuis plus de deux ans (BOI-TVA-LIQ-30-20-90-30).</p> <p style="text-align: justify;">L&#39;attention est toutefois appel&eacute;e sur les points suivants : &nbsp;l&#39;entrepreneur facture les travaux au b&eacute;n&eacute;ficiaire au taux r&eacute;duit. En cas de sous-traitance, les travaux factur&eacute;s par le sous-traitant &agrave; l&#39;entrepreneur principal rel&egrave;vent du taux normal.</p> <p style="text-align: justify;">Compte tenu de ces &eacute;l&eacute;ments, les prestations effectu&eacute;es par le bureau d&#39;&eacute;tudes et l&#39;entreprise de travaux seront soumises :</p> <ul> <li style="text-align: justify;">pour les locaux&nbsp;d&#39;habitaiton achev&eacute;s depuis plus de deux ans : taux r&eacute;duit de 10 % ;</li> <li style="text-align: justify;">pour les locaux d&#39;habitaiton achev&eacute;s depuis moins de deux ans : taux normal de 20%.</li> </ul> <h1 style="text-align: justify;">Attestation de TVA :</h1> <p style="text-align: justify;">Le BOI-TVA-LIQ-30-20-90-40 pr&eacute;cise que :</p> <p style="text-align: justify;">Pour b&eacute;n&eacute;ficier du taux r&eacute;duit sur les travaux qu&#39;il engage, le client doit remettre &agrave; l&#39;entreprise une attestation.</p> <p style="text-align: justify;">Une seule attestation est r&eacute;dig&eacute;e pour l&rsquo;ensemble des travaux.</p> <p style="text-align: justify;">Pour b&eacute;n&eacute;ficier du taux r&eacute;duit, la personne &agrave; laquelle les travaux sont factur&eacute;s (ou son repr&eacute;sentant) doit remettre au prestataire avant le commencement des travaux &nbsp;l&rsquo;attestation qu&rsquo;elle a elle-m&ecirc;me remplie, dat&eacute;e et sign&eacute;e.</p> <p style="text-align: justify;">L&#39;attestation, qui vise &agrave; garantir que les conditions pr&eacute;vues par l&rsquo;article 279-0 bis du CGI ou par l&#39;article 278-0 bis A du CGI sont remplies, mentionne les &eacute;l&eacute;ments suivants :</p> <ul> <li style="text-align: justify;">l&#39;immeuble est affect&eacute; &agrave; un usage d&#39;habitation &agrave; l&rsquo;issue des travaux et il est achev&eacute; depuis plus de deux ans ;&nbsp;</li> <li style="text-align: justify;">les travaux, r&eacute;alis&eacute;s sur une p&eacute;riode de deux ans au plus, d&rsquo;une part ne conduisent pas &agrave; une sur&eacute;l&eacute;vation du b&acirc;timent, d&rsquo;autre part ne rendent pas l&rsquo;immeuble &agrave; l&rsquo;&eacute;tat neuf dans les conditions pr&eacute;cis&eacute;es par les dispositions vis&eacute;es au II &sect; 130 et suivants du BOI-TVA-IMM-10-10-10-20, et enfin n&rsquo;augmentent pas la surface de plancher de la construction de plus de 10 % (BOI-TVA-LIQ-30-20-90-30 au II-B &sect; 360 et suivants).</li> </ul> <p style="text-align: justify;">Seuls les travaux factur&eacute;s directement au client peuvent &ecirc;tre soumis au taux r&eacute;duit.</p> <p style="text-align: justify;">Il est rappel&eacute; que le taux r&eacute;duit s&#39;applique, toutes autres conditions &eacute;tant remplies, quelle que soit la qualit&eacute; du preneur des travaux et qu&rsquo;il soit une personne physique ou une personne morale, pour autant que les prestations rendues correspondent &agrave; des travaux &eacute;ligibles.</p> <p style="text-align: justify;">Ainsi, le preneur des travaux peut &ecirc;tre par exemple :</p> <ul> <li style="text-align: justify;">propri&eacute;taire-occupant, propri&eacute;taire-bailleur, ou syndicat de copropri&eacute;taires ;</li> <li style="text-align: justify;">locataire, usufruitier, occupant &agrave; titre gratuit ;</li> <li style="text-align: justify;">une soci&eacute;t&eacute; civile immobili&egrave;re ou ses associ&eacute;s en qualit&eacute; d&#39;occupants &agrave; titre gratuit de locaux d&#39;habitation ;</li> <li style="text-align: justify;">un marchand de biens qui destine ces locaux &agrave; la revente en tant que tels ;</li> <li style="text-align: justify;">une compagnie d&#39;assurance &agrave; laquelle les travaux de remise en &eacute;tat d&#39;une habitation sont factur&eacute;s d&egrave;s lors qu&#39;elle se substitue &agrave; l&#39;assur&eacute; suite &agrave; un sinistre. Cet assur&eacute; devra n&eacute;anmoins remettre &agrave; sa compagnie d&#39;assurance l&rsquo;attestation pr&eacute;vue par l&rsquo;article 279-0 bis du CGI et par l&#39;article 278-0 bis A du CGI, cette derni&egrave;re en transmettant alors une copie &agrave; l&rsquo;entreprise prestataire qui pourra appliquer le taux r&eacute;duit ;</li> <li style="text-align: justify;">une agence immobili&egrave;re qui fait proc&eacute;der &agrave; des travaux sur une habitation qu&#39;elle met en location.