Loi n°2018-702 du 3 août 2018 relative à la mise en œuvre du transfert des compétences eau et assainissement aux communautés de communes

Loi n°2018-702 du 3 août 2018 relative à la mise en œuvre du transfert des compétences eau et assainissement aux communautés de communes

- - Imprimer cette page

Après moult rebondissements, amendements intégrés puis annulés, l’échec d’une commission mixte paritaire et de fortes divergences entre l’Assemblée Nationale et le Sénat, la loi n°2018-708 du 3 août 2018 relative à la mise en œuvre du transfert des compétences eau et assainissement des communautés de communes a été publiée au Journal Officiel le 5 août 2018.

Elle reprend l’essentiel de la proposition de loi Ferrand-Fesneau et s’analyse principalement comme :

  • Un sursis au transfert obligatoire des compétences aux communautés de communes, là où le Sénat voulait réinstaurer le caractère optionnel des compétences eau et assainissement tant pour les communautés de communes que pour les communautés d’agglomération ;
  • Un assouplissement des règles de subsistance des syndicats existants sur le périmètre de communautés de communes et de communautés d’agglomération.

Le maintien de l’intercommunalisation des compétences

Le principe

Le principe du transfert obligatoire au 1er janvier 2020 des compétences eau et assainissement des eaux usées pour les communautés de communes et communautés d’agglomération est maintenu.

Toutefois, pour les communautés de communes qui n’ont pas pris l’une des deux compétences ou les deux, à la date de publication de la loi (05/08/2018), le transfert obligatoire peut être reporté par exception au 1er janvier 2026.

Le régime d’exception pour les communautés de communes

Pour les communautés de communes uniquement, une minorité de communes membres de celles-ci peut exercer un droit d’opposition au transfert de la compétence eau et/ou assainissement.

L’exercice du droit d’opposition est très encadré, voire limité, par les conditions cumulatives suivantes :

  1. Ce droit d’opposition ne concerne que les communes membres des communautés de communes ;
  2. A la date de publication de la loi (05/08/2018), la communauté de communes ne doit pas avoir décidé de prendre la compétence objet du droit d’opposition, sauf si elle n’exerce – pour la compétence assainissement – que l’ANC (cf. Encadré infra) ;
  3. Les conseils municipaux d’au moins 25% des communes membres de la communauté de communes représentant au moins 20% de la population totale de la communauté de communes doivent délibérer avant le 1er juillet 2019 sur la compétence non exercée par la communauté de communes (eau ou assainissement) ;
  4. A tout moment entre 2020 et 2026, la communauté de communes pourra envisager de se doter de la compétence correspondante ou des compétences correspondantes, avec alors de nouveau la possibilité pour les communes d’exercer leur droit d'opposition par délibération expresse dans un délai restreint de trois mois à compter de la décision de la communauté de communes.

ATTENTION : Le « retour en arrière » est impossible. Ainsi, une délibération d’une communauté de communes décidant de prendre la compétence au 1er janvier 2019, qui n’a pas été rapportée (modification statuaire - art.L.5211-17 du CGCT) avant le 5 août 2018, ne pourra plus faire l’objet de l’exercice du droit d’opposition par les communes membres, quand bien même la compétence ne serait pas encore effectivement exercée.

En tout état de cause, si le droit d’opposition est actionné par les communes avant le 1er juillet 2019, et dans le cas où la communauté de communes ne prendrait pas la compétence entre le 1er janvier 2020 et le 1er janvier 2026, l’intercommunalisation des compétences aura lieu le 1er janvier 2026.

En d’autres termes, le report éventuel du fait de l’exercice du droit d’opposition n’aura d’effets que jusqu’au 1er janvier 2026.

NB : Les syndicats existants sur le territoire de la communauté de communes sont « juridiquement inexistants » pour l’exercice de ce droit d’opposition et n’ont pas à se prononcer. Seules les communes membres de la communauté de communes délibèrent, même si elles ont transféré la compétence à un syndicat.




Tableau récapitulatif « Compétences de la communauté de communes et exercice du droit d’opposition »

Veuillez vous identifier pour consulter la totalité de l'article.

S'identifier

Vous n’avez pas de compte Premium ?
Abonnez-vous pour seulement 150€ TTC par an !

Télécharger le bulletin


Retour aux articles