Traitement de la turbidité

Traitement de la turbidité

- - Imprimer cette page

Le département de la Seine-Maritime est particulièrement concerné par le problème de la turbidité de l'eau du fait d'un aquifère karstique.

Des solutions doivent être trouvées pour assurer la production d'une eau conforme pendant ces épisodes (interconnexion avec des ressources non turbides ou traitement).

Les solutions de traitement portent sur des techniques de filtration depuis les filtrations simples sur sable ou filtre bi-couche (sable + anthracite) jusqu'au procédés membranaires.

Toutefois, ces méthodes montrent leur limites quand la turbidité en entrée est trop importante. Elles ne permettent alors plus de respecter la référence qualité de 0,5 NFU après traitement.

Il faut alors envisager la mise en place de méthode membranaires.

La filtration membranaire consiste à faire passer l'eau à travers des membranes poreuses.

Ces membranes se présentent sous la forme de longues fibres creuses dont les parois servent de filtre pour les particules.
 
Plusieurs procédés existent : microfiltration, ultrafiltration, nanofiltration et osmose inverse. Ils se distinguent par leur seuils de coupure (taille au-delà de laquelle les particules ne passe pas). 
 
Ainsi, dans le cadre de l'ultrafiltration, les particules d'une taille supérieure à 0,01 microns sont filtrées par les membranes : pollens, algues, parasites, bactéries, virus et grosses molécules organiques.

Exemple de traitement de la turbidité : l'unité compacte de filtration de Cleuville (VEOLIA Eau - 76)

Ce procédé permet d'éliminer la turbidité (et les restrictions d'usage de l'eau subséquentes) et de réduire le taux de matière organique associée à la turbidité.

Unité de filtration de Cleuville (VEOLIA Eau)

 


Retour aux articles