</li> </ul> <h1 style="text-align: justify;">Taux applicable aux propri&eacute;taires par le SPANC</h1> <p style="text-align: justify;">Le BOI-TVA-LIQ-30-20-30 apporte les pr&eacute;cisions suivantes.</p> <p style="text-align: justify;">Les collectivit&eacute;s qui exploitent directement le SPANC&nbsp;dont elles sont titulaires et qui formulent une option en application de l&#39;article 260 A du CGI, doivent soumettre &agrave; la TVA l&#39;int&eacute;gralit&eacute; des recettes per&ccedil;ues aupr&egrave;s des usagers constituant la contrepartie des missions obligatoires et facultatives de ce service public.</p> <p style="text-align: justify;">Par ailleurs, les subventions vers&eacute;es par l&#39;Agence de l&#39;eau destin&eacute;es &agrave; financer une partie du co&ucirc;t des installations d&#39;assainissement non collectif r&eacute;habilit&eacute;es doivent &ecirc;tre regard&eacute;es, pour l&#39;application de la TVA, comme relevant du r&eacute;gime particulier des subventions d&#39;&eacute;quipement, qui ne sont pas soumises &agrave; la TVA (BOI-TVA-BASE-10-10-40 au I &sect; 20).</p> <p style="text-align: justify;">Conform&eacute;ment aux dispositions du 2&deg; du b de l&#39;article 279 du CGI, la TVA est per&ccedil;ue au taux r&eacute;duit de 10 % en ce qui concerne les taxes, surtaxes et redevances per&ccedil;ues sur les usagers des r&eacute;seaux d&#39;assainissement.</p> <p style="text-align: justify;">En cons&eacute;quence, les sommes per&ccedil;ues aupr&egrave;s des usagers par le SPANC dans le cadre de travaux de r&eacute;habilitation d&#39;installations d&#39;ANC sont soumises au taux r&eacute;duit de 10 % de la TVA&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-non-collectif/lorsque-le-spanc-prend-en-charge-les-travaux-de-rehabilitation-pour-le-compte-du-proprietaire-de-l-immeuble-quel-est-le-taux-de-tva-applicable Fri, 25 Aug 2017 14:47:00 +0200 Le classement d'une habitation existante en zone de suspicion de cavité souterraine empêche-t-il la mise en place d'un ANC ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-non-collectif/le-classement-d-une-habitation-existante-en-zone-de-suspicion-de-cavite-souterraine-empeche-t-il-la-mise-en-place-d-un-anc <p style="text-align: justify;">D&rsquo;un point de vue r&eacute;glementaire, si le SPANC a en sa possession des &eacute;l&eacute;ments techniques qui mettent en &eacute;vidence l&rsquo;impossibilit&eacute; de r&eacute;aliser un ouvrage sur le terrain alors le SPANC doit conclure &agrave; la non-conformit&eacute; du projet car inadapt&eacute; aux caract&eacute;ristiques du sol en place (article 3 de l&rsquo;arr&ecirc;t&eacute; du 27 avril 2012 relatif au contr&ocirc;le).&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">Techniquement si le terrain le permet, il est pr&eacute;f&eacute;rable d&rsquo;envisager la mise en place d&rsquo;un syst&egrave;me &eacute;tanche et compact qui permet le traitement des eaux us&eacute;es trait&eacute;es avant leur &eacute;vacuation vers le sol ou plus directement dans le sous-sol en place.</p> <p style="text-align: justify;">Quoiqu&rsquo;il en soit, si l&rsquo;immeuble est existant et habit&eacute;, il est d&eacute;licat pour le SPANC de conclure tout de suite &agrave; l&rsquo;impossibilit&eacute; de mettre en place un ANC sans justifications techniques confirmant l&rsquo;infaisabilit&eacute;.</p> <p style="text-align: justify;">Un contr&ocirc;le plus r&eacute;gulier de cette installation d&rsquo;ANC pourra &eacute;galement &ecirc;tre envisag&eacute;e par le SPANC dans la mesure o&ugrave; une contamination de la nappe souterraine est probable en cas de dysfonctionnement de l&rsquo;installation d&rsquo;ANC.</p> <p style="text-align: justify;">Cette particularit&eacute; technique de suspicion de cavit&eacute; souterraine n&rsquo;a pas n&eacute;cessairement besoin d&rsquo;&ecirc;tre vis&eacute;e par le r&egrave;glement de service.</p> <p style="text-align: justify;">En revanche, le SPANC peut exiger la r&eacute;alisation d&rsquo;une &eacute;tude de d&eacute;finition d&rsquo;un syst&egrave;me d&rsquo;ANC s&rsquo;il estime qu&rsquo;elle est n&eacute;cessaire au regard des contraintes g&eacute;ologiques existantes pouvant &ecirc;tre incompatibles avec la r&eacute;alisation d&rsquo;un ouvrage dans le sol en place.</p> <p style="text-align: justify;">&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-non-collectif/le-classement-d-une-habitation-existante-en-zone-de-suspicion-de-cavite-souterraine-empeche-t-il-la-mise-en-place-d-un-anc Tue, 19 Sep 2017 09:24:00 +0200 Adhérer à un syndicat mixte fait-il perdre l’éligibilité à la DGF bonifiée aux communautés de communes ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/adherer-a-un-syndicat-mixte-fait-il-perdre-leligibilite-a-la-dgf-bonifiee-aux-communautes-de-communes <p style="text-align: justify;">Non.</p> <p style="text-align: justify;">La DGF bonifi&eacute;e est accord&eacute;e aux communaut&eacute;s de communes qui r&eacute;unissent certaines conditions fix&eacute;es par l&rsquo;<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;idArticle=LEGIARTI000006393097&amp;dateTexte=&amp;categorieLien=cid" target="_blank">article L.5214-23-</a>1 du CGCT, notamment&nbsp;qu&#39;elles<em> &quot;exercent&quot; </em>un nombre minimal de comp&eacute;tence parmi une liste.</p> <p style="text-align: justify;">Or, la notion &quot;d&#39;exercice&quot; au sens de l&#39;article L.5214-23 du CGCT&nbsp;ne signifie pas &quot;exercice effectif&quot;&nbsp;des comp&eacute;tences.</p> <p style="text-align: justify;">Le juge administratif a en effet pr&eacute;cis&eacute; que ce qu&rsquo;il fallait prendre en compte, c&rsquo;est la liste des comp&eacute;tences dans les statuts de la communaut&eacute; de communes, peu importe qu&rsquo;il y ait ensuite telle ou telle modalit&eacute; d&rsquo;exercice de la comp&eacute;tence, qu&rsquo;il y ait ou non par exemple adh&eacute;sion &agrave; un syndicat mixte :</p> <p style="text-align: justify;"><em>&quot;La loi exige des communaut&eacute;s de communes &eacute;ligibles &agrave; la dotation globale de fonctionnement bonifi&eacute;e qu&rsquo;elles soient titulaires d&rsquo;un certain nombre de comp&eacute;tences, c&rsquo;est-&agrave;-dire que les communes membres de ces communaut&eacute;s de communes se soient dessaisies desdites comp&eacute;tences &agrave; leur profit. D&egrave;s lors que ces transferts sont constat&eacute;s par arr&ecirc;t&eacute; pr&eacute;fectoral, les communaut&eacute;s de communes satisfont aux conditions fix&eacute;es &agrave; l&rsquo;article L.5214-23-1 du CGCT relatif &agrave; l&rsquo;&eacute;ligibilit&eacute; &agrave; la dotation globale de fonctionnement bonifi&eacute;e. Ces </em>[EPCI] <em>d&eacute;cident ensuite librement des modalit&eacute;s d&rsquo;exercice des comp&eacute;tences dont ils sont titulaires.</em> [&hellip;]</p> <p style="text-align: justify;"><em>Ils peuvent notamment </em>[&hellip;] <em>les exercer en commun avec d&rsquo;autres collectivit&eacute;s et [EPCI] au sein d&rsquo;un syndicat mixte. Ce choix relatif aux modalit&eacute;s d&rsquo;exercice de telle ou telle comp&eacute;tence ne saurait avoir de cons&eacute;quences sur l&rsquo;&eacute;ligibilit&eacute; d&rsquo;une communaut&eacute; de communes &agrave; la dotation globale de fonctionnement bonifi&eacute;e d&egrave;s lors que ses communes membres lui ont effectivement transf&eacute;r&eacute; au pr&eacute;alable les comp&eacute;tences requises par l&rsquo;article L. 5214-23-1 pr&eacute;cit&eacute;&quot; (<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000007514063&amp;fastReqId=1716192097&amp;fastPos=1" target="_blank">CAA Bordeaux, 31 octobre 2006, n&deg;03BX01094</a>).</em></p> <p style="text-align: justify;">Voir &eacute;galement : <a href="http://questions.assemblee-nationale.fr/q12/12-615QE.htm" target="_blank">R&eacute;ponse minist&eacute;rielle, Question &eacute;crite n&deg;615, JOAN du 09 f&eacute;vrier 2002, page 3077</a></p> <p style="text-align: justify;"><em><strong>En compl&eacute;ment de la r&eacute;ponse &agrave; la question : <a href="https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/lorsquune-communaute-de-communes-transfere-une-competence-a-un-syndicat-mixte-peut-elle-encore-beneficier-de-la-dgf-bonifiee" target="_blank">&quot;Lorsqu&rsquo;une communaut&eacute; de communes transf&egrave;re une comp&eacute;tence &agrave; un syndicat mixte, peut-elle encore b&eacute;n&eacute;ficier de la DGF bonifi&eacute;e ?&quot;</a></strong></em></p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/adherer-a-un-syndicat-mixte-fait-il-perdre-leligibilite-a-la-dgf-bonifiee-aux-communautes-de-communes Tue, 19 Sep 2017 10:19:00 +0200 Est-il possible d'appliquer la réglementation sur le "branchement long" (art.L.332-15 CU) au pétitionnaire lorsque le réseau public d'assainissement se situe à moins de 100 mètres du terrain ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-collectif/est-il-possible-d-appliquer-la-reglementation-sur-le-branchement-long-artl332-15-cu-au-petitionnaire-lorsque-le-reseau-public-d-assainissement-se-situe-a-moins-de-100-metres-du-terrain <p style="text-align: justify;">Non.</p> <p style="text-align: justify;">Concernant le financement des r&eacute;seaux d&#39;eaux us&eacute;es, la collectivit&eacute; comp&eacute;tente en mati&egrave;re d&#39;assainissement peut instaurer une participation pour le financement de l&#39;assainissement collectif (PAC), qui a succ&eacute;d&eacute; &agrave; l&#39;ancienne participation pour raccordement &agrave; l&#39;&eacute;gout (PRE).</p> <p style="text-align: justify;">Cr&eacute;&eacute;e par la loi de finances rectificative du 14 mars 2012, elle permet de garantir le maintien du niveau de recette des services publics de collecte des eaux us&eacute;es et satisfaire les besoins locaux d&#39;extension des r&eacute;seaux, notamment dans les zones de d&eacute;veloppement &eacute;conomique ou urbain.</p> <p style="text-align: justify;">L&#39;<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000028810941&amp;cidTexte=LEGITEXT000006072665&amp;dateTexte=20141020" target="_blank">article L.1331-7</a> du code de la sant&eacute; publique pr&eacute;cise les modalit&eacute;s d&#39;application de cette participation. La d&eacute;lib&eacute;ration qui l&#39;institue d&eacute;termine les modalit&eacute;s de calcul et fixe le montant. Ce dernier pourra &ecirc;tre diff&eacute;renci&eacute; pour tenir compte de l&#39;&eacute;conomie r&eacute;elle r&eacute;alis&eacute;e par le propri&eacute;taire selon qu&#39;il s&#39;agit d&#39;une construction nouvelle ou d&#39;une construction existante n&eacute;cessitant une simple mise aux normes. Elle est exigible &agrave; la date de raccordement au r&eacute;seau collectif. La participation, due par le propri&eacute;taire de l&#39;immeuble raccord&eacute;, repr&eacute;sente au maximum 80 % du co&ucirc;t d&#39;un assainissement individuel ; le co&ucirc;t du branchement &eacute;ventuellement rembours&eacute; par le propri&eacute;taire &eacute;tant d&eacute;duit de cette somme.</p> <p style="text-align: justify;">Concernant le r&eacute;seau d&#39;eaux pluviales, aucun financement particulier n&#39;est pr&eacute;vu.</p> <p style="text-align: justify;">Par contre, il est possible de mettre en place la taxe d&#39;am&eacute;nagement, voire de d&eacute;terminer un secteur avec un taux major&eacute; si des r&eacute;seaux d&#39;eaux pluviales cons&eacute;quents doivent &ecirc;tre mis en place. Les r&eacute;seaux d&#39;eau, d&#39;&eacute;lectricit&eacute; et les dispositifs d&#39;assainissement (r&eacute;seaux collectifs ou installation autonome), contrairement aux r&eacute;seaux d&#39;eaux pluviales sont consid&eacute;r&eacute;s comme des &eacute;l&eacute;ments de d&eacute;livrance ou non des autorisations d&#39;occuper le sol.</p> <p style="text-align: justify;">Le 4&egrave;me alin&eacute;a de l&#39;<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006074075&amp;idArticle=LEGIARTI000020629442" target="_blank">article L.332-15</a> est adapt&eacute; aux petites communes dans lesquelles des permis ne sont accord&eacute;s que de fa&ccedil;on isol&eacute;e &agrave; proximit&eacute; de r&eacute;seaux publics qu&#39;il n&#39;est pas pr&eacute;vu d&#39;&eacute;tendre.</p> <p style="text-align: justify;">C&#39;est pourquoi, bien souvent l&#39;assainissement des constructions se fait d&#39;une mani&egrave;re &laquo; autonome &raquo;.</p> <p style="text-align: justify;">Dans ces conditions, et compte tenu aussi des dispositifs de financement existants, il n&#39;appara&icirc;t pas pertinent de modifier le contenu de l&#39;article L.332-15 4&egrave;me alin&eacute;a du code de l&#39;urbanisme afin d&#39;int&eacute;grer les r&eacute;seaux d&#39;eaux us&eacute;es et pluviales dans les &eacute;quipements publics pouvant &ecirc;tre financ&eacute;s par les p&eacute;titionnaires en tant qu&#39;&eacute;quipements propres.</p> <p style="text-align: justify;"><a href="https://www.sidesa.fr/tous-les-articles/assainissement-collectif/gestion-du-service/participation-pour-le-financement-de-l-assainissement-collectif-pfac" target="_blank"><em>En savoir plus sur la PFAC</em></a></p> <p style="text-align: justify;"><em><u>Source</u> : <a href="http://questions.assemblee-nationale.fr/q14/14-81836QE.htm" target="_blank">R&eacute;ponse minist&eacute;rielle, Question &eacute;crite n&deg;81836, JOAN du 20/09/2016, page 8555</a></em></p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-collectif/est-il-possible-d-appliquer-la-reglementation-sur-le-branchement-long-artl332-15-cu-au-petitionnaire-lorsque-le-reseau-public-d-assainissement-se-situe-a-moins-de-100-metres-du-terrain Thu, 05 Oct 2017 11:23:00 +0200 Un avenant à un contrat de DSP est-il obligatoirement soumis à l'assemblée délibérante et à la CDSP? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/concessions/un-avenant-a-un-contrat-de-dsp-est-il-obligatoirement-soumis-a-l-assemblee-deliberante-et-a-la-cdsp <p style="text-align: justify;">Oui pour l&#39;assembl&eacute;e d&eacute;lib&eacute;rante.</p> <p style="text-align: justify;">Pas forc&eacute;ment pour la commission.</p> <p style="text-align: justify;">En effet, l&#39;<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=48920343560B893AC2EB00C3B6B2F104.tplgfr27s_1?idArticle=LEGIARTI000031947561&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;categorieLien=id&amp;dateTexte=" target="_blank">article L.1411-6 </a>du CGCT, modifi&eacute; par l&#39;ordonnance concessions du 29 janvier 2016, pr&eacute;cise d&eacute;sormais clairement que :&nbsp;</p> <blockquote> <p style="text-align: justify;"><em>&quot;Tout projet d&#39;avenant &agrave; une convention de d&eacute;l&eacute;gation de service public ne peut intervenir qu&#39;apr&egrave;s un vote de l&#39;assembl&eacute;e d&eacute;lib&eacute;rante.&quot;</em></p> </blockquote> <p style="text-align: justify;">En revanche, seuls les avenants d&#39;un certain montant sont soumis &agrave; l&#39;avis de la CDSP, en l&#39;occurrence tout avenant <em>&quot;entra&icirc;nant une augmentation du montant global sup&eacute;rieure &agrave; 5%&quot;&nbsp;</em>(m&ecirc;me article alin&eacute;a 2 inchang&eacute; en 2016).&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">La CDSP rend alors un avis dont sera inform&eacute;e l&#39;assembl&eacute;e d&eacute;lib&eacute;rante qui d&eacute;cidera de la conclusion de l&#39;avenant.</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/concessions/un-avenant-a-un-contrat-de-dsp-est-il-obligatoirement-soumis-a-l-assemblee-deliberante-et-a-la-cdsp Thu, 16 Nov 2017 12:20:00 +0100 La fixation des tarifs de l'eau et/ou de l'assainissement peut-elle être déléguée au Bureau par le Conseil Communautaire ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/la-fixation-des-tarifs-de-l-eau-etou-de-l-assainissement-peut-elle-etre-deleguee-au-bureau-par-le-conseil-communautaire <p style="text-align: justify;">Non.</p> <p style="text-align: justify;">L&rsquo;<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000028537905&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20171120" target="_blank">article L.5211-10 du </a><a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000028537905&amp;cidTexte=LEGITEXT000006070633&amp;dateTexte=20171120" target="_blank">CGCT</a>dispose clairement que :</p> <blockquote> <p style="text-align: justify;"><em>&quot;Le pr&eacute;sident, les vice-pr&eacute;sidents ayant re&ccedil;u d&eacute;l&eacute;gation ou le bureau dans son ensemble peuvent recevoir d&eacute;l&eacute;gation d&#39;une partie des attributions de l&#39;organe d&eacute;lib&eacute;rant &agrave; l&#39;exception :<br /> 1&deg; Du vote du budget, de l&#39;institution et de la fixation des taux ou tarifs des taxes ou redevances &quot;.</em></p> </blockquote> <p style="text-align: justify;">Le bureau ne dispose donc d&#39;aucune comp&eacute;tence propre. Il est uniquement pr&eacute;vu qu&#39;il peut recevoir d&eacute;l&eacute;gation du conseil &agrave; l&#39;exclusion de certaines attributions.</p> <p style="text-align: justify;">Les tarifs &ndash; qu&rsquo;ils rel&egrave;vent de l&rsquo;imp&ocirc;t ou de contrepartie (en tout ou en partie) de services rendus par la collectivit&eacute; - ne peuvent &ecirc;tre fix&eacute;s que par l&rsquo;assembl&eacute;e d&eacute;lib&eacute;rante.</p> <p style="text-align: justify;">Sont donc ill&eacute;gales les d&eacute;cisions prises par le Bureau dans des domaines pour lesquels seul le conseil communautaire est comp&eacute;tent en vertu de l&#39;article L.5211-10 du CGCT.</p> <p style="text-align: justify;">Jurisprudence :</p> <ul> <li style="text-align: justify;">Sur l&rsquo;ill&eacute;galit&eacute; de la d&eacute;l&eacute;gation de pouvoir au Bureau pour fixer &laquo; les diff&eacute;rents tarifs &raquo; et notamment le taux de la redevance d&rsquo;OM : <a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000023141255&amp;fastReqId=360436762&amp;fastPos=1" target="_blank">CE, 26 novembre 2010, Communaut&eacute; de Communes Pays Ribeauvill&eacute;, n&deg;322040 </a>;</li> <li style="text-align: justify;">Sur l&rsquo;interdiction de d&eacute;l&eacute;gation au Bureau des d&eacute;cisions relatives au versement de fonds de concours par la Communaut&eacute; de Communes aux communes membres, bien que le versement de fonds concours ne soit pas express&eacute;ment mentionn&eacute; dans la liste d&rsquo;exclusion de l&rsquo;article L.5211-10 du CGCT : <a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000024532499&amp;fastReqId=78114629&amp;fastPos=1" target="_blank">CAA Nantes, 27 mai 2011, Communaut&eacute; de Communes du Sud Est du Pays Manceau, n&deg;10NT01822</a>&nbsp;;</li> <li style="text-align: justify;">Sur la responsabilit&eacute; de l&rsquo;Etat (partag&eacute;e avec celle du Syndicat) pour faute lourde en mati&egrave;re de contr&ocirc;le de l&eacute;galit&eacute;, par abstention, pendant plusieurs ann&eacute;es, de d&eacute;f&eacute;r&eacute; au TA de d&eacute;lib&eacute;rations ill&eacute;gales de mani&egrave;re &eacute;vidente, ayant des cons&eacute;quences financi&egrave;res graves pour les communes adh&eacute;rentes au syndicat intercommunal : <a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&amp;idTexte=CETATEXT000008084576&amp;fastReqId=1545577132&amp;fastPos=1" target="_blank">CE, 6 octobre 2000, Commune Saint-Florent, n&deg;205959</a>.</li> </ul> <p>&nbsp;</p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/la-fixation-des-tarifs-de-l-eau-etou-de-l-assainissement-peut-elle-etre-deleguee-au-bureau-par-le-conseil-communautaire Mon, 20 Nov 2017 12:16:00 +0100 Comment organiser des astreintes pour les fonctionnaires territoriaux ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/comment-organiser-des-astreintes-pour-les-fonctionnaires-territoriaux <p style="text-align: justify;">Les articles L. 3121-9 et L. 3121-10 du code du travail ne s&#39;appliquent pas aux astreintes dans la fonction publique, celle-ci &eacute;tant r&eacute;gie par des dispositions qui lui sont propres.</p> <p style="text-align: justify;">Aux termes de l&#39;article 5 du d&eacute;cret n&deg;2001-623 du 12 juillet 2001 pris pour l&#39;application de l&#39;article 7-1 de la loi n&deg;84-53 du 26 janvier 1984 et relatif &agrave; l&#39;am&eacute;nagement et &agrave; la r&eacute;duction du temps de travail dans la fonction publique territoriale, l&#39;organe d&eacute;lib&eacute;rant de la collectivit&eacute; territoriale d&eacute;termine, apr&egrave;s avis du comit&eacute; technique comp&eacute;tent, les cas dans lesquels il est possible de recourir &agrave; des astreintes, les modalit&eacute;s de leur organisation et la liste des emplois concern&eacute;s.</p> <p style="text-align: justify;">Par ailleurs, l&#39;article 2 du d&eacute;cret n&deg;2005-542 du 19 mai 2005 relatif aux modalit&eacute;s de la r&eacute;mun&eacute;ration ou de la compensation des astreintes et des permanences dans la fonction publique territoriale, d&eacute;finit la p&eacute;riode d&#39;astreinte.</p> <p style="text-align: justify;">Elle s&#39;entend comme une p&eacute;riode pendant laquelle l&#39;agent, sans &ecirc;tre &agrave; la disposition permanente et imm&eacute;diate de son employeur, a l&#39;obligation de demeurer &agrave; son domicile ou &agrave; proximit&eacute; afin d&#39;&ecirc;tre en mesure d&#39;intervenir pour effectuer un travail au service de l&#39;administration, la dur&eacute;e de cette intervention &eacute;tant consid&eacute;r&eacute;e comme un temps de travail effectif ainsi que, le cas &eacute;ch&eacute;ant, le d&eacute;placement aller et retour sur le lieu de travail.</p> <p style="text-align: justify;">L&#39;article 1er du d&eacute;cret pr&eacute;cit&eacute; pr&eacute;voit en outre que les agents qui sont appel&eacute;s &agrave; participer &agrave; une p&eacute;riode d&#39;astreinte b&eacute;n&eacute;ficient d&#39;une indemnit&eacute; non soumise &agrave; retenue pour pension, ou, &agrave; d&eacute;faut, d&#39;un repos compensateur.</p> <p><em><u>Source</u> : R&eacute;ponse minist&eacute;rielle, Question &eacute;crite n&deg;24798, JO S&eacute;nat du 20 avril 2017, page 1511</em></p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/comment-organiser-des-astreintes-pour-les-fonctionnaires-territoriaux Wed, 13 Dec 2017 14:56:00 +0100 Le tableau des indemnités allouées aux élus doit-il être nominatif ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/le-tableau-des-indemnites-allouees-aux-elus-doit-il-etre-nominatif <p style="text-align: justify;">En compensation des suj&eacute;tions et des responsabilit&eacute;s r&eacute;sultant de leur charge publique, les &eacute;lus locaux peuvent recevoir de la part de leur collectivit&eacute; une indemnit&eacute; pour l&#39;exercice effectif de leurs fonctions. Il revient &agrave; l&#39;organe d&eacute;lib&eacute;rant de fixer le montant de cette indemnit&eacute; dans les limites pos&eacute;es par les taux maximaux d&#39;indemnit&eacute;s.</p> <p style="text-align: justify;">Conform&eacute;ment aux dispositions de l&#39;article L. 2123-20 du code g&eacute;n&eacute;ral des collectivit&eacute;s territoriales (CGCT), les indemnit&eacute;s de fonction sont fix&eacute;es par r&eacute;f&eacute;rence au montant du traitement correspondant &agrave; l&#39;indice brut terminal de l&#39;&eacute;chelle indiciaire de la fonction publique.</p> <p style="text-align: justify;">Cette d&eacute;lib&eacute;ration doit &ecirc;tre accompagn&eacute;e d&#39;un tableau annexe r&eacute;capitulant l&#39;ensemble des indemnit&eacute;s allou&eacute;es aux membres de l&#39;organe d&eacute;lib&eacute;rant en application de l&#39;article L. 2123-20-1 du CGCT.</p> <p style="text-align: justify;">Dans un souci de transparence publique, il est donc conseill&eacute; de d&eacute;signer express&eacute;ment et pr&eacute;cis&eacute;ment les b&eacute;n&eacute;ficiaires et les montants des indemnit&eacute;s.</p> <p style="text-align: justify;">Si les b&eacute;n&eacute;ficiaires sont vis&eacute;s nominativement, une nouvelle d&eacute;cision s&#39;impose en cas de changement de ces b&eacute;n&eacute;ficiaires.</p> <p style="text-align: justify;">Les montants des indemnit&eacute;s doivent &ecirc;tre exprim&eacute;s en pourcentage de l&#39;indice brut terminal de l&#39;&eacute;chelle indiciaire de la fonction publique.</p> <p style="text-align: justify;">Des montants exprim&eacute;s en euros supposent en effet de prendre une nouvelle d&eacute;lib&eacute;ration &agrave; chaque &eacute;volution du point d&#39;indice de la fonction publique.</p> <p style="text-align: justify;"><em><u>Source</u> : R&eacute;ponse minist&eacute;rielle, Question &eacute;crite n&deg;1120, JO S&eacute;nat du 19 octobre 2017, page 3252</em></p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/intercommunalite/le-tableau-des-indemnites-allouees-aux-elus-doit-il-etre-nominatif Wed, 13 Dec 2017 14:59:00 +0100 Quelle est la valeur estimée à prendre en compte pour définir la procédure de passation d’un contrat de concession ? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/concessions/quelle-est-la-valeur-estimee-a-prendre-en-compte-pour-definir-la-procedure-de-passation-dun-contrat-de-concession <p style="text-align: justify;">L&#39;article 9 du d&eacute;cret n&deg;2016-86 du 1er f&eacute;vrier 2016 relatif aux contrats de concession pr&eacute;cise que la valeur des contrats, estim&eacute;e hors taxe doit &ecirc;tre &eacute;gale ou sup&eacute;rieure au seuil europ&eacute;en publi&eacute; au Journal officiel de la R&eacute;publique fran&ccedil;aise pour d&eacute;terminer le r&eacute;gime juridique applicable.&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">L&#39;article 10 du m&ecirc;me d&eacute;cret, relatif &agrave; la proc&eacute;dure de passation simplifi&eacute;e pour les contrats de concession dont la valeur est inf&eacute;rieure au seuil europ&eacute;en, renvoie directement &agrave; l&#39;article 9.&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">Cette r&eacute;f&eacute;rence au seuil europ&eacute;en s&#39;applique m&eacute;caniquement &agrave; l&#39;estimation hors taxe des contrats dont la valeur d&eacute;termine les r&egrave;gles applicables en mati&egrave;re de proc&eacute;dures de passation.&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">En effet, il ne peut y avoir de distinction du mode de calcul de la valeur du contrat sur la base d&#39;une m&ecirc;me r&eacute;f&eacute;rence.</p> <p style="text-align: justify;">Cela conduirait &agrave; ne pas couvrir juridiquement l&#39;ensemble du p&eacute;rim&egrave;tre financier notamment pour les contrats dont la valeur, sup&eacute;rieure toutes taxes comprises, demeure inf&eacute;rieure hors taxes au seuil d&eacute;termin&eacute;.&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">En cons&eacute;quence, la valeur &agrave; consid&eacute;rer dans l&#39;article 10 du d&eacute;cret du 1er f&eacute;vrier 2016 relatif aux contrats de concession doit &ecirc;tre estim&eacute;e hors taxes, comme celle pr&eacute;cis&eacute;e &agrave; l&#39;article 9.</p> <p style="text-align: justify;"><em><u>Source </u>:&nbsp;R&eacute;ponse minist&eacute;rielle, Question &eacute;crite n&deg;23071, JO S&eacute;nat du 19 janvier 2017, page 211</em></p> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/concessions/quelle-est-la-valeur-estimee-a-prendre-en-compte-pour-definir-la-procedure-de-passation-dun-contrat-de-concession Wed, 13 Dec 2017 15:16:00 +0100 La pénalité de l'article L.1331-8 du CSP est-elle applicable au refus d'accès à la propriété à l'agent du SPANC opposé par le propriétaire/l'usager? https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-non-collectif/la-penalite-de-l-article-l1331-8-du-csp-est-elle-applicable-au-refus-d-acces-a-la-propriete-a-l-agent-du-spanc-oppose-par-le-proprietairel-usager <p>Oui.</p> <p>L&#39;article L.1331-8 du CSP&nbsp;mentionne que le champ d&#39;application de la p&eacute;nalit&eacute; est les cas d&#39;irrespect des articles L.1331-1 &agrave; L.1331-7-1 du Code de la Sant&eacute; Publique, lesquels ne concernent pas le droit d&#39;acc&egrave;s des agents &agrave; la propri&eacute;t&eacute; priv&eacute;e.</p> <p>Cependant, l&#39;<a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006072665&amp;idArticle=LEGIARTI000006686522&amp;dateTexte=&amp;categorieLien=cid" target="_blank">article L.1331-11 du&nbsp;CSP</a>&nbsp;relatif pr&eacute;cis&eacute;ment &agrave; l&#39;acc&egrave;s des agents &agrave; la propri&eacute;t&eacute; pour r&eacute;aliser le contr&ocirc;le de l&#39;installation d&#39;ANC pr&eacute;cise express&eacute;ment en son dernier alin&eacute;a&nbsp;que :</p> <blockquote> <p><em>&quot;En cas d&#39;obstacle mis &agrave; l&#39;accomplissement des missions vis&eacute;es aux 1&deg;, 2&deg; [missions de contr&ocirc;le des installations d&rsquo;ANC] et 3&deg; du pr&eacute;sent article, l&#39;occupant est astreint au paiement de la somme d&eacute;finie &agrave; l&#39;article L. 1331-8, dans les conditions pr&eacute;vues par cet article&quot;.</em></p> </blockquote> https://www.sidesa.fr/questions-reponses/assainissement-non-collectif/la-penalite-de-l-article-l1331-8-du-csp-est-elle-applicable-au-refus-d-acces-a-la-propriete-a-l-agent-du-spanc-oppose-par-le-proprietairel-usager Thu, 14 Dec 2017 13:42:00 +0100